Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie36Dossier : variaSonorités clivantes. Maintien de ...

Dossier : varia

Sonorités clivantes. Maintien de l’ordre et usages du droit français face aux pratiques musicales du « mouvement tekno »

Alexis Grussi
p. 203-225

Résumé

Les ramifications musicales dites alternatives – du reggae au rap en passant par le punk – ont été et sont toujours contraintes par des crispations, notamment morales et générationnelles. Cet article invite à poser le regard sur la (dé)considération de l’une d’elles, la tekno, tout en élargissant la focale à la dynamique qui s’instaura suite à son émergence. Constitué à travers l’essor des musiques électroniques et par les visées contre-culturelles ayant permis la diffusion d’une diversité de sonorités, ce « mouvement tekno », protéiforme et furtif, manifeste ses pratiques composites en particulier lors de fêtes libres (free parties). En prenant comme symptôme de cette (dé)considération ambivalente le modèle de maintien de l’ordre, les politiques régaliennes historiques de l’État français ainsi que la judiciarisation de ces rassemblements festifs à caractère socio-culturel, nous invitons à questionner les interstices de l’audible en soutenant que certaines sonorités clivantes peuvent induire des conflits, pouvant, selon les dispositions, mener à de la violence manifeste et disproportionnée. Finalement, il s’agit d’affirmer la nécessité d’un effort de compréhension de ces tensions – structurant des rapports de force – comme nécessaire à la continuité d’un État social de droit.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2024.

Plan

Approcher le son de « la » fête libre
Antidéfinition
Relation contemporaine de l’État français à la fête libre : maintenir l’ordre, mais lequel ?
L’intention de nuire. Exploration des interactions entre droit français et sonorités clivantes
Ouverture. Quel régime de sonorité pour le « mouvement tekno » ?

Aperçu du texte

Approcher le son de « la » fête libre

Quinze ans après la dernière publication s’intéressant au phénomène artistico-musical des free-parties dans les pages des Cahiers d’ethnomusicologie – par Guillaume Kosmicki en 2008 – cet article propose une approche actualisée des fêtes libres et invite à un regard critique quant à l’ambivalence avec laquelle elles sont (dé)considérées en tant que manifestation du « mouvement tekno ». Issue d’un projet de recherche autonome et transdisciplinaire, la présente contribution traite d’un axe général, déjà étayé dans de précédents travaux, émergeant également de données empiriques récoltées : la conflictualité se polarisant entre le « mouvement tekno » et la force publique (Tessier 2003 ; Pourteau 2005, 2009 & 2012 ; Lafargue de Grangeneuve 2010 ; Théou 2021). Ici, on s’intéressera « au son de la free-party » pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage d’Emmanuel Grynszpan (1999) déployant des réflexions esthético-musicologiques sur des ramifications de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Grussi, « Sonorités clivantes. Maintien de l’ordre et usages du droit français face aux pratiques musicales du « mouvement tekno » »Cahiers d’ethnomusicologie, 36 | 2023, 203-225.

Référence électronique

Alexis Grussi, « Sonorités clivantes. Maintien de l’ordre et usages du droit français face aux pratiques musicales du « mouvement tekno » »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 10 octobre 2024, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/5095

Haut de page

Auteur

Alexis Grussi

Alexis GRUSSI, diplômé de l’Université de Strasbourg en Médiations Citoyennes et en Sociologie/Criminologie, est actuellement masterant au sein de la mention « Recherches Comparatives » de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS-Marseille). Il mène en parallèle des recherches collaboratives et transdisciplinaires ancrées entre l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord. Cet article a été rédigé durant sa césure québécoise (2021-2022) où il fut notamment adjoint de recherche au sein de l’École de Travail Social de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). En dehors de ses implications académiques, il possède une expérience transversale de l’intervention sociale et de l’éducation populaire. C’est dans ce cadre qu’il intervient depuis 2018 avec des associations et collectifs de santé communautaire au sein d’espaces festifs et urbains. Il est par ailleurs membre de la concertation sur l’intervention en milieux festifs « Projet Groove – Fêter à moindre risque » (AIDQ/GRIP, Québec).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search