Navigation – Plan du site
Dossier : migrants musiciens

Musiques et diversité à Montréal. Un orchestre dans une communauté d’immigrants roumains et moldaves

Sébastien LeBlanc, Hatouma Sako et Nathalie Fernando
p. 59-79

Résumé

Au sein de la province du Québec, la majorité des immigrants choisissent de vivre à Montréal et y forment des communautés au sein desquelles leurs pratiques musicales du pays d’origine perdurent au-delà du processus migratoire. Depuis trois ans, notre équipe de recherche travaille à Montréal auprès de diverses communautés issues de l’immigration pour comprendre comment le musical participe au « Vivre ensemble ». Nous émettons l’hypothèse que la musique est pour les immigrants un outil pertinent d’intégration et de négociation identitaire afin de vivre au sein d’une société conviviale et d’y contribuer. La perspective comparative qui est la nôtre vise à faire ressortir ce qui est privilégié selon les cas de figures par les communautés elles-mêmes tant au sujet des répertoires musicaux que des processus de reconstruction identitaires à travers la musique. Dans cet article, nous présenterons nos observations au sujet de la communauté issue de l’immigration roumaine et moldave. Le groupe ainsi nommé est loin de représenter une homogénéité quelconque en dehors de l’origine qui est mentionnée sur les fiches de données produites par Statistiques Canada. Nous nous appuyons sur des exemples précis issus de nos travaux de terrain auprès de cette communauté afin de démontrer que nous avons affaire à un cosmopolitisme musical qui trouve pleinement sa place et son expression dans un tel contexte urbain.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

Un processus de sélection des immigrants qui provoque des biais
La communauté issue de l’immigration roumaine et moldave à Montréal
Des musiques traditionnelles en Roumanie et en Moldavie
A Montréal, l’Orchestra et son fonctionnement
Les personnes-clés et les modalités de transmission
Des tensions esthétiques
Conclusion

Aperçu du texte

Le 12 avril 2019, Lise Ravary titrait son article dans le Journal de Montréal « Vivre-ensemble ou le vivre ensemble », faisant ainsi échos aux débats sur la diversité et l’inclusion qui secouent le Québec d’aujourd’hui. Dans cette enclave francophone au sein d’un Etat fédéral reconnu depuis toujours comme une grande terre d’accueil en Amérique du Nord, la majorité des immigrants choisissent de vivre à Montréal, métropole importante où coexistent de fait un grand nombre de communautés. Au sein de ces dernières, la musique est omniprésente et des pratiques musicales d’une grande richesse perdurent au-delà du processus migratoire.

Depuis trois ans, les travaux de notre équipe de recherche visent à cartographier la diversité des pratiques musicales des populations issues de l’immigration à Montréal. Forts de ce qu’ont démontré de nombreuses recherches antérieures menées par d’autres ethnomusicologues sur d’autres terrains à savoir que la musique tenait un rôle symbolique central dans ces...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien LeBlanc, Hatouma Sako et Nathalie Fernando, « Musiques et diversité à Montréal. Un orchestre dans une communauté d’immigrants roumains et moldaves »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 59-79.

Référence électronique

Sébastien LeBlanc, Hatouma Sako et Nathalie Fernando, « Musiques et diversité à Montréal. Un orchestre dans une communauté d’immigrants roumains et moldaves »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3565

Haut de page

Auteurs

Sébastien LeBlanc

Sébastien LEBLANC vient de terminer une maîtrise en ethnomusicologie à l’Université de Montréal sous la direction de Nathalie Fernando. Il a été auxiliaire de recherche pour le projet de recherche « Comment le musical permet-il le “vivre ensemble” ? Place et fonction de la musique dans les communautés issues de l’immigration à Montréal ». Ses recherches portent sur les pratiques musicales de migrants roumains et moldaves à Montréal et sur le rôle que joue le musical dans leur intégration à la société québécoise.

Hatouma Sako

Hatouma SAKO est la coordonnatrice du projet de recherche intitulé « Comment le musical permet-il le “vivre ensemble” ? Place et fonction de la musique dans les communautés issues de l’immigration à Montréal » dirigé par Nathalie Fernando. Doctorante en anthropologie linguistique à l’Université de Montréal et traductrice de l’inuktitut vers le français, elle termine une thèse sur les pisiit, les chants personnels des Inuit du Nunavut. Elle a enseigné à l’Université Paris Diderot, à l’Inalco et a été auxiliaire d’enseignement en ethnolinguistique ainsi qu’en anthropologie sociale et culturelle à l’UdeM.

Nathalie Fernando

Nathalie FERNANDO est professeure titulaire à la Faculté de musique de l’Université de Montréal. En 2010, elle fonde le Laboratoire de Recherche en Musicologie Comparée et Anthropologie de la musique. Ses travaux portent sur les fonctions de la musique, la catégorisation des patrimoines musicaux, les rapports entre musique et milieux socio-culturels ainsi que sur les principes qui président à la transmission de la musique dans un contexte d’oralité. Depuis une vingtaine d’année, elle travaille auprès des autochtones d’Afrique centrale. Plus récemment, elle conduit des recherches comparatives sur les musiques autochtones du circumpolaire et les musiques des communautés culturelles à Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
  • OpenEdition Journals