Navigation – Plan du site
Dossier : migrants musiciens

En tambours et en trompettes : Remork & Karkaba, fusion et marocanité à Bruxelles

Hélène Sechehaye
p. 81-96

Résumé

Bruxelles est la ville abritant le plus de Gnawa hors du Maroc, ce qui lui vaut le surnom de « capitale des Gnawa en Europe ». Les Gnawa maroxellois jouent un répertoire musical très divers qui vit aussi à travers des projets collaboratifs comme Remork & Karkaba, qui présente en musique la rencontre entre un groupe de percussionnistes gnawa et une fanfare aux accents jazz. Nous examinons plusieurs aspects relatifs à l’altérité et la diversité soulevés par ce projet. La « fusion » tend-elle réellement à fusionner les pratiques, ou au contraire à mettre en avant leur altérité ? Comment ce projet est-il présenté, perçu et remodelé dans une Belgique multiculturelle tiraillée entre la promotion de sa diversité et la stigmatisation de certains de ses habitants ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

Les Gnawa à Bruxelles : jeune communauté, communauté de jeunes
Une folle fanfare sur des grooves marocains
Prêter l’oreille aux sons de la ville : naissance d’une collaboration
Le tandem Remork & Karkaba
Les Gnawa de Karkaba, une ouverture sur le Maroc ?
Modalités de la fusion
Des vecteurs de légitimité absents
Ambassadeurs d’un Maroc bigarré
Conclusion

Aperçu du texte

Bruxelles est la ville où le plus de Gnawa (m. sg. Gnawi ; f. sg. Gnawiyya) sont installés et actifs hors du Maroc, ce qui lui vaut le surnom de « capitale des Gnawa en Europe ». Les pratiques musicales gnawa englobent un vaste champ de performances : cérémonies rituelles, événements festifs communautaires, concerts pour des événements locaux ou sur des scènes internationales, parades… Les Gnawa « maroxellois » déploient un répertoire musical très divers qui vit aussi à travers des projets collaboratifs avec des associations et musiciens bruxellois.

Parmi ces projets de fusion, Remork & Karkaba présente la rencontre entre des percussionnistes gnawa et une fanfare belge aux accents jazz. Nous souhaitons mettre en lumière plusieurs questionnements relatifs à l’altérité et la diversité soulevés par ce projet. La fusion tend-elle effectivement à fusionner les pratiques, ou au contraire à mettre en avant leur différence ? Comment ce projet est-il présenté, perçu et remodelé dans une Belgi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Sechehaye, « En tambours et en trompettes : Remork & Karkaba, fusion et marocanité à Bruxelles »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 81-96.

Référence électronique

Hélène Sechehaye, « En tambours et en trompettes : Remork & Karkaba, fusion et marocanité à Bruxelles »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3580

Haut de page

Auteur

Hélène Sechehaye

Hélène SECHEHAYE est doctorante en musicologie à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne. Sa thèse, qui porte sur les pratiques musicales gnawa à Bruxelles, est soutenue par une bourse Mini-ARC (ULB).

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
  • OpenEdition Journals