Navigation – Plan du site
Thèses

Camille MOREDDU : Les inventeurs de l’American Folk Music de l’époque progressiste au New Deal : autour de la collectrice Sidney Robertson

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine, soutenue le 15 octobre 2018 à l’Université Paris Nanterre
p. 320
Référence(s) :

Camille MOREDDU : Les inventeurs de l’American Folk Music de l’époque progressiste au New Deal : autour de la collectrice Sidney Robertson
Thèse de doctorat en Histoire contemporaine, soutenue le 15 octobre 2018
à l’Université Paris Nanterre
690 pages (dont 165 pages d’annexes)
Directeurs de thèse : Annette Becker, Andy Arleo

Texte intégral

1Cette thèse porte sur l’invention de la catégorie musicale d’American Folk Music par les experts qui la collectent, la conservent, la classifient ou la diffusent. La période envisagée commence dans les années 1890 avec les premières applications, contestées, de la notion européenne de folk songs à des musiques étasuniennes par les folkloristes universitaires et les compositeurs savants : la possibilité même d’une musique propre à un peuple américain hétérogène et récent fait alors débat. Elle s’achève avec l’institutionnalisation de la folk music étasunienne, dont l’existence, sinon les détails du contenu, fait désormais consensus, dans les années charnières du New Deal, le moment où le gouvernement fédéral en fait l’expression musicale d’un patriotisme de crise mettant à l’honneur les gens du commun.

2Au cours de ce demi-siècle, différents milieux intellectuels, s’appuyant sur une multiplication des collectes, mobilisent des définitions différentes de la notion de folk music au service de leurs objectifs respectifs de construction de l’identité nationale américaine et d’un citoyen moderne. Compositeurs et musicologues construisent l’American Folk Music pour tenter de fonder une école de composition étasunienne qui rivaliserait avec les écoles européennes. Les folkloristes universitaires l’abordent en tant qu’objet d’étude, selon une approche textualiste et donc nécessairement anglo-centrée. Des anthropologues se saisissent aussi de cette notion pour l’appliquer aux musiques amérindiennes, puis à celles des « Noirs-Américains », dont l’américanité ne peut aisément être ni rejetée, ni politiquement reconnue. Avec les psychologues, ils y introduisent les influences successives des approches évolutionniste, diffusionniste, fonctionnaliste et relativiste. Educateurs progressistes et travailleurs sociaux l’emploieront dans des projets d’ingénierie sociale, notamment en relation avec le mouvement d’« américanisation », tant des immigrés récents que des ruraux perçus comme aussi arriérés que nobles. Tous ces paradigmes coexistent et s’opposent ou s’influencent jusque dans les années 1930, moment où cette institutionnalisation de l’American Folk Music au sein de l’Etat fédéral en impose et permet une synthèse.

3Les travaux des inventeurs de l’American Folk Music sont abordés à partir du parcours et des filiations intellectuelles d’une des collectrices qui établissent la synthèse new-dealienne, Sidney Robertson. Cette thèse ancre ainsi dans une approche biographique une étude générale d’histoire intellectuelle et culturelle des Etats-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Camille MOREDDU : Les inventeurs de l’American Folk Music de l’époque progressiste au New Deal : autour de la collectrice Sidney Robertson »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 320.

Référence électronique

« Camille MOREDDU : Les inventeurs de l’American Folk Music de l’époque progressiste au New Deal : autour de la collectrice Sidney Robertson »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3846

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals