Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie34Dossier : Couleurs sonoresZélé de Papara. Une voix et une i...

Dossier : Couleurs sonores

Zélé de Papara. Une voix et une identité du bari en pays sénoufo

Bassirima Koné
p. 175-191

Résumé

En pays Sénoufo, de nombreuses pièces musicales sont créées en situation de performances scéniques lors de cérémonies de baptêmes, de mariages ou de funérailles. A ces occasions, les voix des chanteurs rivalisent avec les sonorités des instruments dans un ensemble orchestral acoustique. Cet exercice fort peu aisé et rendu difficile par le caractère évanescent de la musique surtout en situation de concert, constitue l’ambiance musicale des orchestres de djéguélé en pays sénoufo. Aussi, très peu de chanteurs sont-ils capables de relever ce défi, tant les voix humaines sont noyées par le tumulte des xylophones, tambours et grelots. A travers la musique du bari cependant, Zélé de Papara a réussi à forger sa légende de grande chanteuse sénoufo dans un contexte socio-culturel peu favorable aux voix féminines. Comment y est-elle parvenue au point d’identifier sa voix de contralto au genre musical du bari dans l’imaginaire collectif de tout un peuple ? De quelles techniques vocales use-t-elle dans ses chants ? Pourquoi le bari est-il dévolu aux femmes et quel est l’apport des voix féminines à ce genre musical ? A travers une analyse des chansons de Zélé de Papara, cet article étudie les caractéristiques de son timbre vocal en insistant sur les techniques qu’elle utilise dans ses chants.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Introduction
La place de la voix dans la musique des djéguélé
L’élision du chant dans les ambiances festives des spectacles de djéguélé en pays sénoufo
Le chant au cœur de la musique des djéguélé, à travers le bari
Configuration timbrique de l’orchestre du bari
Zélé de Papara : une voix et une identité au service du bari
Analyse du timbre vocal de Zélé de Papara
La hauteur et la justesse des notes
L’intensité du jeu de Zélé
La dextérité vocale
Naissance d’un « style zéléen » identifiable dans le bari
Le parler-chanter
Les ornementations vocales
Les répliques personnalisées
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

En pays sénoufo du nord de la Côte d’Ivoire, l’animation des cérémonies socio-culturelles est principalement assurée par des orchestres de djéguélé immanquablement associés à chaque village (Zanetti 2002 : 232). Ces prestations programmées pour se tenir à l’occasion de funérailles collectives annuelles sont le lieu, pour de nombreux musiciens venus d’horizons divers, de faire montre de leur talent. Dans une ambiance festive, aux allures non déclarées de compétition, les musiciens rivalisent d’adresse à travers des prestations de haut vol où se mélangent sons, rythmes, cris d’enfants et disputes diverses. De cette alchimie sonore résultant parfois du croisement de plusieurs orchestres, les uns entrant sur la place publique et les autres en sortant (Koné 2016), il découle une texture sonore qualifiée par Hugo Zemp de polymusique (Zemp 2004). Les sonorités d’instruments aux timbres aigus tels que les sonnailles aux poignets et aux chevilles des musiciens et danseurs se mêle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bassirima Koné, « Zélé de Papara. Une voix et une identité du bari en pays sénoufo »Cahiers d’ethnomusicologie, 34 | 2021, 175-191.

Référence électronique

Bassirima Koné, « Zélé de Papara. Une voix et une identité du bari en pays sénoufo »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4404

Haut de page

Auteur

Bassirima Koné

Bassirima KONÉ est assistant à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan à l’UFR Information Communication et Art depuis 2019. Après avoir soutenu sa thèse en 2016 sur l’« Etude ethnomusicologique des djéguélé de Korhogo », il s’est spécialisé dans l’étude des textes et de la musique de la chanteuse sénoufo Zélé de Papara, et y a consacré de nombreux articles et ouvrages collectifs. Il a bénéficié, en 2019, de l’aide au terrain de la SFE pour le projet de « Collecte et répertoriage de l’œuvre de Zélé de Papara en vue de sa sauvegarde et de sa pérennisation ». Ses travaux portent également sur l’évolution des musiques urbaines que sont le reggae et le zouglou dans le contexte de l’Afrique post‑coloniale.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search