Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie35ThèsesSara KALANTARI : Le rituel chiite...

Thèses

Sara KALANTARI : Le rituel chiite de ’Āshūrā dans la région du Kurdistan iranien : vers un idéal d’unification politique

Thèse de doctorat en anthropologie, spécialité ethnomusicologie et anthropologie de la danse, soutenue le 10 novembre 2021 à l’Université Paris Nanterre
p. 342
Référence(s) :

Sara KALANTARI : Le rituel chiite de ’Āshūrā dans la région du Kurdistan iranien : vers un idéal d’unification politique
Thèse de doctorat en anthropologie, spécialité ethnomusicologie et anthropologie de la danse, soutenue le 10 novembre 2021 à l’Université Paris Nanterre, 466 pages (6 cartes, 6 figures et tableaux informatifs, 7 transcriptions musicales, 49 photographies, un glossaire, un CD de 14 pistes audio)
Directrice de thèse : Sabine Trebinjac

Texte intégral

1Cette thèse est centrée sur l’étude du rituel chiite de ’Āshūrā dans la région du Kurdistan iranien. Chaque année, au mois de muarram, les chiites du monde entier dont l’Iran commémorent le martyre de leur troisième imam, Ḥusayn, par une série de rituels qui se déroulent pendant dix jours. Les cérémonies de ’Āshūrā, peuvent être réparties en deux catégories principales : les processions de rue et les réunions en espace fermé. Ces cérémonies sont organisées par des groupes coordonnés d’hommes et de femmes réunis dans les hay’at. Un hay’at est en principe une organisation non lucrative fondée par un ou plusieurs individus pour faciliter le regroupement d’un certain nombre de fidèles lors des cérémonies religieuses comme celles de ’Āshūrā.

2Par une ethnographie détaillée de nombreux hay’at dans deux villes kurdes iraniennes, Sanandaj et Kermanchah, j’ai étudié l’organisation et le déroulement des cérémonies de ’Āshūrā dans ces deux capitales régionales. Une approche comparative m’a permis d’établir une typologie générale des hay’at en trois catégories : traditionnels, révolutionnaires et néo-révolutionnaires. Dans l’étude de ces organisations religieuses, une attention particulière est portée à la musique et aux modalités d’expression musicale afin de mettre en relief leur rôle au sein des actions sociopolitiques des hay’at. À travers l’analyse de nombreux chants rituels de nawah, je démontre comment et par quels moyens une idéologie politique s’affermit au sein d’un hay’at et quels sont les enjeux sécuritaires, politiques et sociaux qui sont impliqués dans ce processus. L’objectif est d’analyser et d’élucider les démarches par lesquelles les chants de nawah sont mobilisés dans le but de réaliser une unification politique au-delà des diversités ethnolinguistiques et confessionnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Sara KALANTARI : Le rituel chiite de ’Āshūrā dans la région du Kurdistan iranien : vers un idéal d’unification politique »Cahiers d’ethnomusicologie, 35 | 2022, 342.

Référence électronique

« Sara KALANTARI : Le rituel chiite de ’Āshūrā dans la région du Kurdistan iranien : vers un idéal d’unification politique »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/5001

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search