Navigation – Plan du site

Colloque sur le livre de Bentham concernant Saint Paul

Annonce colloque
Jean-Pierre Cléro

En 1823, paraissait un étrange livre de Bentham sur Saint Paul, Non pas Paul, mais Jésus. La traduction récente de ce livre en français par les Éditions de l’Unebévue en 2016, donne l’occasion d’un échange autour des questions que pose ce texte baroque, puisque s’il se présente comme un immense plaidoyer de 400 pages contre l’Apôtre Paul, accusé de s’être auto-proclamé apôtre et d’avoir dévoyé le christianisme en lui donnant une orientation ascétique qui ne s’inscrit nullement dans les propos de Jésus lui-même, on ne saurait néanmoins cataloguer l’ouvrage comme un simple pamphlet qui ne ferait que déguiser un antichristianisme. Sans doute, au regard des autres ouvrages de Bentham sur la religion - qui sont nombreux, même si les éditions Bowring des Works of Jeremy Bentham n’en parlent pas et ont tout fait pour dissimuler ce pan de l’oeuvre -, la question de l’antichristianisme peut-elle se poser. Mais, si l’on ne peut à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, en Angleterre, exclure une stratégie antireligieuse de grande envergure qui consiste à répartir les charges sur plusieurs ouvrages dont il faut reconstituer le puzzle pour comprendre le véritable sens, s’il faut toujours se demander si l’auteur ne se masque pas en se revendiquant de Jésus contre Saint Paul, il existe aussi de bons arguments pour prendre la réflexion de Bentham au sérieux ; ce qui a été notre pari de traducteur et de préfacier de l’ouvrage.

Sur le plan strictement stratégique, on ne voit pas pourquoi l’utilitarisme auquel Bentham cherche à donner un essor sur tous les registres de la société - économique, politique, juridique, moral, éthique - aurait pu tirer avantage d’expliquer à ses lecteurs que, pour rechercher leur utilité, ils avaient intérêt à commencer par renoncer à leur christianisme. Sans doute, la question de l’ascétisme, de la renonciation aux plaisirs, pèse-t-elle très lourd du point de vue d’un doctrine qui définit le bonheur comme une quantité de plaisirs et pour laquelle il n’est guère de projet culturel en quelque direction que ce soit sans maximiser ce bonheur ; mais précisément, le projet benthamien est d’expliquer qu’il n’y a aucune fatalité pour le christianisme de sacrifier à un idéal ascétique, que nul n’est forcé de suivre Saint Paul dans cette voie.

Il y a plus, même si ce point est plus discret dans Not Paul but Jesus. Comme dans tous ses ouvrages majeurs, Bentham rode une théorie des fictions qui se change et qui s’affine à chaque prise en compte d’un nouveau secteur de recherche. Née sur le terrain juridique et politique, la fiction a tôt fait d’être mise en oeuvre pour rendre compte de ce qui se passe dans les sciences, dans les questions morales, dans les questions économiques - dans les questions monétaires, de répartition de la fortune nationale, etc.- ; enfin sur le terrain religieux. Le discours religieux est un discours spécifique, qui a ses caractéristiques propres : il serait absolument anormal de ne pas l’inspecter avec cet instrument qui consiste à se demander ce qui peut y être tenu pour réel et ce qui est de l’ordre de la fiction, sans que le fait de tenir quelque entité de la langue pour une fiction soit forcément équivalent à un rejet. Tout au contraire, rien ne peut être conçu comme réel qui ne s’accompagne de fictions de divers ordres ; et la méthode permet que ce qui est tenu pour fictif puisse être essayé comme réel. C’est très exactement à ce genre de variations que Bentham soumet le discours de Paul.

Ce discours doit d’autant plus être regardé de près que Paul est l’un des premiers à s’aviser de donner au christianisme une doctrine qui tente de dire ce qu’il y a de spécifique dans l’enseignement du Christ. Les apôtres qui se glorifient d’avoir vu et parlé avec Jésus laissent peut-être tout simplement se transformer sa vie et sa mort en souvenirs, lesquels menacent le christianisme même de disparition. Il est temps que les véritables apôtres du Christ, ceux qui le sont par l’esprit, prennent la relève de ceux qui ne le sont que par la chair. Nous sommes au coeur de la question de l’ascétisme : la tentative de Saint Paul qui n’a connu le Christ qu’indirectement et qui prétend connaître le Christ mieux que ceux qui l’ont fréquenté, n’est-elle qu’une traîtrise - ce dont l’accuse Bentham - ou bien donne-t-elle au christianisme une direction qui lui assure les éléments de doctrine qui le fonderont ? La figure de Paul est-elle celle d’un traître qui va tordre le christianisme dans un sens qui n’était pas celui de son fondateur ou est-elle celle d’une sorte de héros qui ose recréer des souvenirs et les sublimer en leur donnant une tout autre temporalité, dépasser la contingence de quelques événements pour les transcender en constitution d’une signification supérieure ? La figure du traître est particulièrement intéressante dans la littérature britannique de l’âge classique. Elle devient quasiment une figure fondamentale de la politique et de l’histoire de l’Angleterre sous la plume de Hume. Cette figure n’a pas échappé à Bentham dont on peut se demander s’il ne la sort pas de sa contingence de banal trait de caractère pour l’élever à une sorte de nécessité à laquelle ne peut échapper celui qui crée ou recrée une oeuvre, un courant, un nouveau parti, une nouvelle doctrine.

Il est très probable que l’on peut donner au travail de Bentham sur la vie et l’oeuvre de Saint Paul un sens beaucoup plus complexe que la simple irréligion, même si, à l’autre bout du siècle, il trouvera un écho dont l’anti-christianisme paraît ne pas faire de doute, dans l’une des dernières oeuvres écrites par Nietzsche. Jusqu’à quel point d’ailleurs cette oeuvre si violente de Nietzsche et qui a pour titre L’Anti-Christ, ne doit-elle pas quelque chose à l’oeuvre de Bentham ? Il est assez étrange de constater que Nietzsche, pourtant si méprisant pour l’utilitarisme des Anglo-saxons, paraît ménager Bentham. Ne passe-t-il pas quelque chose de ce courant qui oppose l’enseignement de Jésus à celui de ses doctrinaires chez DostoIevski à travers sa légende du grand Inquisiteur, même si l’auteur des Frères Karamazov ne dit pas grand chose de Saint Paul ?

On voit que se croiseront toutes sortes de recherches au cours de cette journée du 19 juin 2019 qui aura lieu à Sciences Po - Paris. À commencer par celle d’essayer de savoir d’où vient ce courant du Non pas Paul mais Jésus, qui probablement traverse Bentham plutôt qu’il ne débute avec lui. Voltaire, pourtant si souvent accusé d’anti-christianisme - ce qui est moins simple - ne parle guère contre Saint Paul, alors même que Bentham, anti-paulinien déclaré, est un admirateur de Voltaire. Nos amis anglais, Chris Riley et Peter Lythe, qui ont travaillé sur l’Anglicanisme et sur les rapports (plutôt d’hostilité) que Bentham a entretenus avec cette religion politique nous aideront à démêler ce registre, tandis que Laurent Gallois se demandera ce que Bentham a entre les mains lorsqu’il parle de la Bible. Comment ce courant évolue-t-il ? Est-ce bien lui encore qu’il faut identifier chez Hegel et dans quelques autres figures de l’Idéalisme allemand ? Nos deux éditrices, Mayette Viltard et Françoise Jandrot, qui ont tant fait pour faire connaître des textes de Bentham dont probablement aucun autre éditeur n’aurait voulu (en raison du peu de lecteurs qu’a ordinairement ce genre de livres) parleront des difficultés particulières qu’elles ont pu rencontrer dans ce travail d’édition. Françoise Jandrot confrontera Michel Foucault avec Bentham dès lors que l’épisode du Panoptique a cessé de paraître épuiser la recherche sur l’utilitarisme ; l’enquête serait particulièrement utile sous l’angle de la réflexion religieuse : cette dimension est-elle complètement absente de la recherche de Foucault ? Sinon, comment y est-elle présente ? Benjamin Bourcier, qui s’est intéressé à l’hypocrisie morale et politique, se propose d’éclaircir la question du principe d’ascétisme.

Le colloque explorera ces questions et se tiendra le 19 juin 2019 à Sciences-Po-Paris.

  • Logo Centre Bentham
  • OpenEdition Journals