Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie34HommagesHommage à Jean-Marc Jacquier (194...

Hommages

Hommage à Jean-Marc Jacquier (1949-2021)

Guillaume Veillet
p. 278-289

Texte intégral

Fig. 1. Jean Marc Jacquier anime une soirée « chez l’Irmande » à Habère-Poche (Haute-Savoie) en 2017.

Fig. 1. Jean Marc Jacquier anime une soirée « chez l’Irmande » à Habère-Poche (Haute-Savoie) en 2017.

Photo Guillaume Veillet.

1Jean-Marc Jacquier est mort le 25 mars 2021 dans sa 72e année, victime de l’épidémie de Covid-19.

2Pilier, pendant près de cinq décennies, du groupe La Kinkerne, qu’il avait cofondé en 1974, il a consacré sa vie aux musiques alpines. Il était un personnage incontournable dans sa Savoie natale, dont il incarnait une certaine image : comment passer à côté de ce grand barbu portant l’accordéon en bandoulière, revêtu de son emblématique béret et de bretelles décorées d’edelweiss ?

3Pourtant, l’homme était peu connu dans le milieu de l’ethnomusicologie francophone et, plus largement, dans l’univers des musiques traditionnelles revivalistes : il se considérait en effet plus savoyard et alpin que français, et son activité musicale était davantage tournée vers les régions frontalières (Suisse romande, Vallée d’Aoste, Piémont) que vers l’Hexagone, où on ne le voyait et on ne l’entendait que trop rarement. En outre, il a peu publié et, malgré quelques éditions discographiques et expositions réalisées de son vivant, beaucoup reste à faire pour valoriser le fruit de ses 50 années de recherches de terrain.

Un enfant du folk

4Personnalité hors du temps et hors des modes, Jean-Marc Jacquier n’en reste pas moins le fruit de son époque. C’est en effet sa rencontre avec le « mouvement folk » naissant, au début des années 1970, qui marque durablement le jeune ingénieur informaticien, alors installé à Paris et gagnant très bien sa vie, et le convainc de « rentrer au pays » pour se consacrer à la musique.

5Certes, il est issu d’un milieu familial et culturel propice à un tel choix professionnel. Né le 10 mai 1949 à Annemasse (Haute-Savoie), il passe sa jeunesse à Ville-la-Grand, à quelques encablures de la frontière suisse. Fils d’un musicien de la fanfare municipale, il y apprend les rudiments du solfège et y jouera du trombone à coulisses jusqu’en 1973. En parallèle, il se forme à l’accordéon chromatique et anime des bals musette. À quinze ans, enfin, il se prend de passion pour le jazz, et Duke Ellington deviendra son idole.

6C’est avec ses premiers salaires qu’il décide de s’acheter un magnétophone de marque Uher, matériel à l’époque très onéreux. Enfant de la génération 1968, il réalise ses premières prises de son en amateur lors de grands festivals organisés dans l’esprit de Woodstock, tels que celui d’Amougies (Belgique). De la pop au folk, il n’y a qu’un pas en cette période où ces deux esthétiques nouvelles se développent en parallèle et attirent souvent un même public de jeunes urbains, issus de la génération du baby-boom… Jean-Marc assiste par hasard en 1971 au festival de Malataverne (Drôme), moment-clé du renouveau des musiques traditionnelles. Séduit, il fréquente assidûment les mois suivants, à Genève, les stages de pratique instrumentale et de chant organisés par René Zosso et Reynald Breithaupt aux ateliers de l’ERA (Etudes et Recherches Artistiques). L’exemple du Breton Alan Stivell, dont il écoute les disques 33 tours, achève de le convaincre : lui aussi consacrera son énergie à la redécouverte des musiques de sa région d’origine.

7Ainsi, son magnétophone Uher servira désormais pour ses « collectages » : à l’image de centaines d’autres jeunes passionnés dans d’autres régions à la même époque, il part à la rencontre des derniers chanteurs et instrumentistes de tradition du monde rural et recueille leur répertoire.

8Chercheur autodidacte, il bénéficie tout de même des conseils de certains spécialistes, dont Charles Joisten (1936-1981), ethnologue en poste au Musée Dauphinois de Grenoble, qui lui fournit en outre des bandes magnétiques vierges (en échange, une copie de ses premières enquêtes sera déposée à la phonothèque du musée).

9Pour gagner sa vie, Jean-Marc devient facteur remplaçant dans la région de Viuz-en-Sallaz, au cœur de la province savoyarde du Faucigny, ce qui lui fournit de nombreuses opportunités de rencontrer des informateurs : il consacre ainsi ses après-midis à enregistrer les habitants à qui il a délivré le courrier le matin même ! Si cette période au sein des Postes et Télécommunications ne dure que quelques mois, elle lui vaut un surnom, « le facteur de Viuz », qui le suivra toute sa vie.

10En 1974, c’est la création du groupe La Kinkerne (nom savoyard de la vielle à roue), aux côtés des Genevois Diego Abriel et Anne Osnowycz. L’ensemble se consacre aux musiques savoyardes, avant de s’intéresser progressivement à tout l’arc alpin. L’année suivante, Jean-Marc décide de ne pas se présenter à l’examen qui lui aurait permis de devenir facteur titulaire : ce jour-là, cet éternel bon vivant préfère emprunter un véhicule postal pour se rendre dans un bar des environs et y jouer de l’accordéon des heures durant ! Cet acte manqué va lui permettre de prendre une décision longuement mûrie : celle de se devenir musicien professionnel à plein temps. Dès cette époque, les jalons de la vie de Jean‑Marc Jacquier sont donc posés, et il ne s’éloignera plus du chemin qu’il s’est tracé : il continuera toute sa vie d’enquêter sur le patrimoine musical alpin (ses « collectages » ne cesseront en effet jamais) et, malgré de nombreuses autres expériences, La Kinkerne restera au cœur de son activité musicale, l’ensemble faisant preuve d’une étonnante longévité, au point de fêter ses 45 ans de scène en 2019.

Fig. 2. Le groupe La Kinkerne à ses débuts vers 1975. De gauche à droite : Diego Abriel, Jean‑Michel David, Anne Osnowycz et Jean-Marc Jacquier.

Fig. 2. Le groupe La Kinkerne à ses débuts vers 1975. De gauche à droite : Diego Abriel, Jean‑Michel David, Anne Osnowycz et Jean-Marc Jacquier.

Photo collection J.-M. Jacquier.

Un fonds unique sur les musiques traditionnelles de Savoie

11Sans le travail de Jean-Marc Jacquier, l’aire culturelle savoyarde aurait été oubliée, ou peu s’en faut, par la vague de collectages qui a marqué certaines autres régions françaises à l’époque du folk dans les années 1970 et 1980.

  • 1 Fonds déposés à l’association Terres d’Empreintes (Annecy).

12Certes, quelques enquêteurs pionniers l’avaient précédé : citons entre autres les passionnants enregistrements de Georges et Nicole Madelaine à Bessans (Haute-Maurienne) en 1964, ainsi que ceux du groupe folklorique Sabaudia dans différents villages du Haut-Chablais entre 1966 et 19681. Et bien sûr, avant l’époque du magnétophone, la Savoie avait été concernée par les grandes collectes écrites de la fin du XIXe et du début du XXe siècle : les noms de Jean Ritz (1836-1925), de Julien Tiersot (1857-1936) et surtout de Claudius Servettaz (1871-1926), le plus prolifique d’entre eux, sont bien connus.

  • 2 Entretien avec l’auteur, 2012.

13Au moment où ses recherches débutent, Jacquier connaît l’œuvre de ces prestigieux prédécesseurs, et s’en inspire pour orienter sa démarche : « Les collecteurs de l’époque de Servettaz s’étaient avant tout intéressés à la chanson traditionnelle, et on a donc depuis plus de cent ans une bonne idée du répertoire dans ce domaine. En revanche, ils avaient délaissé la musique instrumentale et la danse. Il était donc important pour moi d’orienter mes recherches sur cet aspect »2.

  • 3 Dans ce dernier cas, la mode « tyrolienne » sévissant sur les scènes du music-hall parisien dans la (...)

14Ces enquêtes arrivent au bon moment. La Savoie des années 1970 a déjà presque oublié la richesse et la diversité de son patrimoine musical. À l’époque, quand il s’agit de faire danser, on a l’impression que l’accordéon chromatique détient le monopole : il anime aussi bien les chorégraphies quelque peu figées des groupes folkloriques (chaque vallée, chaque village presque, a le sien) que les bals musette dans lesquels un répertoire parisien à la mode de l’entre-deux-guerres (valse, java) côtoie un répertoire « typique » latino-américain en vogue dans les années suivant la Seconde Guerre mondiale (samba, mambo, etc.). C’est également durant cette période des Trente Glorieuses finissantes que les Savoyards importent, dans leurs fêtes de village, des formes de « néo-folklore » alpin inspirées du voisin suisse, mais inconnues auparavant de ce côté-ci du Léman : ensembles de cors des Alpes, sonneurs de cloches, chansons de variétés laissant la place dans leur refrain au « chant tyrolien »3, etc. En somme, c’est comme si, après des années de croissance économique marquées par le développement des sports d’hiver et de certaines industries (décolletage, sidérurgie), on avait trop rapidement tourné la page de l’ancienne civilisation montagnarde, et oublié le patrimoine oral (musique, langue franco-provençale, etc.) qui en faisait la saveur.

15Les enquêtes de Jean-Marc Jacquier vont contribuer à faire redécouvrir des formes d’expression plus anciennes et, à son goût, plus intéressantes. Elles précèdent l’arrivée du disque et de la radio, et sont caractérisées par leur transmission, principalement orale. Jacquier entre en contact avec certains ménétriers de village, en activité dans leur jeunesse au cours de la première moitié du XXe siècle. S’ils ont parfois arrêté de jouer depuis plusieurs décennies, ils sont heureux de transmettre leur savoir.

  • 4 Christian Abriel, qui a rejoint La Kinkerne en 1976 et n’a plus jamais quitté le groupe, reste à ce (...)
  • 5 On peut entendre ce violoneux sur le disque 33 tours Bal en Savoie. Jean-Marc lui a également consa (...)

16Parmi eux, les « violoneux » (vyolni en francoprovençal savoyard), musiciens de tradition orale, occupent une place centrale. Comme dans de nombreuses autres régions européennes, dont le Dauphiné voisin, le violon est en effet l’instrument roi en Savoie. Omniprésent en plaine comme en montagne au début du XXe siècle, son aire de pratique se réduit dans les décennies suivantes, pour ne plus concerner que quelques hautes vallées dans l’immédiat après-guerre. Au fil des années 1970 et 1980, Jacquier va rencontrer une vingtaine de violoneux, souvent accompagné dans ses enquêtes par d’autres membres du groupe La Kinkerne qui eux-mêmes jouent du violon (Christian Abriel, Reynald Breithaupt, Marc Charbonnel, Jean-Michel David)4. Certains des informateurs qui les reçoivent n’ont plus joué depuis des années ; d’autres, personnages originaux à contre-courant des modes musicales (à l’image des violoneux rencontrés à la même époque en Auvergne et Limousin par les Musiciens Routiniers), ont conservé toute leur vie une pratique régulière de l’instrument. Citons l’étonnante fratrie Ouvrier-Bonnaz, du village de Saint-Nicolas-la-Chapelle en Val d’Arly : Jean-Marc enregistrera trois des cinq frères, héritiers d’une lignée de violoneux de père en fils. Un lien particulièrement fort se tissera avec Louis Ouvrier-Bonnaz (1928-2003). Il jouera plusieurs fois sur scène avec La Kinkerne5.

17Le répertoire recueilli auprès des violoneux est composite. Outre quelques airs rituels (marches de noces, marches de conscrits…), il est bien sûr principalement composé d’airs à danser, qui peuvent être rattachés à la typologie développée notamment par Jean-Michel Guilcher :

  • les branles (danses en chaine fermée ou ouverte), forme de danse la plus ancienne à avoir été recensée dans l’ancien monde rural, avaient déjà presque disparu des mémoires. Toutefois, quelques violoneux comme Marius Perrier de Villard-sur-Doron ou Célestin Freppaz de Séez peuvent en communiquer à Jacquier quelques airs entendus auprès de ménétriers plus âgés.

    • 6 Voir à ce sujet Hélène Guilcher : « La danse traditionnelle à Saint-Nicolas-de-Véroce », in Arts et (...)

    les danses sociales à figures de la famille des contredanses constituent sans doute le répertoire le plus emblématique du patrimoine chorégraphique savoyard. Il est particulièrement adapté au jeu de violon. Outre les nombreux quadrilles construits sur le modèle du quadrille français (qui apparaît dans la première moitié du XIXe siècle), Jacquier enregistre des contredanses plus anciennes, directement liées à un répertoire en vogue à Paris à la jonction des XVIIIe et XIXe siècles, et dont seule la Savoie rurale a conservé la trace : citons « L’amoureux de quinze ans », « Le petit-Jean », etc.6

  • les danses de couple (valse, mazurka, polka, scottish, etc.), enfin, sont très présentes dans le répertoire des violoneux. Plus récentes que les contredanses, elles restent toutefois la plupart du temps transmises par tradition orale et sont antérieures à l’arrivée du style musette dans l’entre-deux-guerres.

18Bien sûr, le paysage musical savoyard ne se limite pas aux violoneux. D’ailleurs, bien souvent, ceux-ci jouent eux-mêmes d’un ou plusieurs autres instruments. Par exemple, Louis Ouvrier-Bonnaz est aussi un excellent sonneur d’accordéon diatonique et d’harmonica. Les collectes de Jean-Marc laissent ainsi également une grande place à ces deux derniers instruments issus de l’ère industrielle : alors qu’un violon pouvait parfois être « fait maison », ils sont fabriqués en série et peuvent être commandés sur catalogue. Ils se sont donc rapidement répandus dans les campagnes à la fin du XIXe siècle et y ont trouvé leur place, en complément du violon plutôt qu’en concurrents.

  • 7 Des extraits de ces collectes peuvent être entendus sur le CD Pays de Samoëns et les livre-CD Bella (...)

19N’oublions pas la musique d’ensemble. Jacquier a la chance de pouvoir participer aux derniers grands carnavals organisés dans la vallée du Giffre au début des années 1970. Les bals y sont animés par des « bandes de carnaval » composées parfois d’une vingtaine de membres, à l’instrumentarium très varié : violons, accordéons, percussions improvisées (cuillères, colliers de grelots, etc.) ainsi que différents bois et cuivres7. En effet, les fanfares et harmonies, présentes dans chaque village ou presque, constituent un vivier de musiciens qui, en dehors des cérémonies officielles, utilisent parfois leur instrument – clarinette, tuba, trompette, etc. – pour faire danser.

20Terminons ce tour d’horizon par un instrument qui n’est plus joué en Savoie à l’époque des enquêtes de Jean-Marc Jacquier, mais qui fut le symbole de la région au cours des siècles précédents : il s’agit bien sûr de la vielle à roue, dont jouaient les petits mendiants savoyards partis gagner leur misère dans les grandes villes d’Europe. À défaut de pouvoir rencontrer des sonneurs traditionnels, Jean-Marc apprend à jouer de la vielle, retrouve quelques instruments anciens, et collectionne la riche iconographie disponible sur ce thème (estampes des XVIIIe et XIXe siècles).

La Savoie, terre oubliée de polyvocalité

21S’il a pris le parti de privilégier dans ses enquêtes les musiques instrumentales, délaissées par ses prédécesseurs, Jacquier n’en oublie pas pour autant la chanson, dans laquelle l’aire culturelle savoyarde occupe une position intéressante. Au niveau du répertoire, elle fait clairement partie du domaine français : les pièces recueillies sur le terrain n’ont aucun mal à être identifiées dans le Répertoire des chansons françaises de tradition orale mis en place par Patrice Coirault, et ne présentent pas de réelle spécificité par rapport à ce qu’on pourrait trouver dans les régions françaises voisines.

Fig. 3. Jean-Marc Jacquier (à gauche) chante à avec ses amis Julien Plantard, Jean Christinaz et Gilbert Mogeon dans un café d’Ayze (Haute-Savoie).

Fig. 3. Jean-Marc Jacquier (à gauche) chante à avec ses amis Julien Plantard, Jean Christinaz et Gilbert Mogeon dans un café d’Ayze (Haute-Savoie).

Photo collection J.-M. Jacquier.

22En ce qui concerne le style d’interprétation, en revanche, la chanson est plutôt tournée vers le reste du massif alpin, dont elle constitue l’extrémité occidentale : à la différence de la grande majorité du territoire français, de culture monodique (à l’exception de la Corse, des Pyrénées et de la région de Nice), la Savoie présente une riche tradition de polyvocalité, à l’image de des régions voisines, valdôtaines et piémontaises par exemple.

  • 8 Entretien, 2012.

23Il est étonnant de noter que cette spécificité ne saute pas aux yeux du jeune Jean-Marc Jacquier lorsqu’il débute ses enquêtes. Il a en effet toujours entendu cette façon de chanter, notamment durant son enfance, lorsqu’il passait ses étés à la ferme de ses cousins dans le village faucigneran de Mieussy : « Pour moi, c’était naturel de chanter à plusieurs voix, je ne le voyais pas comme une chose spécifique à la Savoie. Quand j’ai commencé mes collectes, et que je cherchais à pouvoir réinterpréter le répertoire avec La Kinkerne, je n’aimais pas enregistrer plusieurs chanteurs ensemble, car je trouvais qu’on ne comprenait pas bien les paroles ! »8

Fig. 4. Jean-Marc Jacquier sonne du cor des Alpes lors d’un concert de son trio Hors Pistes, à Château Rouge (Annemasse, Haute-Savoie) en 2014.

Fig. 4. Jean-Marc Jacquier sonne du cor des Alpes lors d’un concert de son trio Hors Pistes, à Château Rouge (Annemasse, Haute-Savoie) en 2014.

Photo Cyril Duval.

24Ainsi, ses premières années d’enquêtes ne concernent que des enregistrements de chanteurs solistes, alors même que ces derniers ont bien souvent par ailleurs une culture polyphonique. Jean-Marc se « rattrapera » par la suite, notamment en se penchant régulièrement pendant près de vingt ans, à partir de 1990, sur le répertoire du village de Seytroux (Haut-Chablais), haut lieu de la polyvocalité en Haute-Savoie.

  • 9 Le trio jazz Hors Pistes, créé en 2013 autour de la réinterprétation des collectes de Jean-Marc, a (...)

25Quoi qu’il en soit, certains interprètes solistes rencontrés au fil des années présentent un énorme intérêt. En ce qui concerne le style de chant, citons Louise Perrier-Perrery (1926-2012) de Villard-sur-Doron (Savoie) ou encore Wilfried‑Siméon Boisier (1902-1983) de Brizon (Haute-Savoie), dont l’utilisation de gammes non tempérées surprend toujours les musiciens qui ont pu écouter ces collectages9. Au niveau de la richesse du répertoire recueilli (plus de 100 chansons traditionnelles), la fameuse « Doxie » (Eudoxie Blanc, 1893-1996) tient une place à part dans les enquêtes de Jean-Marc : il enregistrera régulièrement pendant près de vingt ans cette cafetière du village de Quincy (commune de Mieussy, Haute-Savoie) à la forte personnalité et décédée plus que centenaire. C’est d’ailleurs dans le café de la Doxie qu’il rencontrera l’écrivain britannique John Berger (1926-2017), installé dans le village, et qui deviendra un ami proche avec lequel il développera de nombreuses collaborations.

Le chantre des musiques alpines

26Si la Savoie est le point de départ et le cœur de ses enquêtes, Jacquier va progressivement étendre celles-ci à tout le reste de l’arc alpin. Il le fera de manière moins systématique, mais suffisamment pour identifier une identité musicale commune aux huit « pays » qui composent celui-ci, de Monaco à la Slovénie. Celle-ci est marquée par l’usage commun de la polyphonie, aussi bien au niveau du chant que de la musique instrumentale, mais également par la forte présence de certains phénomènes paramusicaux liés à la civilisation montagnarde : art campanaire, appels de troupeaux, etc.

27Soucieux de développer les échanges culturels dans cet espace alpin, il développe des projets avec des musiciens des pays voisins. Il est aidé en cela par la rencontre avec le producteur Alain Claude, avec qui il imagine le festival Musik’Alpes, dont plusieurs éditions seront organisées au milieu des années 1990 à Faverges (Haute-Savoie). Il sera le directeur artistique de cet événement consacré à toutes les musiques alpines (« de Stephan Eicher au cor des Alpes »).

28Ainsi, c’est une grande famille musicale alpine qui se crée au fil des années autour de la personnalité de Jean-Marc, et se retrouve régulièrement, au gré des projets scéniques successifs (Musicalpina, Cantate des Alpes, Grand Orchestre des Alpes, Triangle du Mont-Blanc…), avec des piliers comme les Trouveur Valdotèn (Vallée d’Aoste) et les membres du groupe piémontais Tre Martelli, emmenés par le chanteur « Chacho » Marchelli.

29Alors que le départ de Jean-Marc laisse cette famille spirituelle orpheline, on peut faire confiance à ses amis pour poursuivre leurs collaborations transfrontalières et développer cet héritage musical.

30Se pose également la question de l’avenir de ses recherches et de l’énorme fonds documentaire qu’il a constitué. Plusieurs structures en sont les dépositaires. En 2009, le Conseil général de la Haute-Savoie avait acquis, dans le cadre du projet européen « Traditions actuelles », la riche collection qu’il avait constituée pendant plusieurs décennies autour des musiques alpines : instruments de musique et objets musicaux, iconographie musicale, livres, disques, archives sonores inédites (soit la quasi-totalité de ses collectages entre 1973 et 2003)… L’inventaire et la valorisation de cette collection ont fait l’objet d’une mission spécifique entre 2010 et 2015 (mission que le Département a malheureusement par la suite décidé de stopper), qui a donné lieu à la réalisation d’une grande exposition présentée en 2012 à La Châtaignière-Rovorée (Yvoire, Haute-Savoie) : Monte le son ! Les Alpes en musiques.

31Ces dernières années, Jean-Marc travaillait régulièrement avec l’association Terres d’Empreintes (basée à Annecy et dont l’auteur de ces lignes est le référent scientifique et auteur des ouvrages), spécialisée dans le patrimoine oral et musical alpin et dont la sonothèque est dépositaire de ses enquêtes les plus récentes. Plusieurs publications sont nées de cette collaboration, notamment les ouvrages La Kinkerne, 40 ans ! et Danses de Savoie et du Valais, Carnet de bal de Jean-Marc Jacquier. Au moment où cet hommage est écrit, un nouveau livre-CD est en préparation, consacré aux violoneux savoyards (Jean-Marc a consacré une bonne partie des derniers mois de sa vie à travailler sur le projet).

32Il existe dans les archives inédites de ce chercheur éclectique de nombreux trésors à mettre en valeur dans l’avenir. Au-delà de l’aspect musical, certes central, c’est tout le patrimoine culturel immatériel de la région alpine qui est couvert : recueil d’histoires drôles, d’anecdotes, d’expressions en francoprovençal ; inventaire des fromages et charcuteries de Savoie ainsi que des cépages anciens, etc.

33Les amis et héritiers spirituels de Jean-Marc Jacquier seront là pour poursuivre le travail, en mémoire d’une personnalité exceptionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de Jean-Marc Jacquier

Ouvrages

2019, Danses de Savoie et du Valais : carnet de bal de Jean-Marc Jacquier, Annecy : Terres d’Empreintes / Feufliâzhe, livre + DVD. 104 p.

2017, La Kinkerne, 40 ans !, Annecy : Terres d’Empreintes, livre + 2CD. 136 p.

2012, Monte le son ! Les Alpes en Musiques, Annecy : Culture 74, catalogue d’exposition + CD. 40 p.

2011, Bella Louison, chansons traditionnelles en Haute-Savoie, 100 ans de collectages de Servettaz à nos jours, Annecy : Terres d’Empreintes, livre + CD. 64 p.

Articles

2011, « Liauba ou l’appel des vaches dans les Alpes du Nord », in Le chant de plein air des laboureurs, Paris : L’Harmattan, collection « Patrimoine Culturel Immatériel », livre + DVD : 173-179.

2008, « La clarinette au(x) sommet(s) », Trad Magazine 119 : 78-79.

2005, « Collectage d’une complainte savoyarde de Mandrin », in Louis Mandrin, : malfaiteur ou bandit au grand cœur ? Grenoble : Musée Dauphinois : 115-117.

1994, « Fasnacht in Samoëns », in Hans & Gerlinde Haid, dir. : Alpenbraüche, Riten und Traditionen in den Alpen. Bad Sauerbrunn (Autriche) : Tau Type.

1986a, « En Savoie. Voyage autour d’un vyolni : Louis Ouvrier-Bonnaz », Modal 5 : 9-14.

1986b, « Les carnavals de Samoëns », Modal 2 : 4-14.

Filmographie

2014, Le triangle du Mont-Blanc. DVD Les Amis de Musik’Alpes, 140’.

2001, Les Alpes en musiques (réalisation Gilles Perret). DVD M.C.4/France 3, 52’.

Discographie sélective

Enregistrements de terrain

2008, Pays de Samoëns, Atlas Sonore Rhône-Alpes n 9. CD Terres d’Empreintes/CMTRA, réédition d’une K7 CMTRA de 1994.

Avec le groupe La Kinkerne

2004, 30 ans. CD, autoprod.

1996, Compagnons savoyards. CD Musikalpes MA003.

1982, Bal en Savoie. 33-tours & K7 Discovale WM73.

1979, Dedyan l’pèle. 33-tours & K7 Discovale WM44.

1977, Zhe vire ma vyüla… 33-tours & K7 Discovale WM19.

Avec le groupe Hors Pistes

2015, Là-haut sur la montagne. CD, autoprod. Zabirrr 038.

Collaborations transfrontalières

2007, La Musica Dinche : Musiques traditionnelles des pays du Mont-Blanc. CD Fondation pour les Musiques Traditionnelles Romandes.

1997, La cantate des Alpes. CD Musikalpes MAPAC 00001.

1995, Musicalpina : Les 4 saisons à la montagne. CD Musikalpes MA001.

Haut de page

Notes

1 Fonds déposés à l’association Terres d’Empreintes (Annecy).

2 Entretien avec l’auteur, 2012.

3 Dans ce dernier cas, la mode « tyrolienne » sévissant sur les scènes du music-hall parisien dans la première moitié du XXe siècle (citons des artistes comme Andréany, Mme Rollini ou Edgar Detrait) exerce également une influence.

4 Christian Abriel, qui a rejoint La Kinkerne en 1976 et n’a plus jamais quitté le groupe, reste à cet égard l’un des plus fidèles héritiers des violoneux traditionnels, dont il a conservé la technique instrumentale, marquée notamment par la tenue de l’instrument sur la poitrine.

5 On peut entendre ce violoneux sur le disque 33 tours Bal en Savoie. Jean-Marc lui a également consacré un article dans la revue Modal (voir bibliographie).

6 Voir à ce sujet Hélène Guilcher : « La danse traditionnelle à Saint-Nicolas-de-Véroce », in Arts et Traditions Populaires, année XII, 1964 : 3-29.

7 Des extraits de ces collectes peuvent être entendus sur le CD Pays de Samoëns et les livre-CD Bella Louison et Monte le son ! Les Alpes en musiques (voir bibliographie/discographie).

8 Entretien, 2012.

9 Le trio jazz Hors Pistes, créé en 2013 autour de la réinterprétation des collectes de Jean-Marc, a particulièrement mis en valeur le répertoire de cet interprète (voir discographie).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Jean Marc Jacquier anime une soirée « chez l’Irmande » à Habère-Poche (Haute-Savoie) en 2017.
Crédits Photo Guillaume Veillet.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/4470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 2. Le groupe La Kinkerne à ses débuts vers 1975. De gauche à droite : Diego Abriel, Jean‑Michel David, Anne Osnowycz et Jean-Marc Jacquier.
Crédits Photo collection J.-M. Jacquier.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/4470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Titre Fig. 3. Jean-Marc Jacquier (à gauche) chante à avec ses amis Julien Plantard, Jean Christinaz et Gilbert Mogeon dans un café d’Ayze (Haute-Savoie).
Crédits Photo collection J.-M. Jacquier.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/4470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre Fig. 4. Jean-Marc Jacquier sonne du cor des Alpes lors d’un concert de son trio Hors Pistes, à Château Rouge (Annemasse, Haute-Savoie) en 2014.
Crédits Photo Cyril Duval.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/4470/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Veillet, « Hommage à Jean-Marc Jacquier (1949-2021) »Cahiers d’ethnomusicologie, 34 | 2021, 278-289.

Référence électronique

Guillaume Veillet, « Hommage à Jean-Marc Jacquier (1949-2021) »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4470

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search