Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie32Dossier : migrants musiciensL’émigration historique des Juifs...

Dossier : migrants musiciens

L’émigration historique des Juifs au Portugal. Quel est leur apport dans la musique traditionnelle du Trás-os-Montes ?

Anne Caufriez
p. 233-246

Résumé

Cet article aborde un répertoire traditionnel du Trás-os-Montes (Portugal) qui, jusque dans les années 1980, était aussi chanté par les Juifs habitant les villages de la région. Ce répertoire d’origine médiévale s’appelle le romanceiro (ensemble de poésies octosyllabiques appelées romances). Il était connu et pratiqué par tous les habitants, y compris les Juifs. Les romances étaient surtout chantés pour la moisson des céréales et le soir au bord de l’âtre. Plusieurs villages isolés du Trás-os-Montes abritent des communautés juives depuis le XIIe siècle, établies notamment dans des villages situés le long de la frontière hispano-portugaise. Une fois la Reconquête sur les Maures terminée, ces Juifs « historiques » ont été contraints de se convertir au christianisme (de là leur nom de « nouveaux chrétiens »), et ensuite ils ont dû fuir l’Inquisition. L’article retrace l’histoire de ces Juifs pauvres et « cachés » dans cette région rurale qu’est le Trás-os-Montes et fait le lien avec le romanceiro d’aujourd’hui, en retournant à ses sources « sur le terrain ». Il tente de mettre en évidence les apports spécifiquement juifs à ce répertoire (ce qu’il en reste), qui se manifestent plus au niveau de l’interprétation que de thèmes originaux.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le terme « ballade » est le nom générique d’une chanson d’origine médiévale commune aux pays europé (...)

1Il est un répertoire de la musique traditionnelle portugaise et espagnole dont les Juifs originaires de la Péninsule ibérique ont conservé la mémoire pendant longtemps. Il s’agit de la ballade appelée, en Péninsule ibérique, romance ou romanceiro (ensemble de romances)1. C’est même le répertoire le plus connu que les Juifs sépharades en exil aient colporté dans plusieurs pays du pourtour méditerranéen et c’est également celui qui a été sauvegardé à travers plusieurs chansonniers (ibériques et sépharades). C’est encore ce répertoire qui est repris, lors de concerts ou de festivals d’aujourd’hui, par des chanteurs et musiciens d’origine juive et celui auquel la diaspora juive sépharade se rattache pour exprimer son identité.

2Au Portugal, la ballade ou romance est une chanson versifiée, épico-lyrique, qui s’est transmise du Moyen Age jusqu’à nos jours à travers la tradition orale du milieu rural. Il y a une bonne trentaine d’années, elle était encore le répertoire chanté le plus important du Trás-os-Montes (province Nord-Est du Portugal). Elle était interprétée de façon collective ou individuelle par tous les villageois.

3Au cours de mes enquêtes successives au Trás-os-Montes (entre 1978 et 2012), j’ai toujours été intriguée par ces communautés juives, souvent établies dans des villages situés le long de la frontière entre le Portugal et l’Espagne, et sur lesquelles couraient parfois des bruits étranges. On disait notamment que ces Juifs avaient creusé des souterrains traversant la frontière entre le Portugal et l’Espagne, ce qui leur permettait de s’enfuir. Si l’existence de ces souterrains est difficile à vérifier, ce ouï-dire a éveillé en moi une certaine curiosité, voire une compassion pour ces Juifs ruraux dissimulant leur identité depuis des siècles et qui vivent dans des villages très isolés. Je me suis alors promenée dans plusieurs villages ayant la réputation d’abriter une communauté juive, tels Freixo de Espada a Cinta, Vilar dos Perdizes, ou même, bien plus au sud, Castel de Vide (en Alentejo). C’est là que se trouve une synagogue confidentielle qui est la plus ancienne de la Péninsule ibérique (elle remonte au XIV e siècle). A l’époque où je l’ai visitée pour la première fois (dans les années 1970), personne ne la connaissait. Il fallait en demander la clé à une vieille femme du village ; mais aujourd’hui elle est plus connue et a même pris l’aspect d’un petit musée avec son mémorial.

Fig. 1. Carte géographique de l'Est du Trás-os-Montes

Fig. 1. Carte géographique de l'Est du Trás-os-Montes

4Par ailleurs, j’ai réalisé de nombreux enregistrements de musique dans des villages du Trás-os-Montes dont une partie de la population était juive, notamment à Vimioso ou Algoso. Les communautés juives de ces villages, parfaitement intégrées à la population locale, et qui vivent dans la dissimulation depuis l’Inquisition, sont absolument invisibles ou indétectables par des signes extérieurs. Cela s’explique par l’histoire ibérique. Celui qui essaie d’enquêter auprès de ces Juifs « invisibles » se heurte non seulement à une méfiance totale, mais au silence, voire à la négation de leur existence. Pour essayer d’en savoir un peu plus, j’ai, bien plus tard, fait appel à deux amis judéo-portugais, originaires de villages similaires au Trás-os-Montes.

5Aujourd’hui encore, les Juifs de ces villages du Haut Trás-os-Montes sont très souvent pauvres, partageant cette condition économique avec les habitants de la région. Ces communautés juives sont désignées sous des noms différents : les Sépharades ou Séphardim/ Séphardites (le nom biblique des Juifs établis dans la Péninsule ibérique), les Marranos (un nom utilisé au Trás-os-Montes, qui signifie en portugais les « porcs ») ou encore les Crypto-Juifs (ceux qui se cachent, les Juifs clandestins) (Alves 1925 : XXII, III-V, XLII-XLV) (Caufriez 1997 : 117-119, vol. I). Ces Juifs-là sont à distinguer d’autres communautés juives arrivées au Portugal plus tard, tels les Juifs du Maroc, de Gibraltar ou encore les Juifs Ashkénazes, (venus de Pologne, des pays slaves ou germaniques) (Pimenta de Castro 1998 : 11-16).

  • 2 Emission TV « Fauteuils d’orchestre » soit du 4 juillet, soit du 28 novembre 2018. Il s’agissait du (...)

6Cet article a pour but de soulever la question de l’apport éventuel de ces Juifs ruraux au Romanceiro du Trás-os-Montes, cela à une époque où les médias et les présentateurs de concerts opèrent des amalgames que nous ne pouvons laisser s’installer. Sur France 32, Anne Sinclair ne présentait-elle pas, récemment, la musique d’un groupe de musiciens français comme « yiddish », sous prétexte qu’ils chantaient dans cette langue ? En réalité, ces musiciens ne faisaient rien d’autre que de reprendre les répertoires des Tziganes de Hongrie. Mais aucune référence à l’Europe centrale n’a été faite dans son introduction…

L’histoire des juifs de la « nation » portugaise

  • 3 Les « communes » étaient des circonscriptions administratives regroupant des Juifs pauvres, des ouv (...)
  • 4 « C’est pourquoi Dieu les dispersa de par le monde », disaient-ils.
  • 5 L’Inquisition espagnole ou Tribunal du Saint-Office de l’Inquisition est une juridiction ecclésiast (...)

7Pour comprendre pourquoi les Juifs du Nord-Est du Portugal chantent le Romanceiro probablement depuis le Moyen Age, il est nécessaire de rappeler succinctement leur histoire. Ils ont toujours représenté une partie significative de la population portugaise. On ne sait pas exactement quand ils sont arrivés dans ce pays, mais on a des témoignages historiques sur leur existence au VIe, puis aux Xe et XIe siècles, comme une chartre royale visant à interdire leur assassinat, édictée par Alphonse VI de Léon (1040-1109) (Viegas Guerreiro 1965 : 3). Au Moyen Age, ils étaient nombreux et vivaient dans la dépendance directe et exclusive du roi, qui avait sur eux un pouvoir presque illimité (Alves 1925 : XLVI). Ils se regroupaient en « communes »3, dont le centre était la synagogue et disposaient de la liberté de culte. Ils étaient installés dans des quartiers appelés judarias, qui donnaient sur les quartiers chrétiens. Mais ces quartiers n’étaient pas toujours homogènes ni toujours distincts des quartiers chrétiens (Viegas Guerreiro 1965 : 3). Il faut préciser que le Nord du Portugal, au Moyen Age, était le noyau d’un pays naissant et ses premiers rois devaient reconquérir peu à peu le territoire occupé par les Maures depuis le VIIIe siècle. A la fin de la Reconquête, au XIV e siècle, il avait été décrété que les Arabes, les Maures, les Berbères ou les Juifs qui voulaient rester sur le territoire devaient se convertir au christianisme ou s’exiler. Ces convertis sont appelés « nouveaux chrétiens », parmi lesquels de nombreux Juifs. C’est pourquoi les historiens portugais appellent les « Sépharades » ou les « Marranos » du Trás-os-Montes les « Juifs de la nation », c’est-à-dire ceux qui habitaient déjà le pays au moment de sa formation comme nation dotée d’un seul roi et d’une seule langue. Ils se seraient établis à Bragance (la capitale du Trás-os-Montes) dès sa fondation au XIIe siècle, suite aux garanties que leur offrait une charte royale (celle du roi D. Sancho en 1187). Bragance a donné son nom à la dynastie des rois du Portugal pour plusieurs siècles. A cette époque, ces Juifs formaient déjà une communauté spécifique, appelée « Séphardite », qui s’était soudée autour de ses vieux rites de Babylone et enrichie de son vécu avec d’autres peuples de la péninsule. Les rois des premières dynasties portugaises leur confièrent des responsabilités administratives importantes (par exemple le contrôle fiscal). Mis à part ce privilège, la plupart de ces Juifs étaient usuriers, commerçants, tailleurs mais aussi artisans (joalliers, ferronniers, cordonniers, tisserands, teinturiers, menuisiers), ce qui était toujours le cas à l’époque de mes premières enquêtes au Trás-os-Montes (1978-80). Dans le passé, ils achetaient au roi leur tranquillité au prix de lourds tributs (comme leur permis de résidence) et payaient des impôts sur leurs biens et transactions. Mais l’extension et le développement de leurs activités mercantiles affaiblit peu à peu le commerce local (c’est-à-dire « chrétien ») et ce phénomène s’accentua encore à l’époque des « grandes découvertes » (aux XV e et XVIe siècles). De graves rivalités eurent lieu entre « nouveaux chrétiens » juifs et les « vieux chrétiens », au cours desquelles les Juifs furent maltraités, blessés, volés et même assassinés. Les villageois qui étaient pauvres et peu instruits, très catholiques de surcroît, jalousaient leur talent commercial et leur compétence administrative sous le couvert de conflits religieux. Et l’économie de la région, essentiellement basée sur le troc, avait besoin de liquidités dans ses rapports commerciaux et administratifs extérieurs. Les Juifs usuriers prêtaient donc à la cour, aux nobles, au peuple, aux négociants et même aux congrégations ecclésiastiques (Viegas Guerreiro 1965 : 4 ; Alves 1925 : LX-LXI ; Morais Machado 1998 : 68). Ils contribuèrent aussi aux dépenses de guerre du roi portugais D. Alfonso V (1478). Des litiges naquirent du taux d’intérêt élevé qu’ils demandaient et de l’insolvabilité abusive des chrétiens qui étaient protégés par les pouvoirs publics (Viegas Guerreiro 1965 : 5-6). Ce climat de rivalité, allié à une Eglise catholique intransigeante sur le respect de l’orthodoxie, contribuèrent à combattre la religion hébraïque, alors que la position de la curie de Rome était la tolérance. De graves accusations furent portées contre les Juifs, parmi lesquelles celle d’avoir « assassiné » le Christ (alors que ce sont les Romains qui l’ont crucifié)4 ; celle de profaner les images du Christ et l’hostie ; celle d’être des traîtres et apatrides ou celle de pratiquer l’usure (intérêt pris sur une somme d’argent) pour humilier et appauvrir les chrétiens (Viegas Guerreiro 1965 : 5-6). Au XV e siècle, un climat favorable à la persécution des Juifs était né non seulement au Portugal, mais surtout en Espagne où ils étaient encore plus nombreux. L’Espagne inaugura les premières vagues de persécutions des Juifs en 1440 et en 1467. Entre-temps, en 1478, l’Inquisition5 fut instaurée en Espagne par les rois catholiques (Ferdinand et Isabelle), qui sont à l’origine de la grande persécution des Juifs espagnols de 1492. Ceux-ci furent obligés de s’enfuir. Une partie vint se réfugier au Portugal et l’autre émigra dans le bassin méditerranéen. Au Trás-os-Montes, leurs portes d’entrée furent Bragance et Vilar dos Galegos, d’où ils essaimèrent partout. Mais beaucoup d’entre eux s’installèrent dans des villages le long de la frontière portugaise avec l’Espagne (une région où vivaient déjà de vieilles communautés juives). Au départ, la politique du roi Manuel de Portugal était de maintenir les Juifs dans le pays ; mais peu à peu, il changea d’avis sous la pression des Rois catholiques dont il voulait épouser la fille Isabelle d’Aragon. En 1497, il édicta des lois pour l’expulsion des Juifs du Portugal, et leur exil se trouva encore renforcé par l’arrivée de l’Inquisition au Portugal, en 1536. Une partie des Juifs « nouveaux chrétiens », qui faisaient partie du pays depuis longtemps, restèrent au Trás-os-Montes mais les autres s’enfuirent au Maroc, à Amsterdam et à Bordeaux (Pimenta de Castro 1998 : 15-16), sans garder leur langue d’origine en ce qui concerne l’interprétation du Romanceiro. Plus tard, des Juifs portugais d’Amsterdam émigrèrent au Nord-Est du Brésil, dans le cadre de l’exploitation de la canne à sucre et colportèrent là-bas la tradition du Romanceiro (Caufriez 1998 : 117-118 ; 2018 : 90-91). Au Portugal, l’Inquisition ne prit fin qu’en 1821, ce qui signifie qu’entre-temps, beaucoup de Juifs et de Musulmans convertis (les « nouveaux chrétiens ») en furent la cible privilégiée (Pimenta de Castro 1998 : 15-16). Actuellement, les communautés juives qui survécurent à l’Inquisition vivent surtout dans les villages de l’intérieur du pays, comme ceux du Trás-os-Montes, qui resta longtemps une région isolée du reste du pays, mais aussi le long de la frontière avec l’Espagne. Le climat de peur et de clandestinité que ces expulsions avaient créé perdura chez ces Juifs historiques jusqu’à une époque récente car, sous le régime de Salazar, ils n’avaient toujours pas le droit de s’affirmer comme communauté. Mais la position du Salazarisme à leur égard, contrairement à Hitler, était d’une relative tolérance. Depuis des siècles, ceux qu’on appelle les Juifs marranos (c’est-à-dire ceux du Trás-os-Montes et des régions frontalières avec l’Espagne) inventent donc des procédés très ingénieux pour conserver leur religion, dissimulant de génération en génération leurs pratiques religieuses et rituelles au monde extérieur. De là leur nom de Crypto-Juifs (Pimenta de Castro 1998 : 4, 15-16 ; Morais Machado, 1998 : 94-95).

Fig. 2. Village frontalier de Castel de Vide (Alentejo) : rue de la synagogue.

Fig. 2. Village frontalier de Castel de Vide (Alentejo) : rue de la synagogue.

Photo Anne Caufriez, 1980

8Le sujet de cet article se limite à un seul répertoire qui fait partie des traditions musicales de ces Juifs de campagne, le romanceiro, un genre essentiellement profane et public, et il n’abordera pas leurs pratiques religieuses cachées.

Le romanceiro du Trás-os-Montes est-il une spécificité juive ?

9Dans les années 1980, le Trás-os-Montes était une région qui vivait exclusivement d’une culture extensive des céréales et de l’élevage des troupeaux. Cette économie agro-pastorale remonte au Moyen Age (si l’on se réfère à l’histoire de la région) et est encore pratiquée dans des microrégions montagneuses où la mécanisation agricole reste impossible. Les romances étaient chantés collectivement soit pour accompagner les travaux agricoles, principalement la moisson, soit pour divertir les longues soirées d’hiver, qui réunissaient les voisins du village au bord de l’âtre (à une époque où la télévision et même l’électricité étaient rares dans ces villages oubliés). Dans la mesure où il y avait des communautés juives dans plusieurs villages, les Juifs chantaient aussi ce répertoire pour la moisson avec les autres villageois. La moisson réunissait tout le village, lequel vivait dans un système communautaire et solidaire (Caufriez 1977/I : 165-190). Et ceux qui n’y participaient pas avaient l’occasion de chanter les romances lors des soirées d’hiver organisées par les voisins. Au Trás-os-Montes, les Juifs n’avaient généralement pas de quartiers à eux (Morais Machado 1998 : 94-96 ; Viegas Guerreiro 1965 : 3), d’autant que les synagogues étaient interdites depuis des siècles ; mais ils vivaient parfois cantonnés dans certaines zones du village (Caufriez 1997/1 : 165-190). Il est significatif qu’un abbé local raconte, dans les années 1930, que, lors de la messe, le curé dressait une corde à l’intérieur de la nef de l’église : les Juifs devaient entrer à gauche de la corde et les autres villageois à droite. Cette coutume avait même une traduction visuelle et symbolique sur le fronton de certaines petites chapelles de campagne sur lequel on voyait, à gauche, l’étoile de David gravée dans la pierre et, à droite, la croix chrétienne. J’ai pu l’observer moi-même lors de ma mission de 1998 mais cette pratique n’était pas généralisée pour autant.

10Dans cette région, on dénombre une vingtaine de villages abritant des communautés juives, parmi lesquels Mogadouro, Macedo de Cavaleiros, Argozelo, Carção, Lagoaça, Vilarinho dos Galegos, Vimioso, Azinhoso, Freixo de Espada a Cinta, Fôzcoa, Felgeiras, Chacim. Santalho, Sendim, Vila-Flor, Vinhais, Duas Igrejas, Mirandela, Parada de Infanções (Alves 1925 : CV, LX-LXI ; Pimenta de Castro 1998 : 19-20 ; Morais Machado 1998 : 94-95, 98, 104).

11Les Juifs du Trás-os-Montes rural sont plutôt pauvres (comparativement à ceux de la ville) car cette région était l’une des plus déshéritées du Portugal jusque dans les années 1980 et possédait encore un grand taux d’analphabétisme (favorisé par la dictature de Salazar). Traditionnellement, ces Juifs ruraux exerçaient des activités de négociants, épiciers, vendeurs de céréales, riz, morue séchée, tripes sèches, vin, huile, amandes, laines, peaux, cuir coupé, tissus bon marché, mais étaient aussi artisans ou tanneurs. Comme il n’y avait pas beaucoup de routes carrossables reliant les villages entre eux, ils allaient de ferme en ferme, à dos de mule, pour vendre leurs marchandises et fréquentaient certaines foires ou marchés locaux. Ils pratiquaient une économie de subsistance très modeste, qui était rivée à leur région (Alves 1925 : LX-LXI, LXV ; Viegas Guerreiro 1965 : 4).

12Une minorité d’entre eux se débrouillaient mieux en pratiquant la contrebande ou l’usure et arrivaient à acheter des troupeaux (vaches, chèvres et moutons) et posséder quelques vignes sur des terres généralement louées car, historiquement, il leur était interdit d’acheter des terres (Pimenta de Castro 1998 : 28-29, 39-40).

13Il est aujourd’hui trop tard pour pouvoir mener des enquêtes approfondies auprès de ces Juifs historiques devenus « nouveaux chrétiens », soit parce que leurs traditions propres se sont appauvries depuis la Renaissance, soit parce que les derniers témoins âgés ont aujourd’hui disparu, soit encore parce que l’émigration a vidé le village d’une partie de sa population, ce qui a engendré le déclin des pratiques musicales collectives auxquelles ils prenaient part. De surcroît, l’économie du Trás-os-Montes a, depuis quelques années, fortement changé.

14Je tenterai néanmoins de déterminer ici le peu qu’il reste de leur contribution spécifique au Romanceiro du Trás-os-Montes. Mais cette contribution, si elle existe, pose question. La tradition « juive » du Romanceiro du Trás-os-Montes n’a jamais été recueillie en tant que telle, par des Sépharades ou non Sépharades s’étant rendus dans cette région. Même l’Américain Kurt Schindler, d’origine sépharade, qui a enregistré et noté toutes les mélodies des chants agricoles du Trás-os-Montes (romances ou non) qu’il entendait dans les années 1930-40 (Schindler 1941 : 926-985, 44-45), n’a pas cherché à dégager parmi ces chants historiques une tradition « spécifiquement juive ». Sans doute n’était-il pas assez enraciné dans le contexte. Il a perçu ces chants comme le souvenir de ses racines ibériques, sans plus. Son précieux livre de mélodies et de paroles, portant surtout sur l’Espagne, n’a pas trouvé de successeur qui tente de dégager la spécificité juive de certains romances, si ce n’est les brèves recherches au Trás-os-Montes des philologues américains Samuel Armstead et Joseph Silverman, qui se sont surtout intéressés aux textes, après avoir pris connaissance de mes premières recherches dans la région (dans les années 1980). Il faut dire que ces deux remarquables philologues avaient surtout publié, jusque-là, des livres sur les textes des romances judéo-espagnols, appartenant notamment aux archives du philologue espagnol Menendez Pidal. Quant aux deux livres que j’ai publiés sur le romanceiro transmontain, ils ne portaient pas spécifiquement sur la tradition juive. En tout état de cause, les recherches effectuées par ces professeurs américains au Trás-os-Montes n’ont pas permis de mettre en évidence l’existence d’une tradition juive originale dans l’interprétation du romanceiro, si ce n’est par quelques versions accidentelles découvertes, celles-là, par un philologue portugais, Manuel da Costa Fontes, qui a travaillé sur la mémoire des Açoriens émigrés au Canada (Da Costa Fontes 1979 : 511-12). Les collectes abondantes réalisées au Trás-os-Montes dans les années 1950 par des philologues portugais comme Leite de Vasconcelos n’en disent guère plus sur des versions « juives ». Cela ne ferme pas pour autant la porte aux plus jeunes philologues portugais qui continuent encore leurs recherches sur le romanceiro et qui pourraient faire de nouvelles découvertes.

Fig. 3. Ancienne rue du village de Freixo de Espada a Cinta (Trás-os-Montes).

Fig. 3. Ancienne rue du village de Freixo de Espada a Cinta (Trás-os-Montes).

Photo Anne Caufriez, 2012

15A cela s’ajoute le problème des interchanges de langues et de versions entre le Portugal et l’Espagne. Certains romances recueillis dans la diaspora marocaine ont des sujets considérés comme spécifiques au Portugal alors qu’ils sont chantés en judéo-espagnol. Les traditions espagnoles et portugaises peuvent parfois se confondre car, au moment de l’exil de 1492, il y avait de nombreux va-et-vient de Juifs de part et d’autre de la frontière et ceux-ci parlaient souvent les deux langues. Il existe aussi des romances que seule la mémoire portugaise a conservés et que la mémoire espagnole a perdus (Caufriez 1997/I : 119-127).

16Par ailleurs, les Judéo-portugais chassés par l’Inquisition, et réfugiés à Amsterdam ou à Bordeaux, ne semblent pas avoir emporté de romances dans l’exil. La tradition judéo-portugaise, si elle existe, ne se trouve plus que dans les terroirs du Portugal. C’est celle-là qui a été reprise par des chanteurs judéo-portugais comme Pedro Caldeira Cabral et Janita Salomé qui interprètent, dans leur disque dédié aux romances, des enregistrements de musique traditionnelle réalisés par l’ethnomusicologue français Michel Giacometti dans les années 1960-70. Il en va tout autrement des musiciens qui s’inspirent de la tradition judéo-espagnole, dont les romances ont surtout été collectés, semble-t-il, à partir des mémoires de l’exil. On se réfèrera ici aux travaux de Haïm Vidal Séphiha (1979), Professeur émérite à la Sorbonne, qui a sondé les mémoires judéo-espagnoles du Maroc, de Thessalonique et d’Istanbul dans les années 1971-78, ou les travaux du philologue français Paul Bénichou (1975 : 113-124). Il faut dire qu’avant eux, les mélodies des romances judéo-espagnols avaient déjà été recueillies en Espagne, notamment par Isaac Lévy dans les années 1960-70. Aujourd’hui, l’ethnomusicologue canadienne Judith Cohen s’intéresse aux romances du Trás-os-Montes mais surtout aux rites portugais d’origine juive du village de Belmonte (dans la province de la Beira).

  • 6 J’ai pu le constater lors d’un colloque de spécialistes du Romancero à Madrid (2015) qui donnait un (...)

17Comme on le constate, le romanceiro est un sujet complexe. Il se présente comme un grand corpus poético-musical dont les philologues ibériques ont déjà largement discuté les thèmes des récits, les versions d’un même sujet (nombreuses), les caractéristiques des rimes (certaines sont plus archaïques que d’autres). Aussi, me limiterai-je à dire qu’il existe un fonds thématique commun entre le Romanceiro portugais et le Romanceiro espagnol (Caufriez 1997/I : 119-127), dont il est parfois difficile de dégager des versions plus spécifiquement juives. Quant aux mélodies sur lesquelles les romances sont chantés, celles d’Espagne sont fort différentes de celles du Portugal, qu’elles aient été recueillies dans les années 1980 ou, plus récemment, vers 2015, par des étudiants espagnols6. D’une manière générale, les mélodies portugaises sont plus archaïques et ne sont pas aussi souvent syllabiques que celles des romances espagnols (Caufriez 1997/I : 215-16, 229-34). Elles relèvent d’un vieux fonds musical qui favorise les échelles pentatoniques descendantes, avec micro-intervalles, et elles sont proches des modes de la musique religieuse médiévale. Elles peuvent aussi être mélismatiques lorsqu’elles sous-tendent certains travaux agricoles.

  • 7 Ecrits que j’ai recherchés et trouvés dans les mairies de certains villages transmontains.

18En opérant une grande synthèse des recherches « de terrain » que j’ai menées dans cette région (entre 1980 et 2012), enrichie par la consultation des recueils de textes des philologues portugais, par la lecture d’écrits confidentiels sur ces Juifs historiques7, ainsi que par les témoignages de mes amis judéo-transmontains, il s’avère que la tradition de chanter le romanceiro chez les Séphardites/Marranos du Trás-os-Montes peut être divisée en deux catégories. Soit elle reprend les romances de la région, chantés ou récités collectivement dans le contexte agricole ou lors des veillées au bord de l’âtre, et ces romances ont sans doute été assimilés par eux comme répertoires propres ; soit elle interprète des romances qui lui sont propres, dans un contexte secret dans lequel les Sépharades ont développé des thèmes qui leur parlaient plus ou qui se rapprochaient plus intimement du contexte biblique de l’Ancien Testament. Ces thèmes sont venus se greffer sur ce répertoire collectif et historique du Trás-os-Montes à travers des variantes d’interprétation, incorporant certains épisodes ressentis comme plus identitaires.

19Mais à l’origine, au Moyen-Age et à la Renaissance, ces romances sont déjà enracinés dans le terroir du Haut Trás-os-Montes (on en a des témoignages écrits) et représentent une pratique musicale des habitants, qui a été adoptée par les Sépharades lorsqu’ils accomplissaient les tâches agricoles collectives avec les autres. Jusque dans les années 1980-90, au Trás-os-Montes, l’interprétation de ces romances prenait surtout place dans le cadre de la moisson qui rassemblait tous les habitants du village (Caufriez 1977 : 215-16, 229-34).

  • 8 L’adufe était surtout utilisé par les Judéo-espagnols pour accompagner un autre répertoire, plus an (...)

20Parmi tous les romances que j’ai pu recueillir (environ 200 provenant d’une trentaine de villages), j’en ai très probablement enregistré quelques-uns qui ont été privilégiés par les Marranes sans qu’ils m’aient été présentés comme tels (vu la dissimulation qui caractérise cette communauté). Il s’agit des romances aux titres suivants : « Dona Olivia », « Alta vai a lua alta » (« A Noite de Natal »), « A Serandilheira » (« As três comadres ») (Caufriez 1997/II : 264-65, 58-59, 124-125, 76-77) et une prière mi-récitée, mi-chantée « As Tábuas de Moísés » (les Tables de Moïse) qui prend la forme d’un romance (Caufriez 1997/II : 78-80). Cette prière pourrait bien être la contrefaçon chrétienne d’une ancienne prière judaïque (dans laquelle les Juifs de plusieurs pays se reconnaissent, notamment un producteur musical de Radio France qui diffusait mon enregistrement). Il faut dire que ses paroles évoquent les cinq premiers livres de Moïse, connus sous le nom de pentateuque (la Genèse, l’Exode, le Lévitique, les Nombres, le Deutéronome) (Caufriez 1997 : 302-307 ; 1997/II : 22-270). Dans les nouveaux villages frontaliers que j’ai sondés (Mogador, Freixe de Espada a Cinta…), où se cachent encore des Juifs, j’ai réussi à savoir qu’ils avaient transformé des prières propres à la religion judaïque en romances (c’est-à-dire avec la forme poétique des romances, sur des mélodies que je n’ai pu entendre, mais probablement les mêmes). Ils ont donc ajouté au romanceiro des thèmes bibliques qui faisaient partie de leurs références historiques et religieuses. Ils chantent, par exemple, des romances-prières comme « Le sacrifice d’Isaac », « Le passage de la Mer Rouge », « Daniel dans la fosse aux lions », « Jonas dans la bouche de la baleine » ou « Dans le ciel se trouve un château ». Ces quelques exemples de la tradition sépharade portugaise ne sont certes pas représentatifs d’une tradition aujourd’hui oubliée ou secrète, sans doute plus riche dans le passé, mais ils ont le mérite de rappeler les racines géographiques de ces romances qu’interprètent sur la scène les chanteurs israéliens (ou judéo-espagnols et judéo-français) d’aujourd’hui et de les resituer dans leur contexte d’origine. On peut même dire que les Juifs qui ont dû émigrer dans les pays de la Méditerranée, suite aux expulsions de l’Inquisition de la fin du XV e siècle, ont conservé une tradition plus forte mais aussi plus cristallisée que celle du Trás-os-Montes, avec un joyau en plus : la pureté de la langue judéo-espagnole médiévale dans laquelle ces romances sont chantés ou récités, qui est admirable. Cette richesse linguistique des versions de l’exil est essentiellement due à la mémoire judéo-espagnole et aux transcriptions dont elle a fait l’objet. On mentionnera encore l’utilisation du tambourin adufe8 pour accompagner occasionnellement le chant des romances, lequel est ressenti par les Sépharades comme un vieil instrument « juif », mais il est en fait d’origine maghrébine. Il n’est pas exclu qu’il ait été apporté au Portugal par les Juifs du Maroc, à l’époque de l’occupation maure, mais il est en tout cas devenu l’emblème des femmes de la Beira lorsqu’elles chantent pour les pèlerinages (catholiques) et pour la fête de Saint-Jean. Le cheminement des instruments de musique n’est pas toujours évident à établir.

21Quant à la diaspora judéo-portugaise, curieusement, elle n’a pratiquement pas conservé sa langue d’origine, ni même de romances chantés ou récités en langue portugaise, sauf au Nord-Est du Brésil où se sont réfugiés des Juifs « nouveaux chrétiens ».

22Si des recherches ont été faites chez les Crypto-Juifs portugais, portant surtout sur leurs rituels religieux et alimentaires et si des sites web se sont même ouverts ces dernières années sur cette question, rien de nouveau n’apparaît sur le judéo-romanceiro du Trás-os-Montes.

23Aussi tardive que puisse apparaître ma contribution « de terrain » sur l’apport des Sépharades au romanceiro du Nord-Est du Portugal, elle a le mérite de poser la question de son appropriation par ces Juifs historiques de la Péninsule et celle des chemins qu’elle a empruntés. J’ose espérer qu’elle suscitera encore, dans la diaspora, quelques recherches qui mettront en relief d’autres éléments « spécifiquement juifs ».

Conclusion

24La mémoire des romances chantés chez les Sépharades de la diaspora est sans doute plus ancienne et plus variée que la mémoire actuelle des Juifs restés au Trás-os-Montes, qui représentent une population plus restreinte et limitée à la partie Nord-Est du Portugal et ses frontières. Avec ce répertoire commun au Portugal et à l’Espagne, on assiste, en fait, au développement de deux rameaux différents : une mémorisation transmise en Péninsule ibérique à travers les générations et les travaux agricoles, et une autre transmise à travers des communautés sépharades éclatées et dispersées par l’exil autour du bassin méditerranéen, dans des pays comme le Maroc, la Turquie, la Grèce et l’Italie.

25Si la souche de ces romances appartient initialement au patrimoine vivant du Trás-os-Montes depuis le XV e siècle, et cela jusqu’à aujourd’hui, ce patrimoine collectif a été fragmenté à l’époque de l’Inquisition par l’exil des Sépharades. Ceux-ci en ont conservé une mémoire parallèle et autonome, qui s’est arrêtée à la langue judéo-espagnole du Moyen Age. Avec eux, le romanceiro représente un héritage musical et poétique resté intact, provenant d’une très ancienne émigration en Péninsule ibérique et colporté autour de la Méditerranée par leur exil. Si les Sépharades n’ont probablement pas inventé le romanceiro, qui relève d’une création collective plutôt complexe, leur apport à ce répertoire se reconnaît manifestement aux modes particuliers d’interprétation qu’ils en ont fait et dont ils ont raison d’être fiers. Mais sans doute le romanceiro n’est-il pas le répertoire musical privilégié de leurs rites clandestins, tournés plutôt vers l’époque biblique.

Haut de page

Bibliographie

AMILCAR Paulo, 1970, « Os Cripto-Judeus », Revue des Etudes Juives CXXIX : 328-29.

ALVES Francisco Manuel, 1925, Memórias Arqueológico-Históricas do Distrito de Bragança. Coimbra : Imprensa da Universidade e outros. Chapter of introduction « Os Judeos », tome V.

BENICHOU Paul, 1975, « El romance de la muerte del principe de Portugal », Nueva revista de filologia hispánica 24/1 : 113-124.

CABRAL Pedro, Vitorino SALOMÉ et Janita SALOMÉ, s.d., Romances. Disque 30/33. Porto : Orfeo, Arnaldo Trinidade LDA (années 1980).

CANELA David Augusto, 2005, « Os últimos Cripto-Judeus em Portugal ». Belmonte : Câmara Municipal de Belmonte.

CAUFRIEZ Anne, 1993, Chants du blé et cornemuses de bergers. CD OCORA Radio France.

CAUFRIEZ Anne, 1997/I, Le Chant du Pain, vol. I. Paris : Fondation Gulbenkian.

CAUFRIEZ Anne, 1997/II, Romances de Trás-os-Montes, vol. II. Paris : Fondation Gulbenkian.

CAUFRIEZ Anne, 1998, Romances du Trás-os-Montes. CD. Paris : Fondation Gulbenkian.

CAUFRIEZ Anne, 2018, Madère. Paris : Transboreal.

COHEN Judith, 2011, « Portuguese Crypto-Jews and constructed musical identities », in M. Desroches, M-H. Pichette, C. Dauphin and G.H. Smith eds : Tourisme, patrimoine et performance. Montréal : Presses de l’Université de Montréal : 325-38.

COSTA FONTES Manuel, 1979, Romanceiro português do Canadá. Coimbra : Acta Universitatis Conimbrigensis.

COSTA FONTES Manuel, 1997, Portuguese and Brazilian Balladry, A thematic and Bibliographic Index, 2 vols. Madison (with the collaboration of the Camões Institute).

CUNHA AZEVEDO Elvira, 1974, O Sefardismo na Cultura Portuguesa. Porto : Paisagem

FERRÉ Pere, 2000, Bibliografia do Romanceiro português da Tradição oral moderna (1828-2000). Madrid : Instituto Universitario Seminario Menéndez Pidal.

GALHOZ Aliete, 1987, Romanceiro Popular Português, 2 vols. Lisboa : Instituto Nacional de Investigação Cientifica (Centro de Estudos Geográficos).

GUERREIRO Manuel Viegas, 1965, « Os Judeus na História de Portugal », Separata do Dicionário de História de Portugal. Lisboa (éditeur non mentionné).

KAYSERLING Meyer, 1971, História dos Judeus em Portugal. São Paulo : Livraria Pioneira Editora.

LÉVY Isaac, 1959, Chants judéo-espagnols recueillis et notés. Londres : World Sephardi Federation.

MORAIS MACHADO Casimiro Henriques de, 1998, « Mogadouro, um olhar sobre o passado », Herdeiros de C.H.M.M., Chapitre « Judeus e Marranos »

PIMENTA DE CASTRO António, 1998, Os Judeus na obra de Trindade Coelho. Mogadouro : Câmara Municipal.

RAMALHETE Ana Maria, Nuno JUDICE, Miguel MAGALHÃES & Ricardo MARQUES, 2009, Romanceiro da Tradição oral (recolhido no âmbito do « Plano de Trabalho e Cultura » dirigido por Michel Giacometti). Lisboa : Colibri.

SANTOS Ana Bela, 2009, Castelo de Vide, The Jews and the Inquisition. Bruxelles : Orfeu.

SCHINDLER Kurt, 1941, Folk music and poetry of Spain and Portugal. New York : Hispanic Institute in the United States et 1979 Hildesheim : G. Olms.

VIDAL SEPHIHA Haïm, 1979, L’agonie des Judéo-espagnols. Paris : Entente.

Haut de page

Notes

1 Le terme « ballade » est le nom générique d’une chanson d’origine médiévale commune aux pays européens.

2 Emission TV « Fauteuils d’orchestre » soit du 4 juillet, soit du 28 novembre 2018. Il s’agissait du groupe de musiciens Sirba Octet, présentant pourtant l’origine de ses répertoires. Le commentaire d’Anne Sinclair reposait-il sur l’ignorance ou était-il intentionnel ?

3 Les « communes » étaient des circonscriptions administratives regroupant des Juifs pauvres, des ouvriers et d’honnêtes gens, dit l’auteur.

4 « C’est pourquoi Dieu les dispersa de par le monde », disaient-ils.

5 L’Inquisition espagnole ou Tribunal du Saint-Office de l’Inquisition est une juridiction ecclésiastique instaurée en Espagne en 1478, qui était conçue à l’origine pour maintenir l’orthodoxie catholique dans le royaume. Elle réprimait les actes qui s’écartaient d’une stricte orthodoxie et donc l’hérésie du judaïsme.

6 J’ai pu le constater lors d’un colloque de spécialistes du Romancero à Madrid (2015) qui donnait un aperçu des recherches récentes menées par l’une des universités madrilènes.

7 Ecrits que j’ai recherchés et trouvés dans les mairies de certains villages transmontains.

8 L’adufe était surtout utilisé par les Judéo-espagnols pour accompagner un autre répertoire, plus ancien, « Les Chansons d’Amis ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte géographique de l'Est du Trás-os-Montes
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/3641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2. Village frontalier de Castel de Vide (Alentejo) : rue de la synagogue.
Crédits Photo Anne Caufriez, 1980
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/3641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 3. Ancienne rue du village de Freixo de Espada a Cinta (Trás-os-Montes).
Crédits Photo Anne Caufriez, 2012
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/3641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 937k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Caufriez, « L’émigration historique des Juifs au Portugal. Quel est leur apport dans la musique traditionnelle du Trás-os-Montes ? »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 233-246.

Référence électronique

Anne Caufriez, « L’émigration historique des Juifs au Portugal. Quel est leur apport dans la musique traditionnelle du Trás-os-Montes ? »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3641

Haut de page

Auteur

Anne Caufriez

Anne CAUFRIEZ est Directeur de Recherche et Responsable de collections au Musée des Instruments de Musique de Bruxelles depuis 1974. Elle a soutenu une Thèse de Doctorat en Ethnomusicologie à l’EHESS de Paris (en 1982) et une Habilitation à Diriger des Recherches à Paris-IV Sorbonne (en 2000). Elle a travaillé avec le Laboratoire d’Ethnomusicologie du CNRS (Musée de l’Homme, Paris) et avec le Centre d’Etudes Portugaises de l’EHESS de Paris (1987-1999). Sa spécialisation porte sur les musiques traditionnelles d’Europe et du Portugal. En dehors d’une bonne soixantaine d’articles publiés dans des revues internationales, elle a publié quatre livres sur la musique portugaise et ibérique : Le Chant du Pain et Romances du Trás-os-Montes (1998) ; Madère (2018), ainsi que L’instrument de musique ibérique (1988). Un cinquième livre sur la musique portugaise est en préparation : Une vie à la source de la mémoire (à paraître en 2020).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search