Navigation – Plan du site
Dossier : migrants musiciens

Pitié dangereuse et risque de déshumanisation : approche philosophique de certains présupposés situationnels sur la musique des migrants

Julien Labia
p. 27-42

Résumé

Nous tentons de voir en quoi la musique peut être comprise comme un facteur non narratif de liens humains, dans l’optique d’explorer quels peuvent être les risques théoriques de l’idée de narration. Il y a en effet grand danger de réduire la pratique de la musique dans les camps au récit ou à l’expression du parcours ou du vécu des migrants. C’est pourquoi nous discuterons cette hypothèse initiale au regard de la nécessité d’une approche de la musique des migrants qui soit non compassionnelle. Nous risquons sans cela de négliger non seulement la nature propre à cette musique, mais également l’un des traits propres à la musique même auquel cette situation nous rend attentifs : cette qualité de maîtrise de soi demandée au musicien, cause d’admiration bien plus que de compassion. Nos habitudes d’interrogation risquent en effet de recouvrir un sentiment moral spécifique qu’il faudra identifier.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

La force du caractère non narratif de la musique au cœur du « tournant éthique » des musiques du monde
Voyage au cœur de nos présupposés : l’ubiquité de la musique, l’extraversion de l’activité musicale et la musique comprise comme moyen d’expression
Y a-t-il un bon usage de nos sentiments moraux en matière de théorie ? Essai d’étude situationnelle
Pourquoi il faudrait oublier les questions en « pourquoi » : de la musique pour soi(-même) à la musique en soi(-même)
Conclusion. Les pouvoirs de l’homme plutôt que ses possibles : l’admiration pour la foi en soi plutôt que la pitié face à l’expression de l’espérance

Aperçu du texte

La force du caractère non narratif de la musique au cœur du « tournant éthique » des musiques du monde

Michel Foucault avait souligné le fait qu’il n’était pas certain, à ses yeux, que les notions de « bonté » et de « justice » aient encore un sens dans le monde à venir (Foucault et Chomsky : 2005). De même, la prospective fantaisiste et engagée d’H. G. Wells donnait à voir dans La Machine à remonter le temps (Wells 1895) l’image d’un monde futur dépourvu de tout sentiment moral et plongé dans l’indifférence. On peut dire, pour le meilleur sans aucun doute, que le contraire semble se produire, dans les discours voire dans les actes d’une génération. Mais c’est au risque d’une démarche compassionnelle dont nous tenterons d’établir le caractère problématique d’un point de vue épistémologique.

L’une des approches du parcours des migrants par les chercheurs est assez naturellement liée au récit qu’on peut leur demander d’en faire, dans ce cas support de compassion. Suivant cette idée de c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Labia, « Pitié dangereuse et risque de déshumanisation : approche philosophique de certains présupposés situationnels sur la musique des migrants »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 27-42.

Référence électronique

Julien Labia, « Pitié dangereuse et risque de déshumanisation : approche philosophique de certains présupposés situationnels sur la musique des migrants »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3538

Haut de page

Auteur

Julien Labia

Julien LABIA est docteur de l’Université Paris-Sorbonne. Il a été post-doctorant aux universités Sorbonne-Nouvelle et Humboldt de Berlin. Il dirige actuellement la collection Musique & Philosophie des éditions Delatour et enseigne la philosophie en Classes Préparatoires. Ses travaux actuels, comportant un livre en cours d’écriture, portent sur une approche philosophique des musiques du monde. Agrégé de philosophie, il a enseigné six ans à l’Université Paris-Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals