Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie34ThèsesHélène SECHEHAYE : Des Gnawa à Br...

Thèses

Hélène SECHEHAYE : Des Gnawa à Bruxelles aux Gnawa de Bruxelles : analyse de pratiques musicales relocalisées

Thèse de doctorat en Musique et Musicologie (Université Jean Monnet) et en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie, orientation musicologie (Université Libre de Bruxelles), soutenue le 14 octobre 2020 à l’Université Libre de Bruxelles
p. 338
Référence(s) :

Hélène SECHEHAYE : Des Gnawa à Bruxelles aux Gnawa de Bruxelles : analyse de pratiques musicales relocalisées
Thèse de doctorat en Musique et Musicologie (Université Jean Monnet) et en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie, orientation musicologie (Université Libre de Bruxelles), soutenue le 14 octobre 2020 à l’Université Libre de Bruxelles
646 pages (dont 160 p. d’annexes)
Directrices de thèse : Stéphanie Weisser, Anne Damon-Guillot, Marie-Alexis Colin et Béatrice Ramaut-Chevassus

Texte intégral

1Les Gnawa sont une communauté confrérique issue de la présence subsaharienne au Maroc. Ils sont connus pour leur rituel nocturne de transes, la līla, mais aussi pour leur activité musicale incessante sur les places touristiques des villes marocaines. Cette thèse s’intéresse aux pratiques musicales des Gnawa à Bruxelles. En effet, la communauté des Marocains de Bruxelles (Maroxellois) s’avère l’une des plus importantes de la capitale et les Gnawa en sont devenus l’une des voix les plus audibles. Une quarantaine de musiciens sont actifs tant dans les rituels que dans les mariages, les salles de concert ou les parades.

2Cette thèse porte sur les mouvements des répertoires, des praticiens et praticiennes et de leurs instruments. Ces circulations ont une importance historique : d’une part, elles se situent à l’origine de l’émergence de la pratique gnawa, née de la rencontre de plusieurs cultures d’Afrique subsaharienne portées par les esclaves au Maroc. D’autre part, elles apparaissent constitutives de l’identité contemporaine des Gnawa à la fois dans leur processus d’initiation et dans la construction de leur carrière professionnelle.

3La présence gnawa à Bruxelles soulève aussi la question des styles musicaux régionaux : au Maroc, chaque région possède un style « ancien », qui a petit à petit été remplacé par un style moderne globalisé. A Bruxelles, alors que le répertoire du luth guembri est souvent interprété dans sa version globalisée, le répertoire au tambour reste très attaché à son côté tangérois. S’appuyant sur des analyses du répertoire musico-chorégraphique, cette thèse examine comment et pourquoi les identités musicales régionales sont parfois mises en avant, parfois reléguées au second plan.

4Nourrie par un travail de terrain de plusieurs années mené à Bruxelles, au Maroc et dans d’autres lieux de la diaspora marocaine en Europe, cette recherche prend en compte des données de type historique, ethnomusicologique, anthropologique et sociologique. Les activités gnawa à Bruxelles sont envisagées à la fois dans une perspective transnationale, rattachées à des pratiques globalisées de par le monde, mais demeurent aussi ancrées dans une localité bruxelloise spécifique qui leur fait prendre une trajectoire unique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Hélène SECHEHAYE : Des Gnawa à Bruxelles aux Gnawa de Bruxelles : analyse de pratiques musicales relocalisées »Cahiers d’ethnomusicologie, 34 | 2021, 338.

Référence électronique

« Hélène SECHEHAYE : Des Gnawa à Bruxelles aux Gnawa de Bruxelles : analyse de pratiques musicales relocalisées »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4643

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search