Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie33Droit de réponseL’émergence des études hip-hop fr...

Droit de réponse

L’émergence des études hip-hop francophones, envers et contre les clivages de l’ethnomusicologie

Réponse au compte rendu de Denis-Constant Martin à propos du livre « Le rap, ça vient d’ici ! », musiques, pouvoir et identités dans le Gabon contemporain », paru dans les Cahiers d’ethnomusicologie, vol. 31, 2018
Alice Aterianus-Owanga
p. 291-297

Texte intégral

1Je remercie tout d'abord Denis-Constant Martin pour la lecture et la discussion qu'il propose à partir de mon livre. Ceci étant dit, son compte-rendu appelle à une réponse. En premier lieu, mon travail y fait l’objet d’une disqualification scientifique qui repose sur des arguments irrecevables. Ensuite, car cette réponse est l’occasion d’élargir la discussion à la question des rapports entre des disciplines s’intéressant à un même objet, en l’occurrence la musique et le hip-hop. Cette mise au point est nécessaire dans la mesure où le compte rendu de Denis-Constant Martin renouvelle implicitement une idée d’antagonisme entre des approches formelles et des approches socioculturelles de la musique, antagonisme qui a pu cliver l’ethnomusicologie en France par le passé, et qu’il serait regrettable de réinjecter dans le champ de recherche stimulant qui se développe en ce moment sur les musiques hip-hop. Comme le montrent quelques exemples que je mentionnerai ici, ce domaine émergent tâche précisément de se départir de ces oppositions, pour produire un espace de dialogue et de recherche rigoureux sur cet objet multifacettes.

2Avant d’aborder ces recherches, il me faut d’abord revenir sur certaines critiques infondées que formule le compte rendu de Denis-Constant Martin, car elles reproduisent précisément ces clivages.

3Dans son texte, Denis-Constant Martin effectue une discussion des premiers chapitres de mon ouvrage, avant d’émettre dans ses derniers paragraphes un reproche méthodologique, celui de ne pas faire d’analyse musicologique ni de transcription formelle. Sur cette base, il considère que l’ouvrage souffre « d’insuffisances méthodologiques » et il sous-entend dans sa conclusion que le livre ne répond pas aux exigences de « rigueur méthodologique » qui devrait accompagner l’étude de tels objets (p. 331).

  • 1 A ce titre, une erreur s’est glissée dans le compte rendu (p. 328) : la recherche menée pour ce liv (...)
  • 2 Ma recherche de thèse s’est par exemple accompagnée de la retranscription, la traduction et l’analy (...)

4Ce procès en rigueur scientifique de mon livre, sous l’unique argument de l’absence d’une approche formelle systématique de la musique, est absurde et injustifié. Pour juger de la rigueur méthodologique d’une étude, il va de soi qu’il est nécessaire de considérer l’approche, l’objet d’étude et l’entrée disciplinaire effectivement privilégiés par le chercheur ; en l’occurrence ici, ma démarche ethnologique s’intéresse aux usages sociaux et aux modalités d’appropriation d’un mouvement musical dans un contexte social et historique donné, celui du Gabon contemporain, et elle ne se réclame à aucun moment de la musicologie. Le parti-pris anthropologique de ma recherche était d’appréhender la manière dont une génération donnée s’était emparée d’une forme d’expression et d’un mouvement aux dimensions orale, musicale, technologique, esthétique et culturelle, pour recomposer ses rapports à la localité, au politique, au religieux, à l’idée de nation, d’africanité, d’ethnicité, ou aux rapports de genre. Cette perspective s’appuyait sur une approche historique de plus longue durée sur la construction de nationalismes et d’identités par l’appropriation de vagues musicales transatlantiques au Gabon. Ma recherche a été nourrie par une centaine d’entretiens, par un suivi de parcours de vie durant presque huit années1, et bien sûr, par une retranscription d’un corpus de textes de rap2. Autant d’éléments qui constituent ce que l’anthropologie pourrait considérer comme une ethnographie « dense » de vies musiciennes et de mondes de la musique, comprenant les envers et les coulisses de la vie d’artiste, afin d’éclairer les opérations d’ajustement identitaire que ces acteurs opèrent entre différents espaces, époques et référents identitaires. L’étude a été félicitée unanimement par un jury d’anthropologues et de chercheurs spécialistes du Gabon, publiée dans diverses revues à comité de lecture, et le livre a su également convaincre des ethnomusicologues, puisqu’il a été salué par un « Coup de cœur » de l’Académie Charles Cros.

5Qu’un lecteur passionné de musicologie émette son envie d’en savoir plus sur la matière musicale, cela est tout à fait légitime, d’autant que peu d’études musicologiques en français s’intéressent au rap africain. Qu’il invite – au-delà de la présente étude – au développement de projets et d’équipes interdisciplinaires pour penser le hip-hop et les musiques populaires africaines au travers de lunettes disciplinaires variées, cela est même bienvenu.

6Mais attaquer une recherche sur le plan de sa rigueur méthodologique relève d’un tout autre registre, et décrédibiliser le travail d’un·e (jeune) collègue simplement car il·elle n’a pas choisi une approche musicologique est indéfendable. En lisant une analyse littéraire d’un corpus de textes de rap, il ne viendrait à l’esprit de quiconque de reprocher l’absence d’étude statistique fouillée sur les profils sociologiques et les carrières professionnelles des artistes cités ; de même, on ne critiquera pas la rigueur méthodologique d’un géographe intéressé par les circulations musicales s’il n’a pas consacré son œuvre à établir l’historique du mouvement étudié à partir d’une recherche détaillée dans les archives. Certains objets-frontières s’inscrivent à l’intersection de différentes disciplines, et il est possible et défendable scientifiquement d’en construire une analyse à partir d’une approche disciplinaire, tout en tenant compte de la dimension multifacettes de l’objet. Un tel choix appelle prolongement, non disqualification scientifique.

7En d’autres termes, pour émettre des doutes sur ma méthode et remettre en cause la rigueur de mon étude, il aurait fallu tenir compte de l’objet de recherche que j’ai effectivement circonscrit, des données collectées, et des « résultats » ou analyses ethnographiques proposées dans le livre. Ma méthode et l’analyse des données collectées échouent-elles par exemple à éclairer les transformations politiques, sociales, religieuses et identitaires en œuvre dans la génération hip-hop du Gabon, qui sont l’objet de mon livre ? L’ouvrage comporte-t-il des inexactitudes ou des analyses peu convaincantes sur l’histoire des musiques urbaines, les rapports de genre dans la scène rap, les compénétrations entre rap et religieux au Gabon, les chevauchements identitaires entre blackness, nationalisme et africanité ? Voilà qui aurait été une raison légitime pour parler de faiblesses analytiques ou pour remettre en cause ma méthodologie.

  • 3 Voir Aterianus-Owanga 2016 et Aterianus-Owanga et Jadinon 2018.

8En outre, comme le reconnait Denis Constant Martin à plusieurs reprises, la musique elle-même, l’organologie, les textes de rap, l’esthétique, le sonore et le visuel ne sont pas négligés, et ils apparaissent dans l’ensemble de l’ouvrage – comme dans d’autres de mes publications sur le sampling ou sur la transnationalisation des musiques de harpe3 –, même si je privilégie une compréhension des usages sociaux et identitaires des musiques. La critique de Denis Constant Martin est donc caduque, car elle tente de m’imposer artificiellement un objet qui n’est pas mien. De ce point de vue, il apparaît que le procès en rigueur scientifique que ce compte rendu émet vise moins un ouvrage qu’une discipline et une approche de la musique.

9Pour cette raison, et au-delà de la réponse à une critique infondée à propos de mon livre, je tiens à réagir à ce compte rendu car, tout en plaidant pour l’interdisciplinarité et les « collaborations amicales », ce texte est une façon à peine voilée de jeter le discrédit sur certaines approches disciplinaires, et il introduit du clivage, là où la reconnaissance de nos apports mutuels est nécessaire. Il est absurde et contre-productif de croire que l’essor des études musicologiques du rap se fera en décriant les approches socio-anthropologiques de l’objet, qui sont elles aussi nécessaires pour comprendre la complexité du phénomène, en dépassant les biais culturalistes, les approches homogénéisantes, et en éclairant les contextes, les enjeux identitaires et les rapports de pouvoir en jeu dans la pratique musicale.

10Fort heureusement, les échanges entretenus avec différents experts des musiques hip-hop en France et au niveau international laissent penser que cette vision n’est pas partagée, ni dans l’ethnomusicologie contemporaine, ni dans le champ de recherche international et interdisciplinaire qui se développe autour du hip-hop et des musiques populaires. Depuis plusieurs décennies déjà, l’ethnomusicologie a fait le constat des enjeux posés par son statut de « discipline frontière », et par la conciliation de différentes visions disciplinaires requise pour examiner les multiples facettes de la musique (Alvarez-Pereyre 1992 ; Lortat-Jacob et Olsen 2004). Dans cet objectif, des rencontres et des publications ont souligné l’importance de dépasser les « querelles de clocher » entre tenants des approches formelles ou sociales des liens entre musiques et sociétés, relevant que la connaissance complète de l’objet nécessitait la coexistence, la mise en dialogue et l’intégration de plusieurs approches (Fernando et Nattiez 2014).

11Depuis plus de trente ans, le hip-hop s’est imposé comme un nouvel « objet-frontière » renouvelant ces enjeux d’interdisciplinarité. Le champ d’études qui se constitue progressivement en France autour du rap et des musiques hip-hop accueille un bourgeonnement de dialogues féconds, entre des études qui sont souvent ancrées, comme la mienne, dans une approche en sciences sociales, et quelques recherches (plus rares) sur les aspects esthétiques et les analyses formelles des musiques hip-hop. Un bref aperçu des pistes ouvertes par la recherche à ce propos offre une touche d’optimisme sur la possibilité de construire des échanges scientifiques respectueux et fructueux.

12Ce domaine de recherche s’est construit à partir de la fin des années 1980, en premier lieu dans le contexte américain. Dans le sillage de quelques travaux fondateurs (Hager 1984 ; Baker 1993 ; Rose 1994), et en écho à une série d’interventions d’intellectuels étatsuniens autour du phénomène hip-hop (Gilroy 1993 ; George 1993 ; Gates 2014), les études du rap et du hip-hop se sont progressivement imposées aux USA comme un champ d’étude pluridisciplinaire, incluant les sciences sociales, les cultural studies, les théories critiques de la race, les études genre, la musicologie, mais aussi l’apport de journalistes et de critiques, qui examinent les multiples facettes du hip-hop étatsunien. La consolidation de ce champ aux Etats-Unis est en partie tributaire de la parution de l’ouvrage That’s the joint ! The Hip-hop studies reader (Forman & Neal 2004), et de l’engagement actif de certains universitaires comme Murray Forman.

  • 4 Je pense notamment au colloque Music, memory and power in Africa and Beyond (tenu à la Dhow Countri (...)

13Progressivement, un autre courant de recherche s’est intéressée à la manière dont le hip-hop constituait une entrée privilégiée pour comprendre les processus de globalisation culturelle et affiner les théories de la mondialisation, par des études de cas sur l’appropriation locale du rap et des musiques hip-hop (Mitchell 2001 ; Condry 2006 ; Fernandes 2006 ; Perry 2008 ; Ntarangwi 2008). Les ethnomusicologues américains intéressés par les musiques populaires en Afrique ne tardèrent pas à porter leur attention sur le hip-hop (Perullo 2011; Charry 2012), développant des perspectives incluant analyse formelle, ethnographie et théorie anthropologique (Appert 2016). Comme le montrent quelques événements internationaux ou des publications organisées dans les dernières années sur la question4, le hip-hop africain est devenu un objet légitime dans le champ de l’ethnomusicologie américaine, autour duquel dialoguent diverses approches.

  • 5 Voir aussi en dehors du monde académique français, mais dans le monde francophone, la thèse soutenu (...)

14Par contre, si l’on observe les études menées en France sur les scènes hip-hop, on relève que l’ethnomusicologie française ne s’est, pendant longtemps, pas intéressée à cet objet, et a privilégié des terrains plus « traditionnels », comme c’était le cas lorsque j’effectuais ma recherche au Gabon. C’est sûrement pour cette raison que les premières thèses soutenues en France sur le rap africain ont été menées dans le registre de la sociolinguistique ou de l’anthropologie sociale (Moulard-Kouka 2008 ; Aterianus-Owanga 2013)5 ; c’est d’ailleurs dans ce domaine que continuent à se mener beaucoup de recherches francophones (Awondo et Manga 2016 ; Lamaison-Boltanski 2017 ; Cuomo 2019 ; Navarro 2019).

15Dans les études à propos du rap français, ce sont d’abord la sociologie et la littérature qui se sont saisies du phénomène, et la dimension esthétique et formelle du rap a aussi été – sauf exceptions – longtemps négligée par les recherches. Discutant de ce point aveugle, Karim Hammou et Emmanuelle Carinos apportent divers points d’explication pour comprendre ce qu’ils qualifient de « production collective du caractère prosaïque du rap » dans la recherche française, et ils l’associent à la disqualification esthétique du rap dans le domaine médiatique au début des années 1990 (Carinos et Hammou 2017).

  • 6 La liste de diffusion sur le hip-hop dans l’enseignement, la recherche et la culture (H-Herc) contr (...)
  • 7 Il a été publié sous la forme d’actes numériques. Voir Alice Aterianus-Owanga et al. (éd.), 2017, C (...)
  • 8 Outre les actes numériques du colloque précédemment cité, on pense notamment à un ouvrage collectif (...)
  • 9 Voir en ligne https://www.intellectbooks.com/global-hip-hop-studies

16Le domaine des études hip-hop francophones est encore balbutiant, hétérogène, et traversé par des déséquilibres entre différentes approches, résultant de l’histoire de la réception du rap et du monde académique français. Toutefois en son sein, des échanges et collaborations heuristiques se donnent à voir entre des experts qui, tout en étant chacun bien ancré dans sa discipline et dans la description de son terrain d’expertise, parviennent à construire des dialogues fructueux6. Le colloque « “Conçues pour durer”. Perspectives francophones sur les musiques hip-hop », réunissant en février 2017 des chercheur·es issu·e·s de différentes disciplines, privilégiant des approches formelles et non formelles, ou combinant les deux, en est la preuve7. Il débouche actuellement sur plusieurs publications qui illustrent le caractère rétrograde des clivages entre « dimensions proprement musicales » et « significations sociales »8. Dernier exemple, la création de la revue Global hip-hop studies, qui comprend dans son comité de rédaction un chercheur français et plusieurs chercheur·es francophones, et qui publie une variété d’études sur les appropriations du hip-hop9.

17Comme le montrent ces exemples, le champ de recherche que Denis-Constant Martin appelle de ses vœux se développe bel et bien entre la France et l’international, et il y a tout à espérer qu’il continue à dépasser les visions mettant en antagonisme différentes disciplines ou approches, pour plutôt reconnaître nos apports mutuels et la complémentarité de nos savoirs. Une telle démarche exige cependant une reconnaissance et un respect des paradigmes disciplinaires des un·es et des autres, et une distanciation critique à l’égard de clivages et de conflits de légitimité stériles.

Haut de page

Bibliographie

ALVAREZ-PEREYRE Frank, 1992, « De la tentation de pureté à l’exigence d’unité : les sciences anthropologiques à l’épreuve de l’interdisciplinarité », Diogène 159 : 103.

APPERT Catherine M., 2016, « Locating Hip Hop Origins : Popular Music and Tradition in Senegal », Africa 86/2 : 237‑62.

ATERIANUS-OWANGA Alice, 2013, « Pratiques musicales, pouvoir et catégories identitaires : Anthropologie du rap gaboma ». Thèse de doctorat en anthropologie, Université Lyon 2.

ATERIANUS-OWANGA Alice, 2016, « Sampler les bruits de la ville, archiver les traces des balles. La création musicale hip-hop contre les politiques de l’amnésie au Gabon », Gradhiva 24/2 : 108‑35.

ATERIANUS-OWANGA Alice, 2017, Le rap ça vient d’ici ! Musiques, pouvoir et identités dans le Gabon contemporain, Paris : Éditions de la MSH (collection « Le (bien) commun »).

ATERIANUS-OWANGA Alice et Rémy JADINON, 2018, « Du bwiti en clips et en cassettes : la transnationalisation des musiques initiatiques du Gabon », Civilisations 67/1 : 57-75.

BAKER Houston A., 1993, Black Studies, Rap, and the Academy. Chicago : University of Chicago Press.

CARINOS Emmanuelle et Karim HAMMOU, 2017, « Approches du rap en français comme forme poétique », in Stéphane Hirschi, Corinne Legoy, Serge Linarès, Alexandra Saemmer et Alain Vaillant : La poésie délivrée. Nanterre : Presses universitaires de Nanterre : 269-284.

CHARRY Eric, 2012, Hip Hop Africa : New African Music in a Globalizing World. Bloomington : Indiana University Press.

CONDRY Ian, 2006, Hip-hop Japan : rap and the paths of cultural globalization. Durham : Duke University Press, 2006.

CUOMO Anna, 2018, La fabrique d’un rap africain. Création, engagement et cosmopolitisme à Ouagadougou (Burkina Faso). Thèse de doctorat en anthropologie, soutenue le 18 octobre 2018 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (PSL).

FERNANDES Sujatha, 2006, Cuba Represent ! : Cuban Arts, State Power, And the Making of New Revolutionary Cultures. Durham : Duke University Press.

FERNANDO Nathalie et Jean-Jacques NATTIEZ, 2014, « Théories et pratiques de l’ethnomusicologie aujourd’hui ». Anthropologie et Sociétés 38/1 : 9-24.

FORMAN Murray & Mark Anthony NEAL eds, 2004, That’s the Joint ! : The Hip-Hop Studies Reader. London : Routledge.

GATES Henry Louis, 2014, The Signifying Monkey : A Theory of African American Literary Criticism. Oxford : Oxford University Press.

GEORGE Nelson, 1993, « Hip-Hop’s founding fathers speak the truth », The Source 11 : 44-50.

GILROY Paul, 1993, The Black Atlantic : Modernity and Double Consciousness. New York : Verso.

HAGER Steven, 1984, Hip Hop : The Illustrated History of Break Dancing, Rap Music, and Graffiti. New York : St Martins Pr.

LAMAISON-BOLTANSKI Jeanne, 2017, Les communautés politiques parallèles : mouvement rastafari et cultures hip hop au Burkina Faso. Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 10.

LORTAT-JACOB Bernard et Miriam ROVSING OLSEN, 2004, « Argument. Musique, anthropologie : la conjonction nécessaire », L’Homme 171-172 : 7-26.

MITCHELL Tony ed., 2001, Global noise : rap and hip-hop outside the USA. Middletown : Wesleyan University Press.

MOULARD-KOUKA Sophie, 2008, ’Senegal yewuleen !’ Analyse anthropologique du rap à Dakar : liminarité, contestation et culture populaire. Thèse de doctorat en anthropologie, Université de Bordeaux 2.

NAVARRO Cécile, 2019, «Ce n’est pas le hip-hop qui nous fait voyager, c’est nous qui faisons voyager le hip-hop» : Représentations et pratiques d’(im)mobilités au sein d’une scène musicale translocale au Sénégal. Thèse de doctorat, Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques.

NIANG Abdoulaye, 2010, « Intégration sociale et insertion socioprofessionnelle des jeunes Bboys par le mouvement hip-hop à Dakar ». Thèse de doctorat, Université Gaston Berger de Saint-Louis.

PERRY Marc D., 2008, « Global Black Self-Fashionings : Hip Hop as Diasporic Space », Identities 15/6 : 635‑64.

PERULLO Alex, 2011, « Politics and Popular Song : Youth, Authority, and Popular Music in East Africa », African Music : Journal of the International Library of African Music 9/1 : 87-115.

RODA N’NO et Alice ATERIANUS-OWANGA, 2012, Akamayong-Nkemeyong : Recueil de textes de rap en langue fang nzaman – Traduction et commentaires en français. Paris : L’Harmattan.

ROSE Tricia, 1994, Black noise : Rap music and black culture in contemporary America. Middletown : Wesleyan Univ Press.

Haut de page

Notes

1 A ce titre, une erreur s’est glissée dans le compte rendu (p. 328) : la recherche menée pour ce livre a été conduite entre 2008 et 2016 (et non entre 2008 et 2013), au travers d’une thèse et de recherches postdoctorales. Je le précise en page 20 du livre recensé.

2 Ma recherche de thèse s’est par exemple accompagnée de la retranscription, la traduction et l’analyse d’une partie de l’œuvre du rappeur Roda N’No, et de la publication d’un livre co-écrit. Voir Roda N’No et Aterianus-Owanga, 2013.

3 Voir Aterianus-Owanga 2016 et Aterianus-Owanga et Jadinon 2018.

4 Je pense notamment au colloque Music, memory and power in Africa and Beyond (tenu à la Dhow Countries Music Academy de Zanzibar en Juin 2015), qui réunissait des chercheurs sur le hip-hop et différents autres genres musicaux populaires ou traditionnels, ou aux différents volumes de l’Encyclopedia of Popular music of the world qui incluent de nombreux articles sur le hip-hop.

5 Voir aussi en dehors du monde académique français, mais dans le monde francophone, la thèse soutenue au Sénégal par Abdoulaye Niang (2010).

6 La liste de diffusion sur le hip-hop dans l’enseignement, la recherche et la culture (H-Herc) contribue depuis 2014 à fédérer ce réseau.

7 Il a été publié sous la forme d’actes numériques. Voir Alice Aterianus-Owanga et al. (éd.), 2017, Conçues pour durer : perspectives francophones sur les musiques hip-hop. En ligne : https://colloquehh.hypotheses.org/424.

8 Outre les actes numériques du colloque précédemment cité, on pense notamment à un ouvrage collectif à paraître aux Presses universitaires de Provence sur la diversité des approches esthétiques des musiques hip-hop (dirigé par Emmanuelle Carinos et Karim Hammou), à un numéro de Volume ! sur les processus de légitimation du rap (dirigé par Marie Sonnette et Séverin Guillard), et un dossier d’ethnographiques.org consacré à l’anthropologie de la globalisation et du hip-hop (que je codirige avec Virginie Milliot).

9 Voir en ligne https://www.intellectbooks.com/global-hip-hop-studies

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Aterianus-Owanga, « L’émergence des études hip-hop francophones, envers et contre les clivages de l’ethnomusicologie »Cahiers d’ethnomusicologie, 33 | 2020, 291-297.

Référence électronique

Alice Aterianus-Owanga, « L’émergence des études hip-hop francophones, envers et contre les clivages de l’ethnomusicologie »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4172

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search