Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie34Dossier : Couleurs sonoresUn art du timbre vocal. Variation...

Dossier : Couleurs sonores

Un art du timbre vocal. Variations esthétiques dans la pratique du khöömii en Mongolie

Johanni Curtet
p. 117-135

Résumé

Connu en français sous le terme de « chant diphonique », le khöömii mongol est une technique vocale dont la maîtrise est centrée sur la qualité et la singularité du timbre de celui ou celle qui le pratique. Si le khöömii a toujours fait l’objet de recherches tournant autour de l’acoustique et de ses moyens de production, la vision musicale autochtone et l’anthropologie ont été longtemps négligées dans la compréhension de cette musique, de sa production et de sa pensée, cette dernière associant le timbre diphonique à une conception verticale du monde des Mongols. Pour mieux comprendre les pratiques du khöömii en Mongolie, accompagné de quelques parallèles avec Touva, cet article propose un parcours historique, notamment à travers la relation de ce genre à la nature, sa spectacularisation et l’émergence d’une classification scientifique. À partir de variations esthétiques d’un individu ou d’une communauté à l’autre, il contribue à dévoiler la spécificité, la diversité et la richesse de cet art du timbre vocal.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Öngö, le timbre
En résonance avec une vision du monde et l’environnement
Le rôle de la nature : légendes, perceptions, relations et construction du son
La lignée classique : le son de Chandmani
Sundui : un vibrato à la mode
Badraa et Tserendavaa : la classification des timbres diphoniques
Ganbold : variations de timbre en France
Institution, performance : à la recherche de la puissance
Ashid : retrouver son originalité
Des échos diphoniques à Touva
Amartüvshin : diphoner depuis l’Allemagne
Mangaljav ou Toivgoo : le khöömii Bayad
Papizan : le khöömii touva de Tsengel
Conclusion : timbre et nomadisme, sans conservateurs

Aperçu du texte

Traduit en français par « chant diphonique » (Leipp 1971, Léothaud 1989, Zemp et Trân Quang 1989), le khöömii mongol ou touva est une technique vocale dont la maîtrise est centrée sur la qualité et la singularité du timbre de celui ou celle qui le pratique (Tongeren 1995, Levin & Süzükei 2006, Curtet 2013).

À la première écoute, le khöömii suscite toujours l’étonnement. À la fin du XIXe et tout au long du XXe siècle, les « découvertes » étrangères du khöömii montrent que la culture de l’oreille des explorateurs et des chercheurs est longtemps restée en dehors de la réalité autochtone. Il en a découlé une terminologie variée, décrivant le phénomène par ses propriétés sonores, musicales ou acoustiques. J’ai montré précédemment comment, dans notre conception occidentale de cette pratique, on est passé du « chant diphonique » au khöömii (Curtet 2019a). En France à la fin des années 1960, Roberte Hamayon rapporte des enregistrements de terrain au Musée de l’Homme. Trân Quang Hai y découvr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johanni Curtet, « Un art du timbre vocal. Variations esthétiques dans la pratique du khöömii en Mongolie »Cahiers d’ethnomusicologie, 34 | 2021, 117-135.

Référence électronique

Johanni Curtet, « Un art du timbre vocal. Variations esthétiques dans la pratique du khöömii en Mongolie »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4334

Haut de page

Auteur

Johanni Curtet

Johanni CURTET est ethnomusicologue, musicien, producteur et enseignant du khöömii (Philharmonie de Paris, IIMM). Ses recherches s’intéressent au chant diphonique, à la musique mongole et aux questions liées à la transmission, l’histoire, l’institutionnalisation, la spectacularisation, la patrimonialisation, le timbre vocal et le nomadisme. Chargé de cours aux universités Rennes 2 et Rouen Normandie, il enseigne ponctuellement à l’étranger (Suisse, USA). Il est aussi directeur artistique de Routes Nomades, avec qui il produit des disques et tournées d’artistes mongols et touvas depuis 2006.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search