Navigation – Plan du site
Dossier : migrants musiciens

Préface

Luc Charles-Dominique
p. 21-26

Texte intégral

1Aucune société ne s’est constituée en vase clos, coupée des autres. Au contraire, elles sont les résultantes d’apports humains et culturels successifs et permanents, peut-être même dès leur genèse puisque, selon Jean-Loup Amselle, elles sont d’emblée métisses et syncrétiques (Amselle 2001). En conséquence, l’anthropologie et l’ethnomusicologie ne peuvent les étudier en occultant l’histoire et la réalité des mouvements migratoires qui les ont façonnées, la mobilité étant structurelle, même à des époques reculées. L’exemple français, que je connais le mieux, est éloquent à cet égard.

2La France a connu, dans son histoire, d’innombrables mouvements internes de populations, pour des raisons économiques, mais aussi parce qu’une partie de la population était « vagabonde », comme on disait alors. Dans de nombreux villages, aux XVIIe et XVIIIe siècles, à côté d’un noyau stable, figurait une « population flottante », fondamentalement nomade et importante (elle a oscillé, selon les époques, de 5 % à 75 % en Bretagne, et s’est élevée parfois à plus de 50 % en Limousin, en Bourgogne…). Pour James Collins (1991, 1994), « il n’y [avait] pas une société française [rurale], mais deux : le cœur bien stable des villages, et la population flottante, massive, qui gravite autour ». Au-delà des chiffres, c’est la « possibilité des contacts avec l’autre », entre populations stables et nomades, qui est importante, comme le souligne Alain Croix (1999 : 116-118) à partir des conclusions de Paul Zumthor. En France, au XVIIIe siècle, on estime entre 175 000 et 200 000 le nombre des migrants qui quittaient annuellement leur région, soit 2 % de la population active. Les itinérants étaient principalement des travailleurs saisonniers, des artisans, ouvriers, des domestiques, chiffonniers, charpentiers, soldats, colporteurs, pèlerins, moines et missionnaires, des Compagnons et de nombreux artistes (sculpteurs, peintres, comédiens, ainsi qu’une forte proportion de musiciens en tout genre, musiciens d’église, ménétriers, etc.). Les possibilités de rencontres étaient permanentes et le voyage, forcé, constituait un contexte propice à l’échange d’expériences de toute nature.

3Dans le domaine musical, la période d’Ancien Régime a vu l’instauration et le développement d’un « véritable marché […] à l’échelle européenne » (Traversier 2015 : 10), dont l’itinérance était l’élément moteur. Or, si l’étude des itinérances musiciennes historiques s’est imposée dans les recherches musicologiques depuis une vingtaine d’années, elle concerne pour l’instant essentiellement les musiciens professionnels d’église, de cour et les compositeurs. A l’inverse, l’étude historique de la mobilité « des praticiens populaires » n’a été que « fort sporadiquement considérée par les musicologues », jusque récemment (Gétreau 2016 : 5).

4En parallèle de ces migrations internes, d’autres, internationales, temporaires ou sur la très longue durée et permanentes, ont fait de la France une terre d’immigration, de l’Europe ou du reste du monde, des lieux d’accueil de Français migrants (en particulier les violonistes français qui ont parcouru toute l’Europe durant le XVIIe siècle).

5Les échanges commerciaux constituent une première entrée dans cette histoire des mouvements migratoires. Les marchands et leurs imposantes caravanes, de provenance parfois lointaine, ont sillonné les continents, contribuant à la dissémination d’éléments culturels comme les instruments de musique. Ainsi, en 585, le roi Gontran, faisant son entrée à Orléans, fut reçu par la colonie des marchands syriens qui le saluèrent dans leur propre langue, marchands syriens présents également à Narbonne en 589 (Braudel 1990 [1986] : 105-107). Dès le Moyen Age, en France et en Europe, certaines foires acquirent une stature européenne en raison d’une très forte attractivité. Au XVIe siècle, les marchands étrangers fréquentant les foires de Lyon étaient Italiens, Allemands, Espagnols et Catalans, Portugais, Suisses et Grisons, Flamands, un peu Anglais, enfin provenaient du Caire, de Constantinople et de Grèce (Brésard 1914 : 212 sq.). A la foire de Beaucaire, outre des marchands « de presque toute la France » et d’Europe, on voyait « toujours des Arméniens, souvent des Persans, & quelquefois des Orientaux encore plus reculés » (Savary des Bruslons 1741 : 217).

6Autres catégories de migrants engagées dans des exils récurrents : les victimes de persécutions religieuses (Séfarades, Protestants). Au XVIIIe siècle, la diaspora séfarade s’étendait à tout l’Occident et empruntait de nombreuses routes de circulation (entre l’Espagne, le Portugal, l’Ouest français, Anvers et la Hollande et les autres foyers). A Bordeaux, les juifs recensés sur les registres d’embarquement de l’amirauté, entre 1713 et 1767, provenaient de Bayonne et Bordeaux (35 %), d’Italie (10 %), d’Amsterdam (8 %), d’Afrique (15 %). Ces déplacements concernaient des familles entières, des enfants aux vieillards. Il ne s’agissait pas d’une mobilité marginale, mais d’un mouvement structurel. Ces migrations ont eu des effets importants dans le domaine des transferts culturels. Ainsi, il est établi aujourd’hui que l’exil en Italie des Séfarades d’Espagne, après 1492, mais aussi des Ashkénazes d’espaces germanophones, a contribué à la genèse du violon. N’oublions pas, dans ce triste inventaire, l’importante mobilité huguenote, qui a touché environ le quart de la population protestante, soit 200 000 personnes, dès la fin du XVIIe siècle. La Suisse accueillit plus de 20 000 réfugiés, l’Allemagne de 30 000 à 40 000, l’Angleterre de 40 000 à 50 000, les Pays-Bas, plus de 60 000 Français. Ainsi, à Francfort, entre 1685 et 1695, 65 000 huguenots passèrent ou repassèrent, majoritairement Français (même s’il y eut aussi des Piémontais), habitants du Palatinat, familles provençales d’Orange. Certains fuyaient en groupes (parfois 300 personnes), campaient le long des rivages, au bas des falaises : ce mode de déplacements n’étant pas sans évoquer celui des Tsiganes. Dans leur fuite, ces huguenots ont parfois rencontré des artistes itinérants, comme dans les années 1680 où une rixe éclata entre un groupe de migrants protestants et des « batteurs d’estrade » (Roche 2003 : 337).

7Plus ponctuellement, la France a connu de grands exils politiques, comme lors de la Révolution. En 1793, par exemple, 20 000 émigrés sur les routes d’Alsace, des milliers en Vendée et en Anjou. Au total, entre 100 000 et 120 000 personnes, avec pour la seule année 1794, peut-être 60 000. Cette mobilité forcée a provoqué des flux majeurs qui retrouvèrent les itinéraires d’autres migrations choisies ou provoquées. Tous ces mouvements de populations furent « à l’origine des transferts culturels à l’œuvre dans des zones géographiques étendues ». Pour Roche, « pour toute l’Europe, la France [a eu] une position centrale dans tous ces exodes » (ibid. : 321).

8Enfin, l’histoire française a connu par moments des migrations d’ampleur, quoique parfois ponctuelles. Parmi elles, ces dizaines de milliers d’Irlandais « faméliques » errant en France dans les années 1640, les « pauvres yrois », qui se répandirent en Bretagne, en Anjou, à Paris et qui mendiaient, partout rejetés (Mathorez 1919-1921/1 : 135-137).

9Cela fait donc de nombreux siècles, en France et en Europe, que le nomadisme constitue une donnée sociale et démographique structurelle, à l’image de celui des Tsiganes qui passèrent et repassèrent dans les villes et campagnes, d’un pays à l’autre, et sillonnèrent toute l’Europe depuis le début du XV e siècle.

10Ce rapide survol de l’histoire migratoire en France ne constitue en rien une exception. Des recherches menées n’importe où ailleurs aboutiraient à des conclusions identiques.

11Dans le domaine musical, les migrations ont eu des conséquences de tout premier plan sur la dissémination des instruments de musique, de certains ensembles instrumentaux, des techniques de jeu, des formes, genres et répertoires, des modèles d’organisation sociale des musiciens, etc. Dans ce dossier, je propose l’étude des ensembles historiques et actuels populaires de violons en Europe, les « bandes », entre cultures locales européennes et tsiganes. Mais les exemples sont infinis, les ethnomusicologues le savent bien. D’autre part, les migrations politiques forcées sont au cœur de l’histoire et de la constitution du champ disciplinaire de l’ethnomusicologie, lorsque certains des fondateurs allemands et autrichiens de l’école dite « de Berlin » (ou encore de la « musicologie comparée »), furent contraints à l’exil aux Etats-Unis à la veille de la Seconde Guerre mondiale, réorientant la pratique de la discipline, sur le sol américain et à l’échelle mondiale.

12Etudier l’histoire migratoire et celle des transferts culturels en France et en Europe est malaisé. D’une part, on est encore loin de cerner l’ensemble de ces phénomènes migratoires et leur ampleur. D’autre part, à mesure que l’on travaille sur l’itinérance et le nomadisme, les sources se raréfient, pénurie renforcée par l’oralité des musiques étudiées. Les outils et les méthodes existent néanmoins. Tout d’abord, il est indispensable de réfléchir à ce que pouvait être le fonctionnement social à ces époques reculées et, en particulier, de se montrer très attentifs à ce que Michel Espagne a appelé les « portails sur la globalité » (Espagne 2013), c’est-à-dire des espaces, des contextes favorisant les transferts culturels. A défaut de « preuves », la suspicion et la probabilité, lorsqu’elles sont solidement étayées, peuvent être élevées au rang documentaire et assumées pour leur forte valeur heuristique. Dans cette optique, l’histoire individuelle et familiale – « micro-histoire » (Ginzburg, Poni 1981) – est d’un apport de tout premier plan dans l’étude historique des migrations et des phénomènes diasporiques, qui « prend de plus en plus en compte la question des itinéraires individuels des musiciens » (Traversier 2015 : 12). Il s’agit d’une prosopographie (étude biographique des individus dans le groupe) (Keats-Rohan 2007 : 140) fondée sur une multitude d’études de cas, autant de « pistes », de « traces », d’« indices » (Ginzburg 1980). En outre, la micro-histoire éclaire la réalité sociale des classes subalternes, que les sources historiques taisent ou déforment. Elle seule peut restituer la profondeur de l’histoire culturelle, que la plupart des supports et procédés officiels et classiques de consignation de la mémoire culturelle ont ignorée et occultée. Mais cette méthode n’est pas qu’historique. Elle concerne aussi l’ethnomusicologie des musiques en migrations qui, à l’instar de la micro-histoire de Ginzburg, doit tendre vers une « micro-ethnomusicologie », faite essentiellement de case studies, à travers des portraits et des présentations sensibles d’artistes de toutes sortes, dans le but de réhabiliter le migrant, l’Autre, de reconnaître sa réalité, sa présence, de lui donner une identité d’acteur culturel, une dignité.

13Les transferts culturels qui sont nés de ces mouvements de populations constituent des réadaptations créatives, débouchant sur de nouvelles formes culturelles (Denoix, Espagne, Miller, Lorcerie 2004 ; Espagne 2013). Celles-ci sont venues progressivement se sédimenter à d’autres formes culturelles locales et endogènes pour constituer parfois ces « patrimoines » dont on ne cesse, aujourd’hui, de proclamer l’aspect spécifique, distinctif, enraciné, local, identitaire, exclusif… Incroyable contresens, ou plutôt non-sens historique.

14En 1916, Ferdinand de Saussure opposait à l’esprit particulariste « de clocher », tourné vers la seule prise en compte de la sédentarité, « l’intercourse », « principe unifiant » basé sur la circulation, la communication et l’échange entre les hommes et les cultures, à l’origine d’innovations culturelles (1962 [1916] : 281-282). Ces dernières décennies, les historiens se sont rangés à l’idée que l’immobilité physique ou mentale du monde paysan historique français et européen « ne [pouvait] plus se soutenir après le flot d’études récentes qui décrivent un monde rural en constant mouvement » (Thomas 1993 : 257). Puis, ils ont dénoncé une histoire qui a « fait découvrir l’immobilité triomphante et oublier la mobilité prégnante au cœur même de la stabilité », a « surinvesti l’appartenance » en se tournant plus vers « les partisans des racines et de la mémoire » qu’en direction de « ceux du grand large et des bienfaits individuels et collectifs de l’ouverture au monde » (Roche 2003 : 189). Aujourd’hui, les sciences humaines et sociales et plus particulièrement l’ethnomusicologie, comme en témoigne ce dossier, se sont emparées de ce paradigme, engageant ainsi la responsabilité éthique et politique de la recherche.

Haut de page

Bibliographie

AMSELLE Jean-Loup, 2001, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures. Paris : Flammarion.

BRAUDEL Fernand, 1990 [1986], L’identité de la France. Les hommes et les choses. I. Le nombre et les fluctuations longues. Paris : Flammarion.

BRÉSARD Marc, 1914, Les foires de Lyon aux XV  e et XVI e siècles. Paris : Auguste Picard.

COLLINS James B., 1991, « Geographic and Social Mobility in Early-Modern-France », Journal of Social History : 563-577.

COLLINS James B., 1994, Classes, Estates and Order in Early Modern Britanny. Cambridge : Cambridge University Press.

CROIX Alain, 1999, « L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’Ancienne France (Position de thèse) », Histoire des Sociétés Rurales 11/1 : 109-146.

DENOIX Sylvie, Michel ESPAGNE, Catherine MILLER, Françoise LORCERIE, 2004, « Transferts, mobilités, recompositions culturelles et politiques ». CNRS : rapport de conjoncture. http://www.cnrs.fr/comitenational/doc/rapport/2004/lesateliers/211-222-Chap9-transferts.pdf

ESPAGNE Michel, 2013, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres [en ligne], http://rsl.revues.org/219

GETREAU Florence, 2016, « Éditorial », Musique-Images-Instruments, Revue française d’organologie et d’iconographie musicale 16 : 5-8.

GINZBURG Carlo, 1980, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat 6 : 3-44.

GINZBURG Carlo, Carlo PONI, 1981, « La micro-histoire », Le Débat 17 : 133-136.

MATHOREZ Jules, 1919-1921, Les étrangers en France sous l’Ancien Régime : histoire de la formation de la population française. Paris, Champion, 2 vols.

ROCHE Daniel, 2003, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages. Paris : Fayard.

KEATS-ROHAN Katharine S. B., 2007, « Biography, Identity and Names : Understanding the Pursuit of the Individual in Prosopography », in Katharine S. B Keats-Rohan, dir. : Prosopography Approaches and Applications A Handbook. Oxford : Occasional Publications Unit for Prosopographical Research Linacre College Oxford.

SAUSSURE Ferdinand de, 1962 [1916], Cours de linguistique générale. Paris : Payot, 3e éd.

SAVARY DES BRUSLONS Jacques, 1741, Dictionnaire universel de commerce : contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde… Ouvrage posthume du Sr Jacques Savary Des Bruslons… continué… et donné au public par Philémon-Louis Savary… Nouvelle édition. Paris : Veuve Estienne, t. 1.

THOMAS Jack, 1993, Le temps des foires. Foires et marchés dans le Midi toulousain de la fin de l’Ancien Régime à 1914. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

TRAVERSIER Mélanie, 2015, « Like a Rolling Musician », Diasporas. Circulations, migrations, histoire 26, « Musiques nomades. Objets, réseaux, itinéraires (Europe, XVIIe-XIXe siècles) », sous la direction de Mélanie Traversier : 9-15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Charles-Dominique, « Préface »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 21-26.

Référence électronique

Luc Charles-Dominique, « Préface »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3533

Haut de page

Auteur

Luc Charles-Dominique

Luc CHARLES-DOMINIQUE, Professeur d’Ethnomusicologie à l’Université Nice Sophia Antipolis (Université Côte-d’Azur), cofondateur et président du CIRIEF (Centre international de recherches interdisciplinaires en ethnomusicologie de la France), est membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals