Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Les Cahiers d’Études africaines, depuis leur fondation en 1960, privilégient la publication d’articles inédits, nourris par des enquêtes originales et des apports théoriques consolidés ou émergents. Tout en étant interdisciplinaire, la revue privilégie les recherches anthropologiques et historiques sur l’Afrique et les sociétés liées à l’Afrique à travers le monde. La publication d’articles en français et en anglais contribue à la reconnaissance internationale de la revue.
Les numéros antérieurs à 2000 sont en libre accès sur persee.fr. Les abonnements sont gérés par les éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Dernier numéro en ligne
245-246 | 2022
Salariats d'en bas

Reflections on wage labour in Africa have known different trends and been the subject of fluctuating interests, inscribed in plural historicities. This issue offers to renew its understanding in different sectors of activity. It is based on the recent increase in the waged fraction of the working classes in many countries, mobilised by construction sites, mines, plantations, security guards or through the monetisation of labour relationships that were not previously monetised. The present empirical and theoretical analyses aim to shed light on this phenomenon, all too discreet in the scientific debate and the understanding of global dynamics from an African perspective. This issue examines the practices and imaginaries associated with wage labour and the biographical trajectories of subaltern wage earners by drawing on several disciplinary horizons. Furthermore, it reassesses the wage relationship in Africa and reopens the debate on the analytical tools to study it.

Les réflexions relatives au salariat en Afrique ont connu différentes modes et fait l’objet d’intérêts fluctuants, inscrits dans des historicités plurielles. Ce numéro propose d’en renouveler la compréhension dans plusieurs secteurs d’activités. Il part du constat de l’augmentation récente de la fraction salariée des classes populaires dans de nombreux pays, mobilisée dans les chantiers, les mines, les plantations, le gardiennage ou à travers la monétisation de rapports de travail qui ne l’étaient pas auparavant. Les analyses empiriques et théoriques proposées souhaitent éclairer ce phénomène resté trop discret dans les réflexions scientifiques et l’appréhension des dynamiques globales du point de vue de l’Afrique. Ce numéro étudie les pratiques et les imaginaires associés au travail salarié ainsi que les trajectoires biographiques des salarié.e.s subalternes en s’inscrivant dans plusieurs horizons disciplinaires. En outre, il revisite le rapport salarial en Afrique et relance le débat sur les outils d’analyse pour l’étudier.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search