Navigation – Plan du site
Dossier : migrants musiciens

Chanter loin du Pays des Neiges. Que sont devenues les musiques traditionnelles tibétaines à Dharamsala après soixante ans d’exil ?

Chloé Lukasiewicz
p. 179-195

Résumé

C’est en Inde que le XIVe Dalaï-Lama et des milliers de Tibétains se sont réfugiés en 1959 pour fuir l’occupation et la répression chinoises. Quel impact la situation de réfugié a-t-elle eu sur les pratiques musicales et dansées traditionnelles séculières de cette communauté ? A Dharamsala, capitale des Tibétains en exil, en réponse à la menace de disparition de leur culture au Tibet, des institutions ont vu le jour dans le but de transmettre et de préserver les savoirs, comme ceux liés aux arts de la scène. Ce contexte a entraîné des changements qui ont impacté les pratiques musicales et dansées, les éloignant des pratiques « originelles ». Par ailleurs, en raison de la forte représentation de la population originaire de la région de l’Ütsang (et plus particulièrement de Lhassa) dans la construction de cette communauté, les répertoires nobles de cette capitale se sont imposés comme éléments de référence au détriment des pratiques musicales et dansées des autres régions du Tibet. L’asile a généré des processus qui ont eu des conséquences sur le plan musical et chorégraphique, mais également social, que l’approche ethnomusicologique nous permet de mettre au jour avec une certaine historicité.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

Partir
Musiques traditionnelles et nouvelles institutions
Conséquences sociales et formelles sur les pratiques musicales et dansées
Ce que les pratiques d’aujourd’hui nous apprennent des choix politiques d’hier
Défis contemporains pour les acteurs des musiques traditionnelles
Conclusion

Aperçu du texte

Il existe différentes façons de définir le « Tibet ». Pour mes interlocuteurs sur place à Dharamsala, l’acception du Tibet correspond au Tibet linguistique, culturel et géographique, dans sa conception tibétaine, et ne coïncide pas avec le découpage du monde tibétain effectué par la République Populaire de Chine (RPC) depuis les années 1950. C’est ce Tibet-là, que j’adopte ici. Il s’agit du territoire que le gouvernement chinois détermine comme étant la Région Autonome du Tibet (RAT), ainsi que la région du Kham et celle de l’Amdo qui ont été partiellement intégrées au sein de provinces chinoises et décomposées en zones dites « autonomes tibétaines ». Je tenterai ici de présenter quels impacts l’asile politique a eu sur les pratiques musicales traditionnelles des Tibétains réfugiés de Dharamsala, en Inde, où j’ai séjourné six mois en 2018, à la recherche de chants qui faisaient partie de la vie quotidienne dans la région du Kham avant l’occupation chinoise.

De façon générale, les étu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Lukasiewicz, « Chanter loin du Pays des Neiges. Que sont devenues les musiques traditionnelles tibétaines à Dharamsala après soixante ans d’exil ? »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 179-195.

Référence électronique

Chloé Lukasiewicz, « Chanter loin du Pays des Neiges. Que sont devenues les musiques traditionnelles tibétaines à Dharamsala après soixante ans d’exil ? »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3618

Haut de page

Auteur

Chloé Lukasiewicz

Chloé LUKASIEWICZ est doctorante allocataire en ethnomusicologie à l’Université Paris-Nanterre et est rattachée au laboratoire CREM-LESC (UMR CNRS 7186). Également musicienne, elle pratique le chant lyrique depuis 2001.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
  • OpenEdition Journals