Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie33Dossier : conflits et agressivitéLe chant au risque du conflit. Ch...

Dossier : conflits et agressivité

Le chant au risque du conflit. Chroniques d’une fête de village en Sicile (1993-2018)

Anne-Florence Borneuf
p. 151-169

Résumé

En partie sous forme de chronique et prenant appui sur les témoignages d’habitants recueillis sur une profondeur de 25 années, cet article interroge la relation entre performance musicale et situations conflictuelles dans un village de Sicile. Comment, à travers le chant du mystère sacré de l’Annonciation représenté sur la place du village le jour de la fête patronale, peuvent naître et s’exprimer des situations allant du simple jeu au conflit interfamilial ? Comment, alors que ni les paroles du chant, ni la représentation à laquelle celui-ci est destiné ne prévoient une quelconque place pour l’agressivité ou la violence, ces dernières trouvent-elles un terrain d’expression ? Au-delà du matériau purement musical et des festivités de la fête patronale, c’est la compétition à laquelle le chant donne lieu qui est particulièrement appréhendée. Son observation révèle un large éventail de situations conflictuelles qui concernent par contagion tout le village et identifient ce qui les déclenche. Au-delà du risque inhérent et des incertitudes qu’elle entraîne, la compétition se révèle également comme un dispositif social contre lequel les habitants – désireux de redonner au chant une fonction purement musicale et religieuse – commencent à lutter.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Anne-Marie Peatrik, Katell Morand et Sisa Calapi pour leurs remarques avisées (...)

1Décembre 2015 à Fiumedinisi, un village de 1200 âmes posé à flanc de colline dans la province de Messine1. La population s’apprête à fêter Noël mais, dans son for intérieur, un songe à peine perceptible la projette déjà vers l’été. Voilà en effet bientôt neuf ans que la fête de la vara – la version grandiose et estivale de la fête patronale du village – n’a pas eu lieu. Or, lorsque cette grande fête doit se tenir, environ tous les cinq ou six ans, mais sans régularité, l’annonce en est toujours faite à Noël durant la messe de minuit. Rien ne filtre jamais avant cette date.

  • 2 Cavarra 1995 : 34.
  • 3 Il s’agit des vare de Randazzo (province de Catane) et de Messine.

2La Sainte patronne du village est la Vierge de l’Annonciation, célébrée tous les ans par les habitants à la date officielle du 25 mars. Mais la fête de la vara, elle, a toujours lieu au mois d’août, permettant ainsi aux nombreux émigrés d’être présents. La fête prend son nom d’une imposante structure en bois – la vara – pesant plus de 2 tonnes pour environ 10 mètres de long et 7 mètres de haut. Remontant, du moins en partie, au XVIe siècle2, elle constitue un espace scénique évoquant en trois dimensions la demeure céleste de Dieu, les limbes et le décor de l’Annonciation pour la représentation du mystère sacré (fig. 1). Deux semaines avant la fête, la vara – dont les différents éléments sont conservés dans une église désaffectée – est réédifiée en grande pompe sur la place principale et trône ainsi jusqu’au jour J où elle sera transportée en procession avant de servir de scène à la représentation de l’Annonciation. En Sicile, seules deux autres vare sont de proportions comparables3, mais celle de Fiumedinisi est la seule à pouvoir accueillir et transporter des personnages vivants sur sa structure, ce qui génère un engouement tout particulier et une grande fierté des habitants. La fête est donc d’autant plus attendue que la vara fait partie, comme ils aiment le rappeler, « de leur ADN ».

Fig. 1. La vara, imposante structure scénique où prennent place plusieurs personnages, portée en procession. 1996.

Fig. 1. La vara, imposante structure scénique où prennent place plusieurs personnages, portée en procession. 1996.

Photo Anne-Florence Borneuf.

3En ce mois de décembre, la question est donc : la fête aura-t-elle lieu l’été prochain ? Réunie dans l’église pour la célébration de Noël, l’assemblée espère entendre la nouvelle attendue et, lorsqu’à la fin de la messe, l’archiprêtre en fait cérémonieusement l’annonce, l’église retentit de chaleureux applaudissements. Une très forte émotion parcourt les rangs des paroissiens : transporter la vara en procession ne restera qu’un rêve pour certains, mais la revoir trôner sur la place et s’élever majestueusement pour parcourir la rue principale du village le jour de la fête, déclenche chez tous les habitants, croyants ou non-croyants, un sentiment profond, à la fois d’excitation et d’orgueil identitaire. Néanmoins, immédiatement après l’émotion suscitée par l’annonce dans l’église, surgit le « problème » du chant – le « chant de la vara » – qui risque, cette fois encore, de provoquer au mieux quelques troubles, au pire de graves conflits au sein du village : chacun peut citer des individus qui ne se parlent plus depuis leur enfance, ou encore le cas de cet archiprêtre qui, intimidé par des habitants, a préféré renoncer à sa mission dans le village.

  • 4 Les données proviennent, d’une part, de mes observations directes sur une durée de vingt-cinq ans ( (...)

4Le chant de la vara n’est pourtant qu’une simple cantilène entonnée par trois enfants pour la représentation de l’Annonciation : ni le matériau musical du chant, ni les paroles qu’il véhicule, ni la représentation à laquelle il est destiné ne laissent a priori d’espace à une quelconque attitude agressive ou conflictuelle. Comment ces dernières peuvent-elles donc trouver un terrain d’expression ? C’est essentiellement dans la dynamique de la désignation des enfants-chanteurs qu’il faut chercher une explication puisque ceux-ci seront choisis par la population parmi plusieurs candidats à l’issue de cinq auditions publiques. Et, plus encore, c’est en amont de ces auditions, au cœur du village que l’on peut saisir dans quelle mesure le chant entre dans cette dynamique. En effet, à l’approche de la fête, l’espace-temps villageois est rythmé par différentes performances du chant. Un compte à rebours est enclenché : durant les huit semaines qui mènent à la fête, le lieu du chant va se déplacer progressivement de l’extérieur du village (la « campagne ») vers le cœur de l’habitat puis, alternativement, sur les terrasses ou les balcons et sur la place principale. Durant toute cette période, la population va le traquer, l’écouter, en discuter. D’une façon ou d’une autre, le chant est constamment présent. Bien que minimaliste (une unique phrase mélodique, un ambitus étroit – d'un ton et demi – et trois notes seulement), il présente la faculté particulière de pouvoir occuper non seulement le temps et l’espace physique du village tout entier mais également l’espace mental de toute la population. C’est donc le déploiement du chant dans son contexte et dans le dispositif propre à la fête – de l’apprentissage aux auditions publiques du chant sur la place et à l’élection des enfants – qui sera interrogé ici. Au terme d’une description des phases de préparation de la fête intégrant de nombreux éléments de chroniques4, il va s’agir de déterminer comment performances du chant et dispositions agressives s’articulent, de saisir les enjeux de cette articulation et la gestion qu’en propose la communauté villageoise.

Secret, brouillages et rumeurs : de la campagne aux terrasses

  • 5 Émanation de l’ancienne confrérie Annunciazione della Beata Maria Vergine, l’association (ou comité (...)
  • 6 Étant donné que la fête n’est célébrée que tous les cinq ou six ans, voire plus, les enfants en âge (...)

5Dès l’annonce de la fête, le village entre en effervescence. Dans les familles, le premier réflexe consiste à calculer si un enfant a l’âge requis pour jouer le rôle d’un des personnages de la représentation ; il faut avoir entre 10 et 12 ans pour les rôles de Marie et de l’archange Gabriel (joués respectivement par une fille et un garçon) ou entre 12 et 14 ans pour le rôle de Dieu (joué par un garçon). A l’approche de la fête, l’enfant devra apprendre le chant et se présenter cinq dimanches de suite aux cinq épreuves publiques. Toute la population sera alors rassemblée sur la place du village, devant l’église, pour écouter les candidats et les applaudir ; pour chacun des rôles, celui qui recueillera le plus d’applaudissements lors de la dernière épreuve sera déclaré élu par le comité des recteurs5. La règle est simple et les enfants envisagent leur candidature en toute innocence, comme un grand jeu où ils se mesureront à leurs compagnons de classe6. Les avis des parents sont, quant à eux, beaucoup plus nuancés. Du reste, selon son expérience et sa situation au sein du tissu social villageois, chaque famille appréhende différemment cette future confrontation. Certains parents s’opposent ainsi catégoriquement à la candidature de leur enfant « pour ne pas avoir d’histoires » tandis que d’autres en acceptent le risque, espérant passer au-dessus de « ces histoires » ou, au contraire, déterminés à y entrer de plain-pied.

6Lorsque la décision de se présenter est prise, il ne reste plus qu’à se préparer.

  • 7 Pour plus de finesse, l’enquête sur la préparation de la fête aurait probablement dû distinguer les (...)

7A l’approche des épreuves publiques, les candidats commencent à apprendre les paroles et à chanter, mais toujours en cachette. Cela évite certes à la famille les railleries qui ne tarderaient pas à se manifester et la honte qui en résulterait si, finalement, l’enfant renonçait à se présenter, mais surtout cela permet de créer un effet de surprise à la première séance publique car, selon certains, tout se joue lors de ce premier impact. C’est donc souvent dans de simples maisonnettes isolées dans la montagne (à la « campagne » dit-on à Fiumedinisi) – espace inaccessible aux oreilles du village – que les enfants commencent leur apprentissage, parfois dans une totale solitude puisque certains se préparent même à l’insu de leurs parents. Néanmoins, rumeurs et commérages7 sur l’identité de possibles candidats ne tardent pas à se répandre dans les ruelles étroites et l’on entrevoit déjà quelles brouilles pourraient se dessiner. Souvent fondées sur un simple soupçon, les rumeurs peuvent aussi être mises intentionnellement en circulation, d’autant que – pour certains – faire courir le bruit qu’un enfant s’entraîne à chanter est déjà l’amorce d’une tactique, une sorte de défi ou d’avertissement. Ce peut être par exemple l’occasion de réactiver une ancienne querelle ; peu importe qu’elle ait été, ou pas, en lien avec le chant de la vara. Libre choix reste alors au destinataire tacitement visé de relever le défi en poussant un enfant de la famille à se présenter ou, au contraire, de l’éviter soigneusement de façon à tuer dans l’œuf toute velléité d’un conflit que les épreuves de chant porteront irrémédiablement sur la place publique. Toutefois, beaucoup de candidatures se décident aussi en toute bonne foi, sans arrière-pensée, et peuvent également émaner de la seule initiative innocente des enfants.

8Plutôt que de diffuser l’identité d’un candidat par la rumeur, d’autres petits jeux consistent au contraire à la maquiller ou à la masquer, par exemple en faisant chanter l’enfant de nuit, à partir du balcon non pas de sa propre habitation, mais de celle d’un ami ou d’un parent ; ou encore à partir du flanc opposé de la vallée et, toujours à la faveur de l’obscurité, en faisant éventuellement alterner sa voix avec celle de complices, souvent des adultes ayant joué le rôle par le passé. Ainsi, jusqu’au tout début de la première séance publique, l’identité des candidats reste incertaine, inconnue ou erronée.

9A ce stade où les candidatures sont secrètes ou volontairement brouillées (on est encore à plus de huit semaines de la fête), le chant est assez rare à l’intérieur de l’habitat. La population se tient donc à l’affût, impatiente d’identifier qui se présentera : à défaut du son du chant, les habitants prêtent l’oreille aux bruits qui courent à son propos. Aucune brouille n’est encore déclarée, mais un embryon de tension commence à prendre forme car le village se trouve dans l’incertitude : il est entré dans une phase d’alerte caractéristique de cette période qui précède les premières épreuves publiques du chant.

Bienveillance, défis et provocations : entre la place et les terrasses

  • 8 La première épreuve a lieu devant l’église S. Nicola, désormais désaffectée, où sont entreposés les (...)
  • 9 Arcipretura di Fiumedinisi, s.d. [2007] : ff. 10-11.
  • 10 Ibid. : f. 11.

10La première épreuve publique est attendue avec impatience pour découvrir l’identité des candidats. La population est rassemblée sur la place, au pied de l’église8. Dès l’introduction de la séance, et avant même que les candidats ne se déclarent, l’archiprêtre donne le ton en recommandant à la population de se comporter dignement : « il faut penser aux enfants et ne pas les mortifier par des réflexions ou des comportements déplacés ». Pour sa part, le président des recteurs rappelle le règlement de la fête de la vara, qui évoque sans détours « les difficultés constantes qui accompagnent et suivent le moment de l’élection9 ». Il précise aussi le comportement que les familles des différents candidats doivent adopter : elles « sont invitées à l’ordre et à la bonne tenue en adoptant un comportement respectueux de la vie privée et de la dignité des enfants qui se présentent. Elles ne doivent ni conditionner l’assemblée, ni provoquer de troubles10 ». Ce n’est qu’après ces recommandations préalables – et donc en connaissance de cause – que les candidats sont invités à se faire connaître. S’avançant alors en compagnie de leurs parents vers le perron de l’église, ils se présentent au comité des recteurs sur ce qui va bientôt servir de scène.

Fig. 2. Une séance publique de chant. Du haut des marches, sur le seuil de l’église, les enfants chantent devant la population. 1993.

Fig. 2. Une séance publique de chant. Du haut des marches, sur le seuil de l’église, les enfants chantent devant la population. 1993.

Photo Anne-Florence Borneuf.

  • 11 Il y a quelques années, le règlement autorisait les candidats à se présenter jusqu’à la deuxième ép (...)

11Dès ce premier moment, une fois encore, l’attitude des candidats ou des familles est variable : certains se précipitent alors que d’autres attendent un peu, hésitent, observent, puis se lancent ou, au contraire, s’abstiennent. Tout n’est pas toujours calculé, mais ce moment est parfois crucial : en l’espace de quelques secondes, des parents peuvent renoncer à présenter leur enfant pour éviter des frictions avec d’autres familles ou, au contraire, décider de se lancer précisément parce qu’un autre se présente11. Dans ce cas, il est évident que, par enfant et par chant interposés, un conflit interfamilial est porté sur la place. Charge est donc implicitement donnée aux habitants d’arbitrer ce conflit jusqu’au jour de la finale.

12Une fois les inscriptions enregistrées, les enfants chantent un à un, et rôle par rôle, leurs tirades en suivant la chronologie de la représentation sacrée. Les premières minutes sont toujours compliquées et impressionnantes pour eux car chanter dans l’obscurité ou à la campagne est une chose, mais chanter publiquement sur la place en est une autre. Au début, les voix ne sont pas toujours très assurées, elles « craquent » parfois ou s’éraillent. S’ajoutent aussi les trous de mémoire. Globalement, le public est bienveillant et applaudit pour encourager les enfants en difficulté, mais, faisant fi des injonctions de l’archiprêtre et du président des recteurs, certains individus opinent de la tête négativement ou ricanent en marmonnant des commentaires : bien que discrètes, ces manifestations restent désagréables pour les jeunes chanteurs et représentent un premier degré de comportement hostile à leur prestation chantée et, au-delà, à leur égard et à celui de leur famille. A la fin de chaque prestation d’un candidat, le public applaudit. Si, lors des premières épreuves publiques, les applaudissements sont souvent de complaisance et n’indiquent pas clairement qui l’emportera, ils donnent néanmoins une tendance, une idée qui s’affinera avec les épreuves suivantes. Mais, au sein du public, on commence déjà à observer qui applaudit pour qui.

  • 12 Un dispositif de rumeur très comparable, mais concernant une tradition de chant pratiquée en Sardai (...)

13Dès la fin de la première épreuve, la vie du village bascule dans un nouveau mode. Au fil des conversations – au café, chez les commerçants, dans les ruelles, de balcon à balcon –, les temporalités se confondent : on évoque indifféremment les histoires remontant à d’anciennes fêtes ou les qualités et défauts des candidats actuels, parfois en comparaison avec ceux des éditions précédentes. Si l’on s’exprime et que l’on échange à propos de ces qualités – vocales et physiques – des enfants, on ne se prive pas non plus d’évoquer les vertus de leur entourage et de discuter de sa capacité supposée à endosser les dépenses nécessaires si l’enfant était élu. Parallèlement, de nouvelles rumeurs12 se mettent à circuler et des plaies mal pansées – liées à des éditions passées de la compétition ou, au contraire, sans rapport avec elle – se réveillent. Vieilles histoires de famille ou brouilles plus récentes, elles se transposent sur les épaules des enfants. On note par exemple que la mésentente entre les parents de deux concurrents pour de futiles histoires de voisinage s’est mécaniquement reportée sur les jeunes chanteurs ; ils ont commencé à se provoquer verbalement, l’un des deux le vit très mal, il est tendu, ne mange plus, on l’a convaincu que l’autre s’était présenté dans le seul but de créer des histoires… c’est du moins le bruit qui court.

  • 13 Par exemple, accéder au haut d’une liste d’attente chez un médecin spécialiste, se faire prêter du (...)
  • 14 Autrefois, les corporations de métier pouvaient aussi être impliquées : Paolo Zenone qui a chanté l (...)

14De plus, au fur et à mesure des semaines et des épreuves, des factions (partiti) commencent à émerger. Elles reposent en grande partie sur un maillage assez dense de relations régulièrement sollicité dans la vie quotidienne, réseau que chacun se crée et qui recrute non pas à l’intérieur d’un même rang social, mais – ce qui fait sa force – de façon transversale, et sur lequel on peut compter pour des aides ou des soutiens de toutes sortes dans n’importe quelles circonstances13. Or, à tout moment, en vertu du principe de réciprocité qui le régit, un membre se trouve en situation de crédit ou de dette de « petits services » par rapport à chacun des maillons du réseau. Applaudir pour l’enfant d’un allié est donc une occasion de s’acquitter d’un service reçu ou encore de mettre le parent du candidat en situation de débit. Outre les maillons de ces réseaux, les factions comprennent aussi des alliés plus proches – parentèle, compères/commères et amis intimes – qui, eux, sont soumis à une chaîne d’obligations morales implicite14. De dimanche en dimanche, ces factions se dessinent de plus en plus clairement et sont lisibles sur la place par le biais des applaudissements, ce qui ne manque pas d’être remarqué et commenté durant les jours qui suivent.

15De leur côté, les enfants ne sont pas en reste pour se liguer contre un candidat au profit d’un autre : d’un commun accord, les proches compagnes d’une prétendante au rôle de Marie convainquent celle-ci que, malgré une belle voix et une maîtrise certaine du chant, sa plus sérieuse concurrente ne peut être élue car elle vient « de la campagne » et d’une famille trop modeste pour faire tailler par une couturière les robes nécessaires aux diverses séquences de la fête et requises par la tradition, or « il est impensable d’envoyer une Marie mal habillée sur la vara ». Il paraît que, forte de ce soutien et de cet argument, ladite candidate, entourée de ses compagnes, ne salue plus lorsqu’on la croise dans la rue… Ce raisonnement et ce comportement circulent dans les ruelles et provoquent chez certains de l’indignation. Les discussions à ce propos sont animées. La tension monte. Le chant n’en est pas directement la cause, mais son ombre plane.

  • 15 I personaggi : c’est ainsi que l’on appelle les personnes qui, à leur époque, ont chanté sur la var (...)

16Dans le même temps que s’installe le cycle temporel de cinq semaines rythmé par les épreuves publiques du dimanche sur la place, le chant se déplace de la campagne vers le cœur du village. Désormais, lorsqu’ils s’entraînent, les enfants chantent ouvertement, et de jour, à partir des toits-terrasses ou des balcons qui rythment l’habitat dense aux ruelles étroites à flanc de montagne. Le village résonne maintenant régulièrement de cette cantilène locale, personne ne peut l’ignorer. Mais, si chanter du haut d’une terrasse ou d’un balcon fait partie des étapes incontournables de l’apprentissage pour comprendre comment « déployer » sa voix, cela relève également d’une forme de propagande : il s’agit de se faire voir, d’investir l’espace, d’attirer sur soi l’attention de la communauté et de la rendre témoin de son engagement dans l’apprentissage. Ainsi, par exemple, chanter ostensiblement du balcon d’un ancien « personnage15 », informe la population que l’on est venu prendre des conseils avisés auprès de ce dernier. Lorsqu’une voix brise le silence des ruelles, les terrasses se peuplent donc : on cherche à identifier d’où provient la voix et qui en est le propriétaire, on en discute avec la voisine – les terrasses sont essentiellement le royaume des femmes – au risque de se chamailler avec elle ou, au contraire, on se dérobe à la discussion afin d’éviter la contradiction d’opinion.

Fig. 3. Un habitat dense aux ruelles étroites où la communication passe beaucoup par les toits-terrasses et les balcons. 2017 et 2018.

Fig. 3. Un habitat dense aux ruelles étroites où la communication passe beaucoup par les toits-terrasses et les balcons. 2017 et 2018.

Photos Anne-Florence Borneuf.

17Certaines personnes sont parfois sollicitées par les familles des candidats : leur maison est bien placée, en plein centre de l’habitat ou tout en haut du village, un lieu idéal pour entraîner l’enfant à faire porter sa voix. Mais la requête peut aussi s’avérer un peu moins honnête qu’il y paraît et s’expliquer en réalité par le fait que la maison est située à deux pas de celle d’un autre prétendant… chanter de là – sur le terrain même du concurrent – constituerait un défi en bonne et due forme. Accepter de faire chanter un enfant de chez soi, c’est par conséquent s’exposer, prendre parti et risquer de s’engager dans un cycle de querelles. La requête doit donc être attentivement examinée et évaluée avant d’être acceptée. Par ailleurs, le refus de s’impliquer ainsi sur demande en faveur d’un candidat sera la plupart du temps interprété comme un soutien implicite à un adversaire.

18Parallèlement, et de façon un peu semblable du reste, les factions peuvent être renforcées par recrutement au porte-à-porte, comme cela se pratique parfois à l’occasion des élections politiques. En réalité, actuellement, une pratique aussi directe n’est pas systématique mais, si les premières épreuves ne semblent pas favorables à un candidat, cette aide peut être apportée sur initiative personnelle des amis ou des compères et commères de la famille qui iront alors recruter dans leur propre réseau. Ainsi, à l’occasion d’une visite « de courtoisie », il arrive que soit demandé le « petit coup de main » consistant à voter pour le fils ou la fille du compère, de l’ami(e) ou autre cousin(e). Dans ce cadre villageois, chacun peut ainsi facilement se retrouver tiraillé entre deux factions, dans une situation contradictoire très embarrassante… un choix s’impose. Quel qu’il soit, il devra trahir une partie et, fort probablement, provoquer au mieux de la déception, au pire un conflit plus important ou, le plus souvent, le refus d’aide lors d’une prochaine requête, dommage collatéral du chant de la vara.

19La nuit, propice à de petits jeux à l’aveugle, continue pour sa part d’être le lieu d’une importante activité pour le chant. En témoigne l’expérience de cette jeune candidate : alors qu’elle chante de sa terrasse, une voix lui répond en provenance de l’autre versant de la vallée, mais elle ne semble pas être celle d’un autre candidat qui tenterait d’entrer en dialogue avec elle. Que lui veut donc cette voix invisible et inidentifiable, peut-être même celle d’un adulte ? Est-ce un défi à relever ? Une moquerie ? Est-ce une tentative pour la fatiguer ? Un moyen de lui ravir son espace sonore ? La jeune candidate ne sait comment appréhender cette voix anonyme, ni comment y réagir et finit par insulter la voix. De leur terrasse, tous les curieux ont assisté à l’événement et échangent leurs commentaires. Ça n’était peut-être qu’une simple plaisanterie, mais elle a atteint la susceptibilité d’une enfant et de sa famille : un état de tension est désormais installé, rehaussé du malaise de l’incertitude. Et tout le village s’y trouve entraîné.

20Ainsi, à partir du moment où les candidatures sont officielles et que – après avoir été présent dans les esprits, les discussions et les rumeurs – le chant pénètre dans l’habitat sous sa forme sonore, le moment, le lieu, la circonstance choisis par un candidat pour déployer sa voix deviennent potentiellement information, propagande, provocation, défi… et, par conséquent, sujets à une interprétation que tout un chacun envisage ou déchiffre à sa guise. Les rumeurs subsistent tout en se transformant : elles relayent désormais essentiellement des incidents privés entre candidats ou entre familles, notamment des provocations, des insultes ou des comportements déplacés qui, à leur tour, contaminent la population et contraignent ainsi les habitants à prendre parti pour tel candidat ou telle famille. Bref, à la présence sonore du chant au cœur du village répondent des désordres et tensions plus exacerbés.

21Si ces nouvelles tensions sont sensibles en semaine au cœur des ruelles, paradoxalement, elles sont moins apparentes les dimanches, sur la place, lors des épreuves publiques intermédiaires, probablement canalisées par les infinies précautions prises par l’archiprêtre et le président des recteurs à l’ouverture de chaque séance. Certes le caractère agonistique y est présent, mais tout à fait normal dans ces circonstances, au point que l’on pourrait penser que la compétition est saine et que cela retombera naturellement à l’issue de la fête. Or, sur la place, il s’avère que les épreuves de chant génèrent de nouveaux comportements.

Désistement, luttes et contre-feux : la scène finale… et après

  • 16 « Cerchiamo di non reincentivare ai rancori e i risentimenti, all’odio e cose varie » (épreuve fina (...)

22Au terme de plusieurs semaines de préparation et de quatre épreuves publiques hebdomadaires, le jour de l’épreuve finale arrive enfin. Dès la veille, une atmosphère pesante vient brusquement s’abattre sur le village. Rien à voir avec les épreuves des semaines précédentes. La place est noire de monde. Les carabiniers et la police municipale se positionnent ostensiblement sur le perron de l’église qui sert de scène aux jeunes chanteurs. Certaines années, avant le lancement de l’audition, les parents des candidats sont même convoqués par l’archiprêtre et les recteurs à l’intérieur de l’église et une dernière fois sensibilisés à l’adoption d’un comportement digne. De retour à l’extérieur, devant toute la population, l’archiprêtre prend la peine de préciser que cette épreuve finale ne doit pas être le lieu « du ressentiment et de la haine16 ». A son tour, le président des recteurs rappelle les règles que doivent respecter les spectateurs : pas de cris, uniquement des applaudissements, et exclusivement pour le candidat choisi. Cela s’adresse surtout à toutes les familles et amis des villages alentours, que l’on ne manque pas de remarquer, et que certains font venir en nombre le jour de cette épreuve finale pour soutenir leur progéniture.

  • 17 « Interpretare la scelta del popolo espressa con gli applausi » (Règlement).

23Comme pour les quatre épreuves précédentes, le déroulement de la représentation sacrée est respecté et chaque tirade est chantée autant de fois qu’il y a de candidats pour un rôle. Après avoir auditionné tous les candidats pour un même personnage et évalué les applaudissements de la population, la commission se retire dans l’église – autant de fois qu’il y a de personnages donc – pour « interpréter le choix du peuple17 », en y invitant parfois les parents. Depuis 1988, afin d’éviter que l’impartialité des membres de la commission puisse être mise en doute (ce qui avait été le cas lors de la précédente édition de la fête, et avait déclenché une violente réaction d’une faction, matérialisée par des insultes contre la commission et des désordres importants dans l’église), ces derniers cherchent le plus possible à transférer la responsabilité du verdict aux parents en les invitant à évaluer eux-mêmes les applaudissements reçus et en incitant les perdants à retirer spontanément leur enfant de la compétition. Dans la majorité des cas, tout se passe assez bien. Le cours des épreuves est alors fluide et bon enfant. Néanmoins, sur les trois personnages à élire, il y en a toujours au moins un dont l’évaluation des scores est ambiguë, soit parce que les candidats se valent véritablement, soit parce qu’ils sont soutenus par des factions efficaces qui déploient des stratégies variables (certaines se concentrant sur la place de façon compacte, d’autres, au contraire, se dispersant en différents petits groupes au sein du public afin d’intensifier la perception de leurs applaudissements). Dans ce cas, le règlement prévoit que l’on procède à un nouveau tour d’applaudissements avant que la commission se retire à l’intérieur de l’église avec les parents des candidats concernés, parfois en compagnie des carabiniers si la nécessité s’en fait sentir. A ce point du concours, si près du but, il est généralement compliqué de faire entendre aux parents qu’ils se mettent d’accord entre eux pour retirer un enfant. Pendant qu’à l’intérieur les familles discutent, à l’extérieur, impatientes de connaître le verdict, les factions peuvent en arriver à s’invectiver et à s’insulter. Les échanges de répliques tombent alors généralement à un niveau très bas et très dégradant. Pour leur part, les enfants concernés, abandonnés sur la scène devant le public, ne savent comment réagir. Las des tensions accumulées depuis plusieurs semaines, fatigués par une nuit sans sommeil, tendus par leur prestation et totalement isolés, ils laissent échapper quelques larmes. Lorsque la commission annonce le nom du vainqueur, la victoire est amère et les factions peuvent en arriver aux mains, ou à la menace de brûler la vara pour anéantir la victoire du concurrent.

24D’autres fois, en cas de litige insoluble, les recteurs peuvent prendre la décision de procéder à un tirage au sort pour désigner le vainqueur. Mais, à moyen terme, c’est toujours une solution mal acceptée. Si elle calme temporairement les spectateurs, elle n’a pas d’effet définitif, et une deuxième vague de mécontentement due au ressentiment se manifeste généralement un peu plus tard, lorsque les forces de l’ordre se sont éloignées. Il est ainsi arrivé que la messe qui suit les épreuves soit troublée par les supporters d’un enfant écarté : désordres dans la sacristie, tambourinement aux portes de l’église, irruption et cris à l’intérieur, enfant porté sur l’autel, on raconte même qu’une fois il y aurait eu profanation.

25Ultérieurement, la situation peut encore se détériorer et les protagonistes ne plus se contrôler : plusieurs semaines après une fête, on a entendu fuser de lourdes insultes en direction de l’archiprêtre, et même assisté à une belle gifle qui, manquant sa cible, est allée au président des recteurs.

26Malgré leurs infinies précautions pour éviter les débordements, les recteurs savent parfaitement que la finale comporte toujours une part de risque qu’ils ne peuvent maîtriser. A ce stade, la dynamique de production de désordres ou d’agressions, voire de violence, sort totalement de la part musicale du chant et se concentre dans la mésentente sur l’interprétation des applaudissements. Tout le monde s’accorde d’ailleurs à reconnaître que cette part de responsabilité est rarement entre les mains des parents, mais plutôt entre celles des factions, notamment dans les composantes venues de l’extérieur à la demande des familles pour soutenir un enfant.

Performances chantées : jeux et enjeux

  • 18 Il y a plusieurs siècles, ce sont effectivement les trois principaux maîtres-artisans impliqués dan (...)
  • 19 Les tranches d’âges requises sont de deux ans pour les filles et de quatre ans (deux ans pour le rô (...)

27A ce stade, il convient de préciser que si la vara est très convoitée, les solutions pour y accéder sont peu nombreuses. Hormis les places de personnages-chanteurs, trois autres places sont occupées par les mastri (« maîtres-artisans18 ») qui, perchés sur les parties hautes de la structure, dirigent la vara lors de ses déplacements. Ces places sont transmises par voie strictement héréditaire et donc pratiquement inaccessibles. Les nombreuses places de porteurs (diòto, « dévot », environ 200) sont, elles aussi, cédées de père en fils ou de grand-père à petit-fils. Néanmoins, elles sont devenues un peu plus faciles d’accès puisque, depuis quelques années, un dévot qui renonce à son emplacement peut le céder à un volontaire de son choix ou le confier aux recteurs qui gèrent une liste d’attente. Pour un homme adulte, il n’est donc pas impossible d’accéder à la vara, mais uniquement sotto (« dessous »). Pour qui veut atteindre la partie haute – salire (« monter ») sur la vara –, le passage par la compétition est obligatoire. Mais, les tranches d’âges imposées pour les candidats étant plus courtes que la périodicité des fêtes19, cette opportunité se présente, dans le meilleur des cas, une seule et unique fois dans une vie. Or, tout habitant rêve de prendre place sur la vara ou, à défaut, d’y envoyer un enfant qui entrera ainsi dans le cercle très fermé des « personnages » définitivement inscrits dans sa légende, d’où l’importance et les enjeux du chant et de la compétition.

28La compétition et les performances du chant de la vara présentent, on l’a vu, des contours d’une grande variété. Le lieu (à la campagne, sur la terrasse d’une maison précise au cœur de l’habitat, à partir du flanc opposé de la vallée face au village, sur la place principale) et le moment où elles se déroulent (le dimanche dans le cadre des épreuves publiques ou en semaine de façon impromptue, de jour ou de nuit), les intentions (diverses) qui les gouvernent, la présence ou l’absence (supposée, mais la plupart du temps seulement invisible) de public sont autant d’éléments qui leur confèrent un poids déterminé et les différencient pour en faire un événement particulier que chacun interprète et exploite à sa guise au sein de la communauté. Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que, si les situations de performance sont différenciées et déclenchent tension et agressivité diverses, en pratique elles sont articulées entre elles au sein de rouages notamment spatiaux et temporels spécifiques qu’il va maintenant s’agir de dégager afin de mieux cerner les dynamiques de la compétition.

29Si, pour développer la puissance vocale que l’on attend d’eux lors des auditions publiques sur la grande place, les enfants doivent s’entraîner en plein air, ils le font dans un premier temps à la « campagne », le lieu idéal pour cela d’autant qu’on y est intouchable. Puis, avec l’officialisation des candidatures, le chant pénètre à l’intérieur du village. Au cœur de cet habitat dense où règne la promiscuité naît la vulnérabilité ; toutes sortes d’attitudes agressives – de la part du chanteur (défi) comme de la part de la population (réaction) – sont envisageables. Si bien que chanter dans le village c’est risquer – ou décider délibérément – d’entrer en tension, voire en conflit. Des biais existent, du moins au début, en ne chantant que de nuit et surtout pas de chez soi, pour conserver une forme d’anonymat. Néanmoins, un espace intermédiaire, matérialisé par la panoramica (la « panoramique ») (Fig. 4) est également exploité à cet effet. Cette étroite route serpentant sur le flanc opposé de la petite vallée porte bien son nom puisque, de là, face à l’habitat, on est dans le village sans y être. Lorsqu’on y chante, on est entendu du village, sans pour autant être visible ou, du moins, identifiable. En période de compétition, cet espace est doté d’un statut particulier : l’anonymat y est implicitement sanctuarisé. C’est le lieu où l’on peut interagir par le chant avec le village situé en face, y compris lorsque l’on n’est pas candidat, par simple plaisanterie, pour créer du doute, de la confusion, avec des arrière-pensées ingénues, ou pas. Ainsi trois pôles aux enjeux distincts – la « campagne », la zone habitée et la « panoramique» – se dessinent nettement.

Fig. 4. Fiumedinisi et, sur le flanc opposé de la vallée, le point de la panoramica « réservé » au chant, 2009.

Fig. 4. Fiumedinisi et, sur le flanc opposé de la vallée, le point de la panoramica « réservé » au chant, 2009.

Photo Maria di Gregorio.

30Mais, au sein de ce triptyque, la lecture de l’espace peut encore être affinée puisque la zone habitée se subdivise elle-même en deux pôles performatifs distincts : la grande place d’une part, les balcons et terrasses des maisons, d’autre part. A son tour, cette bipolarité place/terrasses souligne des enjeux différents, et d’un autre ordre. Sur la place, les dimanches, les candidats tentent de montrer le meilleur d’eux-mêmes : bien habillés et apprêtés, ils s’appliquent à faire belle figure en donnant la réplique chantée aux autres enfants, exactement comme en situation de représentation. La configuration est d’ailleurs proche de celle du jour de la fête. Certes, la vara, n’est pas encore sur la place – elle ne sera édifiée qu’une semaine après la désignation des enfants-chanteurs – mais on est déjà dans les lieux. La représentation, pour sa part, est complète. Même si les répliques des protagonistes du mystère sacré sont chantées autant de fois qu’il y a de candidats pour chaque rôle, le message religieux y est intègre, et garanti en quelque sorte par l’archiprêtre et la commission des recteurs qui président la séance. Quant au public, s’il vient pour écouter le chant de la représentation et se forger une opinion sur les candidats, lors des quatre premières épreuves, il cherche aussi à observer qui applaudit et pour encourager quel candidat. Cela pourra être interprété, voire exploité, ultérieurement.

31En revanche, sur les terrasses, en semaine, les performances sont d’une autre nature, le chant n’est plus perçu comme celui de la représentation (du reste, on n’entend les tirades que d’un seul des trois personnages) et on ne sait jamais d’où, ni quand, ni par la voix de qui, il va surgir. Le chant est alors prise de parole autonome et propagande qui, sporadiquement, font le siège de l’espace sonore villageois. Bon entraînement pour l’enfant, cette performance chantée est aussi destinée à informer ou à impliquer la population afin qu’elle se fasse une opinion et, éventuellement, à défier d’autres candidats selon des modalités évoquées précédemment. Les villageois se prêtent alors, si besoin est, à une analyse des faits (qui ? quand ? où ? comment ?) qui leurs sont donnés à observer ou à entendre à ce moment-là : en les associant aux rumeurs portées à leur connaissance, ils se forgent leur propre opinion et déchiffrent les potentielles tensions ou conflits déclarés ou en cours, qu’ils soient eux-mêmes personnellement visés ou pas.

32La bipolarité place/terrasses est, de plus, combinée à une alternance temporelle serrée et régulière durant cinq semaines, indépendamment de ce qui se passe à la « campagne » ou sur la panoramica. Cette cyclicité spatio-temporelle favorise une articulation entre le jeu de la compétition sur la place, les dimanches (avec ses cadres, ses règles, le texte intégral de la représentation) et l’enjeu de la vara à partir des terrasses, les autres jours de la semaine (où les cadres s’évanouissent, les règles n’obéissent plus qu’aux émotions et le texte de la représentation est désintégré), mais surtout entre le chant de la représentation et le chant-propagande, entre l’officiel-policé et l’autonome-incontrôlé. Inscrit dans un faisceau d’intentionnalités si variables selon les performances, le chant révèle ses multiples compétences et capacités à affecter diversement la population, le tout exacerbé par un va-et-vient incessant entre ces divers dispositifs.

33L’articulation entre les multiples performances autorise un certain jeu entre celles-ci et, de la sorte, libère un espace où chacun peut trouver à s’exprimer, un espace qui n’est rendu accessible que par le large environnement et le système spécifique de cette compétition. De la simple chamaillerie entre voisines sur la conduite d’un candidat à la production de rumeurs ciblées dans n’importe quelle étape de la compétition, du ricanement moqueur sur la place lors de la prestation d’un enfant à un comportement hostile entre candidats, de la réouverture d’un ancien conflit (éventuellement issu d’une compétition passée) à la provocation (par des paroles, des gestes ou le chant lui-même), de l’insulte à l’agression physique, l’étendue des possibles est large. C’est également dans ce cadre, et particulièrement par le jeu des factions, que peuvent être mis à l’épreuve des réseaux d’alliance, se faire et se défaire des relations interpersonnelles ou interfamiliales ou encore se greffer des conflits tout à fait étrangers à l’accès à la vara, par exemple issus de décisions controversées du conseil municipal. Le chant est ainsi propulsé au cœur de réseaux de relations sociales : si l’enjeu principal est – pour quelques-uns – d’accéder ou – pour tous les autres – de permettre d’accéder à la vara, il se confond aussi souvent avec une logique de régulation sociale, où l’agressivité, sous quelque forme que ce soit, peut trouver une justification.

34Les lieux et temporalités de performance définissent ainsi un maillage propre à la fête, où s’installe un dispositif intense et où, même lorsque certaines familles font tout pour les éviter, les candidats risquent de se retrouver victimes de brouilles d’adultes ou de conflits non désirés. Si cette forme de neutralité, de plus en plus revendiquée, n’est pas toujours aisée à tenir pour les familles des candidats, elle ne l’est pas plus pour le reste de la population. On l’a vu plus haut, la contagion des conflits est difficile à éviter et, d’autre part, à l’échelle du village, il est également très facile de se retrouver en porte-à-faux : pour qui voter lorsque, parmi les candidats figurent les enfants de deux personnes à qui, par un biais ou un autre, l’on est redevable ? Tout un chacun – candidat ou simple habitant – finit par être partie prenante du concours et des rivalités jusqu’à devenir protagoniste d’un conflit, même s’il n’avait jamais envisagé d’y entrer.

  • 20 Borneuf 2018.

35De manière générale, du début à la fin de la compétition, la gradation des attitudes agressives en suit les étapes : de douces, subtiles et indirectes au début, elles peuvent se manifester de façon bien plus violente et frontale à l’issue du verdict. Le cas de la profanation de l’église en est un exemple. Cela peut aussi se poursuivre au-delà de la fête (voir l’épisode de la gifle destinée à l’archiprêtre ou encore l’intimidation sous forme d’un brin de tissu noir glissé dans sa boîte aux lettres). Certaines situations agressives ou cycles de violence sortent d’ailleurs totalement des temporalités de la compétition ou même de la fête. C’est le cas, par exemple, lorsqu’à distance d’une génération se présentent des candidats dans l’idée de reproduire une confrontation qui s’était déjà jouée à la génération précédente, une revanche en quelque sorte. Le chant et les péripéties de la compétition mobilisent assez facilement la mémoire sur plusieurs générations, permettant ainsi que se rejouent régulièrement les histoires familiales ou locales par chanteurs interposés. Mais, au-delà de la performance chantée, les relations interpersonnelles sont également mises en jeu dans des histoires à très long terme. Les cas ne manquent pas de personnes qui, depuis des années, ne se parlent plus parce que l’une n’a pas applaudi pour l’enfant de l’autre alors que leurs situations respectives dans un réseau d’alliance auraient dû l’imposer. A ces temporalités articulées par le chant s’en superpose encore une autre. En effet, comme cela a été montré ailleurs20, les étapes qui mènent à la vara constituent pour les enfants une période particulière de leur vie puisque la découverte et le développement de leur propre voix, l’expérience de la compétition et l’interprétation du chant de l’Annonciation en public contribuent à en faire des « adultes chrétiens citoyens de Fiumedinisi ». Même si certains conflits entre adultes sont vécus à distance par les enfants, l’expérience des situations d’agressivité révélées par le dispositif de la compétition entre à part entière dans cette « fabrique » du citoyen.

36Au-delà de celle propre à la fête, des temporalités diverses se superposent et s’entrecroisent donc au moment de la compétition : un cycle de violence peut prendre sa source dans la compétition et se prolonger sur une temporalité longue, voire très longue si elle se transmet à la génération suivante ; l’expérience des situations d’agressivité, qui contribue (en partie) à faire des citoyens, s’inscrit pour sa part dans une temporalité d’une tout autre nature, dont la compétition ne représente qu’un épisode.

37Peu à peu, au gré de la variété des dispositifs du chant et des mécanismes temporels et spatiaux associés, chaque habitant du village se retrouve, de gré ou de force, mobilisé au sein de cet espace performatif éphémère, à la fois en tant que spectateur et qu’acteur dans ce qui se révèle être au fond un vaste théâtre où, d’une certaine façon, la population se met en représentation.

Le chant de la vara doit-il se passer des conflits ?

38Tout comme le spectre temporel dans lequel elles s’inscrivent, l’éventail des formes d’agressivité déclenchées par le chant de la vara est très large. Et pourtant, d’un point de vue purement musical et textuel, ce chant est tout à fait inoffensif. Au fond, seules l’histoire et les histoires en relation avec le chant, la compétition et ses dispositifs de performance ont doté cet objet sonore d’un potentiel hostile. Néanmoins, selon les années et les protagonistes, chanter ne provoque pas nécessairement d’agressivité ou de conflit. C’est là un profil particulier de ces performances chantées que j’ai peu évoqué jusqu’ici : l’incertitude. Incertitude pour les familles des candidats, mais incertitude aussi pour le public et incertitude – bien sûr – pour les recteurs qui ont à cœur de porter à terme et sans dommage le choix des trois personnages. Incertitude et crainte qu’une brouille se déclenche, incertitude qu’une agression intentionnelle atteindra son but. Incertitude qui, jusqu’au dernier moment de la finale, génère à son tour une tension et une atmosphère de plus en plus pesantes, tant dans les ruelles que sur la place, et augmente le risque d’agressivité déjà existant.

  • 21 Que l’on pourrait aussi traduire par « brouilles ».
  • 22 Dans ce cadre, on pourrait aussi parler de « désordres ».

39De nombreux villageois acceptent mal l’idée qu’autour du chant de la vara, agressivité et violence puissent trouver une place. Comment des attitudes conflictuelles peuvent-elle entrer en adéquation avec le sujet et le cadre final du chant, la représentation du mystère de l’Annonciation ? Lorsque cela est évoqué par les habitants devant un étranger, ce n’est généralement que par ellipse ou par vagues sous-entendus. Du moins cherchent-ils toujours à minimiser la portée des violences et évoquent alors de simples malumori (mécontentements21), disguidi (désagréments) ou un peu de confusione (confusion22). Mais au fond, si le chant permet de mettre à l’épreuve les faisceaux de relations au sein du village, pourquoi vouloir à tout prix éviter ou gommer l’agressivité ou les conflits qu’il engendre ? Pourquoi un tel comportement n’aurait-il pas une certaine légitimité ? De génération en génération, l’attitude face à ces questions évolue. Et, fête après fête, on expérimente, de façon à gommer peu à peu la moindre occasion d’engendrer des attitudes agressives ou conflictuelles. Il a par exemple été envisagé – mais rapidement rejeté – de faire appel à un jury neutre, extérieur au village. L’expérience du recours à un applaudimètre plutôt qu’au jugement humain fut quant à elle une véritable catastrophe. Le comité des recteurs compte donc plutôt sur des modifications progressives du règlement et sur des postures plus orientées vers le dialogue, la sensibilisation et la pédagogie, de façon à éviter tout comportement indigne, du moins sur la place, et toute situation conflictuelle. Par exemple, désormais tous les candidats doivent se présenter dès la première épreuve et ne peuvent plus attendre la deuxième, et les recteurs tentent au maximum de faire interpréter le verdict de la population directement par les parents des candidats. Parallèlement, d’autres acteurs tentent de lutter au mieux en cherchant à déployer des parades qui rendent la tâche plus plaisante aux enfants et la fête moins pesante aux habitants : les parents de certains candidats en s’entendant préalablement entre eux sur une ligne de conduite commune à tenir, les nouveaux maîtres de chant en faisant répéter plusieurs enfants simultanément. La tendance va donc désormais vers l’évitement de l’affrontement. C’est ainsi que, lors de la dernière fête, pas un seul incident notable ne s’est manifesté. La mère d’une des candidates se félicitait alors de démontrer par là que « mentalement et culturellement ils avaient fait un grand pas en avant ».

Haut de page

Bibliographie

Arcipretura di Fiumedinisi, s.d. [2007], Regolamento Festa della Vara.

BORNEUF Anne-Florence, 2018, « Une voie/voix pour devenir adulte : le chant de la vara à Fiumedinisi (Sicile) », Cahiers d’ethnomusicologie 31 : 137-151.

CAVARRA Giuseppe, 1995, La Vara di Fiumedinisi. Furci Siculo : Ed. Akron.

LORTAT-JACOB Bernard, 1998, Chants de passion. Au cœur d’une confrérie de Sardaigne. Paris : Les Éditions du Cerf.

Document audiovisuel

Fichier sonore déjà publié sur le site des Cahiers : http://archives.adem-geneve.com/ce31

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Anne-Marie Peatrik, Katell Morand et Sisa Calapi pour leurs remarques avisées sur la version initiale de ce texte.

2 Cavarra 1995 : 34.

3 Il s’agit des vare de Randazzo (province de Catane) et de Messine.

4 Les données proviennent, d’une part, de mes observations directes sur une durée de vingt-cinq ans (entre 1993 et 2018) et, d’autre part, des narrations, témoignages et commentaires recueillis après coup auprès des habitants, tant sur des événements que j’avais observés en personne que sur des événements antérieurs.

5 Émanation de l’ancienne confrérie Annunciazione della Beata Maria Vergine, l’association (ou comité) des recteurs est formée de laïcs du village, dont l’admission se fait par cooptation après candidature. Le comité travaille en étroite collaboration avec l’archiprêtre et, selon ses statuts, le seconde dans « l’administration des biens de l’église, l’organisation des manifestations religieuses et tout ce qui est nécessaire à l’église ». Il est en outre garant des traditions et des actions de dévotion à la sainte Patronne.

6 Étant donné que la fête n’est célébrée que tous les cinq ou six ans, voire plus, les enfants en âge de chanter un rôle n’ont qu’une idée assez vague de celui-ci. Ce qu’ils en savent n’est qu’un mélange de ce qu’ils ont entendu dans leur famille et dans le village, de ce qu’ils ont appris à l’école ou encore de ce qu’ils en ont vu sur des films de famille ou lors de rediffusions sur les chaînes de télévision locale.

7 Pour plus de finesse, l’enquête sur la préparation de la fête aurait probablement dû distinguer les rumeurs des commérages colportés par les seules femmes.

8 La première épreuve a lieu devant l’église S. Nicola, désormais désaffectée, où sont entreposés les éléments de la vara. Les quatre autres épreuves ont lieu sur la grande place, au pied de l’église-mère du village, là où sera érigée la vara pour la fête.

9 Arcipretura di Fiumedinisi, s.d. [2007] : ff. 10-11.

10 Ibid. : f. 11.

11 Il y a quelques années, le règlement autorisait les candidats à se présenter jusqu’à la deuxième épreuve, laissant ainsi tout le loisir aux familles d’examiner la situation et, le cas échéant, d’échafauder des tactiques. Depuis 2007, ce n’est plus le cas.

12 Un dispositif de rumeur très comparable, mais concernant une tradition de chant pratiquée en Sardaigne, a été très finement décrit par Bernard Lortat-Jacob (1998 : 218 et sv.).

13 Par exemple, accéder au haut d’une liste d’attente chez un médecin spécialiste, se faire prêter du matériel agricole, bénéficier d’un coup de pouce pour un concours ou pour l’accélération d’une procédure administrative, obtenir un coup de main pour des travaux, etc.

14 Autrefois, les corporations de métier pouvaient aussi être impliquées : Paolo Zenone qui a chanté le rôle de Dieu en 1938 m’avait confié avoir été élu en partie grâce à la mobilisation de la corporation des maçons. A l’heure actuelle, une mobilisation aussi directe en faveur d’un candidat paraît peu probable.

15 I personaggi : c’est ainsi que l’on appelle les personnes qui, à leur époque, ont chanté sur la vara et qui, de ce fait, font autorité dans le village en matière de chant.

16 « Cerchiamo di non reincentivare ai rancori e i risentimenti, all’odio e cose varie » (épreuve finale en 2016).

17 « Interpretare la scelta del popolo espressa con gli applausi » (Règlement).

18 Il y a plusieurs siècles, ce sont effectivement les trois principaux maîtres-artisans impliqués dans la construction de la vara qui occupèrent ces places.

19 Les tranches d’âges requises sont de deux ans pour les filles et de quatre ans (deux ans pour le rôle de l’Ange puis deux ans pour le rôle de Dieu) pour les garçons. Or, les dernières éditions de la fête ont eu lieu en 1983, 1988, 1993, 1996, 2001, 2007 et 2016, soit une périodicité oscillant entre trois et neuf ans, la moyenne se situant autour de cinq ou six ans. Certains enfants ont donc l’âge requis en dehors des années où a lieu la fête.

20 Borneuf 2018.

21 Que l’on pourrait aussi traduire par « brouilles ».

22 Dans ce cadre, on pourrait aussi parler de « désordres ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La vara, imposante structure scénique où prennent place plusieurs personnages, portée en procession. 1996.
Crédits Photo Anne-Florence Borneuf.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/4026/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 2. Une séance publique de chant. Du haut des marches, sur le seuil de l’église, les enfants chantent devant la population. 1993.
Crédits Photo Anne-Florence Borneuf.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/4026/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 3. Un habitat dense aux ruelles étroites où la communication passe beaucoup par les toits-terrasses et les balcons. 2017 et 2018.
Crédits Photos Anne-Florence Borneuf.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/4026/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 4. Fiumedinisi et, sur le flanc opposé de la vallée, le point de la panoramica « réservé » au chant, 2009.
Crédits Photo Maria di Gregorio.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/4026/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Florence Borneuf, « Le chant au risque du conflit. Chroniques d’une fête de village en Sicile (1993-2018) »Cahiers d’ethnomusicologie, 33 | 2020, 151-169.

Référence électronique

Anne-Florence Borneuf, « Le chant au risque du conflit. Chroniques d’une fête de village en Sicile (1993-2018) »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4026

Haut de page

Auteur

Anne-Florence Borneuf

Anne-Florence BORNEUF est ethnomusicologue, membre du CREM (LESC – UMR 7186 du CNRS/Université Paris-Nanterre) et longtemps chargée d’enseignement à l’Université Paris 8 ainsi qu’à Paris Nanterre. Après plusieurs enquêtes en Sicile et la publication d’un ouvrage consacré aux relations entre musique et rituel, ses recherches se concentrent dans le sud de la Croatie et de la Bosnie-Herzégovine et questionnent les façons d’« être ensemble » dans les situations de convivialité dont le chant – qu’elle pratique activement – constitue une composante importante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search