Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie34Dossier : Couleurs sonoresLe timbre du rubāb de Kaboul

Dossier : Couleurs sonores

Le timbre du rubāb de Kaboul

Sylvain Roy
p. 77-94

Résumé

Le timbre du rubāb afghan est facilement reconnaissable parmi les autres luths d’Asie Centrale. On le doit à son architecture unique et à la présence de cordes sympathiques. La forme de son corps est singulière, souvent richement ornementée d’incrustations en os ou en nacre, ce qui en fait un objet splendide, apprécié des musiciens et des collectionneurs. Si l’instrument fait son apparition entre le XVIIIe et le XIXe siècle, le timbre par lequel nous le reconnaissons aujourd’hui n’apparaît que dans le courant du XXe siècle. C’est le musicien Ustād (maître) Mohammad Omar (1905-1980) qui l’a rendu célèbre en Afghanistan et en Occident. Selon la légende, ce serait lui qui, inspiré par le luth sarod, aurait apporté des transformations à son instrument afin de l’adapter à l’esthétique d’une nouvelle musique afghane désignée par « kiliwāli ». Cette dernière forme avec à la musique classique afghane, fortement influencée par la musique classique du nord de l’Inde, la musique kabuli ou « de Kaboul ». Les luthiers de Kaboul, parmi lesquels se trouvait le célèbre Juma Khan Qāderi, se sont mis à reproduire les transformations du rubāb de Mohammad Omar. En se distinguant des autres rubābs afghans par son jeu instrumental et son timbre caractéristique, le rubāb de Kaboul ou kabuli rubāb s’est rapidement imposé en Asie Centrale et, à présent, en Occident, supplantant progressivement toutes les autres pratiques du rubāb afghan.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Introduction
L’invention du rubāb afghan
Un timbre caractéristique en relation à une architecture unique
Le mûrier, une essence aux propriétés mécaniques remarquables
Les cordes du rubāb afghan
Les cordes sympathiques, ou sim-e bajgi, un dispositif timbrique central du rubāb afghan
Le parandkāri
La peau du rubāb afghan et sa mécanique
La taille du rubāb afghan
Le chevalet du rubāb kabuli
Les différents sillets du rubāb afghan
Le geste instrumental de la main droite et l’usage du plectre
Le geste instrumental de la main gauche
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le rubāb afghan est, à l’instar du dutār, l’un des luths centrasiatiques les plus présents en Asie Centrale et, depuis moins d’un siècle, également en Occident. Le timbre coloré et chaud du rubāb afghan résulte d’une évolution organologique sur plus de deux siècles. Il est caractérisé par une architecture interne et externe singulière et par la présence, depuis peu, de trois cordes mélodiques et de cordes sympathiques. Enfin, un geste instrumental caractéristique sur les cordes mélodiques contribue aussi au timbre de l’instrument.

L’invention du rubāb afghan

L’histoire du rubāb afghan, et plus particulièrement sa filiation, n’est pas précisément connue (Roy 2017 : 111). On sait qu’il est rattaché aux populations pashtounes du sud de l’Afghanistan historique, celles qui se déplaçaient entre Kaboul, Peshawar et Delhi. Selon les archives indiennes et les sources orales, l’instrument serait arrivé au nord de l’Inde entre les mains des soldats pashtouns, probablement au moment ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Roy, « Le timbre du rubāb de Kaboul »Cahiers d’ethnomusicologie, 34 | 2021, 77-94.

Référence électronique

Sylvain Roy, « Le timbre du rubāb de Kaboul »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4300

Haut de page

Auteur

Sylvain Roy

Sylvain ROY, docteur en ethnomusicologie de l’université Paris Nanterre, affilié au LESC-CREM, a écrit une thèse monographique sur le rubāb afghan. Il s’intéresse aux instruments centrasiatiques et plus précisément aux cordophones, dont il étudie l’évolution organologique. Ses recherches le conduisent à collaborer à des projets d’archéo-lutherie, notamment avec la reconstruction d’anciens instruments d’Asie Centrale.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search