Navigation – Plan du site
Dossier : migrants musiciens

Les bandes de violons des Roms de Hongrie et des Balkans : un marqueur des migrations tsiganes en Europe

Luc Charles-Dominique
p. 215-232

Résumé

Les fortes ressemblances entre anciens ensembles ménétriers de violons et actuelles bandes tsiganes de violons d’Europe centrale et balkanique, autorisent l’hypothèse des transferts culturels. Les Tsiganes étant présents en Europe depuis le XV e siècle, les processus de mise en contact entre eux et les populations locales (Gadjé) sont multiples : circulations humaines de toutes sortes, cadre répressif et carcéral associé au vagabondage, fréquentation, par les Tsiganes, des nobles, des cours, de l’espace économique et performatif de la foire, des milieux du théâtre itinérant. Par ailleurs, au XVIIe siècle, les bandes de violons, surtout françaises, ont essaimé dans toute l’Europe, notamment centrale. Les bandes de violons tsiganes d’Europe centrale et balkanique, qui sont les seules aujourd’hui à avoir conservé des registres intermédiaires proches de l’alto (kontra) en plus des violons et des basses de violons, et dont l’organologie et le jeu s’inscrivent dans une très ancienne mémoire de la musique ménétrière occidentale de violon (du XVIe au XVIIIe siècle), constituent un marqueur des migrations historiques des Tsiganes en Europe.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

L’émergence de l’hypothèse des transferts culturels
Les conditions transhistoriques de ces transferts culturels
Le violon, au cœur des transferts culturels entre gadjé et Tsiganes
Conclusion

Aperçu du texte

L’émergence de l’hypothèse des transferts culturels

Les déplacements de populations, surtout lorsqu’ils sont de grande ampleur (massifs et sur la longue durée), génèrent des transferts culturels dont les pratiques musicales sont l’une des facettes. Que les éléments transférés émanent des cultures originelles des migrants ou de celles en usage dans les sociétés d’accueil, leur transfert ne consistera jamais en une reproduction à l’identique. Transférer n’induit pas seulement le déplacement, la motion, mais aussi la transformation, l’adaptation. Il s’agit donc d’un processus créatif, duquel vont émerger de nouveaux « objets » culturels et de nouvelles formes de pratiques.

Pour illustrer ce phénomène, je souhaiterais examiner le cas de certains ensembles instrumentaux en usage chez les Tsiganes de Hongrie et d’Europe balkanique (Roumanie, Serbie), en général hétérogènes d’un point de vue organologique (constitués d’instruments à cordes frottées, de cymbalums, de flûtes, d’accordéons, de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Charles-Dominique, « Les bandes de violons des Roms de Hongrie et des Balkans : un marqueur des migrations tsiganes en Europe »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 215-232.

Référence électronique

Luc Charles-Dominique, « Les bandes de violons des Roms de Hongrie et des Balkans : un marqueur des migrations tsiganes en Europe »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3634

Haut de page

Auteur

Luc Charles-Dominique

Luc CHARLES-DOMINIQUE, Professeur d’Ethnomusicologie à l’Université Nice Sophia Antipolis (Université Côte-d’Azur), cofondateur et président du CIRIEF (Centre international de recherches interdisciplinaires en ethnomusicologie de la France), est membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
  • OpenEdition Journals