Navigation – Plan du site
Dossier : migrants musiciens

Musique arabe, migration et identité à la frontière américano-mexicaine

Andrea Shaheen Espinosa
Traduction de Claire Clouet
p. 43-58

Résumé

Cet article examine les relations entre migration et identité en analysant les pratiques musicales de migrants mexicains et syriens interprétant de la musique arabe à la frontière américano-mexicaine. Il s’appuie sur des observations et des entretiens menés avec eux. La guerre en cours en Syrie et la violence des cartels de la drogue à Ciudad Juárez, au Mexique, ont provoqué des traumatismes chez les musiciens des deux communautés, qui se sont traduits par l’expression d’une solidarité via la pratique de la musique arabe. Les thèmes de la marginalisation et de l’exclusion dominent dans les récits que les musiciens portent sur leurs pratiques musicales. Ainsi, cette étude constitue un point de départ pour interroger les théories du traumatisme culturel et l’épistémologie des frontières. Elle explore les récits des migrants et analyse comment les tensions frontalières influencent la perception des identités culturelles et personnelles ainsi que les pratiques musicales des migrants mexicains et syriens.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

Rencontres musicales mexicaines et syriennes en la frontera
Traumatismes, migration et identité
Construire des ponts

Aperçu du texte

Pour mieux comprendre les contextes de performance de la musique classique arabe, un groupe de musiciens de Ciudad Juárez, au Mexique – ville considérée en 2010 comme la plus dangereuse au monde – traverse quotidiennement la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis pour interagir avec la communauté syrienne de la ville d’El Paso, au Texas. Ce qui a commencé comme une quête d’apprentissage de la musique traditionnelle s’est transformé en une collaboration beaucoup plus profonde : des musiciens Chicanx  de Ciudad Juárez et des musiciens syriens d’El Paso ont découvert qu’ils partageaient la même expérience traumatique du déplacement et de la perte causés par la violence. Ils ont créé des groupes de musique qui remettent en question les stéréotypes xénophobes véhiculés par l’administration américaine actuelle, et qui prônent une issue pacifique à la violence qui sévit dans leurs pays respectifs. La solidarité performative (performative solidarity) fait partie intégrante de leurs co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Shaheen Espinosa, « Musique arabe, migration et identité à la frontière américano-mexicaine »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 43-58.

Référence électronique

Andrea Shaheen Espinosa, « Musique arabe, migration et identité à la frontière américano-mexicaine »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3549

Haut de page

Auteur

Andrea Shaheen Espinosa

Andrea SHAHEEN ESPINOSA est professeure d’ethnomusicologie et de hautbois à l’Université du Texas à El Paso, où elle dirige également le Middle Eastern Ensemble. Ses recherches portent sur les musiques populaires, le nationalisme, les migrations et les traumatismes individuels et collectifs, la musique et l’expression de la nostalgie. Andrea Shaheen Espinosa participe au programme Medici Scholars, elle est également boursière FLAS (Foreign Language and Area Studies) ainsi que boursière de la Fondation Fulbright. Elle se produit régulièrement avec des orchestres symphoniques à travers le Moyen-Orient et l’Amérique latine.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
  • OpenEdition Journals