Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie33Dossier : conflits et agressivitéL’appel du tambour. Danse et musi...

Dossier : conflits et agressivité

L’appel du tambour. Danse et musique dans la lutte sénégalaise

Julien Bonhomme
p. 19-38

Résumé

Née de la transformation de la lutte villageoise traditionnelle en un sport-spectacle à l’époque coloniale, la lutte sénégalaise est une véritable passion nationale dans le pays. Il s’agit d’une performance culturelle et non d’une simple compétition sportive. Les orchestres de tambours, les chorégraphies des lutteurs et les chants des griottes font partie du spectacle au même titre que les affrontements. Cet article montre que, loin de se réduire à un folklore périphérique, la musique instrumentale, la danse, les chants et la poésie panégyrique comportent des aspects agonistiques et font d’une certaine façon déjà partie du combat. Mobilisant griots, coéquipiers et supporters, ces performances contribuent à conférer une dimension collective à l’affrontement sportif. Elles produisent en outre des effets bien réels sur les lutteurs en les galvanisant et en attisant leur ardeur au combat.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Bàkku. L’autoglorification
Woyi làmb. Les chants de lutte
Tuus. La danse
Bàkk. La devise tambourinée
Tàng. L’ardeur au combat
Col. La magie du tambour

Aperçu du texte

La lutte sénégalaise (làmb en wolof) est une véritable passion nationale dans le pays. Les champions de lutte sont des célébrités et touchent des cachets colossaux à chacun de leurs affrontements. Les combats sont des grands spectacles attirant des milliers de supporters au stade et retransmis en direct à la télévision. La lutte sénégalaise se distingue des autres formes de lutte traditionnelle du continent africain par le fait qu’elle autorise les coups de poing : c’est de la « lutte avec frappe » (bëre ak dóor). Elle est née de la transformation de la lutte villageoise en un sport commercial à l’époque coloniale : dans les années 1920, des entrepreneurs de spectacles se mettent à organiser des combats dans des arènes urbaines, s’inspirant du modèle de la boxe anglaise. Après l’indépendance du pays, la lutte fait l’objet d’un processus d’institutionnalisation sous l’autorité de l’Etat : des instances officielles sont mises en place afin d’encadrer et de réguler la pratique sportive...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bonhomme, « L’appel du tambour. Danse et musique dans la lutte sénégalaise »Cahiers d’ethnomusicologie, 33 | 2020, 19-38.

Référence électronique

Julien Bonhomme, « L’appel du tambour. Danse et musique dans la lutte sénégalaise »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3942

Haut de page

Auteur

Julien Bonhomme

Julien BONHOMME, Maître de conférences en anthropologie à l’Ecole normale supérieure, a principalement travaillé au Gabon et au Sénégal. Il est notamment l’auteur de : Le Miroir et le Crâne. Parcours initiatique du Bwete Misoko (Gabon) en 2006, Les Voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine en 2009 et, avec Julien Bondaz, L’Offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal en 2017. Depuis quelques années, il mène une enquête ethnographique sur la lutte traditionnelle au Sénégal.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search