Navigation – Plan du site
Dossier : migrants musiciens

Les graines de l’exil tibétain : du parcours intime au destin collectif

Nathalie Gauthard
p. 197-213

Résumé

La création musicale tibétaine en exil couvre un large éventail de styles et de pratiques empruntant au spectacle vivant, aux pratiques rituelles performatives, aux musiques actuelles (pop, folk, rap) et contemporaines (rock progressif, musique expérimentale, expériences multimédia), et enfin au réseau « world » ou « fusion ». Cette activité musicale est animée de vents contraires avec le renforcement des individualités créatives au contact d’autres univers sonores et la célébration d’une identité musicale collective, ciment et ferment des communautés tibétaines en exil et au sein de la RPC. Cet article dresse un portrait sensible de Lobsang Chonzor, un artiste tibétain qui vogue entre plusieurs mondes : ceux de son appartenance à la communauté tibétaine en exil, en Inde puis en France avec un statut d’artiste intermittent du spectacle. Son parcours illustre à la fois la reconfiguration des trajectoires professionnelles des artistes en situation de migration et les processus créatifs à l’œuvre dans la musique tibétaine de l’exil.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

Les scènes tibétaines de l’exil en France
Lobsang Chonzor : portrait sensible d’un artiste tibétain
Entre répertoire figé et dynamique créative
Conclusion

Aperçu du texte

La création musicale tibétaine en exil couvre un large éventail de styles et de pratiques empruntant au spectacle vivant, aux pratiques performatives rituelles, aux musiques actuelles (pop, folk, rap) et contemporaines (rock progressif, musique expérimentale, expériences multimédia), et enfin au réseau « world » ou « fusion » (Laborde 1997 ; Aubert 2005 ; White 2011 ; Nowak 2018). Cette activité musicale est animée de vents contraires avec le renforcement des individualités créatives au contact d’autres univers sonores et la célébration d’une identité musicale collective, ciment et ferment des communautés tibétaines en exil et au sein de la RPC (République populaire de Chine). Cette identité a été édifiée et valorisée par la Central Tibetan Administration via le Tibetan Institute of Performing Art (TIPA) créé par le Dalaï-Lama dès les premières heures de son exil indien en 1959. Elle illustre un continuum de pratiques et d’usages de la musique en s’inscrivant de facto dans un cadre ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Gauthard, « Les graines de l’exil tibétain : du parcours intime au destin collectif »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 197-213.

Référence électronique

Nathalie Gauthard, « Les graines de l’exil tibétain : du parcours intime au destin collectif »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3628

Haut de page

Auteur

Nathalie Gauthard

Nathalie GAUTHARD est ethnoscénologue, professeure des universités en arts du spectacle et de la scène à l'Université d'Artois. Ses recherches ont porté sur l’analyse des processus de composition, de recomposition et d’innovation des rituels tibétains dansés, ‘cham, à destination d’un regard extérieur au sein des communautés tibétaines exilées (Népal, Inde), puis sur l’analyse des processus de patrimonialisation de l’Unesco et ses effets sur l’épopée de Gesar de Ling (RPC, Tibet). Elle étudie également les esthétiques et les pratiques carnavalesques. Ses recherches actuelles portent sur la circulation, la transmission des savoirs, les processus de patrimonialisation et de revendications identitaires à l’œuvre dans les pratiques scéniques et performatives.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
  • OpenEdition Journals