Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie34Dossier : Couleurs sonoresL’imaginaire sonore du langspil

Dossier : Couleurs sonores

L’imaginaire sonore du langspil

Eyjólfur Eyjólfsson et Fabrice Contri
p. 95-116

Résumé

La cithare sur caisse langspil a depuis quelques années acquis une dimension identitaire forte en Islande – aux côtés des torfhús (maisons de tourbe). Sa pratique s’est interrompue à la fin du XIXe siècle, aucun enregistrement ancien n’existe et maintes conjectures demeurent quant à son répertoire et son mode de jeu. Eyjólfur Eyjólfsson a consacré une part importante de son activité de musicien-chercheur à la renaissance du langspil. Accordant une place fondamentale à l’enquête ethnographique, il a, entre autres, étudié la problématique du timbre. Sa réflexion envisage également la dimension symbolique de la sonorité du langspil, ses « effets » psychophysiologiques comme son imaginaire. Prospectant depuis trois ans le terrain des musiques scandinaves, Fabrice Contri lui a proposé de développer avec lui la présente réflexion.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Le langspil et la baðstofa
Le jeu du langspil
Le timbre du langspil : modèle sonore islandais ?
Un difficile héritage
Un instrument propice à la méditation…
Le timbre du langspil comme source de création
Conclusion

Aperçu du texte

La « musique ancienne » et le patrimoine culturel islandais ont depuis mon enfance suscité ma curiosité. J’ai cependant choisi de devenir chanteur lyrique « classique », et ce n’est que vers mon trentième anniversaire que j’ai découvert le langspil. J’ai alors appris à jouer de cet instrument traditionnel islandais, à le construire et je me suis intéressé à son histoire. Désireux de donner un caractère ethnomusicologique à mes investigations, j’ai finalement entrepris un master à l’Université d’Islande, Département de sociologie, d’anthropologie et de folklore. Ma recherche, intitulée Imaginaire et artisanat. Le langspil islandais au XXI e siècle, a porté sur des questions relatives à l’organologie et à la technique de jeu du langspil, a examiné de quelle façon il s’inscrit aujourd’hui dans le paysage culturel islandais. Cette étude fournit le matériau principal du présent article : la méthodologie, qui met l’accent sur une approche qualitative, a essentiellement consisté en des obs...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eyjólfur Eyjólfsson et Fabrice Contri, « L’imaginaire sonore du langspil »Cahiers d’ethnomusicologie, 34 | 2021, 95-116.

Référence électronique

Eyjólfur Eyjólfsson et Fabrice Contri, « L’imaginaire sonore du langspil »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4308

Haut de page

Auteurs

Eyjólfur Eyjólfsson

Eyjólfur EYJÓLFSSON est né à Reykjavík. Après avoir débuté la flûte et le chant à l’École de musique de Hafnarfjörður, il a poursuivi ses études à la Guildhall School of Music and Drama (Londres), où il a obtenu un Master en musique (MMus), spécialité chant lyrique. Son répertoire s’étend de la musique médiévale et traditionnelle (intimement liées en Islande), aux récitals solos, à l’oratorio comme aux rôles d’opéra. Il s’est produit avec divers chœurs et ensembles vocaux et est membre des ensembles islandais Voces Thules et Gadus Morhua. Titulaire d’un Master d’ethnomusicologie (Université d’Islande, Département de sociologie, d’anthropologie et de folklore), ses recherches ont porté sur les différentes utilisations du langspil dans le contexte contemporain.

Fabrice Contri

Fabrice CONTRI est ethnomusicologue et musicien, Docteur en musique et musicologie (Sorbonne-Paris IV). Conjointement à l’étude de la musique classique occidentale (CNR de Boulogne-Billancourt et CNSMD de Paris ; Université Sorbonne-Paris IV), il se consacre aux musiques traditionnelles et notamment, dans le cadre de ses recherches et de son enseignement, à celles d’Inde du Sud, d’Italie, de Roumanie et de Scandinavie. Il est depuis janvier 2001 « professeur d’analyse des musiques de tradition orale » au CNSMD de Lyon, et depuis septembre 2016 chargé de cours à la HEM de Genève (Master d’ethnomusicologie). Depuis juillet 2017, il dirige par ailleurs les Ateliers d’ethnomusicologie (ADEM, Genève).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search