Navigation – Plan du site
Thèses

Marie-Christine PARENT : Le moutya à l’épreuve de la modernité seychelloise. Pratiquer un genre musical emblématique dans les Seychelles d’aujourd’hui (océan Indien)

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, en cotutelle internationale, soutenue le 12 janvier 2018 à l’Université de Montréal
p. 376
Référence(s) :

Marie-Christine PARENT : Le moutya à l’épreuve de la modernité seychelloise. Pratiquer un genre musical emblématique dans les Seychelles d’aujourd’hui (océan Indien)
Thèse de doctorat en ethnomusicologie, en cotutelle internationale, soutenue le 12 janvier 2018 à l’Université de Montréal
558 p., annexes, illustrations + liens vers des exemples audio-visuels et des exemples sonores
Co-directeurs de thèse : Monique Desroches et Luc Charles-Dominique

Texte intégral

1Cette thèse s’intéresse au moutya, pratique musicale issue du contexte esclavagiste dont on peut repérer des traces à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, d’abord dans les Mascareignes, puis aux Seychelles. Sélectionné par le ministère de la Culture des Seychelles afin d’en présenter la candidature au titre de PCI auprès de l’Unesco, le moutya est reconnu officiellement comme un chant, une musique tambourinée et une danse. Ceci constitue dans les faits un idéal-typique aujourd’hui nommé moutya otantik (moutya authentique) par les Seychellois.

2La problématique principale de cette recherche réside dans l’écart entre les représentations du moutya que se font les Seychellois – exprimées par les discours sur le moutya – et les pratiques observées sur le terrain. Ce travail examine d’abord une représentation d’un moutya otantik présentée par des travailleurs du ministère de la Culture. Il s’oriente ensuite vers des pratiques qui se sont adaptées et renouvelées, principalement sur scène, lors d’événements officiels ou dans le milieu touristique, ou encore au sein de l’industrie musicale locale. Les nouveaux espaces de production et de diffusion sont ici observés par le biais d’études de cas basées sur des expériences individuelles et collectives, ainsi que sur des parcours d’artistes.

3Cette saisie dynamique des données vise à éviter de stabiliser une forme fixe ou idéale du moutya, dont on craint la « perte ». Le moutya est alors envisagé en tant que forme relationnelle, dans laquelle la négociation des transferts d’une identité musicale à l’autre et leur constitution réciproque vont jusqu’à construire de nouvelles identités. Cette démarche permet d’aborder les processus de créolisation des musiques dites créoles, avec lesquelles le moutya partage des affinités évidentes, et de mettre ainsi le moutya en relation avec d’autres phénomènes culturels locaux, régionaux et, plus globalement, des milieux créoles. Ainsi, bien que le moutya ait été institutionnalisé à des fins nationalistes, il continue d’être l’expression d’une culture en transition, en transformation, toujours en quête de repères identitaires. À ce titre, ce travail invite à se pencher davantage sur les processus de production des musiques ou expressions culturelles et les relations de pouvoir qui les façonnent plutôt que sur des « produits finis ». Dans le même sens, cette thèse insiste sur l’importance, au-delà de la syntaxe, de la performance et de la mise en contexte dans la compréhension de la stylistique des pratiques musicales. Elle souligne enfin la pertinence d’un examen du politique et des politiques culturelles locales, puis internationales, et de leur impact sur les pratiques musicales et leurs représentations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Marie-Christine PARENT : Le moutya à l’épreuve de la modernité seychelloise. Pratiquer un genre musical emblématique dans les Seychelles d’aujourd’hui (océan Indien) », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 376.

Référence électronique

« Marie-Christine PARENT : Le moutya à l’épreuve de la modernité seychelloise. Pratiquer un genre musical emblématique dans les Seychelles d’aujourd’hui (océan Indien) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3436

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page