Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie34LivresGino SITSON : Santiman et lokans ...

Livres

Gino SITSON : Santiman et lokans dans le Gwoka, deux esthétiques musicales inhérentes à l’histoire de la Guadeloupe

Sampzon : Delatour France, 2021
Denis-Constant Martin
p. 305-307
Référence(s) :

Gino SITSON : Santiman et lokans dans le Gwoka, deux esthétiques musicales inhérentes à l’histoire de la Guadeloupe, Sampzon : Delatour France, 2021, 216 p. bibliogr.

Texte intégral

1Gino Sitson est le nom de scène de Pierre-Eugène Sitchet. Musicien d’origine camerounaise, chanteur, arrangeur et compositeur, il est connu dans le monde du jazz comme dans celui de la publicité et de la musique de film1. Il a, sous son nom d’état-civil, soutenu en 2017, à l’université Paris 4, sous la direction de Jean-Marc Chouvel, une thèse de doctorat dont ce livre est dérivé. Il s’agit pour le vocaliste-chercheur d’étudier, dans le gwoka guadeloupéen, les rapports entre la voix, donc le corps, les processus d’émission du son et l’effet que peuvent avoir ces processus sur des états affectifs susceptibles d’intervenir dans la construction des mémoires collectives et la configuration des identités guadeloupéennes.

2Dans un premier temps, l’auteur retrace la genèse de la musique pour voix et tambours aujourd’hui connue sous le nom de gwoka en analysant des relations européennes datant des périodes de la conquête et de l’esclavage. Ces récits, quelque biaisés qu’ils soient pour la plupart, rappellent l’ancienneté des pratiques associant voix, percussions et danse en Guadeloupe et montrent qu’elles se sont transmises en se renouvelant jusqu’à aujourd’hui. Toutefois, par suite de l’incompréhension et du mépris témoignés à leur endroit par les Européens, mais aussi par les descendants d’esclaves ou de travailleurs sous contrat ayant adopté des stratégies d’assimilation des valeurs coloniales, les musiques qui donnèrent naissance au gwoka se trouvèrent marginalisées ; elles continuèrent toutefois d’être pratiquées dans des campagnes difficiles d’accès et chez les travailleurs agricoles pauvres. Y furent aussi préservés, avec la musique dont ils sont indissociables, l’usage et la poétique du créole, intimement liés à des codes culturels différant des normes dominantes promues par les autorités et, notamment, par l’école.

3Ces codes, indique Gino Sitson, peuvent être décelés dans les interactions caractéristiques du gwoka, qui impliquent danseurs, chanteurs, tambourinaires et auditeurs, et mettent en jeu des langages corporels compris de tous. Le percussionniste soliste (makè) doit suivre les pas du danseur ou de la danseuse (dansè) dans une relation de complicité qui n’exclut pas la tentation de surprendre l’autre ; les voix du soliste (chantè, lavwè) et du chœur (répondè) font entendre des « [...] gestes articulatoires et phonatoires [qui] vont permettre de communiquer des messages afin de captiver l’auditoire » (p. 79). L’ensemble de ces langages corporels et des « gestes » vocaux consubstantiels au chant en créole compose des symboles qui, selon l’auteur, évoquent le mode de vie d’une communauté d’appartenance et une mémoire partagée (p. 81).

  • 2 Voir Lafontaine 1988 : 83-84.
  • 3 Frith 1996 ; si intéressant que soit ce chapitre, l’auteur aurait pu étoffer sa réflexion en se réf (...)

4C’est sur cet arrière-plan qu’est abordée l’étude des deux qualités du gwoka que seul le créole exprime : santiman et lokans. L’analyse de ce que Gino Sitson considère comme des « esthétiques » constitue le cœur de cet ouvrage. Toutes deux sont associées au voisement et à la nasalité ; le premier relevant « [...] d’un phénomène vibratoire spécifique des cordes vocales qui a pour effet d’accentuer certaines vibrations au cours de l’exécution du chant » (p. 94) ; la seconde, ayant « [...] pour objectif de susciter l’empathie et de captiver l’auditeur » (p. 94). Dans le santiman, la combinaison langue créole-timbre vocal-intensité-« esprit » du rythme choisi (pp. 84-85) façonne des codes musico-émotionnels d’où surgiraient des émotions partagées aptes à stimuler conscience et mémoire collectives. La lokans pourrait être identifiée à un art du « bien chanter » dont les composantes seraient la faconde, la qualité de la langue, l’art de l’improvisation, mis en valeur par divers procédés vocaux ainsi que par des jeux sur l’intensité. Cet art du bien chanter est ressenti, même s’il semble difficile à définir précisément2. Une brève conclusion aborde succinctement la question de la persistance du santiman et de la lokans en situation de concert, puis celle de la place de la musique dans les constructions identitaires sur la seule base d’un texte de Simon Frith3. Enfin, des annexes présentent les données caractéristiques des voix parlée et chantée, ainsi qu’un lexique du vocabulaire musical propre au gwoka, et sont conclues par un « bref aperçu des proximités entre Gwoka et musiques africaines ».

  • 4 Compte-rendu dans les Cahiers d’ethnomusicologie 33, 2020 : 247-251.
  • 5 Ce travail sur la langue est aussi un moyen d’en (re)valoriser et promouvoir l’usage ; il n’est tou (...)
  • 6 Notamment à la suite du massacre de mai 1967 à Pointe-à-Pitre au cours duquel plus de 80 personnes (...)
  • 7 Les mouvements sociaux de 2009 et les modes d’action du Lyannaj Kont Pwofitasyon l’ont illustré ; é (...)

5L’ouvrage de Gino Sitson complète les travaux précurseurs de Marie-Céline Lafontaine, ainsi que ceux de Marie-Héléna Laumuno (2011) et de Jérôme Camal (2019)4. Nourri des recherches d’un vocaliste, il analyse plus profondément le pouvoir communicationnel propre de la voix (dans le corps), qui s’ajoute à la signification des paroles en jouant subtilement – par le phrasé, dans les rythmes – des spécificités du créole5. Il souligne ainsi la présence de la nasalité et du voisement. Il me semble regrettable que cette étude des caractéristiques du chant gwoka n’ait pas été davantage développée par la reprise d’articles (sans nécessairement en redonner dans l’ouvrage tous leurs détails techniques) publiés par le même auteur avec Marie Tahon (Tahon et Sitchet 2016 ; Sitchet et Tahon 2016). On trouve en effet dans ces écrits des analyses qui permettent de mieux comprendre les rapports qui se nouent dans le gwoka entre esthétique musicale, codification symbolique de spécificités musicales, sentiments d’appartenance et construction de mémoire collective. Si l’on prend en compte ces données, la transmission du gwoka, appuyée sur la passation de techniques musicales et discursives particulières, se comprend plus clairement comme transmission (en « contrebande ») d’une histoire rabaissée et réprimée (Tahon et Sitchet 2017 : 2), d’une construction mémorielle apparue dans les années 19606. Ainsi s’exprimerait une « guadeloupéanité » et s’éveillerait un sentiment d’appartenance aiguillonnés par un « désir de réappropriation » de l’héritage culturel de la Guadeloupe qui permettrait, selon certains Guadeloupéens, « de se reconnecter à une partie de leurs racines ancestrales africaines » (Sitchet 2018 : 169). L’ouvrage de Gino Sitson éclaire indubitablement des aspects importants du chant gwoka, et précise les imbrications entre techniques vocales, appréciation du « bien chanter » et éveils émotionnels pouvant nourrir des constructions mémorielles sur lesquelles s’appuient des interprétations des situations socio-politiques, pour aboutir, dans certaines situations, à des engagements politiques7. Santiman et lokans dans le Gwoka ouvre ainsi des pistes intéressantes, que chercheurs et chercheuses pourront suivre d’autant mieux qu’ils et elles auront aussi pris connaissance des autres travaux de Pierre-Eugène Sitchet. Il serait intéressant d’enrichir ces pistes avec des enquêtes auprès, non seulement des auditeurs passionnés de gwoka, mais aussi de Guadeloupéens amateurs d’autres genres musicaux afin de cerner plus précisément les associations qu’engendre ce genre, de même que la manière dont sont élaborés et déchiffrés les codes symboliques qu’il recèle. Il serait aussi bienvenu, dans cette perspective, de travailler plus spécifiquement sur les symboliques de la danse. Souhaiter ces prolongements est dire combien le livre de Gino Sitson est stimulant.

Haut de page

Bibliographie

CAMAL Jérôme, 2019, Creolized Aurality, Guadeloupean Gwoka and Postcolonial Politics. Chicago : Chicago University Press.

FRITH Simon, 1996, « Music and identity », in Stuart Hall, Paul Du Gay eds, Questions of Cultural Identity. London : Sage : 108-127

GAMA Raymond et Jean-Pierre SAINTON, 2011, Mé 67 : mémoire d’un événement. Port Louis : Lespwisavann.

LAFONTAINE Marie-Céline, 1988, « Unité et diversité des musiques traditionnelles guadeloupéennes », in Les musiques guadeloupéennes dans le champ culturel afro-americain au sein des musiques du monde, Colloque de Pointe-à-Pitre, novembre 1986. Paris, Éditions Caribéennes, 1988 : 71-92.

LAFONTAINE Marie-Céline, 1997, « Le chant du peuple guadeloupéen, ou “Plus c’est pareil et plus c’est différent” ». Cahiers d’Études Africaines 37 (148) : 907-942.

LAUMUNO Marie-Héléna, 2011, Gwoka et politique en Guadeloupe, 1960-2003 : 40 ans de construction du « pays ». Paris : L’Harmattan.

SITCHET Pierre-Eugène, 2018, « La pratique du Gwoka comme expression de la ‘guadeloupéanité’». Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe 181-182 : 161–176 ; https://id.erudit.org/iderudit/1056380ar ; consulté le 18 février 2021.

SITCHET Pierre-Eugène et Marie TAHON, 2016, « Le voisement dans le gwoka : entre le parlé et le chanté ». Albi, Journées d’Informatique Musicale ; https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02308865, consulté le 17 février 2021.

SPIELMANN Florabelle, 2020, « “Welcome to gwada”. Fondations de la musique rap et émancipation postcoloniale en Guadeloupe », Ethnographiques.org ; https://doi.org/10.25667/ethnographiques/2020-40/008, consulté le 15 mars 2021.

TAHON Marie et Pierre-Eugène SITCHET, 2016, « La nasalité dans le répertoire Gwoka de la Guadeloupe ». Le Mans : Congrès Français d’Acoustique (CFA) ; https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02308874/file/CFA_Tahon_2016.pdf, consulté le 17 février 2021.

TAHON Marie et Pierre-Eugène SITCHET, 2017, « The transmission of voicing in traditional Gwoka : Between identity and memory ». Journal of Interdisciplinary Voice Studies 2 (2) : 157-175.

Haut de page

Notes

1 Voir : https://ginositson.com/fr/accueil/, consulté le 19 février 2021.

2 Voir Lafontaine 1988 : 83-84.

3 Frith 1996 ; si intéressant que soit ce chapitre, l’auteur aurait pu étoffer sa réflexion en se référant à l’importante bibliographie consacrée à ce thème, en commençant par le dossier que lui ont consacré les Cahiers d’ethomusicologie (20/2007).

4 Compte-rendu dans les Cahiers d’ethnomusicologie 33, 2020 : 247-251.

5 Ce travail sur la langue est aussi un moyen d’en (re)valoriser et promouvoir l’usage ; il n’est toutefois plus l’apanage des seuls musiciens de gwoka : comme le montre Florabelle Spielmann (2020 : 4), des rappeurs, parfois en hommage à des chanteurs ou des tambourinaires gwoka, ou en collaboration avec eux, utilisent le créole pour mettre en avant un « nous » forgé par « [...] une expérience commune de la domination ».

6 Notamment à la suite du massacre de mai 1967 à Pointe-à-Pitre au cours duquel plus de 80 personnes auraient été tuées. Voir : « Émeutes de mai 1967 en Guadeloupe », https://fr.wikipedia.org/wiki/Émeutes_de_mai_1967_en_Guadeloupe#cite_note-bakchich-10, consulté le 19 février 2021, et Gama et Sainton 2011.

7 Les mouvements sociaux de 2009 et les modes d’action du Lyannaj Kont Pwofitasyon l’ont illustré ; écouter : « Mizik Kont Pwofitasyon : pertinence sociologique de la musique guadeloupéenne », communication donnée par Steve Gadet lors des journées d’études « Création, pouvoir et contestation en Caraïbe », le 26 février 2015 à l’université des Antilles et de la Guyane ; fichier audio-visuel : http://www.manioc.org/fichiers/V15126, consulté le 22 février 2021.`

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis-Constant Martin, « Gino SITSON : Santiman et lokans dans le Gwoka, deux esthétiques musicales inhérentes à l’histoire de la Guadeloupe »Cahiers d’ethnomusicologie, 34 | 2021, 305-307.

Référence électronique

Denis-Constant Martin, « Gino SITSON : Santiman et lokans dans le Gwoka, deux esthétiques musicales inhérentes à l’histoire de la Guadeloupe »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4523

Haut de page

Auteur

Denis-Constant Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search