Navigation – Plan du site

Présentation

Les Cahiers d’Études africaines, depuis leur fondation en 1960, privilégient la publication d’articles inédits, nourris par des enquêtes originales et des apports théoriques consolidés ou émergents. Tout en étant interdisciplinaire, la revue privilégie les recherches anthropologiques et historiques sur l’Afrique et les sociétés liées à l’Afrique à travers le monde. La publication d’articles en français et en anglais contribue à la reconnaissance internationale de la revue.

Accessible en texte intégral sur Revues.org, avec un délai de restriction de deux ans,  les numéros antérieurs à 2000 sont en libre accès sur Persée.fr. Les abonnements sont gérés par les éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales : editions-vente@ehess.fr

Dernier numéro en ligne
231-232 | 2018
Face à la sorcellerie

La sorcellerie n’est pas seulement une affaire privée qui se joue au sein des familles, elle concerne également les institutions jusqu’au cœur même de l’État. Celles-ci se retrouvent de plus en plus souvent prises dans le cercle mortifère des rumeurs, accusations et violences, quand elles ne participent pas elles-mêmes à l’expansion du schème d’interprétation sorcellaire.

Devant ce constat, ce numéro examine à travers une série d’études de cas comment les institutions et leurs acteurs font face à la sorcellerie. Centrées sur l’analyse des dynamiques de l’imputation et de la stigmatisation, les contributions portent aussi bien sur les institutions les plus centrales de l’État (la justice, nationale mais aussi internationale, la police, l’école) que sur les institutions sanitaires, religieuses et sportives ou encore les médias.

Mais ce sont aussi les anthropologues eux-mêmes qui doivent faire face à la sorcellerie. Souvent interpellés par les acteurs au même titre que les juges, les journalistes ou les médecins, les chercheurs se trouvent alors confrontés à des dilemmes éthiques qu’ils ne peuvent plus longtemps éluder.

Witchcraft is not only a private matter played out within families, but also concerns institutions at the core of the State. These institutions are more and more frequently engulfed in the deadly cycle of rumors, accusations and acts of violence, when they do not themselves participate in the expansion of witchcraft’s interpretative framework.

This issue examines, through a series of selected case studies, how institutions and their actors confront witchcraft. Focused on the analysis of the dynamics of imputation and stigmatization, these contributions concern not only central State institutions (national and international justice systems (courts), law enforcement (police), education (schools)), but also such institutions as sanitization and waste management, religion, sports, and the media.

Moreover, anthropologists also have to confront witchcraft themselves. Often called in by the various actors involved, as are judges, journalists or physicians, researchers are finding themselves confronted with ethical dilemmas they can no longer elude.