Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie34Dossier : Couleurs sonoresInvestiguer la grésillance. Pour ...

Dossier : Couleurs sonores

Investiguer la grésillance. Pour une approche ethno-acoustique du timbre musical

Stéphanie Weisser, Olivier Lartillot et Hélène Sechehaye
p. 37-58

Résumé

Utilisées dans les expressions musicales de nombreuses aires géoculturelles, les sonorités grésillantes sont produites par des instruments appartenant à toutes les familles organologiques. Cet article propose une analyse d’un corpus de sons grésillants de bəgəna (Ethiopie), d’obokano (Kenya), de tampūrā (Inde) et de guembri (Maroc). Notre analyse se fonde sur une approche intégrative, examinant leur fonctionnement psychoacoustique (via le calcul de spectrogrammes et descripteurs de timbre) et leurs significations esthético-musicales. Les résultats obtenus montrent que les caractéristiques timbriques de sons couramment qualifiés de « bruités » relèvent d’un phénomène psychoacoustique, lié à la rugosité ainsi qu’à une fluctuation rapide du contenu spectral, due notamment au flanging. Ces dimensions spectro-temporelles et les descripteurs existants de rugosité sont discutés, ainsi que « l’universalité » de certains aspects perceptifs et psychoacoustiques des sons, particulièrement en contexte musical.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Prélude historico-terminologique
Proposition de typologie des dispositifs générateurs de grésillance
La production de la grésillance
Significations
Variabilité et marges de réalisation
Mesurer la grésillance ?
En conclusion : retour sur la notion de « bruit »

Aperçu du texte

« Timbre is a slippery concept ».
Cornelia Fales, 2002

Utilisées dans les expressions musicales de nombreuses aires géoculturelles, les sonorités grésillantes sont produites par des instruments appartenant à toutes les familles organologiques. Le projet « Altérateurs de timbre des cordophones » mené au Musée des Instruments de Musique de Bruxelles (2010-2014) s’est centré sur les cordophones pincés produisant des sons avec grésillement. Dans ce cadre, les dispositifs générateurs de sons grésillants ont été étudiés dans le but de comprendre leur fonctionnement psychoacoustique et leurs significations esthéticomusicales. La praxis et le discours autour de ces dispositifs par les musicien·ne·s et les facteurs d’instruments ont été intégrés dans la réflexion.

Prélude historico-terminologique

L’étude du timbre musical, particulièrement en ethnomusicologie, est relativement récente : contrairement aux questions « habituelles » de la discipline qui sont pratiquées et discutées depuis plus d’un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Weisser, Olivier Lartillot et Hélène Sechehaye, « Investiguer la grésillance. Pour une approche ethno-acoustique du timbre musical »Cahiers d’ethnomusicologie, 34 | 2021, 37-58.

Référence électronique

Stéphanie Weisser, Olivier Lartillot et Hélène Sechehaye, « Investiguer la grésillance. Pour une approche ethno-acoustique du timbre musical »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4290

Haut de page

Auteurs

Stéphanie Weisser

Stéphanie WEISSER, titulaire d’un DFS en Acoustique Musicale du CNSM de Paris et d’un doctorat en musicologie de l’Université Libre de Bruxelles, a été chargée de recherches et conservateur au Musée des Instruments de Musique de Bruxelles (Belgique). Depuis 2010, elle est Maître de Conférences en ethnomusicologie à l’Université Libre de Bruxelles. Elle a publié deux CD aux AIMP (Musée d’ethnographie de Genève) : Ethiopie, les chants de bagana (2006) et Kenya. L’obokano, lyre des Gusii, qui a obtenu en 2014 le Prix « Coup de Cœur-Mémoire Vivante » de l’Académie Charles-Cros.

Articles du même auteur

Olivier Lartillot

Olivier LARTILLOT est docteur en informatique de l’Université Paris 6-IRCAM. Il est chercheur au RITMO Centre for Interdisciplinary Studies in Rhythm, Time and Motion, à l’Université d’Oslo. Il dirige un projet de recherche intitulé MIRAGE, dédié au développement d’un système informatique d’analyse musicale, en étroite collaboration avec la musicologie et les sciences cognitives. Il a notamment développé MirToolbox, un environnement computationnel permettant d’extraire des informations musicales et sonores à partir de fichiers audio.

Articles du même auteur

Hélène Sechehaye

Hélène SECHEHAYE, docteure en musicologie (Université Libre de Bruxelles et Université Jean Monnet de Saint-Etienne), vient de soutenir sa thèse portant sur les pratiques gnawa à Bruxelles. Ses travaux s’intéressent à la continuité historique et à l’importance symbolique et identitaire des mouvements des répertoires, des praticiens et praticiennes et de leurs instruments, à la fois reliés à des pratiques globalisées de par le monde et ancrés dans une localité bruxelloise spécifique. Actuellement, Hélène Sechehaye enseigne l’Audition commentée et les Théories et notations rythmiques au Conservatoire Royal de Bruxelles, et préside ICTM Belgium, le comité national belge de l’ICTM.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search