Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie33CD | MultimédiaMémoires du plateau ardéchois. Ch...

CD | Multimédia

Mémoires du plateau ardéchois. Chansons, danses & récits

1 CD et 1 DVD. Livret 12 p., ill. coul. Vallon-Pont-d’Arc : L’Écho des Garrigues, 2015
Luc Charles-Dominique
p. 284-287
Référence(s) :

Mémoires du plateau ardéchois. Chansons, danses & récits, 1 CD et 1 DVD. Livret 12 p., ill. coul. Vallon-Pont-d’Arc : L’Écho des Garrigues, 2015.

Texte intégral

1« Mémoires du plateau ardéchois. Chansons, danses & récits » n’est pas une nouveauté. Cependant, au moment de sa parution en 2015, ce CD-DVD est passé relativement inaperçu, notamment dans les milieux académiques.

2Cette publication collective est l’œuvre de Patrick Mazellier, violoniste traditionnel et collecteur emblématique, Annette Gränicher, Jacques Julien et Christian Oller, autre collecteur et fameux musicien du folk-revival français (membre des groupes Lo Jaï et Le Grand Rouge, entre 1975 et 1989). Elle se présente, d’une part, sous la forme d’un CD de 27 titres, et d’autre part, d’un DVD comportant, tout d’abord, une « Présentation » de 13’, sélection de sept enregistrements représentatifs, intitulée « Mémoires du Plateau Ardéchois, chansons, danses, récits… » ; puis d’un premier film de collectes de Patrick Mazellier et Annette Gränicher de 41’33” (« De la Cévenne aux contreforts du Mézenc »), constitué de chants, danses et récits divers ; enfin, d’un second film de 17’50” (« Autour du Gerbier »), à partir des collectes de Jacques Julien et Christian Oller.

3Au total, ce sont donc plus de deux heures de sons et d’images qui sont ici réunies. Ce volume important s’explique par le fait que ce petit territoire, situé au centre-ouest du département de l’Ardèche, sur un plateau d’une altitude moyenne de 1000 mètres, glacial en hiver, proche de la Lozère et aussi de la Haute-Loire, a été l’objet d’une enquête intensive de la part des quatre collecteurs, qui y ont réalisé plus de soixante-deux heures d’enregistrements audio et vidéo. On retrouve ici une forme de collecte largement pratiquée en Europe, depuis Brăiloiu au moins. Ce dernier préconisait, en effet, de procéder à « l’étude monographique d’une “unité” musicale : un genre, un groupe humain, ou même un individu caractéristique » et de séjourner « 4-6 semaines et plus dans un village dans le dessein d’en connaître par le menu la vie musicale » (Esquisse d’une méthode de folklore musical, 1931 : 15).

4Un autre aspect remarquable de ces collectes ardéchoises est leur contemporanéité. Réalisées pour l’essentiel entre 2012 et 2014, elles ont mis les quatre collecteurs en présence d’informateurs ayant vécu entre une et deux générations après ceux qui avaient été les témoins du premier folk-revival des années 1970-80. Il s’agit là d’un paramètre de tout premier plan, surtout quand viennent en contrepoint, dans le CD, deux chansons enregistrées par Christian Oller et Patrice Lejeune en 1988, une pièce instrumentale, par Francine Lancelot en 1964, et deux chansons provenant des collectes, encore plus anciennes, de Pierre Nauton (1950-52), ethnolinguiste, spécialiste de ce terrain, qui avait largement contribué à l’enquête de Claudie Marcel-Dubois et Marie Marguerite Pichonnet-Andral en Haute-Loire en 1946. Il est alors possible, même si ces références anciennes sont peu nombreuses dans cette publication, de comparer les timbres et les styles vocaux, ainsi que la place de l’occitan dans les textes des chansons. D’autre part, cela pose la question de savoir ce qu’il est encore possible de collecter à notre époque dans un pays comme la France. Cette interrogation avait été au cœur de la journée d’étude « Découverte et réflexion autour du chant », organisée au Musée Dauphinois de Grenoble en octobre 2012 par cette institution et le Centre des musiques traditionnelles en Rhône-Alpes, au cours de laquelle nous avions pu entendre des chants très récemment collectés dans le Valais (Suisse), auprès d’une famille de très bons chanteurs et de personnes relativement jeunes et possédant cependant une très belle vocalité.

5Dans cette publication, on découvre une grande diversité de répertoires chantés : chansons d’amour, satiriques, chants de mai, complaintes relatant des faits divers, chants à danser, etc. On constate aussi un certain rajeunissement du répertoire, avec l’introduction de chansons d’inspiration régionaliste ou à caractère historique récent (Seconde Guerre). Dans les chansons de ce CD-DVD, le français est majoritaire. Mais l’occitan est présent, notamment dans certaines formes dialoguées, dans les chansons à danser, sentimentales, à boire, etc., et l’on note également la persistance de formes chantées plus anciennes, à caractère pastoral, parodiques, chansons – et récits – « de mensonges », c’est-à-dire absurdes, faisant se succéder immédiatement un fait et son contraire, etc. Cette présence de la langue d’Oc peut parfois revêtir l’expression d’une affirmation culturelle : ainsi, Mme Chanut interprète la chanson « Là-haut sur la montagne » en occitan, traduction qu’elle a réalisée elle-même. Les formes parlées et récitées sont également très présentes : histoires humoristiques et grivoises, formulettes, récits de sorcellerie, faits divers, poésies, « dits » de toute nature dans lesquels le français côtoie l’occitan (l’ensemble des textes et partitions est accessible dans la racine du DVD). Partout, l’émotion et l’engagement des chanteurs et des récitants sont perceptibles, mais parfois aussi la malice, les clins d’œil et les rires, dès lors que les répertoires deviennent parodiques et un peu grivois.

6De temps à autre, on devine de petites hésitations mémorielles ou on constate çà et là une résurgence de l’écrit dans les mécanismes de transmission. Ainsi, dans un dialogue chanté franco-occitan, Mme Laurent chante en lisant un texte. Ailleurs, une chanteuse interprétant une chanson énumérative est visiblement hésitante et fait un réel effort de mémoire. Enfin, Victorin Issartel interprète « Me promenant sur la mer jolie », chanson retrouvée dans le cahier de chansons de sa mère.

7Les enregistrements ont été réalisés au domicile des informateurs, parfois en famille, ou bien lors d’événements plus communautaires (repas, veillées). Comme souvent dans ces cas-là, on entend une personne, en général la conjointe de l’informateur principal, intervenir pour corriger, compléter, voire anticiper immédiatement ce que va dire la personne questionnée. Bel exemple de complicité que cette mémoire fusionnelle, livrée d’un commun accord, dans l’union.

8On ne trouvera que très peu de musique instrumentale dans ce CD-DVD. Peut-être faut-il y voir le constat que, si des formes et des répertoires chantés sont encore susceptibles d’être collectés aujourd’hui, il n’en est plus forcément de même de la musique instrumentale. Dans cette publication, à deux reprises, on peut entendre M. Gineys chanter des répertoires de sa mère, chanteuse réputée, en s’accompagnant à l’accordéon chromatique. Par ailleurs, M. Lavastre, dont le père, chanteur et accordéoniste, tenait un café au Cros-de-Géorand, où se tenaient tous les bals, a été enregistré par Francine Lancelot en 1964, dans un branle à l’harmonica. Il s’agit là d’un des très rares enregistrements d’harmonica dans l’histoire de l’ethnomusicologie de la France, cet instrument ayant été complètement négligé par les ethnomusicologues durant tout le XXe et le début du XXIe siècle, jusqu’à ce qu’Anne Damon-Guillot décide de mener une série d’enquêtes sur cette tradition, dans le Forez, à partir du début des années 2010.

9Le plateau ardéchois constitue la zone orientale de la bourrée, telle qu’on la danse en Auvergne et notamment en Haute-Loire. Ici, ce sont les frères Antoine et Casimir Chaze, magnifiques danseurs, peut-être âgés de soixante-cinq à soixante-dix ans au moment des enregistrements, au style enlevé, fluide et équilibré, improvisé et fortement enjolivé d’innombrables fioritures, même si l’on y lit par moments l’empreinte des chorégraphies folkloriques. On les voit danser dans divers contextes, notamment dans une veillée au son d’un orchestre musette, et chez eux, en famille, où ils alternent danse et commentaires en forme de témoignages. A cette occasion, l’un de leurs petits-fils accepte l’invitation de son grand-père et esquisse timidement une bourrée dans laquelle on retrouve le pas de base, le jeu de bras et le tournoiement sur soi, jolie preuve d’apprentissage par l’observation, car il semble évident que ce jeune garçon n’a jamais appris, ni réellement pratiqué, au sein d’un groupe folklorique par exemple.

  • 1 Réédité en CD en 2014, cf. Cahiers d’ethnomusicologie 27, 2014 : 337-340.

10C’est donc à la découverte d’une culture locale vivante que nous convie cette publication. En effet, les collectes auparavant réalisées sur ce territoire sont « restées assez confidentielles » comme le reconnaît Patrick Mazellier dans le livret, que ce soit celles de Pierre Nauton, Francine Lancelot, voire même de Christian Oller et Patrice Lejeune, réalisées au début des années 1980 et publiées en 1985 dans le disque vinyle « “Apprends-moi ton langage”, Chansons au pays de l’Ardèche »1. Pour autant, ce nouveau CD-DVD a-t-il su trouver un public plus large ? Cela n’est pas certain. D’autre part, on voit que les moyens de sa réalisation ont été limités. Le livret aurait gagné à être plus volumineux (il manque des cartes, la présentation des informateurs, etc.), les films du DVD à être mieux montés qu’avec des écrans de textes intercalés entre deux séquences filmées… Les auteurs en sont d’ailleurs tout à fait conscients. A la fin du petit film de « Présentation » qui ouvre le DVD, on peut lire que « ces brèves séquences filmées n’ont aucune prétention cinématographique, sans velléité de scénario ni d’une quelconque mise en image. Elles reflètent simplement et modestement le quotidien de l’enquête tel qu’il nous a été donné de l’entrevoir et de le saisir dans l’instant ».

11Mais alors, puisque de tels collecteurs, talentueux et motivés, n’ont que peu les moyens de leurs objectifs, puisque de telles publications ne parviennent pas à trouver l’écho qu’elles méritent, n’est-il pas temps d’interroger l’efficience même des politiques patrimoniales ? A quand un vrai service public consacré à l’ethnologie sous toutes ses formes et à sa valorisation ? Quand le recueil des formes culturelles relevant de l’oralité fera-t-il l’objet en France d’un véritable soutien, et notamment d’un véritable espace d’édition et de diffusion ? N’est-ce pas plutôt cela que l’on serait en droit d’attendre des politiques du patrimoine, plutôt qu’une compétition frénétique autour de programmes « d’inscriptions » guidés par les sentiments de repli et de peur ?

12Quoi qu’il en soit, Patrick Mazellier, Christian Oller et leurs amis nous livrent ici une publication sensible, émouvante, honnête, fruit de l’excellence de leur travail de collecte et de leur engagement humain, de musiciens, passionnés, découvreurs et transmetteurs.

Haut de page

Notes

1 Réédité en CD en 2014, cf. Cahiers d’ethnomusicologie 27, 2014 : 337-340.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Charles-Dominique, « Mémoires du plateau ardéchois. Chansons, danses & récits »Cahiers d’ethnomusicologie, 33 | 2020, 284-287.

Référence électronique

Luc Charles-Dominique, « Mémoires du plateau ardéchois. Chansons, danses & récits »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4166

Haut de page

Auteur

Luc Charles-Dominique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search