Navigation – Plan du site
Thèses

Emília CHAMONE : Tradition, pratique et diffusion du maracatu de baque virado (Brésil-France)

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) le 12 février 2018
p. 379
Référence(s) :

Emília CHAMONE : Tradition, pratique et diffusion du maracatu de baque virado (Brésil-France)
Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue à l’Ecole des hautes études
en sciences sociales (EHESS) le 12 février 2018
461 p., annexes vidéo
Directeur de thèse : Denis Laborde

Texte intégral

1Cette thèse a comme objectif de questionner l’importance et le rôle de la tradition dans le monde du maracatu de baque virado contemporain. Depuis les années 2000, cette manifestation culturelle pernamboucaine vit un processus de diffusion mondiale dans lequel sa dimension spécifiquement sonore et chorégraphie se détache progressivement de son cadre culturel. Au fil de ce processus émerge nombre de conflits et de disputes d’ordre identitaire, économique et social. A partir d’une ethnographie multi-située, cette thèse parcourt des villes brésiliennes et européennes afin de suivre la circulation des musiciens, des objets et des connaissances autour du maracatu de baque virado.

2L’auteure propose une nouvelle approche de la diffusion du maracatu en analysant les dynamiques d’appropriation, les modes d’attachement, l’établissement des réseaux transnationaux et la construction de la légitimité entre les groupes de maracatu français et brésiliens. L’exercice comparatif se défait des questions de fidélité/non-fidélité à la tradition « originelle » pour s’attacher à comprendre comment la légitimité des groupes et des acteurs sociaux se construit dans le dialogue, la confrontation, voire la rupture de part et d’autre de l’Atlantique.

3Le maracatu de baque virado, tel qu’il est pratiqué actuellement à Paris, est le résultat de l’action de plusieurs passeurs culturels qui amèneront cette pratique musicale de Recife vers les grandes métropoles brésiliennes, notamment à São Paulo, pour ensuite gagner une vaste diffusion à l’intérieur du pays et à l’étranger. Pour comprendre les influences esthétiques ainsi que les réseaux d’échanges qui animent les ensembles parisiens, ce travail décrit les méditations culturelles successives qui ont permis la grande visibilité et la diffusion actuelle du maracatu. Dans cette perspective, l’implantation du maracatu en France est analysée dans un double mouvement historique : d’un côté, le maracatu français est compris comme le dédoublement de la diffusion du maracatu dans les grandes métropoles brésiliennes ; et, de l’autre, il s’inscrit dans un mouvement d’appropriation plus vaste autour de pratiques collectives percussives brésiliennes en France, généralement nommées « batucadas ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Emília CHAMONE : Tradition, pratique et diffusion du maracatu de baque virado (Brésil-France) », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 379.

Référence électronique

« Emília CHAMONE : Tradition, pratique et diffusion du maracatu de baque virado (Brésil-France) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3469

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page