Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie34LivresNicole REVEL : Les arts de la par...

Livres

Nicole REVEL : Les arts de la parole des Montagnards Pala’wan : une mémoire vivante en Asie du Sud-Est

Paris : Geuthner, 2017
Simon Labonté
p. 315-318
Référence(s) :

Nicole REVEL : Les arts de la parole des Montagnards Pala’wan : une mémoire vivante en Asie du Sud-Est, Paris : Geuthner, 2017, 316 p., accompagné de 10 DVD-Roms.

Texte intégral

1L’ouvrage chroniqué dans ce compte rendu présente les différentes catégories des arts de la parole retrouvés dans la tradition orale palawan et vient clore les nombreuses années de recherches de l’auteure sur ce sujet. À l’aide d’une analyse relevant de la linguistique pragmatique, Nicole Revel démontre les liens entre langage, culture, et compréhension du monde chez les habitants des Hautes-Terres de l’île de Palawan située dans l’archipel des Philippines.

2En format multimédia trilingue (palawan, français et anglais), Les arts de la parole des Montagnards offre environ dix heures de matériel original – audiovidéo, audio et photo – contenu sur dix DVD-Roms correspondant aux différents arts de la parole. Chaque module est accompagné de livrets explicatifs, et de nombreux exemples qui permettent de saisir concrètement les différentes expériences palawan reliées au langage. Cet ouvrage, préservant un répertoire culturel d’une grande valeur, est destiné à un large public. Dépourvu de jargon scientifique, il révèle l’harmonieuse organisation sociale animiste palawan basée sur les valeurs fondamentales de l’assistance mutuelle, de l’entraide, du partage égalitaire et de l’échange paritaire.

3Les Pala’wan vivent en petites communautés dans la forêt tropicale humide. Ces « Montagnards » y pratiquent leurs activités de subsistance comme la chasse, la cueillette et la culture du riz. Les profits tirés de ces activités sont harmonieusement partagés entre tous les habitants. Cette harmonie est régulée par l’efficacité de la parole et les genres de discours qui en découlent. C’est précisément sur cette « efficacité » que Revel s’attarde dans cet ouvrage : le sens qui émane des paroles, leurs rôles et comment ce rapport entre langage et sens permet de comprendre le monde phénoménal.

4La mise en lumière des logiques permettant aux Pala’wan de comprendre leur univers constitue l’essentiel et l’apport important de cet ouvrage. Les Montagnards conçoivent leur environnement comme étant habité par quatre types d’individus : les Personnes véritables (les personnes vivant sur la terre), les Personnes bienveillantes (les ancêtres, les gens des monts), les Personnes malfaisantes (les Personnes de la Grande Forêt) et les Personnes-Arbre/Personnes-Animaux. Visibles ou invisibles, ces Existants communiquent entre eux, chacun usant de ses propres genres de discours (narratif, poétique, discursif, argumentatif et performatif). Le travail de Revel a permis de dégager les dimensions cognitives se retrouvant au centre de la catégorisation des arts de la parole (réflexion/mémoire, imagination, inspiration, intelligence et prémonition). Ces dimensions cognitives représentent selon l’auteure : « la perception que les Montagnards palawan ont de leurs facultés mentales et leur conception des activités du cerveau lorsqu’ils composent des sons et du sens » (p. 6).

5Les dix modules sont groupés par deux dans ce livre-coffret multimédia. Les modules I et II portent sur les mythes et les épopées.

6Les mythes se présentent sous forme d’enseignements et informent sur la genèse du monde. Sans rituel magico-religieux, ils se racontent de façon « informelle » d’une « voix neutre selon la parole quotidienne ». Le complexe mythique permet d’expliquer la nature relationnelle entre toutes les Personnes de cet univers et également d’y définir le rôle de chacun. La compréhension cosmogonique palawan, enseignée dans les mythes, place la terre au centre entre sept paliers inférieurs et sept paliers supérieurs. Les Hommes subissent les forces supérieures et inférieures selon leurs fautes ou entraves aux valeurs fondamentales (tonnerre, pluies diluviennes, déluges, etc.). Les Pala’wan ont alors une responsabilité significative sur l’ordre du monde.

7Chantées la nuit, les épopées traitent principalement des alliances du mariage et des bonnes conduites relatives aux lois de la communauté. Elles peuvent servir d’adresse aux invisibles, de chant d’accueil ou de simple divertissement. Le barde est accompagné par un autre musicien à la flûte à bague (bäbäräk). Les contours mélodiques de ces récits sont produits par la segmentation des énoncés en fonction du souffle de l’interprète. Par exemple, si l’énoncé est court et que l’interprète est doté d’une grande capacité de souffle, il devra l’orner et user de créativité. L’inspiration créatrice se produit en forêt alors que le barde, seul, intègre et perfectionne l’épopée en la répétant. L’aide du Génie des Monts, parlant à travers le vent dans les feuilles, peut s’avérer utile pour le barde s’il est attentif à son environnement sonore.

8Les ariettes et les chants d’oiseaux constituent les modules III et IV. Les ariettes sont des chants d’amour, de séduction. L’homme invite la femme à l’adultère et cette dernière lui offre sa réponse, refus ou acceptation. Cet échange amoureux peut être a cappella ou accompagné par le luth kulilal à sept frettes, joué par les hommes, et la cithare tubulaire, par les femmes. La musique est alors construite sur une échelle pentatonique hémitonique.

9Sensibles à leur environnement sonore, les Pala’wan sont stimulés dans leur créativité musicale par le chant des oiseaux. Ces musiques « des choses », que les habitants nomment Bägit, imitent dans certains cas des animaux, des insectes, des plantes et des éléments de la nature comme le vent et la mer. Ces chants ont une instrumentation spécifique constituée de la flûte à bague, de la guimbarde et du luth kusyapiq à six frettes et accordé selon l’échelle pentatonique anhémitonique, ce qui le distingue du luth accompagnant les ariettes. Dans ce cas, la parole utilisée comme « vignette », répond au luth pour illustrer les sons.

10Les musiques des gongs, les chansons de jarre et les dits invocatoires suivent et forment les modules V et VI.

11La notion de partage égalitaire, quoique présente quotidiennement, l’est aussi lors de rituels. Chaque année, les Montagnards célèbrent le Tambiläw, fête qui clôt un cycle agraire et annonce le suivant. L’invitation, à l’aide du gong agung, est lancée aux hameaux voisins qui pourront rejoindre la cérémonie à laquelle participent également Ancêtres et Maître du riz. Offrandes et adresses sont effectuées afin d’obtenir les pluies abondantes nécessaires à la culture du riz. L’ensemble de gongs se fera entendre lors de la fermentation du riz en jarres et lors de l’ouverture de celles-ci par le Maître du riz.

12Les chansons à boire entendues lors des commémorations du Maître du riz constituent le répertoire des chansons de jarre. Les femmes et les hommes y participent en s’échangeant des couplets.

13Le rôle du chaman est central pour communiquer avec les différents maîtres, génies, ancêtres, âmes protectrices et démons. Il fait office de médiateur entre les Personnes de la terre et les autres Existants du monde phénoménal. Ses adresses ou invocations sont proférées dans le but de maintenir l’harmonie et la santé dans la communauté. Toute menace à l’ordre social peut être contrée par négociation en paroles, par offrande ou par contre-don (animaux miniatures offerts pour un animal capturé). Le dialogue entre le chaman et les Personnes invisibles se présente sous une forme énigmatique ; c’est le travail de son acolyte, sa femme, de traduire cette parole du monde invisible aux gens qui assistent au rituel.

14Les modules VII et X présentent les discussions juridiques et l’écriture chez les Pala’wan. Les discussions juridiques sont nécessaires à la résolution de conflits. Juges, avocats et audience se rassemblent pour discuter des fautes commises causant entraves aux valeurs fondamentales. Les discussions aboutiront à un accord, un contrat social ou quelques conseils offerts aux individus en litige. Revel donne quelques exemples de rhétoriques adéquates utilisées en fonction de cas spécifiques, comme les métaphores pour traiter d’un cas d’adultère.

15L’auteure décrit l’écriture syllabique comme une « sorte d’extension graphique de la parole d’autorité » qui revêt une fonction pragmatique de communication sous forme de messages ; ce sont les responsables des hameaux (pänglima) et les juges (ukum) qui l’utilisent. Ces écrits sont éphémères – ils ne représentent pas de paroles religieuses, littéraires ou savantes – à cause de leur support végétal et de leur contenu relatif aux événements quotidiens.

16Les modules VIII et IX sont consacrés aux jeux de parole et aux récits lors des veillées. Durant ces soirées, on peut y voir danser la marionnette divinatoire kunduq. Cette danse, codifiée de façon précise, représente la réponse aux questions adressées par les Hommes, souvent relatives à la chasse. Ce jeu de parole est accompagné au kusyapiq, un luth accordé selon l’échelle bägit.

17Les devinettes constituent également la catégorie « jeux de parole ». Appréciés des enfants comme des adultes, ces énoncés parfois rimés sollicitent la vivacité d’esprit des membres de l’assistance.

18Au contraire des mythes et des épopées, les récits racontent des événements véridiques. Mettant en scène les quatre types de Personnes, ces contes enseignent sous forme ludique des morales relatives aux valeurs fondamentales des Pala’wan.

19Cette classification des arts de la parole représente tout le fruit et l’intérêt de séjours prolongés dans les communautés avec lesquelles l’ethnologue travaille. L’auteure a su dégager un système communicationnel symbolique complexe constitué de personnages de nature et de caractère différents et relevant d’un monde phénoménal a priori caché au chercheur. En effet, l’approche pragmatique de la linguistique, c’est-à-dire l’étude du rapport entre art de la parole, sens et environnement socioculturel, a permis à Nicole Revel de rendre compte d’un important savoir endogène propre aux Pala’wan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Labonté, « Nicole REVEL : Les arts de la parole des Montagnards Pala’wan : une mémoire vivante en Asie du Sud-Est »Cahiers d’ethnomusicologie, 34 | 2021, 315-318.

Référence électronique

Simon Labonté, « Nicole REVEL : Les arts de la parole des Montagnards Pala’wan : une mémoire vivante en Asie du Sud-Est »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4565

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search