Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie35ThèsesPierre PROUTEAU : Bouddhisme, cor...

Thèses

Pierre PROUTEAU : Bouddhisme, corps et machine – les sound systems de Thaïlande (Phetchabun 2016-2019)

Thèse de doctorat en Anthropologie, soutenue le 22 juin 2021 à l’Université Paris Nanterre
p. 337
Référence(s) :

Pierre PROUTEAU : Bouddhisme, corps et machine – les sound systems de Thaïlande (Phetchabun 2016-2019)
Thèse de doctorat en Anthropologie, soutenue le 22 juin 2021 à l’Université Paris Nanterre. 581 pages
Directrices de thèse : Dana Rappoport (CASE/EHESS) et Sabine Trebinjac (LESC/Univ. Paris Nanterre)

Texte intégral

1Cette thèse étudie les sound systems à Phetchabun, province à la lisière des régions du Nord, du Centre et du Nord-Est de la Thaïlande. L’usage du sound system, dispositif électro-acoustique mobilisant des registres extrêmes du son et des effets sonores (réverbération, écho, distorsion, ubiquité), y est généralisé. Il est utilisé au quotidien et dans les rituels locaux pour diffuser aussi fort que possible des contenus divers afin qu’ils soient entendus par un maximum de personnes. En étudiant la perception, la variété des dispositifs – musicaux, liturgiques, audiophiles, mais aussi rituels et étatiques – la thèse illustre les fonctions du sound system. Pourquoi l’utiliser ? Qu’a changé son incorporation et sa généralisation dans le monde sonore de Phetchabun et de Thaïlande ? Pour y répondre, les outils de l’ethnomusicologie, de l’anthropologie de la musique et du son, ainsi que les méthodes de l’anthropologie du bouddhisme et du rituel sont mis à profit.

2Si le sound system transforme, sa généralisation traduit aussi sa pertinence au sein de l’univers sonore qui l’accueille. Il s’intègre ainsi dans une conception vernaculaire des médias et du son lui préexistant, qui privilégie une logique de propagation dite « maximaliste » – plus il y en a, mieux c’est, plus c’est fort, mieux c’est. Suivant cette logique, le sound system permet non seulement d’immerger l’individu dans le son, mais aussi de le dissoudre dans le groupe : il étend la communauté à la mesure de son irradiation sonore. L’État fait usage de cette fonction à travers un « corps sonore » national, créé par un réseau de sound systems coordonné sur l’ensemble du territoire. La puissance sonore est donc aussi proportionnelle au statut social de l’utilisateur. D’autres ressources peuvent être décelées lorsque des espaces et des temporalités mythiques sont recréés ou lorsque des formes archétypales et vibratoires comme le mandala (diagramme efficace et cosmogonique hérité des religions indiennes) sont manifestées par le son. Une quête du « son ultime » se dessine alors, à laquelle s’adonnent toutes les classes sociales grâce aux sound systems.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Pierre PROUTEAU : Bouddhisme, corps et machine – les sound systems de Thaïlande (Phetchabun 2016-2019) »Cahiers d’ethnomusicologie, 35 | 2022, 337.

Référence électronique

« Pierre PROUTEAU : Bouddhisme, corps et machine – les sound systems de Thaïlande (Phetchabun 2016-2019) »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/4959

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search