Navigation – Plan du site

Jeremy Bentham, Preparatory Principles, ed. Douglas G. Long and Philip Schofield, The Collected Works of Jeremy Bentham

Oxford: Clarendon Press, 2016, pp. xxxiv + 516
Emmanuelle de Champs
Référence(s) :

Oxford: Clarendon Press, 2016, pp.xxxiv + 516. ISBN: 978-0-19-878292-22016

Texte intégral

1Au cours des années 1770, ayant trouvé sa vocation de réformateur du droit et guidé par le principe du plus grand bonheur du plus grand nombre, Jeremy Bentham rassemble ses idées dans de volumineux manuscrits qu’il classe sous le titre de « principes préparatoires ». La publication récente de ces feuillets par Douglas Long et Philip Schofield entr’ouvre la porte de l’atelier du philosophe au tout début de sa carrière.

2Car la décennie 1770 est particulièrement féconde pour Bentham. C’est pendant cette période qu’il rédige son Commentaire sur le Commentaire des lois anglaises de Blackstone et en publie un extrait, le Fragment sur le gouvernement qui attirera l’attention de Lord Shelburne et, si on en croit Bentham, celle de Lord Mansfield. Deux ans plus tard, en 1778, il propose aux législateurs britanniques les principes d’une réforme pénale dans A View of the Hard-Labour Bill. Le travail préparatoire accompli durant cette période aboutit en 1780 à la rédaction de l’Introduction aux principes de morale et de législation et de Of the Limits of the Penal Branch of Jurisprudence (intitulé Of Laws in General dans l’édition d’Herbert Hart).

  • 1 Douglas G. Long, ‘Censorial Jurisprudence and Political Radicalism: A Reconstruction of the Early B (...)

3Ces manuscrits préparatoires ont attisé l’intérêt de Douglas Long en 1973. Il y a trouvé la matière de plusieurs études qui mettent en lumière la spécificité de la position politique du philosophe au cours de cette décennie.1 La mise en forme et l’organisation des manuscrits conformément à la méthodologie des Collected Works of Jeremy Bentham ont été réalisées sous la direction de Philip Schofield.

4Il s’agit en majorité de fragments, de paragraphes, d’esquisses et de plans et non d’essais ou de longs développements. Les éditeurs décrivent ces textes comme « un carnet philosophique » (a philosophical commonplace book) (xi.), « un répertoire de définitions, d’explications et de commentaires critiques que Bentham enrichit au fur et à mesure que les idées se présentent à lui et dans lequel il puise lorsqu’il compose des textes plus cohérents et structurés » (xv). Malgré le caractère fragmentaire du matériau, les Preparatory Principles fournissent des clés importantes pour comprendre le travail du philosophe et ses objectifs. En effet, dès les années 1770, il cherche à poser les principes d’une jurisprudence critique qu’il appelle, à la suite de Bacon, « Novum Organon Juris » (365). Plusieurs plans de ce projet sont reproduits dans l’ouvrage et aident à faire comprendre la logique d’ensemble du système utilitariste. Cette démarche est caractéristique de la méthode de travail d’un philosophe à la recherche d’une synthèse, d’un opus magnus dont il publie tantôt un Fragment, tantôt une Introduction, tantôt des « commentaires » ou des « principes premiers ».

5Partant du postulat de départ que « le but des lois est le bonheur », Bentham s’attache à définir ce qu’est une loi et ce que fait une loi. Ainsi, les extraits confirment la place centrale occupée par la théorie du langage dans son système. Pour écrire de bonnes lois, le législateur doit savoir comment faire des choses avec des mots : créer des obligations, des pouvoirs, des délits (344-45). Qu’est-ce qu’une loi ? « Une loi est un commandement de l’Etat émanant de personnes investies de pouvoirs spécifiques et qui entretiennent avec celles qu’elles commandent une relation qui n’est pas de nature domestique. » (99) Ces formulations seront retravaillées dans l’Introduction aux principes de morale et de législation et dans les Limits.

6Une fois la loi définie, Bentham est en mesure de distinguer les diverses sortes d’actions juridiques en faisant abstraction du système national dans lequel elles ont pris naissance. Car l’ambition qu’il se fixe est de rédiger un système de « jurisprudence universelle » dont les principes et les règles seraient valables dans tous les pays et à toutes les époques. Avec l’aide d’une « métaphysique » (un terme que Bentham revendique expressément contre son contemporain Edmund Burke, dont le mépris affiché pour cette science fait l’objet de plusieurs attaques dans les notes de Bentham), poursuivant un but explicite, celui du plus grand bonheur du plus grand nombre, d’une méthode fondée sur les plaisirs et les douleurs, le législateur pourra cartographier le champ de la législation et établir une classification logique des délits et des peines. Comme on le sait, seule la dernière partie de ce programme verra le jour sous la plume de Bentham dans ces années-là et constituera le programme de l’Introduction aux principes de morale et de législation.

7Ces principes d’analyse systématique de la morale et de la législation fournissent à Bentham un angle d’attaque efficace contre le droit naturel, qualifié « sorte de loi imaginaire », de « fantasme de l’esprit » (87) au motif qu’il ne s’appuie pas sur des sanctions préalablement établies. Les lois du droit naturel ne correspondent pas à la définition utilitariste de ce qu’est une loi, elles n’émanent pas d’un législateur humain à l’autorité établie, le droit naturel n’est donc pas du droit. Vingt ans plus tard, ce point de départ fournira à nouveau l’un des fondements de l’attaque de la Déclaration de 1789 dans Nonsense Upon Stilts. S’il est facile de reléguer le droit naturel au rang de chimère, la position de Bentham vis-à-vis du droit coutumier, de la common law anglaise apparaît dans ces premiers écris plus ambiguë. Les Preparatory Principles montrent le philosophe face à une difficulté : comment expliquer que la common law ait des effets sur la conduite des hommes alors même qu’elle ne se conforme pas plus que le droit naturel à la définition de ce qu’est une loi (184, 194) ? Les notes démontrent l’intime connaissance qu’a Bentham du droit anglais et sa dette à l’égard de ceux de ses contemporains, comme Blackstone, qui ont tenté d’en systématiser les principes. Le système utilitariste se construit en opposition, mais souvent aussi en miroir.

8Les extraits des Preparatory Principles permettent aux chercheurs de dater de cette époque l’apparition d’idées qui feront uniquement l’objet de développements à des époques plus tardives. C’est notamment le cas de la théorie du langage pour laquelle l’essentiel des sources date des années 1810 et dont il est à présent clair que la terminologie est élaborée près de quarante ans avant. En partant, comme Epicure, des substances, Bentham propose une épistémologie radicalement matérialiste dans laquelle « toutes nos idées proviennent en fin de compte des substances, c’est-à-dire des divers corps naturels qui nous entourent » (200). Le mouvement est une qualité de la matière : « une action est un ensemble de mouvements dont un être sensible est à l’origine » (341). Ces notes éclairent les sources utilisées par Bentham : on connaissait déjà sa dette à l’égard de Locke, de D’Alembert, et de Hartley (ce dernier nom étant curieusement oublié dans l’index qui se révèle par ailleurs un excellent point d’entrée dans l’ouvrage). Les Preparatory Principles attirent l’attention sur le rôle joué par des grammairiens comme Harris et Du Marsais. C’est dans ces notes préparatoires que Bentham formule la première définition connue des « entités fictives, [à qui], sans qu’on se les représente réellement comme existantes, on feint d’attribuer pour les besoins du discours des noms qui en toute rigueur ne s’appliquent qu’aux êtres réels, c’est-à-dire aux substantifs. » (387).

9Le cas du droit constitutionnel, qui est l’objet de beaucoup d’attention de la part du philosophe à partir de 1822, illustre également comment la chronologie du système benthamien peut être revue à partir des manuscrits de jeunesse. On pense souvent que la réforme pénale l’occupe principalement dans les années 1770-80. Les Preparatory Principles montrent les limites de cette analyse. En effet, ayant défini une loi comme le commandement d’une personne reconnue comme législateur, Bentham se doit d’expliquer les sources de cette autorité. Sa force est particulièrement frappante dans les cas où les lois, comme en Angleterre, sont contraires à la définition (utilitariste) d’une loi. C’est ainsi dans les Preparatory Principles qu’on trouve l’affirmation selon laquelle la souveraineté repose sur une « habitude de soumission » (180), une affirmation qu’on retrouvera sous la plume du philosophe dans le Fragment sur le gouvernement.

10Les implications sont nombreuses. D’une part, cette position est cohérente avec son refus affiché du contractualisme et de l’idée que des lois contraignant le souverain puissent lui être opposables (33, 359). Ensuite, penser l’autorité à partir de l’habitude d’obéir permet une redéfinition de la nature du pouvoir du peuple. Bien que les sujets ne puissent s’opposer au souverain dans les tribunaux, ils peuvent refuser leur obéissance lorsque les intérêts du souverain ne coïncident pas avec les leurs (214). Dans les années 1820, les implications démocratiques et radicales de ce raisonnement deviendront claires. Pourtant, dans les années 1770, Bentham critique « les hommes qui portent une chaude affection au parti de la liberté » sans pour autant adopter les principes utilitaristes : il est loin de soutenir les amis de Wilkes qui font alors campagne pour une réforme du suffrage (434).

11En raison de son caractère fragmentaire et souvent elliptique, Preparatory Principles ne constitue pas, seul, une introduction à la pensée de Bentham. Mais, en complément du Fragment sur le gouvernement et de l’Introduction aux principes de morale et de législation, les deux ouvrages les plus aboutis de la période préparés pour la publication par l’auteur lui-même, ces notes fournissent les clefs de la méthode benthamiennes et évitent de recourir à des écrits ultérieurs pour comprendre la cohérence de son système.

Haut de page

Notes

1 Douglas G. Long, ‘Censorial Jurisprudence and Political Radicalism: A Reconstruction of the Early Bentham’, The Bentham Newsletter 12 (1988): 4–23; Douglas Long, ‘Political and Philosophical Radicalism. The Place of the Utility Principle in Jeremy Bentham’s Early Writings on Critical Jurisprudence’ (2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle de Champs, « Jeremy Bentham, Preparatory Principles, ed. Douglas G. Long and Philip Schofield, The Collected Works of Jeremy Bentham », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudes-benthamiennes/873

Haut de page

Auteur

Emmanuelle de Champs

Université de Cergy-Pontoise

Haut de page

Droits d’auteur

Droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Bentham
  • OpenEdition Journals