Navegação – Mapa do site

InícioNúmerosNúmero especialArtigosSpirales vers l’infini

Artigos

Spirales vers l’infini

Sophie Chevalier
p. 151-156

Texto integral

Corbeille, Afrique du Sud, collection personnelle

Corbeille, Afrique du Sud, collection personnelle

Source: Photo prise par C. Hart

1Dès que j’entre dans la boutique, elle me saute aux yeux… elle est d’une forme oblongue, irrégulière, dans une gamme de verts qui me séduit immédiatement par sa modernité.

2Comme à chaque séjour à Durban, je poursuis ma quête d’objets tressés en fil de téléphone coloré, j’en possède de toutes les tailles, surtout des corbeilles rondes, avec une grande variété de combinaisons de couleurs. Certaines trouvent leur place dans mon appartement en Afrique du Sud, mais surtout je les accumule dans un coin de ma maison de famille, dans l’espoir, qu’un jour, j’habiterai un logement qui me permettra de les exposer sur un grand mur blanc.

3La petite taille de cette corbeille m’a permis de l’intégrer directement à ma vie quotidienne domestique en France et de lui trouver un usage pour le pain. Elle s’inscrit aussi dans une esthétique formelle spécifique: des formes jamais anguleuses, toutes en courbes que l’on retrouve dans d’autres artefacts comme dans les magnifiques pots noirs zoulous qui étaient destinés à contenir de la nourriture ou de la bière, ou encore dans les grands paniers en vannerie; des motifs en spirales, tendant vers l’infini, soutenus par une dynamique de couleurs, dans des accords surprenants et des contrastes qui s’observent aussi dans les travaux de tissage des petites perles colorées.

4Ce type de panier trouve son origine dans les “imbenge”, petit couvercle tressé en fibre de palme par les femmes qui était placé sur les pots pour protéger leur contenu. Le tressage avec du “fil de téléphone” – en fait du fil présent dans tout appareil électrique – est intimement lié à la colonisation et à l’industrialisation de l’Afrique australe, plus spécifiquement du pays zoulou. Il se développe parmi les mineurs ou autres travailleurs – gardiens de nuit, etc., comme un “travail à côté” destiné à être vendu en ville auprès d’une clientèle de la classe moyenne blanche pour améliorer un revenu le plus souvent misérable. A l’origine une activité masculine, il se féminise peu à peu. Avec l’essor du tourisme, dans la seconde partie du XXème siècle, la fabrication de ces paniers et corbeilles se développe, et le fil est produit aujourd’hui spécialement pour cet usage. Le tressage se fait de haut en bas, contrairement à ceux en matière végétale: la qualité de l’exécution et la créativité de l’artisan – autant dans des formes abstraites et que dans des figures stylisées – diffèrent sensiblement, et font que ces artefacts sont destinés à la fois à une clientèle de touristes comme à des amateurs et collectionneurs. Ainsi ma corbeille peut être décrite comme “authentiquement” zoulou dans sa filiation, par sa forme et par la dextérité du geste de tressage qui a présidé à sa création. Cet objet “raconte” l’histoire du KwaZulu-Natal et de Durban, pour reprendre les termes de Neil MacGregor et son ouvrage à succès, L’histoire du monde en 100 objets.

5En Afrique du Sud, cette province est la seule où il existe un parti politique ethnique, Inkatha, qui s’oppose au parti au pouvoir depuis 1994, l’ANC (African National Congress), parfois par la violence, et qui défend une identité zouloue. Celle-ci est revendiquée par la communauté la plus importante du pays et elle se manifeste dans un attachement à la royauté zouloue, au pouvoir traditionnel communautaire, à une langue et à un certain nombre de pratiques rituelles. Elle s’exprime aussi dans des artefacts dont ma corbeille est un exemple. Ces éléments identitaires s’inscrivent dans un processus de marchandisation de cette ethnicité – une sorte de “zoulouité” – bien décrite par les Comaroff (2009, Ethnicity Inc.) – et qui tend d’ailleurs à éclipser la culture matérielle des autres communautés pour en faire l’incarnation de l’artisanat sud-africain.

6J’ai acheté ma corbeille au Durban African Art Center (AAC crée en 1959) qui se consacre à faire connaître les artisans et artistes de la province. Ce centre n’est pas une entreprise commerciale, mais son objectif est d’assurer une juste rémunération des artisans, dont les œuvres sont individualisées – contrairement à d’autres boutiques plus touristiques; l’amateur peut donc suivre leur travail et même le cas échéant, leur commander des pièces. Il organise des ateliers pour permettre la transmission des savoir-faire et il travaille à diffuser la connaissance de cet artisanat auprès du public local.

7Les vicissitudes des déménagements récents du centre et de ses localisations successives s’inscrivent dans les transformations post-apartheid de la ville de Durban que j’étudie depuis plus de dix ans. Celle-ci attire peu les chercheurs étrangers et aucun Français… ces derniers se concentrent au Cap, la ville la plus “blanche” du pays, ou à Johannesburg, sa métropole. Après avoir occupé pendant longtemps un local sur Florida Rd., une rue chic de la ville blanche, très fréquentée par les touristes, le centre est parti dans un ancien bâtiment industriel en compagnie de magasins de brocante et de cafés branchés dont la clientèle, jeune et multiraciale, était peu sensible à ces objets. Un détour de deux ans dans la galerie marchande touristique au nom évocateur de “Ushaka” – Shaka est un grand roi zoulou qui a résisté à la colonisation à la fin du XVIIIème siècle – attenante à la grande plage de la ville n’a pas été non plus concluant, les pièces vendues trop coûteuses pour des vacanciers en famille. Enfin, en 2019, le centre va s’installer au sein du musée Phansi qui possède une des plus belles collections d’objets ethnologiques zoulous du pays. Celle-ci a été rassemblée par Esther Roberts qui était anthropologue dans sa maison familiale de Glenwood. Ce quartier résidentiel de classe moyenne blanche, pas loin du campus de l’Université, est aujourd’hui habité par une population diverse à la fois racialement et socialement. Les habitants les plus aisés l’ont quitté pour partir vivre au nord de la ville, souvent dans des gated communities. Ce mouvement s’est accentué avec les émeutes qui ont eu lieu en juillet 2021, puis les inondations meurtrières d’avril 2022. Hors des circuits touristiques classiques, mis à mal d’ailleurs par la pandémie, l’AAC attire des connaisseurs ou des étrangers curieux, mais peine à toucher une nouvelle clientèle parmi la nouvelle bourgeoisie locale, en particulier noire.

8J’aurais pu faire de mon intérêt, jamais départi, pour la culture matérielle l’entrée sur mon terrain sud-africain, car ma thèse portait sur cette thématique. Mais mon itinéraire de recherche, qui passe par la Bulgarie du milieu des années 90, m’a conduit à élargir mon regard sur les pratiques de consommation et d’échanges, et plus généralement en anthropologie économique. C’est cette perspective que j’ai adoptée à mon arrivée à Durban en 2008: les pratiques économiques du quotidien, et celles des usages de certains espaces urbains, pour appréhender la possible construction d’une identification de classe qui transcenderait le sentiment d’appartenance communautaire (ou raciale). Mes interlocuteurs appartiennent ainsi à une petite classe moyenne, menacée aujourd’hui par la situation socio-économique très incertaine: ils s’intéressent à accéder à une consommation “moderne” qui les fasse entrer dans un monde globalisé, et ma corbeille n’en fait pas partie. Leur décor domestique reflète cet intérêt pour une forme de “modernité” et mes voisins ne manquent pas de me faire remarquer la différence entre leur aménagement intérieur, leur décor, et le mien. En effet, quand je suis à Durban, je vis dans un immeuble où je possède un appartement. Au fil des années, je connais la plupart de ses habitants, qui forme une sorte de petite communauté de voisinage qui s’est d’ailleurs organisée en groupe de défense pour protéger l’immeuble et les commerces du quartier lors des émeutes de 2021 – ; les liens sont aussi entretenus à distance grâce à un groupe sur WhatsApp. Lors de mes séjours, j’entretiens de nombreuses relations d’échanges qui s’organisent autour de services rendus ou de la nourriture, comme des plats cuisinés. Ces pratiques s’inscrivent dans un intérêt, à la fois personnel et professionnel – comme c’est souvent d’ailleurs le cas pour les anthropologues, pour l’alimentation et la cuisine. Pourtant l’usage que je fais de ma corbeille surprendrait mes voisins: en effet, s’ils achètent du pain, c’est au supermarché, sous la forme industriel d’un long paquet de tranches de mie blanche qui sont directement extraites du plastique.

9Il me faut donc bien reconnaître que ma corbeille me fait faire un pas de côté. Pourtant chaque fois que je l’utilise, elle me rappelle à quel point je suis attachée à Durban, à ses habitants, à l’énergie et la créativité visuelle de cette société. Comme un fil coloré à la patte, elle me conduit à y retourner, encore et encore, pour y pratiquer une ethnographie qui ne se résume pas à des entretiens, mais à une présence parmi ses habitants, qui seule permet de s’imprégner et de saisir les subtils changements qui traverse leur vie et cette société. De n’être plus tout à fait une étrangère comme me l’a déclaré une voisine, avec qui je buvais un café pour nous conforter, au cœur des émeutes qui secouaient la ville, notre quartier, l’an passé…

Topo da página

Índice das ilustrações

Título Corbeille, Afrique du Sud, collection personnelle
Créditos Source: Photo prise par C. Hart
URL http://journals.openedition.org/etnografica/docannexe/image/12762/img-1.jpg
Ficheiro image/jpeg, 75k
Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Sophie Chevalier, «Spirales vers l’infini»Etnográfica, Número especial | -1, 151-156.

Referência eletrónica

Sophie Chevalier, «Spirales vers l’infini»Etnográfica [Online], Número especial | 2022, posto online no dia 22 dezembro 2022, consultado o 28 janeiro 2023. URL: http://journals.openedition.org/etnografica/12762; DOI: https://doi.org/10.4000/etnografica.12762

Topo da página

Autor

Sophie Chevalier

UR4287 Habiter le Monde; Université de Picardie Jules Verne, France

Topo da página

Direitos de autor

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Atribuição-NãoComercial 4.0 Internacional - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Topo da página
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search