Navigation – Plan du site
Livres

Monica FERRANDO : Il regno errante. L’Arcadia come paradigma politico

Vicenza : Neri Pozza, 2018
Cristina Ghirardini
p. 305-309
Référence(s) :

Monica FERRANDO : Il regno errante. L’Arcadia come paradigma politico, Vicenza : Neri Pozza, 2018, 640 pages.

Texte intégral

  • 1 J’aimerais remercier Marie-Barbara Le Gonidec non seulement pour son aide précieuse dans l’écriture (...)

1Le livre de Monica Ferrando traite notamment de la dimension « politique » de la musique, dans le sens que lui attribuait l’Antiquité (période dont traite cet ouvrage) : celui de la réglementation de la vie collective. Il nous donne ainsi à réfléchir à la relation entre musique et société, si importante pour notre discipline, bien que d’une manière indirecte car il ne s’agit pas à proprement parler d’un livre d’ethnomusicologie1.

2Selon la pensée courante, c’est la « cité » (polis) d’Athènes qui a fourni le modèle de la civilisation occidentale, alors que l’Arcadie, région plus isolée, pauvre et inhospitalière, où Virgile a choisi de situer ses Bucoliques, serait une sorte de région mythique ayant servi de modèle au « Paradis terrestre » chrétien. Or la thèse de Monica Ferrando est que l’Arcadie n’est pas une région mythique, mais une réalité historique et que ses particularités, comme son apport dans le domaine du politique, ont été oubliées. L’Arcadie, qui avait conservé un mode de vie communautaire fondé sur un savoir préhellénique, était la seule région du Péloponnèse ayant résisté à l’occupation dorique. Ce mode de vie associait la musique et la poésie à la recherche de la vérité, autrement dit à la philosophie. Le présent ouvrage considère donc la musique comme philosophie suprême, selon l’expression de Platon, et l’Arcadie de Virgile serait le lieu où la conception philosophique réunirait voix et logos, nature et culture.

3La réflexion de Monica Ferrando se fonde sur deux questions fondamentales qui correspondent aux deux parties du livre : qu’est-ce-que l’Arcadie ? et pourquoi Virgile l’a-t-il choisie comme la région idéale dans ses Bucoliques ?

4La première partie a pour titre « Archeologia dell’Arcadia. L’Arcadia prima di Virgilio » (Archéologie de l’Arcadie. L’Arcadie avant Virgile). C’est à travers cinq chapitres denses que Monica Ferrando décrit finement cette région, évoquant son mode de vie, ses institutions, ses habitants, son économie, ses relations avec Athènes (dont elle devient le modèle antagoniste), ses dieux spécifiques, Hermès et Pan, l’enseignement de la prophétesse Diotime de Mantinée – à laquelle Platon donne la parole dans le Banquet lorsqu’il expose sa théorie de la connaissance à travers un éloge à l’amour (Eros). Ces éléments permettent à l’auteure d’interroger notamment l’échec de la construction de Mégapolis, restée inachevée, alors que, par opposition à Athènes, cette cité devait concrétiser l’idéal arcadien de l’unité dans la diversité.

5Les sources que Monica Ferrando utilise sont très variées. Si elle se réfère à de nombreux documents iconographiques et littéraires tels que les épopées homériques, elle renvoie aussi aux écrits de l’historien Polybe, né en Arcadie, et à ceux du géographe Pausanias, ainsi qu’à d’autres sources poétiques et philosophiques, dont plusieurs écrits sur la théorie musicale grecque. Leur examen ne laisse pas de doute quant à l’importance de la musique dans l’éducation des Arcadiens, ainsi que sur leur conception du temps et de la vie communautaire, à tel point que l’auteure arrive à démontrer que le terme nomos, qui, d’après Carl Schmitt, est associé à une idée de justice basée sur l’exercice du pouvoir, était à l’origine un principe communautaire non écrit, une sorte de règlement archaïque et « naturel » régissant principalement trois domaines importants : la musique et le chant, la nourriture et le pâturage, la loi. Et dans le deuxième chapitre du livre, intitulé « Il canto e il nomos » (Le chant et le nomos), Monica Ferrando présente sa théorie sur le nomos poético-musical, en s’appuyant sur l’étude de la racine *nem. C’est sur cette notion de nomos et sur l’éclairage qu’elle jette sur l’Arcadie qu’il faut s’arrêter pour comprendre l’importance de ce livre. Nomos a le sens de « pâturage » déjà avant la poésie homérique. Chez Alcman et Hésiode, on en découvre deux autres. Alcman utilise cette occurrence en la rattachant également à la nature puisqu’il parle par exemple du « nomos de tous les oiseaux », c’est-à-dire de leurs chants, tandis que dans Les travaux et les jours, Hésiode définit le nomos comme étant une justice qui, n’étant pas fondée sur les rapports de force, différencie les humains des animaux. Ce rapport entre nature et culture à travers la dimension sonore, fondamental dans la réflexion sur le nomos, apparaît aussi très clairement dans les cultes que les Arcadiens vouent à deux de leurs dieux, précisément musiciens : Hermès, l’inventeur de la lyre, et Pan, joueur de syrinx, mi-humain, mi-animal.

6Le rapport des Arcadiens avec la terre (l’économie était basée sur l’exploitation agropastorale et les habitants se montraient peu enclins à prendre part aux nombreuses guerres qui ont caractérisé la Grèce ancienne) et la persistance chez eux d’un savoir d’origine préhellénique ont permis le maintien de cultes féminins de fertilité. Ces éléments sont très importants pour introduire la figure de Diotime de Mantinée, évoquée plus haut, dont Socrate se fait le rapporteur lorsque vient son tour de participer à la discussion lancée dans le Banquet. Diotime, alias Socrate, se sert de la figure d’Eros, ce qui, selon Monica Ferrando, n’est possible que dans une éducation comme celle de l’Arcadie où le nomos est fondé sur le musical. Ce chapitre sur Diotime constitue un véritable essai sur le Banquet, mais aussi sur la datation controversée de cette œuvre dans le milieu des antiquisants. S’il se déroule en –416, année de la victoire du dramaturge Agathon, qui, pour la fêter, réunit ses doctes invités autour d’un symposion (banquet), cela contraste avec la mention, dans le discours d’Aristophane, de l’attaque des Spartiates à Mantinée en –385. Selon Monica Ferrando, cet anachronisme ne s’explique qu’avec l’introduction dans l’œuvre de Platon de la dimension prophétique propre à la perception du temps en Arcadie, un des éléments de la culture préhellénique conservé par les Arcadiens et porté par la figure de Diotime qu’emprunte Socrate. Celui-ci se sert de l’évocation du mythe d’Eros car il faut que l’idée et la vérité soient dévoilées et que « l’écorce qui la revêt [la vérité] la rende saisissable et communicable : le mythe » (« [la] scorza che la riveste e la rende afferrabile e comunicabile : il mito », p. 448). C’est là une dimension « politique » de la connaissance, qui se base sur la pauvreté (Eros est le fils de Penia, Pauvreté) et sur une relation immanente avec la vie (son père est Poros, Expédient), qui n’est pas sans rappeler le mode de vie en Arcadie.

7On comprend alors que l’Arcadie de Virgile, objet de la deuxième partie du livre (« Arcadia judice », Au jugement de l’Arcadie) s’inscrit dans la continuité de l’Arcadie redéfinie par Monica Ferrando dans la première partie. On sait que les Bucoliques s’ouvrent avec Tityre, personnage au nom « phono-symbolique », jouant à l’ombre d’un hêtre et derrière lequel certains ont vu la figure de Virgile lui-même. Mais Monica Ferrando refuse l’idée selon laquelle les Bucoliques reflètent la condition d’un Virgile bénéficiant des privilèges que lui offre la protection d’Auguste, d’après une reconstitution de la biographie du poète qui ne s’appuie que sur l’interprétation de ses œuvres. L’auteure reconnaît dans les Bucoliques l’aspiration à la justice naturelle et à une connaissance prophétique qui trouve ses racines dans le nomos poético-musical de l’Arcadie.

8Effectuant un énorme saut dans le temps qui, d’ailleurs, s’accorde avec l’idée de « prophétie sur le passé » inhérente au savoir arcadique, Monica Ferrando rappelle en fin d’ouvrage que l’Arcadie a été, avec raison, évoquée par Philippe Roux (2016) à propos de Nassim Soltani, berger tunisien qui a retrouvé dans la montagne le corps de son cousin Mabrouk (berger comme lui et joueur de flûte), décapité par les terroristes islamistes, et qui a dénoncé à la télévision les conditions de pauvreté, d’abandon et de marginalisation que subissait son village en Tunisie, poussant les jeunes à la radicalisation.

9Pour en revenir à l’ethnomusicologie, il me semble que quelques fondements de l’Arcadie persistent dans de nombreuses musiques traditionnelles aujourd’hui, dont la structure poétique et musicale du nomos qui y régit la société, ses choix d’un mode de vie qu’on peut qualifier d’« éthique » ou son rapport non linéaire avec le temps. Donnons trois exemples. En Italie par exemple, on retrouverait ce nomos dans la poésie improvisée en ottava rima du centre de l’Italie, où le rapport des poètes entre eux et avec le public se construit autour de la joute chantée (Tiezzi 2010) remontant au XIVe siècle, qui ne cesse de renouveler le rapport avec une langue littéraire (Ghirardini 2018) et avec une pratique d’improvisation musicale faisant usage de la parole poétique. On trouverait ensuite, un lien au mode de vie arcadien dans les « ancestraux » du Museo del paesaggio sonoro de Riva presso Chieri2, près de Turin : selon le musicien traditionnel et compositeur Domenico Torta3, les objets sonores tels que certains sifflets et appeaux, que l’on trouve fréquemment dans les anciennes civilisations, ont permis de construire un rapport entre les humains et leur environnement naturel où ces derniers cohabitent avec des êtres vivants non-humains, rapport que Domenico Torta intègre dans ses compositions nourries de références aux musiques traditionnelles (Raschieri 2011 ; Guizzi 2002). Le rapport au temps peut enfin se retrouver dans la musique des Suonatori della Valle del Savena4 qui perpétuent une pratique musicale de danse à connotation sociale dans la localité de Monghidoro (Bologne). Ces musiciens n’hésitent pas à dénommer une de ces danses mazurka del medioevo (mazurka médiévale) concaténant volontairement deux termes anachroniques afin de susciter la réflexion sur la tradition et sa temporalité. De même, à l’aube des recherches en ethnomusicologie en Italie, Ernesto De Martino a su tracer une voie originale en s’appuyant notamment sur l’historicisme – ce qui lui a permis de mettre en relation les pratiques musicales vivantes et l’histoire de la péninsule italienne – et sur le concept de « crise de la présence » qu’il a développé dans sa recherche sur les pratiques religieuses en Italie du Sud, sur le « tarentulisme » et sur les lamentations funèbres.

10Monica Ferrando, en analysant la conception du monde dans l’Arcadie antique et en dévoilant le chemin de la connaissance selon Eros dans la conception philosophique de l’Antiquité, peut nous permettre de reconsidérer le volet politique des musiques traditionnelles aujourd’hui qui renoncent aux séductions de la société du spectacle, sorte « d’éthique » qu’elles s’imposent afin de conserver cet ancrage dans la vie politique au sens premier du terme, ce qui en fait de nos jours des sources essentielles pour comprendre les processus de cohésion sociale. On peut donc, considérant cela, jeter un regard sur les musiques traditionnelles contemporaines comme vectrices d’un discours plus profond que le seul discours musical et esthétique ou de loisir, dans lequel on ne doit pas les enfermer.

Haut de page

Bibliographie

DE MARTINO Ernesto, 1958, Morte e pianto rituale. Dal lamento funebre antico al pianto di Maria. Torino : Einaudi.

DE MARTINO Ernesto, 1961, La terra del rimorso. Milano : Il Saggiatore.

GUIZZI Febo, 2002, Gli strumenti della musica popolare in Italia. Lucca : Lim.

GHIRARDINI Cristina, 2018, « Il nomos dell’improvvisazione poetica in ottava rima in Italia centrale », Clionet. Per un senso del tempo e dei luoghi 2 [03-02-2019]. https://rivista.clionet.it/vol2/societa-e-cultura/storie_paese/ghirardini-il-nomos-dell-improvvisazione-poetica-in-ottava-rima-in-italia-centrale.

KEZICH Giovanni, 1986, Poeti contadini. Roma : Bulzoni.

RASCHIERI Guido Battista, 2011, Senso e identità del termine popolare. Alcune prospettive di indagine etnomusicologica. La riproposta di repertori musicali tradizionali in Piemonte. PhD diss., Università degli Studi di Torino : 472-624.

ROUX Philippe, 2016, « L’irruption du berger. Carthage et Virgile à l’époque du capitalisme absolu », de(s)générations 25 : 67-79.

I Suonatori della Valle del Savena, 2002, La mazurka del medioevo – Ballo liscio nelle valli dell’Appennino bolognese. Udine : Nota, GEOS CD 432.

TIEZZI Grazia, 2010, L’improvisation en ottava rima en Toscane : une pratique langagière solennelle, PhD diss., Paris : Ecoles des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Haut de page

Notes

1 J’aimerais remercier Marie-Barbara Le Gonidec non seulement pour son aide précieuse dans l’écriture en français, qui n’est pas ma langue maternelle, mais aussi pour m’avoir donné la chance de discuter avec elle le contenu de ce livre.

2 http://museopaesaggiosonoro.org/.

3 https://tasch5.wixsite.com/domenicotorta.

4 http://www.ebenevengamaggio.it/suonatori.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cristina Ghirardini, « Monica FERRANDO : Il regno errante. L’Arcadia come paradigma politico »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 305-309.

Référence électronique

Cristina Ghirardini, « Monica FERRANDO : Il regno errante. L’Arcadia come paradigma politico »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3797

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals