Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie33LivresHans DE ZEEUW : Tanbûr Long-Necke...

Livres

Hans DE ZEEUW : Tanbûr Long-Necked Lutes along the Silk Road and beyond

Oxford : Archaeopress Publishing LTD, 2019
Mathieu Clavel
p. 268-271
Référence(s) :

Hans DE ZEEUW : Tanbûr Long-Necked Lutes along the Silk Road and beyond, Oxford : Archaeopress Publishing LTD, 2019. Ill. n.b. & coul.

Texte intégral

1Sous le nom de tanbûr, on regroupe un certain nombre de luths à long manche, instruments particulièrement typiques des paysages de la Route de la Soie et aussi variés que les cultures qu’elle traverse, tandis qu’ils témoignent de la richesse de leurs échanges culturels, de part et d’autre de l’Eurasie. Dans cette monographie sur le tanbûr, de Zeeuw suit une approche en deux parties, progressant du général au particularisme de chacun des instruments considérés sous ce nom.

  • 1 The Tanbûr Tradition.
  • 2 Historical Background.

2La première partie, « La tradition du tanbûr »1, s’ouvre sur une étude historique, « Contexte historique »2, qui parcourt sur 60 pages la genèse du tanbûr, de ses origines potentiellement Sassanides (IIIe – VIIe siècle) jusqu’aux nombreuses déclinaisons qu’on lui connaît aujourd’hui, en passant par son ancêtre mésopotamien (2340-2284 avant notre ère) le luth à pique, ou encore l’émergence de tanbûr urbains sophistiqués vers le XVe siècle et leur apparition subséquente dans les miniatures du monde musulman.

3Suivant le cheminement du tanbûr, de Zeeuw nous emmène à sa recherche aux premiers siècles de l’Islam, dans le monde musical du Bagdad des califes Omeyyades où apparaît la théorie du maqâm, puis sous le règne abbasside où elle s’épanouit, jusqu’en Al-Andalus à travers laquelle les luths sont introduits en Occident. Tandis qu’au Grand Khorasan des conquêtes turques, les dynasties persanisées d’Asie Centrale sont patronnes des arts, et sous les influences croisées du maqâm et du soufisme, le tanbûr du ménestrel itinérant se raffine et gagne en prestige ; avec comme principaux centres de rayonnement musical d’Asie centrale au XVe siècle Hérat la capitale Timouride et Samarcande, puis Boukhara qui le restera jusqu’à l’annexion soviétique. Nous traversons ensuite l’Empire Ottoman, et son influence sur l’Europe, l’Iran safavide et son puritanisme, l’Inde moghole dans tout son éclat.

4Enfin, dès le XVIIIe siècle, nous parcourons les traditions « modernes » telles qu’elles se rencontrent chez les bardes ashiq du Caucase, dans les mariages (toy) ouighours ou encore dans les steppes turkmènes, avant d’évoquer succinctement la tradition contemporaine du tanbûr et sa cosmopolitisation.

5L’histoire du tanbûr se retraçant principalement grâce à son iconographie, faute de sources textuelles, l’auteur ne manque pas d’éclairer le chapitre avec 50 précieuses illustrations, tandis que l’ouvrage en compte plus de 120 : miniatures, tableaux orientalistes, statues et bas-reliefs, décors émaillés ou vaisselles antiques, photographies et dessins techniques sont un véritable mérite de l’étude.

  • 3 Construction

6Le chapitre suivant, « Fabrication3 », aborde les techniques de fabrications des instruments apparentés au tanbûr. Sont considérés les différents aspects organologiques des instruments : caisse de résonance, touche et chevilles, table d’harmonie, ornementation, frettes et cordes.

7Il est notamment question des essences de bois utilisées par les luthiers selon leur adéquation ; le mûrier est grand favori des caisses de résonance, creusées dans un bloc monoxyle, ou assemblées d’éclisses, une technique déjà employée par les Arabes au IXe siècle. Le XXe siècle connaît un mouvement de standardisation dans certains pays, comme en Turquie mais surtout en Asie centrale sous l’influence esthétique soviétique, et s’accompagne aussi de modernisations techniques, comme l’usage de mécaniques remplaçant les traditionnelles chevilles en bois, pour la stabilité et la facilité de l’accordage, bien que ce ne soit pas au goût des puristes.

8Les échelles sont variées, traditionnellement naturelles mais parfois « modernisées » en échelles tempérées à douze demi-tons, tandis que les systèmes microtonaux devisés par la tradition médiévale savante musulmane ont toujours cours ailleurs, comme sur le tanbûr ottoman.

9Quant aux frettes, qui ne se retrouvent pas sur tous les instruments, elles seraient apparues pour des raisons de timbre plutôt que de justesse, produisant un son plus brillant que sur les instruments qui en sont dépourvus.

  • 4 Playing Techniques

10Dans le troisième chapitre « Techniques de jeu4 », l’auteur présente en quelques pages un condensé de particularités de chaque instrument, qui seront reprises dans les chapitres suivants, offrant en préambule de la seconde partie un panorama de la diversité des techniques de jeu des tanbûr. Celles-ci se regroupent en trois catégories : cordes pincées à main nue, typique des nomades d’Asie centrale, cordes pincées par un plectre, dans les traditions sédentaires du centre et de l’ouest, et enfin frottées par archet, dont l’origine remonterait à l’Asie centrale du IXe siècle.

  • 5 The Tanbûr Family.

11La deuxième partie de l’ouvrage, « La famille du tanbûr5 », survole en 76 pages et six chapitres les familles d’instruments qu’identifie de Zeeuw sous la dénomination éponyme : « Tanbûr », « Dotâr », « Saz », « Setâr », « Dömbra » et « Dambura » ; se déclinant davantage en pas moins de 27 sous-familles en provenance d’Afghanistan, d’Albanie, d’Arménie, d’Azerbaïdjan, de Bosnie, de Bulgarie, de Croatie, de Grèce, d’Inde, d’Iran, d’Iraq, du Kazakhstan, du Kosovo, du Liban, de Mongolie, d’Ouzbékistan, du Pakistan, de Russie, de Serbie, de Syrie, du Tadjikistan, du Turkménistan, de Turquie et du Xinjiang. Un aperçu de la formidable richesse du patrimoine musical de cette partie du monde à laquelle on s’empressera de prêter l’oreille.

12Ces six familles, il semble que l’auteur les ait assemblées sur la base d’une proximité de nom des instruments, hautement arbitraire, plutôt que sur une parenté organologique, géographique, ou reposant sur un quelconque paramètre légitime. Cela a pour effet d’associer les tanbûr afghan, kurde et ottoman, alors qu’on pourrait difficilement réunir trois tanbûr moins similaires que ceux-ci parmi la liste de l’auteur.

13Chaque chapitre présente essentiellement les particularités de fabrication, les techniques de jeu ainsi que des notes sur les traditions musicales propres à chaque instrument ou groupe d’instruments, et notamment leur contexte, profane ou sacré, sous la forme d’une succession de points brefs agrémentés d’illustrations. Au-delà de cette tripartition l’approche n’est pas systématisée et les informations proposées sont variables d’un instrument à l’autre, le saz turc recevant de loin le plus d’attention.

14Y figurent ainsi également par endroits les noms d’interprètes, de luthiers, des observations sur l’évolution des techniques ou l’histoire des courants musicaux qui les emploient, le détail de certains modes mélodiques et des accordages, et une foule d’autres informations d’ordre historique, musical ou ethnologique.

15L’exhaustivité qui est le parti pris de l’auteur trahit en conséquence une superficialité de contenu ainsi qu’un sentiment de manque de cohérence quant à l’organisation de tous ces récits parallèles, voire de fil conducteur dans l’agencement du discours ; alourdi par le recours à des tournures de phrases qui doivent sans doute plus à la langue de Vondel qu’à celle de Shakespeare, et par l’omission récurrente de démarcation visible des instruments considérés d’un paragraphe à l’autre.

16Par ailleurs les différents tanbûr ne sont pas traités sur un plan d’égalité par l’auteur, lui-même interprète de saz turc et c’est donc principalement là qu’il défend son expertise, tandis que ses sources sont parfois limitées au-delà, avec une tendance à la généralisation. On regrettera par exemple, dans les pages consacrées au tanbûr des Yarsan de Kermanshah, que l’auteur se base presque exclusivement sur les travaux de Jean During, et notamment sa fascination pour Nur Ali Elahi (dit Ostad Elahi) qui restreint la vision de l’instrument et de son contexte socio-culturel pour quelqu’un qui souhaiterait s’en approcher.

17Bien qu’à propos de certains instruments moins répandus ne figurent que quelques courts paragraphes parfois anecdotiques, l’auteur parvient toutefois à réunir une quantité correcte d’informations pour la majorité d’entre eux.

18On comprend aisément la difficulté de la tâche entreprise par l’auteur, étant donné l’ampleur du sujet, tandis que nous nous interrogeons sur le public ciblé par l’approche choisie. Le lecteur au bénéfice de l’expérience de l’une ou l’autre de ces familles de tanbûr ne trouvera sans doute dans cette étude que peu de quoi assouvir sa curiosité quant à la famille en question. Il pourra sans doute, le cas échéant, se familiariser avec des parents dont il ignorait jusque-là l’existence, se référant notamment à une discographie intéressante de dix-neuf pages, organisée par pays avec une large place accordée à la Turquie et l’Iran, ainsi qu’à un glossaire des instruments ne se limitant ni aux tanbûrs ni aux instruments actuels.

19Les pages de la seconde partie trouveraient tout à fait leur place dans un cadre élargi comme celui d’une encyclopédie des instruments, dont elles s’approchent d’ailleurs puisqu’il s’agit avant tout d’une impressionnante agrégation d’informations complétées d’une multitude de sources faisant autorité.

20L’étude historique accompagnée de son iconographie qui occupe la moitié de l’ouvrage est quant à elle remarquable par l’étendue de son horizon, et constitue une lecture enrichissante pour tout amateur éclairé de cette grande famille d’instruments. C’est véritablement là que réside selon nous l’intérêt majeur de la présente étude.

Haut de page

Notes

1 The Tanbûr Tradition.

2 Historical Background.

3 Construction

4 Playing Techniques

5 The Tanbûr Family.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Clavel, « Hans DE ZEEUW : Tanbûr Long-Necked Lutes along the Silk Road and beyond »Cahiers d’ethnomusicologie, 33 | 2020, 268-271.

Référence électronique

Mathieu Clavel, « Hans DE ZEEUW : Tanbûr Long-Necked Lutes along the Silk Road and beyond »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4143

Haut de page

Auteur

Mathieu Clavel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search