Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie33ThèsesYann LAVILLE : World music festiv...

Thèses

Yann LAVILLE : World music festivals in Switzerland. The ongoing production of difference through musical and cultural shows

Thèse de doctorat ès Lettres, soutenue le 26 septembre 2019 à l’Université de Berne, Institut de musicologie
p. 300
Référence(s) :

Yann LAVILLE : World music festivals in Switzerland. The ongoing production of difference through musical and cultural shows
Thèse de doctorat ès Lettres, soutenue le 26 septembre 2019 à l’Université de Berne, Institut de musicologie.
504 p.
Directrice de thèse : Britta Sweers

Texte intégral

1Cette thèse aborde les festivals de « musiques du monde » en Suisse comme autant de lieux où s’expriment, se négocient et s’incorporent des représentations face à l’altérité. En effet, la musique y est généralement prétexte à une mise en scène plus vaste des cultures étrangères, déclinées sous forme d’animations (stands de nourriture et d’artisanat, workshops, conférences, projections de films, expositions) et codées à l’aune de visées idéologiques (ambitions humanistes, scientifiques ou artistiques des organisateurs, mobilisation d’ONG, d’associations ou d’organismes publics).

2Animée par un désir de comparaison, mais consciente du fait que tous les festivals ne se ressemblent pas, la recherche a porté sur 23 manifestations différentes, observées dans les trois régions linguistiques du pays entre 2007 et 2014. Pour élargir la compréhension du sujet, le panel inclut aussi quatre événements qui, à travers le jodel, thématisent l’identité suisse (trois sur le mode de rencontres interculturelles et un sur le mode strictement national). Chacun fait l’objet d’une présentation qui repose sur des paramètres identiques (histoire, discours, dispositif et réception). Une originalité de la démarche consiste à donner une large place à la compréhension des dispositifs festivaliers par leurs spectateurs.

3Dans une seconde partie, les données sont comparées et interprétées. Il en ressort de nombreux points de formatage connus, mais aussi quelques surprises : la mobilisation des populations étrangères semble inversement proportionnelle à l’appareil discursif mis en place par les organisateurs ; les festivals à prétention scientifique ou éducative génèrent la plus faible mixité sociale ; au niveau des spectateurs, les marchés de nourriture et d’artisanat priment sur les offres musicales ou éducatives et perpétuent une logique d’exotisme souvent dénoncée par les organisateurs. De manière générale, les manifestations nées à la fin du XXe siècle semblent caractérisées par une forme d’inertie et les signes de changement proviennent de nouvelles initiatives qui préfèrent la rhétorique de l’empowerment à celle de l’authenticité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Yann LAVILLE : World music festivals in Switzerland. The ongoing production of difference through musical and cultural shows »Cahiers d’ethnomusicologie, 33 | 2020, 300.

Référence électronique

« Yann LAVILLE : World music festivals in Switzerland. The ongoing production of difference through musical and cultural shows »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4198

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search