Navigation – Plan du site
Thèses

Isabelle MAYAUD : Sciences de la musique sans frontières ? Contribution à une sociologie du processus de primitivisation

Thèse de doctorat en sociologie, soutenue le 2 février 2018 à l’Université Paris 8 – St.-Denis
p. 378
Référence(s) :

Isabelle MAYAUD : Sciences de la musique sans frontières ? Contribution à une sociologie du processus de primitivisation
Thèse de doctorat en sociologie, soutenue le 2 février 2018 à l’Université Paris 8 – St.-Denis
771 p. + 231 p. d’annexes
Directeur de thèse : Laurent Jeanpierre

Texte intégral

1Cette thèse analyse la division moderne des domaines des sciences de la musique et la hiérarchisation des répertoires musicaux qui lui est corrélative. La recherche s’appuie sur une enquête socio-historique menée à partir du cas français et sur plusieurs sources courant du début du XVIIe au milieu du XXe siècle. Elle mobilise des ressources manuscrites et imprimées (documents administratifs, archives savantes et muséales, actes de congrès et autres imprimés issus des Expositions universelles, archives du secteur de l’édition, pièces documentant la collecte et la conservation d’instruments de musique, de chansons et d’enregistrements sonores) qui sont traitées à l’aide de plusieurs méthodes (analyse lexicale, sociologie des textes, bases de données, ethnographie historique).

2L’enquête met en lumière une configuration de patrimonialisation de la musique pilotée par l’Etat-nation français, qui participe d’un processus de longue durée de différenciation du social par la musique. Des opérations de collecte et de conservation des objets de musique sont impulsées par le Second Empire et confortées par la Troisième République. Elles concourent à assigner certains répertoires, portés par des populations vivantes, à une anhistoricité – un en-deçà de l’histoire. Ceux-ci sont distingués d’un répertoire « moderne » dont l’histoire comparée de la musique puis la musicologie s’attachent à décrire les progrès. Ce partage est analysé comme un système de domination symbolique institué par plusieurs administrations (Instruction publique, Commerce et Industrie, Beaux-Arts, Colonies), produit et reproduit par différent·e·s agent·e·s mandaté·e·s par l’Etat (professeur·e·s, académicien·ne·s, conservateurs et conservatrices, dirigeant·e·s territoriaux). Les répertoires primitivisés au cours de la seconde moitié du XIXe siècle sont regroupés sous l’appellation générique de « musiques de la tradition » et constitués dans un second temps en objets de prédilection d’un domaine disciplinaire – l’ethnomusicologie – qui émerge entre 1950 et 1960.

3Considérés comme légitimes durant plusieurs décennies, ces différenciations savantes sont aujourd’hui interrogées par les praticien·ne·s de ces domaines. En historicisant l’émergence du couple oppositionnel primitif/civilisé sous-jacent aux divisions des sciences de la musique et des répertoires musicaux, cette thèse voudrait contribuer à nourrir ces débats contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Isabelle MAYAUD : Sciences de la musique sans frontières ? Contribution à une sociologie du processus de primitivisation », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 378.

Référence électronique

« Isabelle MAYAUD : Sciences de la musique sans frontières ? Contribution à une sociologie du processus de primitivisation », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3457

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page