Navigation – Plan du site
Thèses

Claire CLOUET : La diaspora de la chambre 107 : ethnographie des pratiques musicales et dansées des Soninké en Ile-de-France

Thèse de doctorat en Musique, Histoire, Société, soutenue le 25 octobre 2018 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (PSL)
p. 321
Référence(s) :

Claire CLOUET : La diaspora de la chambre 107 : ethnographie des pratiques musicales et dansées des Soninké en Ile-de-France
Thèse de doctorat en Musique, Histoire, Société, soutenue le 25 octobre 2018 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (PSL)
317 pages (dont 24 p. d’annexes)
Directeur de thèse : Denis Laborde

Texte intégral

1Cette thèse se situe à la confluence de l’anthropologie de la musique, de l’anthropologie urbaine, de l’anthropologie des migrations et des études africanistes. Mon enquête sur les usages de la musique dans un foyer parisien de travailleurs migrants m’a conduite à m’engager dans une ethnographie multi-située entre France et Afrique de l’Ouest. La thèse montre que la chambre 107 du foyer Argonne, situé dans le XIXe arrondissement de Paris, est plus qu’un lieu d’hébergement : c’est un espace social, parfois un lieu de fête, dans lequel résonne littéralement la diaspora soninké (communauté originaire de la région frontière entre le Mali, la Mauritanie et le Sénégal). L’ethnographie des pratiques sonores et musicales des habitants de ce foyer, puis mon engagement en tant que danseuse au sein de la troupe Xhambane Kaffo, en Ile-de-France, et de la troupe Xeri, au Sénégal, m’ont permis de renforcer ce constat. En suivant des musiciens et danseurs dans des événements festifs tels que l’élection de Miss Soninké France, j’ai analysé les divers espaces où se jouent le partage d’une intimité culturelle et celui d’un voisinage en contexte urbain multiculturel.

2Le pari de prendre la musique en filature à partir d’un lieu où on ne la soupçonne pas m’a servi de méthode pour déconstruire, au fil de cinq chapitres, les représentations associées aux politiques d’« accueil des migrants ». Cette thèse soutient que les individus se meuvent toujours à la frontières de plusieurs mondes et que leurs pratiques ne répondent pas nécessairement à un dénominateur commun tel que le lieu d’hébergement. Elle vise à nourrir les réflexions sur la « présence » de l’immigré, définie tantôt comme double absence, tantôt comme double présence, mais rarement, et c’est ce qu’apporte l’analyse, par ses pratiques sonores, musicales et dansées, lesquelles expriment cette présence de multiples manières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Claire CLOUET : La diaspora de la chambre 107 : ethnographie des pratiques musicales et dansées des Soninké en Ile-de-France »Cahiers d’ethnomusicologie, 32 | 2019, 321.

Référence électronique

« Claire CLOUET : La diaspora de la chambre 107 : ethnographie des pratiques musicales et dansées des Soninké en Ile-de-France »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3856

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals