Navigation – Plan du site
La migration mise en discours

De Dakar à New York

Récits de marins de l’Afrique francophone à la « découverte » de l’Amérique au tournant des années 1920
From Dakar to New York. Sailors’ Narratives of French-Speaking Africa in the “Discovery” of America at the Turn of the 1920s
Daouda Gary-Tounkara
p. 155-180

Résumés

Les circulations migratoires contemporaines de l’Afrique de l’Ouest francophone vers les États-Unis semblent s’être véritablement amorcées à la faveur des indépendances politiques, en 1960, et de l’abrogation du système des quotas d’immigration par nationalité en Amérique en 1965. Depuis les années 1980, les effets de la libéralisation accélérée des économies en Afrique ont renforcé la présence des entrepreneurs francophones dans les villes de la côte est des États-Unis, à New York notamment. Or l’analyse historique des logiques migratoires, des trajectoires et des récits des individus montre que les mouvements transatlantiques, plus anciens, remontent en fait à la période coloniale. Ainsi, des paysans reconvertis marins provenant de différentes zones de l’Afrique occidentale française rejoignirent l’Amérique dès la fin de la Première Guerre mondiale. Par ailleurs, en contexte colonial/ségrégationniste, ils permettent de repenser la nature des liens Afrique/Amériques (en général appréhendés sous l’angle de la mobilité des élites intellectuelles) d’une part et, d’autre part, le profil des migrants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Périodiquement, dans la presse, on redécouvre l’enracinement de ces migrants. Ainsi, en mars 2007, (...)

1On situe l’arrivée contemporaine des Africains en Amérique dans le processus concomitant d’abrogation des quotas d’immigration par nationalités aux États-Unis, en 1965, et d’émancipation politique des anciennes colonies européennes, en particulier britanniques (Arthur 2000 ; Jackson 2005). Les ressortissants des pays de l’ancienne Afrique occidentale française (aof) — ou Fédération — n’auraient pris part à ce processus que deux décennies plus tard, comme en atteste la visibilité de leur présence à New York depuis les années 1980 (Ebin 1990 ; Foner 2000 ; Stoller 2001 ; Gilroy 2003 ; Kane 2011)1. Les travaux documentant le profil socio-économique des migrants ont focalisé sur les effets induits de la mondialisation commerciale en Afrique pour expliquer cette présence nouvelle, sans que l’on connaisse précisément les mécanismes historiques des parcours ni les contextes locaux complexes dans lesquels se déploient les migrations transatlantiques.

2Au niveau de l’interprétation historique, on pourrait dire que les migrants des années 1980 réactivèrent les flux de travailleurs, taris depuis le xixe siècle en raison de l’abolition de la traite transatlantique (Curtin 1969 ; Gomez 2005) et de la politique américaine qui excluait l’accueil des Africains depuis au moins 1921. Durant la période coloniale, seule une minorité de sujets français circulaient vers les États-Unis dans le cadre de la promotion du panafricanisme, une idéologie de l’entraide active entre Africains et groupes d’origine africaine (Langley 1973 ; Hill 1983 ; Wilder 2005 ; Manning 2009). Les élites intellectuelles et politiques et les travailleurs semblaient circuler de manière autonome et sans liens tangibles.

3Dans ce texte, j’affirme que les travailleurs des pays de l’aof rejoignirent les États-Unis en contournant la politique des quotas d’immigration grâce à leur emploi dans la marine marchande française et avec l’appui de celle-ci. Le géographe Souleymane Diarra (1968) et l’historien François Manchuelle (2004) ont déjà montré que l’extension des migrations de la Fédération vers la métropole constituait un prolongement du flux interne aboutissant en ville. Dans le sillage de ces apports historiographiques, je montre que, dès la fin de la Première Guerre mondiale, les marins de l’aof, d’origines diverses, accostèrent et s’installèrent simultanément à New York, porte d’entrée des États-Unis. Ce mouvement permet de croiser deux dynamiques : le soutien intéressé du secteur privé — incarné par les membres de l’équipage et les armateurs — à la mobilité de la force de travail et la pratique ancienne et continue de groupes habitués à aller chercher du travail ailleurs.

4À partir de récits de marins reconstitués par l’analyse de leurs dossiers personnels ainsi que de la correspondance diplomatique, je mets en lumière les trajectoires individuelles à différentes échelles : locale, territoriale, extra et transcontinentale. L’immigration actuelle des Africains francophones à New York ne constitue pas un fait nouveau mais s’inscrit dans la continuité de flux anciens datant de la période coloniale. Elle renvoie aux pratiques des migrants qui se déplacent par étapes, du village à la ville, de l’intérieur des terres vers la mer et l’outre-mer, de quoi mettre à jour une géographie des lieux de la mobilité à travers les connections entre réseaux migratoires locaux et internationaux. Mis en regard des migrations Afrique/Europe, ce travail souligne également les liens directs qui se dessinent entre Afrique et Amérique par le biais des envois d’argent, de lettres et d’informations. Les migrants maintinrent, en effet, un lien fort avec les parents vivant en Afrique par ces flux, qui témoignaient également de la façon dont ils s’accommodaient de la ségrégation en vigueur aux États-Unis et des relations induites avec les activistes américains.

Entrouvrir les portes de l’Amérique avec l’aide de la marine française

5À la fin de la Première Guerre mondiale, dans un contexte de début d’exploitation des ressources locales et d’intensification des flux migratoires internes aux pays de l’aof, une combinaison de facteurs concourt à l’arrivée à New York de marins venus de la Fédération : l’autorisation administrative de la navigation au long cours des colonisés, la concurrence des armateurs dans le recrutement du personnel naviguant, la recherche de débouchés à l’émigration par les travailleurs. Toutefois, l’emploi dans la marine marchande ne produisant pas automatiquement des migrations transatlantiques, j’émets l’hypothèse suivante : les migrants ont pu rejoindre les Amériques avec l’aide active mais discrète des compagnies maritimes engagées dans les traversées dont, comme on le verra, les Chargeurs réunis, les Affréteurs réunis, Fabre, etc.

  • 2 A. S. Kanya-Forstner (1969) a mis en lumière les conditions de l’expansion française du Sénégal ver (...)
  • 3 Archives nationales du Sénégal (ANS), 2G32-22(9), Dakar et dépendances (circonscription de), rappor (...)
  • 4 Distant de 3 400 milles de New York et 3 600 du Cap en Afrique du Sud, 2 500 milles de Londres et 2 (...)
  • 5 Archives nationales de France-Centre d’accueil et de recherches des archives nationales (ANF-CARAN) (...)

6Dès le début de la conquête du Sénégal au milieu du xixe siècle2, les travailleurs furent employés dans la marine marchande dans des métiers peu qualifiés et pénibles. Ils travaillèrent au fonctionnement et à l’entretien des machines : chauffeurs, soutiers, graisseurs, nettoyeurs — je ne dispose pas de données sur le nombre de travailleurs à la fin de la guerre, mais en 1932, ils étaient 4 581 marins officiellement comptabilisés3. Comme le montrera le suivi du parcours de certains migrants, la traversée de l’Atlantique devint chose courante pour les marins originaires de l’aof à partir de 1918. Cette année-là, en effet, l’administration, confrontée à une pénurie de marins, se résigna à autoriser les hommes embarqués à Dakar à franchir le banc d’Arguin, au large de la Mauritanie, et à pratiquer la navigation au long cours (Diarra 1968 : 887). Ces derniers, auparavant empêchés d’atteindre la métropole et cantonnés dans le cabotage le long des côtes et fleuves dans les colonies, pouvaient désormais rejoindre les ports desservis par la marine à partir de Dakar. Le port de la Fédération se situait au carrefour de routes maritimes reliant l’Europe aux Amériques et à l’Afrique4. Ainsi, les navires français, britanniques, belges, italiens, allemands et hollandais rejoignaient les colonies situées en Afrique ou en Asie via le Sénégal, les cargos transportant les produits manufacturés à l’aller, matières premières, tissus, épices, au retour ; en 1921, seule la compagnie américaine Bull Line desservait Dakar5. Celle-ci constituait donc une escale maritime importante pour les cargos et paquebots à vapeur qui s’y ravitaillaient en eau et en charbon. L’escale du Sénégal était aussi la route la plus courte pour les paquebots en route vers l’Amérique du Sud, d’où des liaisons entre Dakar et Buenos Aires en Argentine, Rio, Natal, au Brésil. Les paquebots italiens transportant des migrants économiques entre Gênes et Buenos Aires transitaient par Dakar (Marc-Schrader 1913 : 369). Les travailleurs de l’aof devaient profiter de cette desserte maritime pour rejoindre les Amériques.

7Les migrants débarquèrent d’abord au Brésil. Au lendemain de l’abolition de la traite transatlantique des esclaves par le Brésil en 1888, on observait une arrivée volontaire de travailleurs venus de Dakar. Les migrants pensaient percevoir des salaires substantiels dans l’ancienne colonie portugaise. Ceux qui ne trouvaient pas d’activité s’adressaient au consul de France en poste au Brésil auquel ils demandaient une assistance matérielle ou un rapatriement. En 1898, le consul, surpris par la présence de quelques sujets français isolés, pria le gouverneur général de l’aof de restreindre la migration de ses administrés qui embarquaient à bord des navires mouillant à Dakar :

  • 6 ANS, 10F1, AOF, consulats français à l’étranger, 1878-1915.

« Chaque vapeur arrivant à Rio de Janeiro, après avoir touché au Sénégal, apporte au Brésil des indigènes de nos colonies de la Côte occidentale d’Afrique, attirés par la perspective de gains élevés.
Comme la réalité ne correspond pas à leurs espérances, ces gens se trouvent promptement dénués de toutes ressources et viennent assiéger mon consulat en nombre trop grand pour que mon appui puisse être efficace »6.

8Après le Brésil, les migrants tentèrent leur chance aux États-Unis. Or leur présence y était proscrite, car ils étaient des sujets coloniaux auxquels les portes de l’Amérique restaient fermées, contrairement aux citoyens européens. En effet, en 1921 et 1924, le gouvernement américain, en vue de réduire l’afflux croissant d’immigrés en provenance de l’Europe latine ou slave, instaura des quotas de visas d’immigration par « nationalité blanche » (Weil 2004 : 209 ; Simon 1995 : 229). Il entendait ainsi maintenir la prépondérance démographique des Américains d’origine anglo-saxonne en limitant l’arrivée des autres migrants. En vigueur de 1921 à 1965, les quotas d’immigration excluaient donc les Africains comme les Asiatiques. Cela explique le fait que les chercheurs ont souligné le rôle de l’abrogation du système des quotas, en 1965, dans le démarrage de l’immigration africaine aux États-Unis, restreinte aux élites intellectuelles et estudiantines — dont le plus connu est le père kenyan du président Obama — jusqu’au début des années 1980.

  • 7 ANF-CARAN, 200MI2322, 17G160-2, AOF, questions politiques diverses, note sur la vie des indigènes d (...)
  • 8 Ibid.

9Confirmée plus loin par les trajectoires de marins, une pratique a permis aux migrants de s’affranchir des obstacles juridiques à leur entrée en Amérique : le soutien intéressé des membres de l’équipage, animés par les possibilités de gains financiers. L’entrée dans le territoire américain dépendait non seulement de l’accès aux bateaux mais aussi de l’appui de l’équipage pour contourner les quotas d’immigration. Si les migrants aspiraient à rejoindre les destinations lointaines, l’appui logistique des sociétés maritimes françaises était souvent nécessaire. Il convient en effet d’interroger le rôle-clé des armateurs et de leurs relais locaux dans la circulation transatlantique des migrants. Moyennant finances, ils les aidaient à mettre en œuvre leurs projets. En coulisses, les migrants en route vers les États-Unis étaient encouragés par les agents recruteurs des compagnies maritimes, en concurrence pour l’embauche de la force de travail disponible : marins, dockers, porteurs, chômeurs7. Les recruteurs de bras valides exerçant à Dakar symbolisaient cette économie souterraine. En contact avec les marins en activité, ils agissaient pour le compte des armateurs et parfois d’industriels, soucieux de trouver rapidement une main-d’œuvre bon marché et motivée, au risque de contourner la législation sur l’emploi des personnes ou l’entrée et le séjour des migrants. Ils percevaient une prime en fonction du nombre de personnes engagées quand ils n’étaient pas payés directement par les migrants pour embarquer. De façon concrète, les recruteurs ciblaient les marins dénués de livrets de navigation, imposés par l’administration depuis 1914 (Dewitte 1985 : 19), ou d’un embarquement, les personnes en quête d’un emploi plus rémunérateur. Après la Première Guerre mondiale et jusqu’à la crise économique mondiale de 1929, dans un contexte d’intensification du trafic maritime international mais de pénurie de marins, ils furent particulièrement actifs, contribuant à la mobilité des migrants vers les États-Unis. Ainsi, de 1920 à 1927, ils débauchèrent des marins des navires français et les firent employer sur des navires et dans des usines américaines8.

  • 9 Pour une analyse des répercussions de la crise de 1929 dans les pays de l’AOF, lire C. Coquery-Vidr (...)

10En 1938, au sortir de la crise en aof9, le flux animé par les recruteurs se poursuivait encore, les nouveaux migrants rejoignant les « pionniers » installés en Amérique, comme le souligna un ancien marin sénégalais dans une étude exceptionnelle — véritable témoignage en interne — sur les marins coloniaux destinée à l’administration :

  • 10 ANF-CARAN, 200MI2322, 17G160-2, AOF, questions politiques diverses, note sur la vie des indigènes d (...)

« De 1920 à 1927, avant la crise, on voyait les racoleurs rôder près des navires français pour chercher à faire déserter les Sénégalais pour les employer, soit sur des navires américains, soit dans les usines. Il y en a ainsi qui y sont restés et d’autres qui y sont encore »10.

11Dans un contexte de chômage, l’auteur du rapport assimilait les recruteurs des compagnies maritimes à des « racoleurs », soucieux de s’enrichir au plus vite en débauchant les marins par une publicité tapageuse et opportuniste. Il voulait surtout dénoncer l’emploi de sujets britanniques venus d’Aden mais assimilés à des ressortissants de la Côte française des Somalis (actuel Djibouti). Ce récit brosse le profil migratoire des navigateurs de la Fédération qui, par ordre d’importance, venaient du Sénégal, de Guinée et d’Aden. Les Soninké (ou Sarakolé) natifs du Sénégal oriental étaient les plus nombreux, suivis des Diola et des Mandjak de Casamance, des Wolof des Quatre communes — Saint-Louis, Dakar, Gorée, Rufisque —, des Soussou de Conakry et, enfin, des Arabes d’Aden. Si François Manchuelle (2004) a montré que les migrations contribuaient à reproduire les inégalités sociales internes aux Soninké, pour le marin à la retraite, ce groupe s’adonnait à toutes sortes de fraudes pour naviguer : ses membres organisaient le transport clandestin de migrants vers l’Europe à partir de Dakar et recrutaient des marins en les cooptant. C’est pourquoi ils se livraient à un trafic de livrets de navigation et payaient discrètement les capitaines auxquels ils donnaient la moitié du salaire de leur premier voyage :

  • 11 Ibid.

« Et puis quelquefois, il y a corruption pour laquelle ils sont très forts, car il y en a qui offrent la moitié de leur premier voyage à l’officier qui voudrait les embarquer, mais cela est très difficile à démasquer »11.

  • 12 Ibid. Les passagers clandestins, des jeunes gens en quête d’une activité salariée, payaient leur vo (...)
  • 13 ANS, 1F204, Sénégal, demandes de rapatriement d’indigènes ; correspondances, 1940-1946.

12D’après le retraité, 70 % des Soninké arrivés en métropole étaient des passagers clandestins tandis que 20 % des marins de ce groupe naviguaient avec des livrets obtenus par cession ou achat ou encore par la fraude documentaire12. À la lumière des pratiques des navigateurs de la Fédération, ce récit permet d’interpréter les conditions des traversées transatlantiques et d’étayer la thèse d’embarquements illégaux et/ou appuyés par le secteur maritime français. Il est probable que, avec plus ou moins de succès, des marins et des travailleurs de la Fédération étaient ainsi entrés aux États-Unis, ce qui semblait toutefois plus difficile à bord de navires américains. En 1946, Mohamédine Ndiaye, un migrant originaire de Saint-Louis, âgé de 17 ans, tenta l’expérience13. Il voyagea clandestinement de Dakar en direction de New York, à bord d’un navire américain. Mais quand il accosta à New York, il fut interpellé et refoulé par les services de l’immigration, en charge de l’application de la politique des quotas. Les Américains l’embarquèrent dans un navire britannique en route pour Freetown en Sierra Leone ; de là et en attendant son rapatriement au Sénégal, Mohamédine gagna Conakry via Forécariah. Le gouverneur de Guinée, invitant son homologue sénégalais à prendre en charge le rapatriement du mineur, lui écrivit dans ce sens :

  • 14 Ibid.

« J’ai l’honneur de vous faire connaître qu’un nommé N’DIAYE Mohamédine […] s’est embarqué clandestinement à bord d’un navire américain allant à NEW YORK. De là, les autorités américaines l’ont refoulé par un bateau anglais sur le Sierra-Leone d’où il a été dirigé sur Forécariah (GUINÉE FRANÇAISE) »14.

13Mohamédine a-t-il bénéficié de la complicité des membres de l’équipage avant son interpellation par les services de l’immigration à New York ou bien a-t-il été découvert à bord du navire durant la traversée ? On ne connaît pas les conditions de sa mésaventure américaine. Toujours est-il que son père, commis dans l’administration hospitalière du Sénégal, désirait le faire interner dans une maison de correction à Carabane à son retour dans la colonie. Il entendait ainsi soustraire Mohamédine — objet d’un conflit entre ses parents, divorcés depuis 1932 — de l’influence de sa mère qui l’avait amené de Saint-Louis à Dakar sans le prévenir. Il s’engagea à assurer les frais d’éducation de son fils au Sénégal jusqu’à sa majorité.

14Ces faits montrent que, d’une manière ou d’une autre et pour des raisons contrastées, le transport des migrants ou l’embauche des marins s’effectuaient au profit des sociétés maritimes : par exemple, pour les membres de l’équipage, la perspective de percevoir une prime officieuse en fonction du nombre de marins recrutés ou de passagers clandestins les a incités à soutenir les départs. Les migrants de l’aof, réactifs dans la quête de débouchés professionnels, ont donc rejoint New York grâce à leur emploi dans la marine marchande mais aussi à l’appel des rabatteurs des compagnies maritimes.

Les trajectoires et récits des marins : interroger les pratiques de mobilité et les liens Afrique/Amérique

  • 15 ADMMS, archives non classées.

15En passant systématiquement en revue des relevés de navigation, on observe une circulation régulière des marins de l’aof entre Dakar et New York15. Toutefois, comment s’établirent-ils aux États-Unis ? Accostant à New York, ils désertèrent les navires et tentèrent leur chance en Amérique, comme le faisaient de nombreux Européens depuis le début du xixe siècle (Weil 2004 : 121). Les marins abandonnèrent leur poste et s’employèrent dans les usines locales, d’où un début d’installation des migrants. Cela confirme leur souci de trouver de meilleures conditions de travail et une stabilité professionnelle. À bord du navire, les postes de chauffeur ou de soutier étaient parmi les métiers les plus rudes. De plus, engagés, le temps d’une ou de quelques traversées, les migrants n’avaient pas la sécurité de l’emploi, contraints de rechercher activement des embarquements dans les ports afin de répondre aux formalités relatives au renouvellement ou à la délivrance des livrets de navigation.

Livret de navigation de Nayé Sira Camara, marin entre aof et Amérique

Livret de navigation de Nayé Sira Camara, marin entre aof et Amérique

Source : Admms, archives non classées, 4966, Nayé Sira Camara.

16Quelles étaient les trajectoires précises des migrants transatlantiques ? Dans quelle mesure s’inscrivaient-elles dans des pratiques de mobilité ancienne ? Comment contribuaient-elles à créer de nouveaux liens entre Afrique et Amérique ? Les récits de cinq hommes, établis ou arrivés à New York entre les années 1918-1950, témoignent d’expériences migratoires singulières : Boubou Nalla et Amborosio Correa, originaires du Sénégal, Daoulé Konaté, né au Soudan français, Abdoulaye Barry, originaire de Guinée, et Baba Diaby, né en Côte-d’Ivoire. Ils montrent aussi la façon dont les circulations transatlantiques naissantes étaient imbriquées dans une chaîne de mobilités à différentes échelles géographiques et temporelles.

  • 16 ADMMS, archives non classées, 2062, Boubou Nalla.

17L’activité dans la salle des machines était dangereuse pour les chauffeurs, parfois victimes d’accidents de travail sérieux. Ce fut le cas du chauffeur Boubou Nalla, né dans le village de Dembakané, dans le cercle de Matam, et employé à bord de l’Éole, un navire de la compagnie des Affréteurs réunis16. À la fin de l’année 1919, Boubou, après avoir embarqué à Bordeaux, accosta à New York. En rade du port, dans le tunnel de la machine de son navire, il se blessa grièvement aux mains en raison d’un incendie provoqué par le contact d’une lampe à huile et d’un bidon d’essence. Boubou, en flammes et à la recherche de secours, se précipita hors du tunnel et regagna la salle des machines. Les membres de l’équipage lui administrèrent les premiers soins et le firent évacuer à l’hôpital de Long Island, localisé dans l’État de New York. Incapable de reprendre la mer, il fut suivi dans cet établissement pendant six mois. En 1920, Boubou, poursuivant son traitement, fut rapatrié à Bordeaux puis à Dakar. Il reçut une aide temporaire de la Caisse nationale de prévoyance de la marine marchande. Boubou fut déclaré invalide à 15 %, ce qui ne lui ouvrait pas le droit à une pension d’invalidité. Faute d’avoir recouvré la santé et au chômage, il entama vainement, de 1920 à 1935, une démarche pour bénéficier d’une pension.

  • 17 ANS, 10F3-17, AOF, consulats, D et E.

18En 1923, après avoir navigué sur les océans et vécu un temps à Marseille, par exemple, un chauffeur sénégalais de Casamance, Ambrosio Correa, choisit de s’établir à Lackawanna, une ville située dans l’État de New York, en tant qu’ouvrier dans une aciérie17. Employé à bord du Braga, un navire de la compagnie Fabre, le chauffeur effectua une traversée de Marseille à New York puis déserta son navire. Ambrosio commença une nouvelle vie, optant pour une vie sédentaire et un emploi d’ouvrier dans un pays aux opportunités professionnelles importantes. On pourrait effectuer une comparaison avec la situation européenne pour mieux comprendre cette dynamique de sédentarisation en Amérique. Dans les ports métropolitains et en région parisienne, certains marins se reconvertirent dans d’autres secteurs d’activités. L’historien Philippe Dewitte (1985 : 26) a déjà montré que, en 1926, un tiers des Africains et Malgaches recensés en métropole résidaient et travaillaient dans la région de la Seine : ouvriers de l’industrie automobile (Citroën, Renault, Amieux) et de la production d’énergie (Compagnie du gaz de Paris), employés de sociétés de transport (Société des transports en commun, Compagnies des chemins de fer), de commerce, voire de banques.

  • 18 Ibid.

19Outre-Atlantique, la reconversion professionnelle fut également à l’œuvre. À Lackawanna, Ambrosio se surmena au travail ; à l’usine, il présenta des troubles du comportement et les symptômes d’une dépression nerveuse. En 1924, le Sénégalais fut interné dans un hôpital de la ville de Buffalo. Il fut inapte à reprendre le travail, car sa santé mentale se détériora. Le gouvernement américain décida de le rapatrier dans son pays d’origine en Afrique, mais il ignora le pays en question, Ambrosio ayant détruit son passeport dans un moment de colère. Les recherches s’orientèrent en Afrique de l’Ouest. Le vice-consul des États-Unis en poste à Dakar prit contact avec le gouverneur général de l’aof auquel il demanda de bien vouloir lui communiquer des informations sur la nationalité d’un dénommé « Ambrosio Correa » ou « Correa Ambrosio » ou encore « Ambrose Corey »18. Il précisa qu’Ambrosio était un ancien marin, âgé de 24 ou 25 ans, vraisemblablement né au Sénégal mais d’un groupe originaire d’une colonie portugaise.

  • 19 Ibid.

20Au cours de l’année 1925, les investigations menées par le gouverneur du Sénégal, la Sûreté de la colonie, l’Inscription maritime de Dakar (le service en charge de l’enregistrement et de la gestion administrative des marins du commerce de la Fédération), le commissaire du port, les commandants des cercles de Kaolack et de Ziguinchor, respectivement limitrophes de la Gambie et de la Guinée portugaise, s’avérèrent peu fructueuses : les Correa étaient légion dans la marine marchande19. Il était malaisé de distinguer les sujets français des portugais, les groupes frontaliers dont les Mandjak ou Mandiago — auxquels appartenait Ambrosio — étant dispersés entre la Guinée et la Casamance. Le gouverneur général invita le consul américain à lui fournir une photo d’Ambrosio. Dans le même temps, celui-ci, dans ses moments de lucidité à l’hôpital, revint sur son histoire personnelle. Dans ses récits, il indiqua le nom des membres de sa famille vivant en Casamance et décrivit sa mobilité entre le Sénégal et les États-Unis en passant par la métropole, comme le relata le vice-consul au gouverneur général dans une lettre en 1926 :

  • 20 Ibid.

« Il paraît qu’il est originaire de Casamance ; qu’il est arrivé à New York vers le 4 septembre 1923 sur le bateau à vapeur BRAGA de la ligne Fabre ex Marseille où il a travaillé comme chauffeur. Avant d’embarquer pour l’Amérique, il a habité un ou deux ans à Marseille. Après son arrivée à New York, il a déserté l’équipe et peu de temps après il a travaillé comme simple ouvrier aux usines d’acier de la ville de Lackawanna, État de New York »20.

21Pour permettre et hâter le rapatriement d’Ambrosio au Sénégal, le vice-consul suggéra au gouverneur général que le consulat de France de New York délivre un passeport à l’interné de Buffalo, l’opération de rapatriement étant entièrement prise en charge par le gouvernement américain. Le gouverneur général concentra les recherches sur la localisation de la famille d’Ambrosio en Casamance et apprit que, en 1916, après le décès du père de l’intéressé dans le village de Sindone, le reste de la famille s’était établi dans un lieu inconnu en Gambie. Mais le doute persista sur la nationalité du sujet. Le gouverneur général, approuvant le principe du rapatriement d’Ambrosio, ne voulut l’autoriser qu’après s’être assuré qu’Ambrosio était bien un sujet français, ce qui n’a pas pu être établi. Il semble que l’affaire en fut restée là, puisque les sources ne mentionnent pas un retour d’Ambrosio au Sénégal, malgré une relance de l’ambassadeur des États-Unis à Paris auprès du ministre des Colonies en 1927.

  • 21 Archives du gouvernorat de Kayes (Mali), documents communiqués par Marie Rodet.

22Différent de celui de Boubou, le parcours d’Ambrosio montre que des marins de l’aof ayant accosté aux États-Unis restèrent dans le pays. Certains marins ne devant réapparaître que bien plus tard, au gré des aléas de la correspondance administrative. Ainsi, trois décennies plus tard, dans un contexte différent marqué par la reconstruction post-guerre, la reprise du trafic maritime international et des changements dans les conditions de travail en Amérique, avec la modernisation accrue du système de production et un début de mobilité professionnelle des Afro-Américains auparavant engagés dans l’industrie de guerre (Gomez 2005 : 166), un autre cas confirma le mouvement de stabilisation engagé plus tôt par les marins arrivés à New York. En 1950, Daoulé Konaté, un Soudanais habitant à New York depuis 1924, effectua une demande de passeport auprès du consulat français de la ville21. Cet ancien marin désirait sans doute rendre visite à sa famille restée dans le village de Loutou, situé dans le cercle de Kayes. Avant de lui délivrer le document de voyage, le consul de France en poste à New York se renseigna sur l’identité de Daoulé auprès du gouverneur du Soudan, l’Inscription maritime de Dakar l’ayant radié de ses listes pour inactivité :

  • 22 Ibid.

« L’intéressé, qui était porté au contrôle spécial de l’Inscription Maritime de Dakar sous le numéro 1359, a été radié de la Matricule des Gens de Mer pour inactivité depuis 1924, époque à laquelle il est entré aux États-Unis »22.

23Le commandant de Kayes, sur instruction du gouverneur, convoqua les membres de la famille de Daoulé. La situation de Daoulé, moins problématique que celle d’Ambrosio, témoigne d’une stabilisation des migrants à New York, après une expérience professionnelle dans la marine marchande.

  • 23 ANS, 7G9-2, Guinée, correspondance administrative a/s d’un chèque de 1 130 F, adressé en janvier 19 (...)

24Loin de leur foyer, les marins installés en Amérique restaient en contact avec leur famille par le biais d’échanges de lettres et de transferts financiers. Ces échanges étaient importants, car ils permettaient de maintenir un lien fort avec les parents vivant en Afrique et de contribuer à l’amélioration de leurs conditions de vie. Ils témoignaient d’un début d’insertion socioprofessionnelle des migrants. L’administration s’en rendait compte lorsque les envois d’argent ne parvenaient pas aux destinataires en raison des problèmes de transcription de nom, d’adresse, des carences du réseau postal et bancaire en aof — incarné par la Banque de l’Afrique occidentale, qui émettait la monnaie française et disposait d’agences dans les chefs-lieux des pays de l’aof —, voire des maisons de commerce chargées d’endosser les chèques ou de les transmettre à une tierce personne par le biais d’une signature. En 1924, Abdoulaye Barry, un Guinéen vivant à New York, essaya d’envoyer de l’argent à son frère Pelli Barema, à Palaga, village du Fouta Djalon, dans le cercle de Pita23. Il envoya un chèque de la Trade Bank of New York de 1 130 F à l’intention de sa famille, à encaisser auprès du Trésor public de la colonie, au moyen d’un ordre de paiement émis par la maison de commerce Jacquemet de Marseille, intermédiaire entre Abdoulaye et Pelli. Le chèque ne parvint pas au destinataire. Abdoulaye, sans réponse de la part de son frère, écrivit à l’administration qui resta muette également. En 1925, il pria le commandant de Pita de s’enquérir de son envoi en convoquant son frère et en se renseignant auprès du Trésor public. L’administration, après enquête, constata que la Banque de l’Afrique occidentale n’avait pu payer le chèque au bénéficiaire, car la maison Jacquemet avait omis d’endosser le chèque. La maison de commerce prétexta ensuite ignorer l’existence du chèque qui fut retourné à l’émetteur. La poste américaine réexpédia le moyen de paiement de New York à Pita, car Abdoulaye avait changé d’adresse, comme le relata le gouverneur de Guinée au gouverneur général :

  • 24 Ibid.

« La Poste américaine ne découvrant pas Abdoulaye BARRY à l’adresse indiquée — et qui fut cependant donnée par lui à son frère — vient de renvoyer à PITA le chèque en question »24.

  • 25 Ibid.

25Entretemps, Abdoulaye sollicita l’administration et l’informa de sa nouvelle adresse à New York dans un courrier remis au commandant de Pita par l’intermédiaire d’un certain M. Ford, probablement un ressortissant américain : 323 W 40 street, une adresse connue des services de renseignement des États-Unis ; en 1919, dans une note sur les activités radicales nègres dans la ville, l’agent spécial « c-c » identifia cette adresse au domicile de H. J. Jones, l’intendant en chef du navire que s’apprêtait à acquérir le controversé Marcus Garvey (Hill 1983 : 17), fait qu’ignorait probablement le gouverneur de la Guinée. En 1926, en vue de prévenir tous nouveaux errements, le gouverneur décida de renvoyer le chèque par voie diplomatique. Dans une lettre adressée au gouverneur général, il suggéra de le faire remettre à Abdoulaye par l’intermédiaire de l’ambassadeur de France en poste à Washington25.

  • 26 ANF-CARAN, 200MI2127, 5G 49-110, Côte-d’Ivoire, affaires politiques diverses, 1928-1931, transmissi (...)

26Baba Diaby, un migrant ivoirien travaillant à New York depuis 1926, échangeait des informations avec sa famille vivant dans le village de Samatiguila, situé dans le cercle d’Odienné, en Côte-d’Ivoire26. Mais contrairement à Abdoulaye Barry, il parvint à envoyer de l’argent en aof. À deux reprises, en 1929 et en 1930, il transféra un mandat de 1 000 F à son frère Ibrahim Diaby. Dans un contexte d’exploitation intensive de la force de travail par les administrateurs et les planteurs européens de la Côte-d’Ivoire, cet ancien marin s’installa aux États-Unis après une mobilité longue et sinueuse. En 1921, Baba, désireux de se lancer dans les affaires, quitta Samatiguila pour la zone forestière ou le Sud ou encore le « pays des colas » en langue bambara (Gary-Tounkara 2008 : 44). Organisé depuis le xiie siècle entre la vallée du Niger et les pays du golfe de Guinée, le commerce des noix de cola produites au Sud était en effet contrôlé par les Dioula arrivant du Nord et du Soudan — les Hausa circulant au Nigeria ainsi qu’en Gold Coast en faisaient de même (Lovejoy 1980). Ce commerce s’était fortement développé depuis la conquête de la zone forestière, en 1915, et le démarrage de la « mise en valeur », d’où l’infiltration continue des marchands de la savane. Colporteur, Baba sillonna la zone forestière et, au gré de ses déplacements et des opportunités professionnelles, exerça comme marin. En 1926, il reprit contact avec sa famille : il l’informa de son activité et de sa migration aux États-Unis. Il entretint une correspondance annuelle avec ses proches auxquels il expédia un premier mandat, en 1929, par le biais du gouverneur de Côte-d’Ivoire qui se rendit ainsi compte de la situation de Baba. Un an plus tard, le migrant transféra un second mandat à sa famille par le truchement du Trésor public du gouvernement général de l’aof, comme l’expliqua le gouverneur au gouverneur général :

  • 27 Ibid.

« BABA DIABY, actuellement en résidence à New York, a quitté Odienné, il y a environ dix ans, pour se livrer au colportage. L’intéressé a gardé longtemps le silence et enfin, il y a quatre ou cinq ans, il a écrit d’Amérique à ses parents pour leur apprendre qu’il était devenu navigateur. Depuis lors, il a donné de ses nouvelles, une fois par an seulement et, en 1929, a fait parvenir, par mon intermédiaire, un premier mandat de mille francs à son frère IBRAHIM DIABY »27.

  • 28 Archives nationales de Côte-d’Ivoire (ANCI), 4KK11, Grand-Bassam, note sur le fonctionnement du wha (...)

27Le parcours de Baba montre une migration par étapes — de la savane à la forêt et de celle-ci à la côte — et une reconversion professionnelle dans les lieux d’accueil en Côte-d’Ivoire (colporteur, navigateur). Baba embarqua pour New York probablement à Bassam dont le port évacuait les fèves de cacao et les bois d’acajou vers les marchés internationaux. L’administration portuaire y employait des dockers et des piroguiers recrutés respectivement au Nord et au Sud-Ouest : Korhogo, Tabou, Sassandra28. Mais elle déplorait les carences des piroguiers kroumen et la désertion des dockers bambara — nom désignant les migrants originaires du Nord —, tout juste après leur rétribution. Au lieu de revaloriser les salaires du personnel, l’administration soulignait la désertion des ouvriers du port. Dans le cadre de la « mise en valeur », ceux-ci étaient censés travailler en Côte-d’Ivoire ou au sein de l’aof. Avec la « mise en valeur » de la Fédération, l’administration obligea les migrants à s’employer dans la zone maritime par le biais de l’impôt et des prestations (Rouch 1956 ; David 1980 ; Fall 1993 ; Cordell, Gregory & Piché 1996). Mais les demandes simultanées de tirailleurs et de travailleurs ainsi que les bas salaires accentuèrent la fuite des jeunes gens et la pénurie de main-d’œuvre dans toute l’aof, sensible à partir de 1925 (Echenberg 1980 : 433), un an avant que Baba ne s’implante à New York.

28Pour prévenir cette « fuite », le gouvernement général restreignit la circulation des migrants à l’intérieur et surtout à l’extérieur de la Fédération en 1928 : le décret du 24 avril 1928 imposa aux migrants la détention d’un livret d’identité ou laissez-passer (Gary-Tounkara 2008 : 87-88), comparable au livret de navigation des marins. Le laissez-passer était délivré aux personnes s’étant préalablement acquittées de leurs obligations fiscales et militaires alors que la plupart des travailleurs se déplaçaient justement pour pouvoir payer l’impôt ou se soustraire à la conscription. Peu de migrants possédaient un livret d’identité, c’est pourquoi ils contournaient le contrôle aux frontières et dans les ports de l’aof. Cela explique la surprise du gouverneur général lorsqu’il reçut un mandat d’un sujet français résidant à New York. Invitant le gouverneur de Côte-d’Ivoire à transmettre le mandat de Baba à Ibrahim, il le chargea dans le même temps d’enquêter sur les conditions de la migration de l’intéressé, son travail en Amérique et la nature de ses liens avec les Ivoiriens. Le gouverneur rétorqua que Baba correspondait avec sa famille qu’il aidait financièrement : passé entre les mailles du contrôle colonial, le sujet était un migrant économique aux États-Unis.

Africains et Américains : une interaction en question sur fond de ségrégation raciale

  • 29 Sur le panafricanisme, voir J. A. Langley (1973) et la dernière publication de P. Manning (2009).

29La question soulevée par le gouverneur général de l’aof n’était pas sans fondement, dans la mesure où certains marins constituaient un réseau de messagers officieux pour les adversaires du colonialisme (Cooper 2008 : 43). En Sierra Leone, au Liberia, en Gold Coast, au Nigeria, en Afrique du Sud et en aof (Hill 1995), ils introduisaient clandestinement les pamphlets contre le régime colonial. Les sujets et citoyens français entretenaient des relations étroites avec les Noirs Américains — aujourd’hui Afro-Américains — dans le cadre du panafricanisme29. Certes, les penseurs du panafricanisme étaient divisés par des objectifs contradictoires et des rivalités internes, mais ils contestaient la discrimination raciale dans les Amériques et la colonisation européenne en Afrique ainsi qu’en Asie. Au début du xxe siècle, ils contribuèrent à la diffusion des idées panafricanistes ou pan-nègres dans la Caraïbe, aux Amériques, en Europe et, dans une moindre mesure, en Afrique. Durant l’Entre-deux-guerres, ils s’exprimèrent dans un contexte de réhabilitation des identités des mondes noirs et d’effervescence culturelle et politique. Aux États-Unis, le mouvement Harlem Renaissance, vivace à New York, valorisait l’apport de l’héritage africain dans la culture américaine (Weil 2004 : 260-263), tandis qu’en Europe, la négritude — née en métropole — reconnaissait une personnalité africaine dans un environnement assimilationniste (Manning 2009). Les acteurs du panafricanisme circulaient d’un pays à l’autre, étroitement surveillés par les services de police locaux. Publications, manifestations et rencontres internationales, les échanges entre élites intellectuelles africaines et américaines sont connus.

30Par exemple, Kodjo Tovalou-Houénou, un avocat dahoméen installé à Paris et partisan de l’extension de la citoyenneté à l’ensemble des sujets, dénonçait l’indigénat (Manning & Spiegler 1991 : 16). Alors que le Jamaïcain Marcus Garvey, président de l’Universal Negro Improvement Association, prônait le retour des diasporas africaines en Afrique et la création d’un État à leur intention. En 1924, après avoir fondé la Ligue universelle de défense de la race noire avec le romancier René Maran, Kodjo séjourna en Amérique où il rencontra Marcus Garvey, qui le porta symboliquement à la tête de son organisation lors de la convention de New York (ibid. : 20), et le progressiste Edward Burghardt Du Bois de la National Association for the Advancement of Colored People (Zinsou & Zouménou 2004 : 150). Le Dahoméen visita également Philadelphie, Chicago et Washington (Manning & Spiegler 1991 : 21). À son retour en métropole en 1925, il répandit la pensée garveyiste purgée de sa dimension autonomiste et indépendantiste à travers sa revue Les Continents. Les marins transportaient cette publication parmi d’autres, contribuant ainsi à propager le message de la remise en cause de la suprématie blanche auprès d’une minorité d’« évolués » — sujets formés à l’école coloniale — résidant dans les pays de l’aof. Toutefois, les activistes panafricanistes connurent peu de succès dans l’Empire français en raison de la censure et de la répression coloniale. Pour le reste, la philosophie panafricaniste restait abstraite pour une majorité de marins qui se préoccupaient de gagner leur vie et d’entretenir la famille soumise au régime colonial.

31En 1938, dans la conclusion de son étude sur les marins coloniaux, l’ancien navigateur sénégalais décrivait la migration de Sénégalais vers les États-Unis. Il soulignait une bonne insertion socioprofessionnelle des migrants dans une société où les Noirs étaient mal vus par le reste de la population en raison de la persistance du préjugé de couleur. La ségrégation raciale, instituée dans les États du sud du pays depuis au moins 1877 (Gomez 2005 : 152), les maintenait en effet dans une condition de citoyens de seconde classe, privés des droits civiques et astreints à vivre séparés des Blancs dans les lieux publics. Les Noirs avaient peu accès à l’éducation et à la formation professionnelle, ce qui les excluait des syndicats professionnels et les reléguait dans des métiers pénibles, ingrats : portiers, serveurs, domestiques. Ces citoyens, fuyant une vie misérable et les violences racistes, remontèrent vers les villes du Nord — à New York, leur proportion augmenta de 2 à 6 % de la population totale de la ville entre 1890 et 1940 (Weil 2004 : 210). En 1910, et malgré leur éviction des syndicats, ils étaient 350 000 ouvriers travaillant dans l’industrie américaine (Gomez 2005 : 168-169).

  • 30 ANF-CARAN, 200MI2322, 17G160-2, AOF, questions politiques diverses, note sur la vie des indigènes d (...)

32Dans ce contexte, l’ancien marin concluait pourtant que les Sénégalais vivant aux États-Unis véhiculaient une image positive : ils étaient « très obéissants »30, « travailleurs » et « sympathiques », contrairement aux Afro-Américains, réduits à des « ivrognes et des fainéants », des « batailleurs » et des « provocateurs ». Selon lui, d’une manière générale, à l’étranger, c’est-à-dire en dehors des pays de l’Empire, les migrants avaient un bon esprit, un peu comme si le fait de s’affranchir de la tutelle française leur permettait de se révéler. Il en voulait pour preuve la discrétion et la réussite sociale des Sénégalais séjournant en Amérique, en Grande-Bretagne, en Argentine où certains s’étaient fait naturaliser ou s’étaient mariés avec des femmes du pays alors que la ségrégation aux États-Unis proscrivait le métissage (ibid) :

  • 31 Ibid.

« Hors de France, en Angleterre, ou en Amérique surtout, le Sénégalais est le meilleur sujet. Là, se sentant à l’étranger, il ne fait que son travail et il est le plus tranquille du monde. Il y a des Sénégalais qui sont en Angleterre et qui y ont des situations appréciables ; il y en a d’autres en Amérique du Sud ; leur conduite leur vaut d’être admis dans toutes les sociétés. Il y en a qui s’y sont mariés et qui ont des enfants ; certains sont naturalisés argentins (pour les besoins de la cause) »31.

  • 32 ANF-CARAN, 200MI3065, 21G135, AOF, expulsion d’étrangers, expulsion de navigateurs étrangers de New (...)

33Il convient de relativiser ces témoignages franco-africains sur la société américaine et de les replacer dans leur contexte. Car, dans le même temps, les sources disponibles montrent que les migrants s’accommodaient de la ségrégation. Un fait passé presque inaperçu témoigne de l’ambivalence des rapports entre Américains et Africains « arrivés » à New York. Il concerne l’expulsion de neuf marins de l’aof, en 1925, par l’État américain, trois Sénégalais, trois Guinéens et trois Soudanais32. Cette expulsion survint lors du congrès constitutif de l’American Negro Labor Congress organisé par des activistes afro-américains à Chicago du 25 au 31 octobre 1925. Elle permet de repenser les relations entre Africains et Américains dans un contexte de fermeture des portes de l’Amérique à l’immigration africaine, car elle aborde la politique américaine en fonction des enjeux du moment, les connections entre activistes afro-américains et africains ainsi que des ambigüités de la politique coloniale française ; le tout renvoyant à la complexité des logiques et des trajectoires migratoires au sein des travailleurs originaires de la Fédération.

  • 33 <http://www.foia.gov/foiaindex/ancl.htm (consulté en avril 2006), FBI, American Negro Labor Congres (...)
  • 34 Ibid. D’après les agents du FBI, le caractère communiste de la convention de l’American Negro Labor (...)
  • 35 Lovett Fort-Whitman retourna la critique sur la division du mouvement syndical contre William Green (...)

34À première vue, la tenue du congrès est d’ordre interne puisqu’elle s’inscrit dans la continuité du combat pour l’abrogation de la ségrégation et de la répression aux États-Unis. Ce combat, relancé au sortir de la Première Guerre mondiale et de l’arrivée des Noirs dans les grandes villes du Nord, prit des formes pluridimensionnelles et connues dont le mouvement Harlem Renaissance ou encore les associations d’Edward Burghardt Du Bois ou de Marcus Garvey. Dans le monde du travail, en vue de contrer la discrimination imposée par l’American Federation of Labor, les Noirs constituèrent leurs propres syndicats comme l’Associated Colored Employees of America ou l’Association of Afro-American Steam and Gas Engineers and Skilled Workers of Pittsburgh (Gomez 2005 : 169). À l’automne 1925, Lovett Fort-Whitman, un activiste marxiste, promut ainsi la création de l’American Negro Labor Congress à Chicago33. Dans l’enceinte du Metropolitan Community Center de la ville, les délégués venus de tout le pays assistèrent aux débats, discrètement surveillés par des agents du Federal Bureau of Investigation (fbi) mandatés par le directeur national de l’agence, Hoover34. Les congressistes, outre les revendications sur l’amélioration des conditions de travail et de vie, exigèrent l’abrogation de toutes les lois sur la ségrégation. Ils fustigèrent l’attitude du président de l’American Federation of Labor, William Green, qui, occultant la discrimination, tentait de les assimiler à des représentants du communisme international et à des briseurs de l’unité supposée du mouvement syndical35.

  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid. Les lettres de soutien sont également adressées à Marcus Garvey, alors incarcéré à la prison (...)
  • 38 Ibid.

35Les critiques avaient également une dimension internationale et coloniale. Le secrétaire général d’All-America Anti-Imperialist League, Manuel Gomez, souligna le désir ardent de liberté au sein des « races de couleur » (« darker races »), désireuses de s’affranchir de la tutelle impérialiste en Afrique du Nord, en Mésopotamie, en Chine, en Jamaïque et dans le reste de l’Empire britannique36. Les congressistes apportèrent leur soutien aux mouvements nationalistes et syndicaux réprimés dans la Caraïbe ainsi que dans les possessions européennes, d’où les messages envoyés à la South African Industrial and Commercial Union of Negro Laborers en Afrique du Sud ou au résistant Abdel Krim au Maroc, qui demeure le seul pays de l’Afrique française mentionné37. En dépit de la présence de Richard Moore, l’émissaire de l’Ethiopian Student’s Alliance de New York, le monde colonial cité à Chicago ne compte aucun délégué sur place — ce qu’atteste la liste nominative des 41 invités officiels au congrès que se sont procurée les agents du fbi38.

36Le gouvernement américain, ayant visiblement une autre appréciation de la situation, cherchait à prévenir une connexion entre syndicalistes américains et sujets français sous les auspices de Lovett Fort-Whitman. Dans ce contexte, il décida d’expulser de New York neuf marins originaires de l’aof, à ses frais, comme le précisa le ministre des Colonies français au gouverneur général de l’aof, cinq jours après la clôture du congrès de Chicago et au moment du rapatriement des indésirables de Bordeaux vers Dakar et Conakry à bord du « Tchad », un paquebot des Chargeurs réunis :

  • 39 ANF-CARAN, 200MI3065, 21G135, AOF, expulsion d’étrangers, expulsion de navigateurs étrangers de New (...)

« Embarqués ce jour sur “TCHAD” six navigateurs indigènes à destination Dakar et trois destination Conakry expulsés NEW YORK par autorités américaines »39.

37Et le ministre de suggérer que l’expulsion de ses administrés avait des motifs politiques puisqu’elle s’inscrivait dans le contexte de la tenue de la convention de l’American Negro Labor Congress à Chicago dont il avait eu vent de la préparation par Désiré, un agent du service de liaison avec les originaires des territoires français d’Outre-mer, structure policière contrôlant les activités extraprofessionnelles des sujets :

  • 40 Ibid. Les archives du Service de liaison avec les originaires des territoires français d’Outre-mer (...)

« Il semble que cette mesure ait été prise par le Gouvernement américain au moment du Congrès des travailleurs noirs qui a dû se tenir à Chicago le 25 Octobre dernier […]. Il y a tout lieu de présumer que cette mesure est le prélude d’une épuration sévère entreprise par le Gouvernement de l’U.S.A. et que d’autres expulsions semblables vont se produire. Le service de l’émigration américain refoule tous les indésirables jusqu’à leur pays d’origine et assure entièrement leurs frais de voyage jusqu’au port de débarquement. C’est pour cette raison qu’ils ne viennent pas encore grossir, dans nos ports, le nombre déjà important d’indigènes dépourvus de moyens d’existence réguliers, et que j’ai laissé continuer ces individus sur leurs colonies respectives »40.

  • 41 CAOM, 3slotfom/41.

38Les marins ont peut-être seulement assisté à ce congrès, ce qui expliquerait l’absence de leurs noms sur les listes du fbi. Le gouvernement américain semblait vouloir sanctionner les marins en les expulsant à titre préventif, sinon en appliquant rigoureusement sa politique d’immigration à l’encontre des sujets coloniaux. La mésaventure américaine de ces migrants les poursuivit jusque dans le pays d’origine qu’ils regagnèrent en transitant par la métropole ; à Paris, ils se virent retirer leur livret d’identité et subirent un interrogatoire serré des services du ministre. Natif de Kayes, le Soudanais Mamadou Diallo, un des neufs expulsés, fut incarcéré à son débarquement à Dakar. En 1926, à partir de sa prison, il sollicitait la restitution de son livret d’identité, sans succès41.

Note au ministre des Colonies à propos de l’envoi d’émissaires coloniaux par le Parti communiste français au Congrès de l’American Negro Labor Congress en 1925
Le 15 septembre 1925
Le comité directeur du Parti communiste vient de décider d’envoyer deux délégués au congrès pan-noir qui doit avoir lieu en octobre prochain à Chicago. Ces deux délégués seront pris parmi les Noirs des colonies françaises adhérents au parti.
Bloncourt et Senghor sont chargés d’établir les cahiers des revendications que les délégués auront mission de soumettre au dit congrès.
Quant aux deux délégués qui ne sont pas encore désignés mais qui le seront très prochainement et on suppose que ce seront les deux Noirs qui ont reçu la mission d’élaborer les cahiers des revendications Bloncourt et Senghor.
DésiréSource : ANF-CAOM : 2slotfom/4, agent Désiré, 1925-1926.

39Le contexte politique français et les revirements des structures locales encadrant les colonisés travaillant en métropole éclairent d’un jour nouveau cette expulsion. On sait que les « évolués » étaient en contacts suivis avec les activistes américains dans le cadre des mouvements panafricanistes. En vue de légitimer la présence française outre-mer, le président du Conseil, Clémenceau, appuya l’organisation du premier congrès panafricain à Paris en 1919 (Dewitte 1985 : 57-58). Il la confia au député sénégalais Blaise Diagne et à Candace Gratien, député noir de la Guadeloupe, lesquels convièrent, parmi leurs invités, Edward Burghardt Du Bois (ibid.). Ancien combattant et employé postal, Lamine Senghor critiqua cette collusion ; en 1924, il intégra l’Union inter-coloniale, contrôlée par le Parti communiste (ibid. : 110, 127). Constatant que le Parti instrumentalisait à son tour les travailleurs coloniaux à des fins politiques, il en claqua la porte en 1925 (ibid. : 130). Mais la direction du Parti avait un temps songé à envoyer des coloniaux au congrès constitutif de l’American Negro Labor Congress avant de se raviser et de proposer à Lamine Senghor de rejoindre Chicago à ses frais, en tant que marin ou passager clandestin : « On conseille à Lamine Senghor de se faire embaucher comme navigateur ou de s’embarquer clandestinement pour l’Amérique » (ibid. : 111).

  • 42 Faute d’avoir pu se rendre à Chicago, Lamine Senghor bénéficia du soutien financier de Lovett Fort- (...)

40La coïncidence est pour le moins troublante lorsqu’on apprend par la suite que le gouvernement américain expulsa des marins de l’aof dans le cadre de la manifestation en question42. Tout cela montre bien que les relations étroites entre activistes américains et français, sujets ou citoyens, transcendaient la classe des « évolués » et des élites intellectuelles : les travailleurs en général et les marins en particulier en étaient les acteurs à part entière. Il convient donc de repenser les liens étroits entre ces deux catégories sociales que l’on appréhende le plus souvent isolément ; or elles appartiennent toutes deux au monde colonial et participent à leur façon à la circulation des informations, des discours, voire se mobilisent conjointement pour des actions ponctuelles. Il s’agit d’une piste de recherches à approfondir. Après 1925, le flux migratoire de travail entre la Fédération et les États-Unis ne déclina pas pour autant, comme le confirma, en 1938, le marin sénégalais à la retraite.

41

42L’arrivée des « évolués » et des élites intellectuelles africaines en Amérique est connue dans le cadre des échanges entre panafricanistes durant l’Entre-deux-guerres ; moins connue, celle des travailleurs venus de l’Afrique française au lendemain de la Première Guerre mondiale s’inscrit dans le contexte plus large de la diversification des flux migratoires et de la mise en place de l’ordre colonial au sein des pays de l’aof, en particulier au Sénégal, au Soudan, en Guinée et en Côte-d’Ivoire. Les travailleurs, en vue de payer l’impôt de capitation et de se soustraire au travail forcé ainsi qu’à la conscription, circulaient massivement vers les chantiers de travaux publics, les plantations, villes, ports, de la Fédération, principalement exploitée dans sa façade maritime. Ils recherchaient activement et opportunément des débouchés à l’émigration, d’où la dispersion individuelle des travailleurs de l’aof en direction des Amériques, peu documentée, contrairement à celle vers l’Europe.

43Disposant a priori d’un capital de relations moindre par rapport aux « évolués » aux connections étendues de part et d’autre de l’Atlantique, il était plus difficile aux travailleurs de rejoindre les États-Unis. Dans le même temps, ils étaient moins visibles, car moins surveillés que les élites par les différents services de police. On ne peut donc affirmer que leur présence en Amérique remonte aux années 1980 et aux effets induits de la mondialisation en Afrique de l’Ouest, ou aux politiques migratoires restrictives adoptées en Europe depuis 1973 ou encore à l’ouverture du pays à l’immigration africaine après 1965. Ces événements ont agi plus comme accélérateur que comme déclencheur d’un mouvement qui est en fait plus ancien. Il convient de noter les logiques de circulation anciennes et actualisées en vigueur dans le monde des migrants qui leur permirent de prendre part aux mouvements transatlantiques. L’histoire coloniale du groupe des marins en particulier montre que le poste de navigateur, difficile mais prisé, était un moyen efficient pour atteindre l’Outre-mer. On peut souligner l’efficacité relative de la pratique migratoire maritime dans la mesure où les cas évoqués dans ce texte ne représentent qu’une partie des marins ayant eu à faire à un moment ou à un autre aux autorités administratives, c’est dire qu’un nombre plus important de migrants a pu s’installer en Amérique et ailleurs en toute discrétion.

44Alors que les portes du pays leur étaient fermées en vertu de l’application de la politique d’immigration par quotas de nationalités, en 1921, les sujets français parvinrent à rejoindre et, pour certains, à s’établir aux États-Unis grâce à leur emploi dans la marine marchande et à leur initiative de se reconvertir professionnellement dans un pays de plus en plus prospère. Pour atteindre New York à partir de Dakar, les migrants bénéficièrent également du soutien des armateurs ainsi que des capitaines qui, en raison de la concurrence entre les sociétés maritimes, firent appel à une main-d’œuvre croissante de chauffeurs à bord des navires desservant les ports des États-Unis et des Amériques. De même, il existait une véritable économie autour de l’organisation du recrutement et du transport de la force de travail incarnée par les marins en activité et les autres émissaires des armateurs, ce qui aida la mobilité des travailleurs vers les pays lointains.

45Ces réseaux migratoires complexes et à différentes échelles, parfois connectés à une pratique ancienne de la mobilité au sein des groupes, attestent de la précocité de l’arrivée des travailleurs de l’aof aux Amériques, simultanément à celle des élites. De plus, ils confirment que, après les abolitions de la traite transatlantique des esclaves au cours du xixe siècle, les flux migratoires de travail entre l’Afrique et les Amériques se sont maintenus, certes timidement et selon de nouvelles modalités, participant ainsi du processus de renouvellement des diasporas d’origine africaine. Ainsi, s’il convient de prendre en compte les effets combinés de l’indépendance des colonies françaises au sud du Sahara, à partir de 1958, et de l’abrogation de la politique migratoire américaine restrictive, en 1965, dans la reprise des flux vers les États-Unis, particulièrement visible depuis les années 1980, il importe également de la replacer dans le contexte d’un processus ininterrompu de mobilités entre l’Afrique et les Amériques, sensible durant l’Entre-deux-guerres au sein des marins originaires de l’aof. Les marins jetèrent donc les bases de l’importante immigration actuelle en Amérique du Nord en ouvrant la voie à d’autres candidats à l’exil en provenance des pays de l’Afrique francophone. Du fait d’une continuité historique dans les localités d’origine des Sénégalais, Guinéens, Ivoiriens et Maliens, on peut parler de générations de migrants transatlantiques.

Haut de page

Bibliographie

Arthur, J., 2000, Invisible Sojourners : African Immigrant Diaspora in the United States, Westport, Greenwood.

Bengali, Y., 2006, Le Malien de New York. Le mythe de l’immigration noire, Bamako, Jamana.

Cooper, F., 2004, Décolonisation et travail en Afrique : l’Afrique britannique et française, 1935-1960, Paris, Karthala (« Histoire des Suds ») ; Amsterdam, Sephis.

Cooper, F., 2008, L’Afrique depuis 1940, Paris, Payot.

Coquery-Vidrovitch, C., 2001, « Nationalité et citoyenneté en Afrique occidentale française. Originaires et citoyens dans le Sénégal colonial », Journal of African history, 42 (2).

Coquery-Vidrovitch, C. & d’Almeida-Topor, H. (dir.), 1976, « L’Afrique et la crise de 1930 (1924-1938) », Numéro spécial, Actes du colloque, 9-10 avril, Paris, Université Paris 7, Revue française d’histoire d’outre-mer, LXIII (232-233).

Cordell, D. D., Gregory, J. W. & Piché, V., 1996, Hoe and Wage. A Social History of Circular Migration System in West Africa, Boulder, Westview Press (« African Modernization and Development Series »).

Curtin, P., 1969, The Atlantic Slave Trade. A Census, Madison, University of Wisconsin Press.

David, P., 1980, Les navétanes : histoire des migrants saisonniers de l’arachide en Sénégambie des origines à nos jours, Dakar-Abidjan, NEA.

Dewitte, P., 1985, Les mouvements nègres en France, 1919-1939, Paris, L’Harmattan (« Racines du présent »).

Diarra, S., 1968, « Les travailleurs africains noirs en France », Bulletin de l’Institut fondamental d’Afrique noire, série B, XXX (3) : 884-1004.

Ebin, V., 1990, « Commerçants et missionnaires : une confrérie musulmane sénégalaise à New York », Hommes et migrations, 1132 : 25-31.

Echenberg, M. J., 1980, « Les migrations militaires en Afrique occidentale française, 1900-1945 », Revue canadienne des études africaines/Canadian Journal of African Studies, 14 (3) : 429-450.

Fall, B., 1993, Le travail forcé en Afrique occidentale française (1900-1946), Paris, Karthala (« Hommes et sociétés »).

Foner, N., 2000, From Ellis Island to JFK : New York’s Two Great Waves of Immigration, New York, Russell Sage Foundation, New Haven, Yale University Press.

Gary-Tounkara, D., 2008, Migrants soudanais/maliens et conscience ivoirienne. Les étrangers en Côte-d’Ivoire (1903-1980), Paris, L’Harmattan (« Études africaines »).

Gilroy, P., 2003, L’Atlantique noir. Modernité et double conscience, Paris, Éditions de l’Éclat (« Kargo »).

Gomez, M. A., 2005, Reversing Sail : A History of the African Diaspora, Cambridge, Cambridge University Press (« New approaches to African history », 3).

Hill, R. A. (ed.), 1983, The Marcus Garvey and Universal Negro Improvement Association Papers, II. August 1919-August 1920, Berkeley-Los Angeles-London, University of California Press.

Hill, R. A. (ed.), 1995, The Marcus Garvey and Universal Negro Improvement Association Papers, IX. Africa for the Africans, June 1921-December 1922, Berkeley, University of California Press.

Jackson, S. A., 2005, Islam and the Blackamerican : Looking toward the Third Resurrection, New York, Oxford University Press.

Kane, O. O., 2011, The Homeland Is the Arena : Religion, Transnationalism, and the Integration of Senegalese Immigrants in America, Oxford-New York, Oxford University Press.

Kanya-Forstner, A. S. 1969, The Conquest of the Western Sudan : A Study in French Military Imperialism, Cambridge, Cambridge University Press.

Langley, J. A., 1973, Pan-Africanism and Nationalism in West Africa, 1900-1945 : A Study in Ideology and Social Classes, Oxford, Clarendon Press (« Oxford Studies in African Affairs »).

Lovejoy, P., 1980, Caravans of Kola : The Hausa Kola Trade, 1700-1900, Zaria, Ahmadu Bello University Press.

Manchuelle, F., 2004, Les diasporas des travailleurs soninké (1848-1960) : migrants volontaires, Paris, Karthala (« Hommes et sociétés »).

Manning, P., 2009, The African Diaspora : A History through Culture, New York, Columbia University Press (« Columbia Studies in International and Global History »).

Manning, P. & Spiegler, J. S., 1991, « Kojo Tovalou-Houenou : Pan-Africanism Patriot at Home and Abroad », texte presenté à l’African Studies Faculty Seminar/African Social History Workshop, 4 avril, Stanford University.

Marc-Schrader, L., 1913, « Le port de Dakar », Annales de géographie, 22 (124) : 367-370.

Ndiaye, P., 2008, La condition noire : essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy.

Pattieu, S., 2009, « Souteneurs noirs à Marseille, 1918-1921. Contribution à l’histoire de la minorité noire en France », Annales. Histoire, sciences sociales, 64 (6) : 1361-1386.

Powell, M. & Bernstein, N., 2007, « In Tragedy, Glimpsing Oft-Overlooked Newcomers’ Lives », The New York Times, 10 mars.

Rodet, M., 2009, Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946), Paris, Karthala (« Hommes et sociétés »).

Rouch, J., 1956, « Migrations au Ghana (Gold Coast). Enquête 1953-1955 », Journal de la Société des africanistes, XXVI (1-2) : 33-196.

Simon, G., 1995, Géodynamique des migrations internationales dans le monde, Paris, PUF (« Politique d’aujourd’hui »).

Stoller, P., 2001, Money Has no Smell : the Africanization of New York City, Chicago, University of Chicago Press.

Weil, F., 2004, Histoire de New York, Paris, Fayard (« Histoire des grandes villes du monde »).

Wilder, G., 2005, The French Imperial Nation-State : Negritude and Colonial Humanism between the Two World Wars, Chicago, University of Chicago Press.

Zinsou, É. D. & Zouménou, L., 2004, Kojo Tovalou Houénou, précurseur, 1887-1936 : pannégrisme et modernité, Paris, Maisonneuve et Larose.

Haut de page

Notes

1 Périodiquement, dans la presse, on redécouvre l’enracinement de ces migrants. Ainsi, en mars 2007, dans le Bronx à New York, l’incendie d’un immeuble de trois étages provoqua le décès de ses occupants : deux familles maliennes originaires de Kayes composées d’une vingtaine de personnes. Les « premiers » arrivèrent en Amérique à la fin des années 1970 : « They began alighting in New York in the late 1970s, these Malian traders riding the currents of the global economy. After a decade, may be two, of intense work, they sent for their wives who would bear many children and settle in Harlem apartments and cacophonous old town houses on hilly streets in the Bronx » ; on recensait alors 50 000 Ouest-Africains vivant à New York dont 6 à 10 000 Maliens (Powell & Bernstein 2007).

2 A. S. Kanya-Forstner (1969) a mis en lumière les conditions de l’expansion française du Sénégal vers les pays du Soudan et le fleuve Niger.

3 Archives nationales du Sénégal (ANS), 2G32-22(9), Dakar et dépendances (circonscription de), rapport d’ensemble : Inscription maritime, 1932, p. 1.

4 Distant de 3 400 milles de New York et 3 600 du Cap en Afrique du Sud, 2 500 milles de Londres et 2 600 de Rio de Janeiro au Brésil, 1 550 milles de Lisbonne et 1 700 de Natal au Brésil. ANS, 2P2532, AOF, marine : renseignements sur les ports maritimes : Marseille, Alger, Las Palmas, Dakar, graphiques, plans, tableaux, correspondance, 1948-1957.

5 Archives nationales de France-Centre d’accueil et de recherches des archives nationales (ANF-CARAN), 200MI2377, 17G 293, AOF, notes de presse, 1920-1923, notes diverses destinées à la presse.

6 ANS, 10F1, AOF, consulats français à l’étranger, 1878-1915.

7 ANF-CARAN, 200MI2322, 17G160-2, AOF, questions politiques diverses, note sur la vie des indigènes d’AOF travaillant dans la navigation métropolitaine, vie en France des originaires de Casamance et d’AOF.

8 Ibid.

9 Pour une analyse des répercussions de la crise de 1929 dans les pays de l’AOF, lire C. Coquery-Vidrovitch & H. d’Almeida-Topor (1976).

10 ANF-CARAN, 200MI2322, 17G160-2, AOF, questions politiques diverses, note sur la vie des indigènes d’AOF travaillant dans la navigation métropolitaine, vie en France des originaires de Casamance et d’AOF. L’auteur ne précise pas le nom des sociétés maritimes et des usines en question.

11 Ibid.

12 Ibid. Les passagers clandestins, des jeunes gens en quête d’une activité salariée, payaient leur voyage en échange d’un travail gratuit effectué à bord du navire ; arrivés à bon port et le temps de trouver un travail, ils étaient pris en charge par les membres du groupe.

13 ANS, 1F204, Sénégal, demandes de rapatriement d’indigènes ; correspondances, 1940-1946.

14 Ibid.

15 ADMMS, archives non classées.

16 ADMMS, archives non classées, 2062, Boubou Nalla.

17 ANS, 10F3-17, AOF, consulats, D et E.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Archives du gouvernorat de Kayes (Mali), documents communiqués par Marie Rodet.

22 Ibid.

23 ANS, 7G9-2, Guinée, correspondance administrative a/s d’un chèque de 1 130 F, adressé en janvier 1924 par le nommé Abdoulaye Barry, de New York, à son frère Pelli Barema, habitant le village de Palaga, cercle de Pita (septembre 1925-janvier 1926).

24 Ibid.

25 Ibid.

26 ANF-CARAN, 200MI2127, 5G 49-110, Côte-d’Ivoire, affaires politiques diverses, 1928-1931, transmission d’un mandat de 1 000 F expédié par le nommé Baba Diaby à New York, à son frère Ibrahim Diaby résidant à Samatiguila (Cercle d’Odienné) (novembre 1930-avril 1931).

27 Ibid.

28 Archives nationales de Côte-d’Ivoire (ANCI), 4KK11, Grand-Bassam, note sur le fonctionnement du wharf de Grand-Bassam, 1925-1929, pp. 2-3.

29 Sur le panafricanisme, voir J. A. Langley (1973) et la dernière publication de P. Manning (2009).

30 ANF-CARAN, 200MI2322, 17G160-2, AOF, questions politiques diverses, note sur la vie des indigènes d’AOF travaillant dans la navigation métropolitaine, vie en France des originaires de Casamance et d’AOF.

31 Ibid.

32 ANF-CARAN, 200MI3065, 21G135, AOF, expulsion d’étrangers, expulsion de navigateurs étrangers de New York (1925). FBI, American Negro Labor Congress, 1925-1926, 1965. Les archives du FBI concernant l’American Negro Labor Congress étaient consultables en ligne en avril 2006 : <http://www.foia.gov/foiaindex/ancl.htm>. Les noms des agents et certaines parties des rapports sont illisibles, car recouverts de feutre noir. Archives nationales de France-Centre d’archives d’Outre-mer (ANF-CAOM), 3slotfom/41. Les données complémentaires sur les lieux de naissance des marins ont été fournies par Brandon County.

33 <http://www.foia.gov/foiaindex/ancl.htm> (consulté en avril 2006), FBI, American Negro Labor Congress, 1925-1926, 1965.

34 Ibid. D’après les agents du FBI, le caractère communiste de la convention de l’American Negro Labor Congress se retrouvait même dans la décoration du hall du Métropolitan Community Center de Chicago, pour l’occasion orné de portaits de figures révolutionnaires ou abolitionnistes : « The hall is decorated with the pictures of leaders of revolution among colored peoples in difference lands, such as Saklatvala, of Indonesia, Sun Yat Den, of China, Abd-el Krim of Morocco, Toussaint Louverture, of Haiti, and Nat Turner and Denmark Vesey, who led slaves uprisings in the South during the Civil War days. Over the platform is a large picture of a negro labor and farmer greeting each other under the Communist symbols of crossed hammer and sickle » (ibid.).

35 Lovett Fort-Whitman retourna la critique sur la division du mouvement syndical contre William Green (ibid).

36 Ibid.

37 Ibid. Les lettres de soutien sont également adressées à Marcus Garvey, alors incarcéré à la prison fédérale d’Atlanta, à des soldats noirs impliqués dans des manifestations contre la ségrégation.

38 Ibid.

39 ANF-CARAN, 200MI3065, 21G135, AOF, expulsion d’étrangers, expulsion de navigateurs étrangers de New York (1925).

40 Ibid. Les archives du Service de liaison avec les originaires des territoires français d’Outre-mer sont consultables au CAOM d’Aix-en-Provence en France.

41 CAOM, 3slotfom/41.

42 Faute d’avoir pu se rendre à Chicago, Lamine Senghor bénéficia du soutien financier de Lovett Fort-Whithman lorsque, en 1926, il fonda le Comité de défense de la race nègre à Paris (Dewitte 1985 : 111, 130).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Livret de navigation de Nayé Sira Camara, marin entre aof et Amérique
Crédits Source : Admms, archives non classées, 4966, Nayé Sira Camara.
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/17623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daouda Gary-Tounkara, « De Dakar à New York », Cahiers d’études africaines [En ligne], 213-214 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/17623

Haut de page

Auteur

Daouda Gary-Tounkara

Les Afriques dans le monde (LAM), CNRS, Sciences Po Bordeaux.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page