Navigation – Plan du site
Dossier : migrants musiciens

La voix de Ganda Fadiga : analyse de la réception d’un griot immigré

Claire Clouet
p. 139-159

Résumé

Ganda Fadiga est un griot soninké né au Mali en 1949, et prématurément décédé à Paris en 2009. Il est aujourd’hui écouté dans tout le Soninkara, expression qui désigne l’ensemble des Soninké d’Afrique de l’Ouest et de la diaspora. La diffusion des enregistrements de sa voix via des cassettes, puis des mp3, a participé à la consolidation d’une communauté transnationale. Sa voix a notamment accompagné la vie des immigrés soninké en France. Elle est aujourd’hui saillante dans l’atmosphère sonore du foyer de travailleurs migrants Argonne, dans le XIXe arrondissement de Paris, où elle s’insère dans le continuum sonore créé par les usages sociaux des résidents : temps de prière, de repas, de visites. Ganda Fadiga représente une noblesse de l’art griotique comme il représente une noblesse du travailleur immigré. Sa figure est ainsi mobilisée par des enfants d’immigrés pour valoriser le parcours de leurs aïeux. Porter un discours sur sa voix et sa parole permet aux différentes générations de se parler à travers lui.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

Un lieu d’hébergement pour travailleurs immigrés
Le foyer Argonne comme chambre d’écoute d’usages sociaux partagés
Poésie entre le 1er et le 3e étage
La voix de Ganda Fadiga comme fabriquant de lien social
Une éthique de la persévérance
Ganda Fadiga au centre FGO Barbara
Une « musique de migrants » ?

Aperçu du texte

D’octobre 2014 à septembre 2018, j’ai mené une enquête sur les pratiques sonores et musicales des résidents d’un foyer de travailleurs migrants du 19e arrondissement de Paris : le foyer Argonne. Je considère alors la musique comme un outil pour renouveler l’analyse de cette catégorie d’hébergement, devenu un objet classique en sciences sociales. Je renonce dès le départ à faire l’inventaire d’éventuels « musiciens migrants » qui vivraient là, car mon objectif n’est pas de rendre compte du parcours exceptionnel de quelques individus, mais d’ethnographier une vie en commun dans laquelle la musique apparaît et disparaît parfois. Ce choix fonde ma démarche de connaissance, qui ne prend pas la musique comme point de départ mais comme possible point d’arrivée de la recherche.

Dans un premier temps, je m’intéresse ici à l’atmosphère sonore créée par les interactions entre les résidents du foyer. Dans le foyer, il est en effet difficile d’isoler d’éventuelles pratiques musicales du continuum...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Clouet, « La voix de Ganda Fadiga : analyse de la réception d’un griot immigré »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 139-159.

Référence électronique

Claire Clouet, « La voix de Ganda Fadiga : analyse de la réception d’un griot immigré »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3606

Haut de page

Auteur

Claire Clouet

Claire CLOUET est post-doctorante à l’ARI (Basque Anthropological Research Institute on music, emotion and human societies, site Bayonne du centre Georg-Simmel UMR 8131 EHESS-CNRS). Elle a soutenu en octobre 2018 à l’EHESS une thèse de doctorat mention « Musique, Histoire, Société » portant sur la diaspora soninké en Ile-de-France. Elle consacre désormais ses recherches aux pratiques musicales dans deux dispositifs d’accueil de migrants au Pays Basque, à Bayonne et à Saint-Sébastien (Espagne).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals