Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie33Dossier : conflits et agressivitéAgressivité et belles manières. A...

Dossier : conflits et agressivité

Agressivité et belles manières. Aspects compétitifs dans le debaa des femmes de Mayotte

Elena Bertuzzi
p. 97-112

Résumé

Le debaa est art musico-chorégraphique d’inspiration soufie réalisé par les femmes de Mayotte. Aussi bien dévotionnelle que récréative, cette pratique met particulièrement en valeur les qualités les plus appréciées de la féminité mahoraise, à savoir la grâce, la douceur, la retenue et les belles manières. Il s’agit de qualités pas uniquement esthétiques, mais aussi morales, caractérisant les archétypes de la meilleure épouse et dévote musulmane. Lors de rencontres inter-villageoises entre différentes associations de praticiennes, le debaa devient une véritable compétition. Le but est de surprendre en créativité, expertise et qualité d’interprétation. Des comportements transgressifs peuvent alors apparaître. Si certains sont considérés comme de la « bonne concurrence », d’autres ne peuvent pas être assumés individuellement. La possession peut alors représenter une échappatoire pour éviter un jugement négatif et aussi un moyen pour légitimer des comportements déplacés, mais qui visent toutefois à affirmer des valeurs fondamentales de la communauté.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Le debaa, emblème de la beauté féminine mahoraise
Être les meilleures, un investissement au quotidien
Dans le vif de la compétition
De l’audace comme de la bonne concurrence
Du sous-investissement aux débordements
La critique comme refondation des valeurs morales
Conclusion

Aperçu du texte

Le debaa est un art musico-chorégraphique intergénérationnel réalisé par les femmes mahoraises, liées en elles par des relations de parenté ou de voisinage et organisées en associations. Il s’agit d’une pratique autant dévotionnelle que récréative d’inspiration soufie. Alors que les femmes définissent le debaa avant tout comme un chant religieux, le terme est utilisé de manière polysémique pour désigner un genre musical, un répertoire de chants, la performance en tant que telle et le cadre social de sa réalisation.

Le debaa est effectué à l’occasion du retour des pèlerins de La Mecque ou lors de la fête de l’Aïd El-Fitr, en conclusion du Ramadan. Ces chants dansés sont également présents dans les mariages, dans les fêtes de villages, lors des commémorations et des manifestations organisées, notamment par les collectivités territoriales, comme l’accueil d’un ministre ou d’une personnalité. Toutefois, les événements les plus appréciés par les femmes sont les rencontres de debaa entre d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Bertuzzi, « Agressivité et belles manières. Aspects compétitifs dans le debaa des femmes de Mayotte »Cahiers d’ethnomusicologie, 33 | 2020, 97-112.

Référence électronique

Elena Bertuzzi, « Agressivité et belles manières. Aspects compétitifs dans le debaa des femmes de Mayotte »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3992

Haut de page

Auteur

Elena Bertuzzi

Elena BERTUZZI est chorégraphe, notatrice du mouvement, directrice artistique de l’Association Les PiéMontés (www.lespiemontes.com). Doctorante en anthropologie sociale, elle est chargée de cours en transcription et analyse de la danse, système Laban, à l’Université de Paris Nanterre au Département d’anthropologie depuis 1996, et à l’Université Blaise Pascal au Staps, parcours EMAD depuis 2005.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search