Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20ReviewsEmilie Dardenne, Introduction aux...

Reviews

Emilie Dardenne, Introduction aux études animales

Yvonne-Marie Rogez
Référence(s) :

Émilie Dardenne, Introduction aux études animales, Paris, PUF, 2020

Texte intégral

1Le 21 octobre dernier, députés et sénateurs ont trouvé un accord sur le texte contre la maltraitance animale. Le 16 novembre, l’Assemblée Nationale l’a adopté définitivement, et de manière quasi-unanime. Le Sénat a fait de même le 18 novembre. Le co-auteur de cette proposition de loi, Loïc Dombreval, a tweeté à cette occasion : « Nous venons de trouver un accord inespéré sur un texte historique en faveur de la cause animale en France. Interdiction des animaux sauvages dans les cirques, dans les delphinariums, interdiction vente chiens et chats en animalerie […]. Magnifique victoire pour les animaux ! » Ce processus de personnification, où il est possible pour les animaux d’être victorieux, participe du mouvement politique au centre des études animales tout en épousant l’un de ses objectifs : se rapprocher du point de vue des animaux. Cet accord est également l’une des manifestations de la prise en compte croissante de l’importance de la défense des intérêts des animaux. Dans son dernier film sorti le 1er décembre 2021, Animal, Cyril Dion présente une évolution dans la pensée écologique et propose de reconsidérer les oppositions dualistes entre humain et nature afin de repenser les relations entre êtres humains et le vivant non-humain. Cette nouvelle approche est également, nous allons le voir, au cœur du champ d’études appelé « études animales ». Enfin, le 2 décembre 2021, les 41 magazines du réseau ELLE International se sont engagés, en collaboration avec The Human Society of the United StatesHumane Society International et Creative for Change, à mettre fin à la promotion de la fourrure animale, afin, selon la directrice internationale du magazine, de « rejeter la cruauté envers les animaux ». Législateurs, cinéastes et presse écrite s’inscrivent ainsi dans un même mouvement de prise en compte grandissante du bien-être animal.

2Émilie Dardenne est spécialiste d’études anglaises, Maîtresse de Conférences HDR à l’Université Rennes 2. Son ouvrage publié en 2020, objet de cette recension, s’intéresse au champ émergeant des études animales et entend présenter et analyser leurs enjeux de manière exhaustive, dans une démarche pluridisciplinaire, à travers l’analyse des relations anthropozoologiques et en traitant tout autant de questions de représentations et d’utilisations quotidiennes contemporaines, que de fiction et de politique, comme de morale et de catégorisation, en passant par les questions juridiques et historiographiques. Descriptions et remises en cause de ces questions donnent corps et existence scientifique à ce champ d’études. Après s’être développées initialement aux Etats-Unis, ces études s’étendent depuis quelques années en Europe.

  • 1 Nicolas Delon, « Études animales : un aperçu transatlantique », Tracés. Revue de Sciences humaines  (...)

3Les disciplines mobilisées sont nombreuses et les portes d’entrée multiples. Les études animales nécessitent et permettent de croiser, décloisonner et traverser les chemins disciplinaires propres à l’histoire, la philosophie, la sociologie, le droit, la science politique, ou encore l’étiologie. Il s’agit d’inaugurer un nouveau point d’observation qui est celui de l’animal. La création de ce champ d’études est l’une des manifestations du « tournant animal » opéré par les études universitaires de la fin du 20ème siècle tel qu’il est décrit par Nicolas Delon dans son article « Études animales, un aperçu transatlantique ».1 Emilie Dardenne fait mention également ce tournant dans son introduction et l’élargit au champ de la théorie politique et des comportements de consommation qui lui sont associés. Delon notait en 2015 que ce champ d’études ne constitue pas encore une discipline unifiée, « faute d’une capacité et volonté d’intégration suffisantes », et que ce n’est d’ailleurs peut-être pas non plus sa vocation. L’ouvrage d’Emilie Dardenne relève-t-il ce défi d’unification ? Si exhaustivité ne vaut pas unification, cet ouvrage présente bel et bien un panorama complet des études animales et reflète de façon convaincante les différentes problématiques propres à ce champ d’études, sans volonté de simplification qui ne pourrait être par ailleurs qu’artificielle car nécessairement excluante. Comme Dardenne l’explique en introduction, il s’agit de combler un vide dans la littérature francophone en études animales en présentant un ouvrage véritablement interdisciplinaire, destiné à un public étudiant ou à un lectorat novice et non-spécialiste. Il se lit en effet comme un cours, présentant tous les volets de ce champ disciplinaire et mettant l’accent sur l’époque contemporaine et le monde occidental.

  • 2 Voir Tom Regan, The Case for Animal Rights, Berkeley, (Los Angeles, University of California Press, (...)

4Emilie Dardenne présente cette prise de conscience qui commence avec un regain de l’éthique animale dans les années 1970 notamment à travers les travaux de Peter Singer et Tom Reagan, et le constat de l’intensification de l’exploitation des animaux, afin d’ouvrir notre regard sur nos relations avec les animaux et de désanthropiser certaines notions pour se rapprocher du point de vue des animaux.2 En France, ces études font le pont entre les sciences de la vie et de l’environnement et les sciences humaines et sociales. Emilie Dardenne note qu’elles sont à la fois le pendant académique d’un mouvement politique, associatif et social qui appelle à la responsabilité collective des êtres humains envers les autres animaux, et le garant de l’institutionnalisation croissante de la question animale en Occident.

5Elle définit les études animales comme s’intéressant au regard porté sur un être vivant non humain, aux conséquences de l’appropriation par l’espèce humaine d’une partie de l’espace terrestre, et à la normalisation d’une situation où c’est l’animal qui doit s’adapter à un environnement « anthropisé ». Elles interrogent l’existence dans les villes d’animaux qu’on dit liminaires (parce qu’ils vivent en marge de la société humaine, dépendent d’elle pour leur survie, sans être domestiqués ni sauvages), ainsi que les termes utilisés pour décrire cet individu non-humain, qui reflètent une façon de percevoir le monde peu favorable aux non-humains. L’auteur présente ce champ d’études comme émergeant, se penchant sur des thèmes tels que les relations entre les êtres humains et les animaux, la façon dont les membres de notre espèce perçoivent ces derniers, ou encore les animaux en eux-mêmes. Il met également en perspective les opinions, les croyances, les attitudes qui fondent ces perceptions, et les tropismes qui œuvrent au cœur de ces relations, tels que l’exceptionnalisme humain et l’anthropocentrisme.

  • 3 Voir note 2
  • 4 Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Éthique animale, préface Peter Singer (Paris, PUF, 2008)

6Il est important de noter également que les études animales sont souvent associées à un idéal d’émancipation. Elles sont en cela indentifiable aux études sur le genre ou encore aux études postcoloniales. Développées à partir du mouvement animaliste contemporain impulsé par Peter Singer et Tom Regan,3 elles réexaminent les questions éthiques posées par la coexistence de l’espèce humaine avec d’autres animaux. Jean-Baptiste Jeangène Vilmer note à ce propos que l’éthique animale a opéré depuis Rousseau et Bentham une révolution copernicienne qui déplace le critère de la considération morale de la raison (que l’homme possèderait et l’animal ne possèderait pas), à la capacité de souffrir.4 Les relations entre humains et animaux sont par ailleurs parcourues par le paradoxe entre la sensibilisation au sort des animaux et l’intensification de la fonction utilitaire des animaux qui a atteint aujourd’hui un niveau inégalé.

7La « promenade anthropozoologique » (p. 255) de 316 pages proposée par Emilie Dardenne se compose d’une introduction et de cinq chapitres. L’introduction pose des questions de définition, que ce soit celle du champ d’études que celle du terme « animal » et des différentes catégories, dont un rappel terminologique essentiel, qui permet par ailleurs de poser d’emblée la question de l’exceptionnalisme humain en tant que système et dont la remise en question est l’une des missions des études animales. L’auteur note également les tensions qui caractérisent la définition de ce champ d’études, notamment au sein des sciences sociales car il bouleverse le dualisme entre les mondes humain et non-humain « qui constitue le fondement même des sciences humaines et sociales » (p. 12).

  • 5 Bulliet Richard, Hunters, Herders, and Hamburgers: The Past and Future of Human-Animal Relationship (...)

8Le chapitre 1 présente une histoire de la domestication et l’utilisation des animaux, notamment en tant qu’animaux de compagnie, ainsi que pour des expériences scientifiques et pour les loisirs. Dardenne note que la domestication est l’une des plus significatives de toutes les relations entre les êtres humains et les autres animaux et qu’elle est relativement récente par rapport à l’apparition de l’être humain moderne. L’usage des chiens pour la chasse a débuté en 15000 av. J.C., les chats pour protéger les récoltes en 10000 av. J.C., et la domestication des animaux de rente en 8500 av. J. C. Ce sont les processus conjoints de la domestication et de l’élevage qui ont le plus touchés les animaux non-humains et les relations que nous entretenons avec eux. Dardenne se réfère au basculement fondamental d’une conception horizontale du monde vers une conception verticale (avec le divin au sommet et le minéral au plus bas niveau) qui a permis l’appropriation du vivant par l’être humain. Au 18ème siècle, la domestication s’accélère en raison du fort exode rural et de la croissance des besoins en nourriture des mains d’œuvre urbaines et industrielles. L’avancement des technologies agricoles et de préservation des aliments ont mené à une très forte augmentation de la production de viande, nourriture à « haute valeur culturelle » (p. 39). L’auteur note également les effets de cette production sur le corps des animaux, sous la forme de stéréotypies. Si les effets positifs de la domestication pour l’espère humaine ne peuvent être niés, elle a également eu des effets pervers, notamment en termes sanitaires et environnementaux. Ce sont ces effets qui sont aujourd’hui au centre de la remise en question politique de notre relation au monde animal. L’auteur introduit le concept de post-domesticité, terme développé par l’historien Richard Bulliet,5 qui caractériserait la période actuelle. Les comportements y sont déterminés par la distanciation d’avec les animaux, à la fois physiquement et psychologiquement. Ce concept dévoile également un paradoxe : les occidentaux continuent de manger de la viande de façon quasi-quotidienne mais ils ne sont quasiment plus en contact avec les animaux, alors que les animaux de compagnie, présents dans presque la moitié des foyers français, sont quant à eux largement anthropomorphisés.

9L’on trouve dans ce chapitre une frise chronologique, ainsi que des définitions, des micro- études, des graphiques et des statistiques insérés dans le corps du texte à la manière d’un glossaire intégré, d’un manuel ou même d’un magazine ou d’un site internet. Cette présentation pourrait déplaire à certains mais permet également au lecteur de multiplier les formes d’information sans interrompre sa lecture. Ainsi, par exemple, le cheval, le chien et les poissons, ainsi que le lapin et le serpent, au chapitre 2, les poulets et les bovins au chapitre 3, le cochon et les chimpanzés au chapitre 4, et enfin le chat et les abeilles au chapitre 5, ont leur propre description en lien avec le chapitre au sein duquel ils figurent, hors du corps du texte. Dans une démarche similaire, le propos fait souvent appel aux listes sous forme de puces ou numérotées.

10La dernière partie du chapitre 1, qui se penche sur les usages des animaux en expérimentation, en thérapie et dans les loisirs, dont la chasse (et c’est dans cette partie que sont développées les pratiques qui font l’objet de la nouvelle loi mentionnée plus haut), aurait pu être l’occasion d’aborder la dimension plus politique de cette branche des études animales (et sa présence dans le discours politique), même si l’on peut comprendre que la prudence doive l’emporter, afin d’éviter de tomber dans la caricature et de perdre de vue l’approche scientifique qui permettra à cet ouvrage de faire référence. Ainsi, le débat virulent autour du terme «prélevé » dans le cadre de la chasse, est évacué, par une explication très succincte : « en réalité abattus » (p. 67), même si l’auteur revient sur ce terme à la fin du chapitre 5 (p. 249), dans le cadre du déni de la mort des animaux.

  • 6 Delon, « Études animales : un aperçu transatlantique », p. 188

11Le deuxième chapitre se penche sur les problématiques de catégorisation, dont l’étude est absolument essentielle et qui rappelle que ces questions sont primordiales lors de la création d’un nouveau champ d’études, à l’instar des autres études en sciences humaines et sociales qui portent sur les oppressions. Le chapitre inscrit ainsi le spécisme aux côtés du racisme, sexisme, discriminations contre les personnes LGBTQIA2S+, handicaps et lutte des classes (cette liste est empruntée à Nicolas Delon6). L’auteur s’adresse ici directement au lecteur sous forme de questions afin de le faire réfléchir sur la représentation des différentes espèces animales. Elle choisit de ne pas se pencher sur les catégorisations scientifiques mais de se concentrer sur un panorama historique de la construction des représentations animales, en commençant par l’histoire des religions, le cadre étant celui de sciences sociales et des humanités. Les trois grandes religions monothéistes partagent deux des principes majeurs au cœur des études animales : l’exceptionnalisme humain et le respect du vivant. L’hindouisme, selon lequel les animaux possèdent une âme, et le bouddhisme, centré sur la question de la souffrance, ont une approche différente des relations anthropozoologiques. Ces deux religions partagent le concept de karma et établissent un rapport positif aux animaux non-humains (p. 90).

  • 7 Arnold Arluke, Clinton R. Sanders, Regarding Animals (Philadelphie, Temple University Press, 1996)

12La conception de dualisme historique, que l’on retrouve dans les écrits de nombreux philosophes tels qu’Aristote, Descartes et Kant, oppose l’animalité à l’humanité et fonde l’exceptionnalisme humain. Une autre conception, la pensée continuiste, lui fait concurrence (par exemple chez Plutarque, Montaigne et Darwin). La révolution Darwinienne a démythifié l’exceptionnalisme humain, même si ses idées ne sont pas universellement admises aujourd’hui. L’auteur présente enfin une dernière possibilité de catégorisation, fondée sur les conditions de vie des animaux, au sein ou bien en dehors de la culture humaine, et même cette catégorisation semble avoir ses limites. Enfin, l’échelle sociozoologique, établie par les sociologues Arnold Arluke et Cliton Sanders,7 présente une hiérarchisation de nature relationnelle, où les êtres humains se situent au sommet et parmi les animaux, les plus hauts placés sont les animaux de compagnie et au plus bas les nuisibles, les « mauvais animaux ». L’auteur présente enfin la typologie de l’anthropologue Philippe Descola qui repère quatre conceptions du monde et catégories d’existant : l’animisme, le totémisme, le naturalisme et l’analogisme. Dardenne conclut que toutes ces tentatives de catégorisation présentent des limites.

  • 8 Singer, La libération animale; Peter Singer, Practical Ethics [1979] (Cambridge, Cambridge Universi (...)

13La chapitre 3 porte sur la question de l’éthique animale, celle du statut moral des animaux, et présente une analyse critique de la morale humaniste. L’auteur revient sur les travaux d’Aristote, Descartes et Kant, et note que l’humanisme exclusif tient l’être humain pour la valeur suprême (p. 117). Son corolaire, le spécisme, établit une discrimination fondée sur l’appartenance à une espèce biologique. L’humanisme inclusif accorde quant à lui une valeur intrinsèque aux animaux. Ce chapitre touche à la notion de droits des animaux, particulièrement présente dans le discours politique actuel et présente de manière très précise les différents auteurs de l’éthique animale contemporaine : Singer et son éthique de la libération animale, Bentham et les utilitaristes, pour lesquels la sensibilité permet de dessiner les contours de notre monde moral, Regan et son approche déontologiste qui défend un principe d’égalité, Burgat qui juge l’approche anti-spéciste insuffiante, et les autres critiques de la morale humaniste.8 Elle explique ce qui les différencie et les concepts nécessaires à la compréhension de l’éthique animale : humanisme, spécisme, sensibilité et sentience, et les met en relation avec le racisme et l’écoféminisme. Ces études mènent à une présentation théorique de la notion de droits des animaux et permettent d’en poser les problématiques principales. Pour les juristes, la première étape réside dans le changement du statut de propriété des animaux.

14Le quatrième chapitre traite de la défense des intérêts des animaux dont le bien-être animal, qui justifie à lui seul nombre des avancées politiques actuelles en termes de prise en compte de la cause animale. Il en présente un résumé historique des 19ème et 20ème siècles ainsi que le contexte de la création du concept de bien-être animal. Ces problématiques apparaissent d’abord au Royaume-Uni puis en France au cours du 19ème siècle et s’intéressent dans un premier temps à la condition des animaux maltraités ou abandonnés ainsi que les mauvais traitements subis par les animaux non-humains lors de chasses ou dans la vie quotidienne. Cependant, la naissance d’un droit animalier n’a pas modifié la dégradation systématique de la condition animale (p. 168). Les deux guerres mondiales ont freiné ces mouvements de protection des intérêts des animaux. Dans les années 60 et 70, ils reprennent de la vigueur, s’accompagnent d’actions collectives, et le concept de bien-être animal est créé. Deux mouvements distincts y sont associés : d’un part le welfarisme qui vise à améliorer le bien-être des animaux sans toutefois remettre en question le principe de leur exploitation par les êtres humains, et d’autre part le mouvement abolitionniste, qui conteste toute utilisation et appropriation des animaux par les humains. Ce dernier mouvement s’inscrit aux côtés d’autres mouvements en faveur d’une plus grande justice sociale pour les hommes et les femmes.

  • 9 Code civil, Article 515-14 : « Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserv (...)
  • 10 David Favre, « A new property status for animals », dans Cass Sunstein, Martha Nussbaum (dir.), Ani (...)

15Le droit animalier, déjà mentionné au chapitre 3 fait l’objet de la deuxième partie de ce chapitre, ainsi que l’animalisme (partis politiques, associations, fondations et autres mouvements) et l’écologie. L’évolution du statut juridique des animaux est présentée dans un tableau chronologique. Le statut des animaux comme « êtres sensibles » a été reconnu en France en 2015,9 toute en conservant jusqu’à aujourd’hui leur soumission au régime des biens. C’est sur cette dernière question, et la sortie de cette catégorie juridique, que se concentre le mouvement des droits des animaux. L’on pourrait envisager, selon le juriste étasunien David Favre,10 un statut proche de celui des enfants. La réforme du droit animalier contemporain reste une entreprise particulièrement complexe et Emilie Dardenne en donne tous les détails. Un tableau récapitulatif des organisations animalistes françaises complètent ce panorama.

16Les rappels notionnels entre les différents chapitres semblent inévitables tant le sujet est vaste et les problématiques interconnectées. Emile Dardenne a dû faire des choix et celui d’organiser son propos de façon linéaire et non transversale, en déroulant les différents espaces géographiques ou les différentes périodes historiques, n’aurait certainement pas permis les mêmes conclusions.

17Enfin, le chapitre 5 propose d’étudier la représentation des animaux dans la culture visuelle, la littérature, et le langage, en commençant par l’art animalier, jusqu’à l’art contemporain et le cinéma, les réseaux sociaux et la publicité, en passant par le Moyen-Âge. Walt Disney fait l’objet d’une rubrique distincte. La question du regard et du point de vue est centrale dans les études animales. L’auteur note que la culture visuelle autour des animaux s’est développée en réaction au processus d’invisibilisation des animaux dans notre quotidien. Le petit citadin connait mieux les animaux en fiction qu’en réalité, et à la surreprésentation des animaux dans la littérature jeunesse correspond leur occultation croissante. Ainsi, c’est en leur donnant la parole dans les œuvres de fiction que l’on perçoit leur point de vue. L’auteur note néanmoins que littérature et littérature jeunesse ont depuis des siècles présenté une vision anthropocentrée des animaux. Comment se construit la réflexion sur le point de vue animal sachant qu’il se construit à travers le point de vue dominant ? L’on peut essayer de s’en approcher mais on ne peut pas l’atteindre. Il est intéressant de noter alors que le même problème se pose du point de vue humain vis-à-vis du point de vue d’autres humains. Les études animales, et celle de la culture visuelle représentant des animaux, nous permettent de regarder comment nous fonctionnons en relation avec les animaux et les systèmes qui fondent les relations anthropozoologiques, dont l’anthropocentrisme.

  • 11 Marie-Claude Marsolier, Le Mépris des « bêtes ». Lexique de ségrégation animale, préface de Florenc (...)

18La dernière partie du chapitre se penche sur la présence les animaux dans le langage, notamment à travers les travaux de Marie-Claude Marsolier.11 L’auteur note entre autres que misothérie et misogynie du langage portent des tendances analogues. Elle explique dans ce chapitre comment la remise en cause de l’anthropocentrisme du langage peut participer à faire évoluer notre relation au monde animal.

19La conclusion présente une dernière distinction, celle entre études animales et études animales critiques. Ces dernières présentent des opinions plus nuancées qui ne sont pas vouées à adopter une quelconque posture normative. L’élargissement du champ donne également lieu à des tensions entre « la théorie pour la théorie » (p. 259) et la dimension intersectionnelle et politique. Elle pose la question de la nécessité de la radicalité dans tous les domaines de la vie des participants aux études animales et de l’impossibilité de la neutralité scientifique. Les études animales critiques sont alors mises en relation avec féminisme (un parallèle est établi entre violences faites aux femmes et aux animaux) et écologie, à travers l’engagement qu’ils nécessitent. La fin de l’ouvrage propose un glossaire de cinq pages, une bibliographie, un index et des remerciements.

20Certains points auraient peut-être mérité d’être davantage développés, tels que le lien entre le propos des études animales avec les mouvements écologiques et le lien entre les populations en souffrance (animaux non-humains et humains) qui sont victimes des mêmes pratiques et des mêmes politiques, et qui sont mentionnés dans le premier chapitre au sujet de la pandémie de coronavirus. Les problématiques purement politiques et politiciennes, ainsi que leur place dans le discours politique occidental, auraient pu aisément faire l’objet d’un chapitre distinct, mais cela sera peut-être le sujet d’un autre ouvrage. L’on ne pourra pas regretter l’étude des représentations animales dans les mondes arabes et orientaux, car elle aurait nécessité au moins un volume supplémentaire, mais leur survol dans le présent ouvrage donnera peut-être à d’autre chercheurs l’idée de s’y pencher et ainsi d’enrichir un champ d’études qui n’est plus seulement prometteur mais véritablement établi.

  • 12 Steven Best, « The Rise of critical animal studies: putting theory into action and animal liberatio (...)

21Enfin, le propos présenté en conclusion, foisonnant, dépasse le cadre de la « promenade » annoncé par Dardenne dans son introduction, et offre une véritable analyse critique, notamment à travers la présentation de traits communs aux différentes oppressions et l’essentialisation des dominations. Les outils conceptuels peuvent être partagés avec les luttes contre le sexisme ou le racisme. Les distinctions ontologiques portent des similarités indéniables. L’urgence éthique, écologique et politique peut mener certains universitaires à des positions plus radicales (Steven Best par exemple12). Dardenne se pose la question du positionnement neutre et de sa possibilité. Les courants de la pensée anglophone ont rejeté la position positiviste de la recherche (p. 261) et offrent une critique postpositiviste qui reconnaît l’épistémologie de la théorie du point de vue. Les études animales s’inscrivent alors aux côtés de la sociologie. Face à l’impossibilité de la neutralité scientifique, il s’agit de dépasser les accusations de parti pris, qui sont toujours tenues alors que l’étude porte sur une population en position de subordination. C’est dans le domaine du parallèle et des liens avec la crise écologique et climatique que le positionnement est le moins stigmatisé. L’auteur définit l’objectif des études animales comme la mise en lumière de la complexité et la diversité de l’animalisme contemporain (p. 265), accompagnée d’une indissociable prise de conscience.

22Introduction aux études animales est effectivement le premier ouvrage en français à offrir un panorama complet et quasi-exhaustif des problématiques abordées par ce champs d’études. Il intéressera non seulement les chercheurs en sciences humaines et sociales, mais aussi toute personne curieuse se mieux comprendre l’histoire, la structuration et les enjeux des études animales.

Haut de page

Bibliographie

Arluke, Arnold et Clinton R. Sanders, Regarding Animals (Philadelphie, Temple University Press, 1996)

Bentham, Jeremy, An Introduction to the Principles of Morals and Legislation [1780] (New York, Douvres, 2007)

Best, Steven, « The Rise of critical animal studies: putting theory into action and animal liberation into higher education », Journal for Critical Animal Studies, 7: 1 (2009), pp. 9-52

Bulliet, Richard, Hunters, Herders, and Hamburgers: The Past and Future of Human-Animal Relationships (New York, Columbia University Press, 2005)

Burgat, Florence, Une autre existence: la condition animale (Paris, Albin Michel, 2011)

Code civil, Article 515-14

Delon, Nicolas, « Études animales : un aperçu transatlantique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 15 (2015), pp. 187-98, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 07 décembre 2021

Donaldson, Sue et Will Kymlicka, Zoopolis, A Political Theory of Animals Rights (Oxford, Oxford University Press, 2011)

Favre, David, « A new property status for animals », dans Cass Sunstein, Martha Nussbaum (dir.), Animal Rights. Current Debates and New Directions (Oxford, Oxford University Press, 2004), pp. 234-50

Jeangène Vilmer, Jean-Baptiste, Éthique animale, préface Peter Singer (Paris, PUF, 2008)

Marsolier, Marie-Claude, Le Mépris des « bêtes ». Lexique de ségrégation animale, préface de Florence Burgat (Paris, Presses universitaires de France, 2020)

Regan, Tom et Peter Singer (dir.), Animal Rights and Human Obligations (Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1989)

Regan, Tom, The Case for Animal Rights, Berkeley, (Los Angeles, University of California Press, 1983)

Singer, Peter, Animal Liberation [1975] (Londres, Pimlico, 1995)

Singer, Peter, Practical Ethics [1979] (Cambridge, Cambridge University Press, 1993)

Haut de page

Notes

1 Nicolas Delon, « Études animales : un aperçu transatlantique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 15 (2015), pp. 187-98, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 07 décembre 2021

2 Voir Tom Regan, The Case for Animal Rights, Berkeley, (Los Angeles, University of California Press, 1983); Peter Singer, Animal Liberation [1975] (Londres, Pimlico, 1995), et Tom Regan, Peter Singer (dir.), Animal Rights and Human Obligations (Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1989)

3 Voir note 2

4 Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Éthique animale, préface Peter Singer (Paris, PUF, 2008)

5 Bulliet Richard, Hunters, Herders, and Hamburgers: The Past and Future of Human-Animal Relationships (New York, Columbia University Press, 2005)

6 Delon, « Études animales : un aperçu transatlantique », p. 188

7 Arnold Arluke, Clinton R. Sanders, Regarding Animals (Philadelphie, Temple University Press, 1996)

8 Singer, La libération animale; Peter Singer, Practical Ethics [1979] (Cambridge, Cambridge University Press, 1993); Jeremy Bentham, An Introduction to the Principles of Morals and Legislation [1780] (New York, Douvres, 2007); Regan, The Case for Animal Rights; Florence Burgat, Une autre existence: la condition animale (Paris, Albin Michel, 2011); Sue Donaldson, Will Kymlicka, Zoopolis, A Political Theory of Animals Rights (Oxford, Oxford University Press, 2011)

9 Code civil, Article 515-14 : « Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens. »

10 David Favre, « A new property status for animals », dans Cass Sunstein, Martha Nussbaum (dir.), Animal Rights. Current Debates and New Directions (Oxford, Oxford University Press, 2004), pp. 234-50

11 Marie-Claude Marsolier, Le Mépris des « bêtes ». Lexique de ségrégation animale, préface de Florence Burgat (Paris, Presses universitaires de France, 2020)

12 Steven Best, « The Rise of critical animal studies: putting theory into action and animal liberation into higher education », Journal for Critical Animal Studies, 7: 1 (2009), pp. 9-52

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvonne-Marie Rogez, « Emilie Dardenne, Introduction aux études animales », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 20 | 2021, mis en ligne le 19 décembre 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudes-benthamiennes/9492 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudes-benthamiennes.9492

Haut de page

Auteur

Yvonne-Marie Rogez

MCF anglais juridique, Université Paris 2 Panthéon-Assas

Haut de page

Droits d’auteur

Droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Bentham
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search