Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24ReviewsRichard M. Hare, Le langage de la...

Reviews

Richard M. Hare, Le langage de la morale

Jean-Pierre Cléro
Référence(s) :

Éliott, Paris, 2023. 224 pages. ISBN 978-2-49-311705-2

Texte intégral

1Le langage de la morale est la traduction d’un livre écrit en 1952 sous le titre The Language of Morals ; sous ce titre en anglais, il précède d’une trentaine d’années Moral Thinking (1981), tandis que sous le titre français et traduit par Jean-Baptiste Le Bohec et Frédéric Naudin, il suit de deux ans Penser en morale, traduit récemment pour les éditions Hermann (en 2021) par Claire Wrobel, Malik Bozzo-Rey et moi-même (qui l’ai aussi préfacé). Hare est au début de sa carrière quand il rédige Le langage de la morale et il semble que, s’il n’est ni kantien, ni anti-kantien, il procède néanmoins par un réexamen de nombreuses catégories sans lesquelles il ne saurait être question de faire de l’éthique : le devoir, les impératifs, la distinction du prescriptif et du descriptif, de la description et de l’évaluation, le « bon », le « juste » et quelques autres encore, qui constituent le vocabulaire fondamental de l’éthique. De plus, Hare nous apprend à être attentifs à la grammaire, aux personnes, aux temps et aux modes des verbes que nous utilisons. Ce qui est fascinant dans chacun des chapitres de l’ouvrage, c’est le côté « socratique » de l’auteur qui reprend les analyses comme si elles n’avaient jamais été faites auparavant et qui, du coup, découvre une multitude d’équivoques, sources d’amphibologies, de diallèles dans les mots et expressions que nous croyions pouvoir utiliser en recourant aux auteurs classiques - Kant en particulier, mais pas seulement lui -. Il s’agit, pour l’auteur de Le langage de la morale, non pas de remettre en question l’usage de ces auteurs du passé parce qu’ils sont anciens, mais simplement parce que leurs œuvres ne conviennent pas - ou ne conviennent plus - aux problèmes tels qu’ils se posent - s’ils l’ont jamais fait ! -. Le lecteur a l’impression de prendre un bain de jouvence et il se promet de ne plus travailler avec des notions toutes faites qui gauchissent d’entrée de jeu ses analyses presque sans qu’il ne s’en aperçoive, mais de contribuer à la fabrication des outils dont il se sert sans les reprendre à quelque auteur que ce soit tels qu’il nous les a donnés. Il y a très peu d’analyses d’auteurs dans le texte qui vient d’être traduit ; les exemples sur lesquels travaille Hare sont triviaux (l’ordre donné et reçu de fermer une porte, apprendre à conduire une voiture, etc.), comme pouvaient l’être en leur temps ceux dont se servait Socrate et dont on lui reprochait déjà la trivialité il y a 25 siècles. Mais, si familiers ces exemples soient-ils, ils ont tôt fait de donner lieu à des analyses extrêmement compliquées, que l’auteur laisse souvent dans un état d’aporie tel qu’il promet et se promet d’avoir à les reprendre plus loin dans le même livre ou dans un autre livre, comme si l’éthique était un terrain complètement nouveau. Il est vrai que, si ancienne et si antique soit-elle, elle gagne sous sa plume, ce souffle nouveau qu’une récitation de Platon, d’Aristote, de Kant ou qu’une nième contribution, même minutieuse, à l’histoire des doctrines nous ont fait perdre. Hare propose à chacun de nous de prendre en charge, par soi-même, le langage de l’éthique tel que nous en avons besoin présentement, en mettant en garde contre ses équivoques, ses contradictions, qui donnent lieu à toutes sortes de paralogismes.

2Plus tard, dans Moral Thinking, ce seront moins les termes de la morale qui seront pris en compte que ses phrases, ses propositions. De ce point de vue, la démarche est peut-être celle de la philosophie critique de Kant. Du coup, les confrontations avec les grandes positions éthiques paraîtront davantage s’imposer dans le livre de 1981, même si quelques-unes d’entre elles sont déjà clairement affichées en 1952, le prescriptivisme étant nettement préféré en morale au descriptivisme, l’émotivisme étant, lui aussi, comme le naturalisme, déjà écarté comme il le sera trente ans plus tard - avec, pour le coup, même dans le livre le plus ancien, les références qui conviennent -.

3Il est un autre point très important de ce travail qui, s’il ne déduit pas les catégories qu’il analyse, s’en occupe néanmoins avec des instruments logiques raffinés, quoiqu’il mette en scène des effets dialectiques, c’est qu’il s’étend au-delà de ce que Hare appelle morale ou éthique et donne, à leur occasion, de magnifiques leçons de philosophie. Ainsi, Hare pense-t-il tout à fait légitimement aux mathématiques ; et, s’il ne s’attarde pas beaucoup sur la question, on peut penser aux auteurs du calcul des probabilités qui, comme Pascal, utilise, dans ses démonstrations mêmes, l’impératif et la notion de devoir dans une acception très particulière qu’on ne saurait toutefois exclure, mais qui ne laisse pas d’être fort inattendue dans un ouvrage de mathématiques lesquelles paraissent presque toujours, dans leurs discours, décrire des objets alors même que l’objet est ce qui manque le plus, en particulier dans le calcul des probabilités. Il manque d’autant plus que, dans la solution du calcul des partis, par exemple, il s’agit d’évaluer une dette que les joueurs perdants auraient contractée à l’égard de celui qui est en train de gagner. Les outils de Hare permettraient la meilleure approche possible de cet étrange objet qui ne peut être enserré que par des langages très différents, les uns comptant sur les autres pour leurs opérations respectives. Hare ne prend pas lui-même cet exemple et il lui préfère celui des impératifs qui ont tout leur sens prononcés au présent ou tournés vers le futur, mais qui n’auraient aucun sens au passé, n’ayant aucun usage possible dans cette direction (p. 212). Toutefois Hare n’hésite pas à comparer de telles expressions à celles des nombres imaginaires en mathématiques (p. 213).

4Le second terrain qui apparaît seulement de temps à autre dans le texte de Hare mais qui y figure bel et bien, c’est le terrain de la philosophie de la religion. Les finesses que l’on trouve dans les paraboles ou dans les psaumes ne lui échappent pas. Et, de fait, les discours s’y entrelacent à la façon dont ils s’entretissent partout ailleurs, avec peut-être quelques caractéristiques particulières au religieux ; mais c’est à la façon dont on peut faire des points très différents avec le(s) même(s) fil(s). Ces caractéristiques tiennent le plus souvent dans des extensions de signification de termes de la langue vernaculaire ou de termes plus recherchés.

5Le livre nous laisse l’impression heureuse de terres à conquérir, sans s’encombrer des thèses du passé, lesquelles toutefois ne sont pas ignorées et figurent au moment opportun. Pas plus qu’il n’existe de mathématiques en soi ou de religieux en soi, il n’existe de morale en soi. Ce que l’auteur poursuit, ce sont des langages qui se croisent les uns avec les autres dans des fonctions variées qui font croire qu’il existe des objets stables, comme pourraient l’être des choses. En quoi consiste donc le réel de la morale ? Faut-il comprendre de ces langages de la morale qu’ils sont son ultime socle ou que les actes de la morale sont encore d’une nature autre que logique et langagière ? Pour l’heure, nous ne le savons pas et Hare ne le décide pas. En tout cas, Hare conçoit l’éthique comme « étude logique du langage de la morale » (p. 25). Il est important de noter que ce n’est pas en posant les faisceaux de langages de la morale à côté des faisceaux de langages des mathématiques, du religieux, du droit, mais que c’est bien en cherchant à les articuler entre eux, sans qu’il y ait forcément des termes spécifiques à chacun d’eux, et en tentant de comprendre leurs modes de lectures réciproques et extraordinairement mobiles que l’on saisira le mieux comment ils se servent des mêmes mots pour obtenir des relations différentes.

6C’est donc une belle entreprise qu’ont bâtie Jean-Baptiste Le Bohec et Frédéric Naudin et qui, je crois, se révélera fort utile. La traduction est aussi élégante qu’il se peut dans des problèmes aussi difficiles, mais sa clarté et sa précision font vite oublier la difficulté inévitable et inhérente du propos au lecteur qui a l’impression de recevoir les cours qu’il aurait toujours aimé recevoir sous le nom de philosophie depuis qu’il a commencé de l'étudier. Le langage de la morale n’est pas un simple vocabulaire ou un manuel d’éthique ; il est aussi un livre de philosophie, comme peut en être un chaque dialogue de la jeunesse de Platon. Il intéressera aussi bien le spécialiste - Jean-Baptiste Le Bohec est spécialiste de Norberto Bobbio - que celui qui ne se pique guère de technicité et préfère savoir comment, sur le terrain de l’éthique, se problématisent les notions dont il a besoin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cléro, « Richard M. Hare, Le langage de la morale »Revue d’études benthamiennes [En ligne], 24 | 2023, mis en ligne le 30 août 2023, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudes-benthamiennes/10963 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudes-benthamiennes.10963

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cléro

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search