Navigation – Plan du site
Études et essais

Tant de sang coulera en ruisseaux. Sources orales et écrites et le Stéréotype du Nuer belliqueux (Soudan)

So Much Blood will Stream from Ngundeng’s Barn: Oral and Written Sources and the “Fighting Nuer Stereotype”
Philip Macdonald
p. 623-664

Résumés

Le Stéréotype du Nuer belliqueux n’a jamais existé. Dès la première expédition turco-égyptienne, les Nuer sont décrits par leurs voisins comme des guerriers redoutés. Cette réputation ne s’est jamais démentie. D. H. Johnson s’est appuyé sur ce soi-disant Stéréotype pour critiquer les travaux d’Evans-Pritchard et avancer la thèse que les prophètes nuer étaient des hommes de paix. Son utilisation des sources écrites et orales est souvent fort contestable. En fait, les prophètes nuer étaient des femmes ou des hommes de guerre et de paix.

Haut de page

Texte intégral

« [L]’un d’eux montrant l’intention de se précipiter sur l’un de nos soldats noirs, celui-ci qui avait remarqué le dessein de son adversaire, le frappa avec son fusil, et il prit deux petits enfants qu’il emmena avec lui. Après délibération, nous nous décidâmes de garder ces enfants auprès de nous » (Qapudan 1842 : 171).
« Le drogman sorti avec son fusil, vit un homme d’un village voisin qui, accompagné de ses deux enfants de dix à douze ans, voulait éviter l’approche de nos barques. Le soldat l’appela. Celui-ci continuait sa route. Le soldat pressa le pas, le rejoignit, et s’apercevant que le noir avait un bâton dont peut-être il craignit les coups, fusilla le père, s’empara des enfants avec un autre soldat et les conduisit à la barque no 4. C’étaient des Nouers d’une figure intéressante ; quelques larmes coulaient de leurs yeux, mais les bons traitements qu’ils reçurent leur firent oublier leur patrie. Ils sont en ce moment à Carthoum » (Thibaut 1856 : 174).

  • 1 F. D. Rosa (2012 : 6) écrit : « [t]entée pour l’unique but des découvertes. »
  • 2 Parlant des explorateurs du XIXe siècle, Evans-Pritchard (1971b : 145), ainsi écrit : « But if not (...)
  • 3 D. H. Johnson (1981a : 509) écrit au sujet des sources sur les Nuer : « More can and should be said (...)

1La première citation ci-dessus est tirée du journal de bord de Selim Qapudan, le capitaine de l’expédition de 1839 entreprise officiellement pour découvrir les sources du Nil Blanc1. Le vif intérêt dans la recherche des sources du Nil fait que le récit de Qapudan a été traduit et publié dans plusieurs langues européennes (Deng 2003 : 16). La seconde vient du journal de l’expédition à la recherche des sources du Nil de Georges Thibaut. Douglas H. Johnson s’est appuyé sur le récit de Qapudan pour expliquer comment l’image de Nuer belliqueux, qu’il affirme être une falsification, est née. Frederico Delgado Rosa a utilisé celui de Thibaut pour revisiter cet incident. La juxtaposition de ces deux citations montre le contraste entre un soldat menacé par un Nuer qui, dans un cas se contente de lui asséner un coup avec son fusil et, dans l’autre, l’abat de sang-froid. Les deux versions banalisent le fait d’enlever de jeunes enfants pour les réduire en esclavage. Cela rappelle des évidences : une source doit être analysée non seulement en termes de ce qu’elle dit mais aussi de ce qu’elle cherche à dissimuler ; il faut aussi déterminer à qui l’auteur s’adresse2 et dans quel contexte3. Par ailleurs, les motivations du chercheur qui utilise la source peuvent l’amener à tronquer ou déformer ce qui est dit. Nous allons chercher à montrer en quoi l’usage que fait Douglas H. Johnson de ses sources peut prêter le flanc à la critique et remettre en cause ses interprétations.

Un malentendu culturel ou un accès de colère ?

  • 4 « D’après l’interprétation de Johnson, c’était le début d’une longue généalogie de méprise sur la c (...)
  • 5 « The Nuer have been merging with the Eastern Dinka and have come more and more to resemble them » (...)

2Dans son article « Les Bœufs de la Paix », Frederico Delgado Rosa (2012) prend comme point de départ la description par Selim Qapudan du premier contact documenté entre des Nuer et des non-Nilotiques. Ce témoignage a été analysé par Douglas H. Johnson (1981a) dans un article retentissant, « The Fighting Nuer : Primary Sources and the Origins of a Stereotype ». Johnson y arguait qu’Evans-Pritchard avait été victime de sources peu fiables et des conditions spécifiques de son séjour parmi les Nuer et avait donc prêté foi au stéréotype du Nuer belliqueux4 (ci-après « le Stéréotype »). Toujours selon Johnson, les Nuer et les Dinka avaient en fait tendance à vivre en bonne entente, voire à fusionner5, notamment grâce aux mariages entre eux. De surcroît, cette réputation erronée avait mené les administrateurs coloniaux et Evans-Pritchard à ne pas voir que les prophètes étaient des hommes de paix. L’article de Johnson eut l’effet d’un pavé dans la mare car les travaux d’Evans-Pritchard sur les Nuer jouissaient d’un prestige considérable. Par exemple, Louis Dumont (1971 : 55) décrivait The Nuer comme un « chef d’œuvre de la littérature monographique moderne […] » et W. Arens (1983 : 3) soutenait que « dans le cas des Nuer le produit final est probablement ce que nous obtiendrons de plus complet en tant que portrait ethnographique d’une société donnée ». De nombreux chercheurs ignorèrent les détails de l’article, et n’en retinrent que les failles importantes prétendument identifiées dans l’approche d’Evans-Pritchard.

  • 6 Bimbachi (bimbashi en anglais) était un rang militaire équivalent à capitaine ou commandant.

3F. D. Rosa (2012 : 9) ajoute que D. H. Johnson « a conféré un statut presque symbolique au récit du bimbachi6 Selim Qapudan », le premier à faire référence à l’agressivité des Nuer. Il leur attribue cette nature, non pas parce qu’ils s’étaient approchés de sa flottille armes à la main, mais à cause d’un malentendu culturel.

  • 7 Dans sa thèse, D. H. Johnson (1980a : 14) allait encore plus loin : « It is with this incident that (...)

4Un groupe de Nuer, à la vue de l’expédition, tue un bœuf. Les Égyptiens sont informés par un soldat d’origine dinka, le drogman Méhémed, que ce sacrifice a une signification hostile : « Ils désiraient nous montrer ainsi de quelle manière ils avaient le dessein de nous traiter » (Qapudan 1842 : 82). Quand ce même drogman avertit ses supérieurs qu’un chevreau et du tabac offerts par les Nuer à peu près deux heures plus tard sont empoisonnés, on ouvre le feu sur eux. En fait, le soldat a trompé son monde, parce qu’il venait « du Nord du Sobat, une région qui était alors assujettie aux raids des Nuer » (Johnson 1981a : 509), et naturellement les voyait comme des ennemis. Sa rancune explique pourquoi il a délibérément déformé les intentions des Nuer. Johnson (ibid.) conclut : « Et voilà comment est née la réputation des Nuer de se montrer quasi-instantanément hostiles aux étrangers : par le récit des peurs ressenties au cours de l’expédition même »7.

  • 8 « Obviously I had to read what had been written about the [Zande], and this was in English, French, (...)
  • 9 « It must be remembered that these early voyages up the Nile, one of which Werne accompanied, were (...)

5L’enthousiasme de Rosa (2012 : 10) pour ce « petit trésor égyptien » que Johnson a « redécouvert » (ibid. : 7) l’amène à s’étonner qu’Evans-Pritchard n’en ait pas fait état : « Evans-Pritchard […] ignorait ou passait sous silence la toute première expédition dans le sud du Soudan, laquelle avait donné lieu au tout premier texte décrivant les Nuer. Il ne semble avoir connu que la seconde, celle à laquelle participa l’explorateur allemand Ferdinand Werne (1848), dont l’ouvrage Expedition zur Entdeckung der Quellen des Weißen Nil (1840-1841) était évoqué dans The Nuer » (ibid. : 6). Cette affirmation prête à sourire. Alors qu’il est précisément en train de critiquer Werne, dans un article sur les sources employées dans la recherche sur le sud du Soudan, Evans-Pritchard (1971b : 161) mentionne en passant la première expédition. Il y commence une phrase par « Les Turcs pendant l’expédition de l’année 1839 […] ». Nous savons par ailleurs qu’Evans-Pritchard parlait l’allemand8 ; comment dès lors aurait-il pu ignorer l’expédition de 1839 ? En fait, Evans-Pritchard considérait de manière compréhensible, mais à tort indéniablement, que de tels récits ne présentaient aucun intérêt9. Déjà en 1898 Déhérain (1898 : 23), dans Le Soudan Égyptien sous Mehemet Ali, prenait ses distances avec ces récits : « Mais si Selim était un observateur consciencieux, il restait un officier égyptien. De là dans sa relation certaines erreurs voulues : c’est ainsi que les rapports entre Égyptiens et indigènes ont eu réellement un caractère tout différent de celui qu’il leur prête. »

6Rosa se veut ici plus royaliste que le roi. Johnson n’a jamais prétendu avoir « redécouvert » le récit de Qapudan, et pour cause. En 1961, dans History of the Southern Sudan 1839-1889, l’historien Richard Gray (1961 : 17) écrivait à propos de l’expédition de 1839 : « […] [the expedition’s] first encounters with the few Nuer and Cic Dinka who were near the river were clouded by misunderstandings and fear ; […] a goat received as a gift was thought to be poisoned and the donors were fired upon […]. » Signalons d’ailleurs que Johnson ne cite pas l’ouvrage de Gray mais s’appuie sur les mêmes sources (Qapudan et Thibaut) et inclut le livre de Gray dans la bibliographie de Fighting Nuer. Des mots-clés de ce passage se retrouvent d’ailleurs dans l’article : « malentendus » et « peur ».

  • 10 C’est-à-dire, le chef des troupes embarquées, Soliman Abu Daud, kachef de Kerreri. Un kachef était (...)

7Quant au récit de Qapudan, Rosa se montre plus perspicace que Johnson. De toute évidence, Qapudan a enjolivé l’anecdote puisqu’il prétend avoir fait examiner le chevreau et que « le gonflement de toutes les parties de son corps, ainsi que l’écume qui lui sortait de la bouche, nous furent des preuves irréfragables de la mauvaise foi de ces gens ». Pour Rosa (2012 : 10), Thibaut apporte une explication convaincante à la fusillade « par la colère soudaine du second de l’expédition, le cachef Soliman10. Lorsqu’il entendit que leurs cadeaux étaient empoisonnés, il prit sa carabine sans hésitation et les soldats suivirent son exemple ». Il prête donc foi à l’affirmation selon laquelle le drogman dinka avait convaincu ses compagnons que les cadeaux avaient été empoisonnés. Comment le drogman l’a-t-il su ? L’explication de Qapudan (1842 : 82) est absurde : il soutient que « la sagesse divine voulut qu’un des leurs s’approchant du drogman Méhémed vint lui déclarer les projets perfides que ses compagnons nourrissaient à notre égard ».

8Quant aux « peurs ressenties au cours de l’expédition même », quelques remarques s’imposent. Pas un seul membre de l’expédition n’a été tué ou même blessé. L’expédition comptait 12 bateaux avec 2 canons chacun et 400 soldats et matelots. Thibaut nous apprend qu’en moins de cinq mois l’expédition a tiré 7 880 cartouches. Combien ont été tirées sur des nilotiques ? Voyageant dans une région inexplorée, les membres de l’expédition pouvaient certes avoir peur devant l’inconnu et le risque d’une attaque menée par de nombreux assaillants. Mais ceci n’explique pas pourquoi « les Égyptiens cependant firent le coup de feu à tout propos et sous le moindre prétexte » (Dehérain 1898 : 253). L’attitude des Nilotiques ne justifiait en rien cette violence. Thibaut nous apprend au contraire que les peuples du Haut Nil apportaient des bœufs et des moutons en telle quantité que fréquemment les membres de l’expédition se retrouvaient avec une surabondance de vivres.

9Le journal de bord de Qapudan (1842 : 95) permet de se faire une meilleure idée de ce qui s’est passé durant toute l’expédition. L’exemple suivant est éclairant : « […] mais un groupe de 4 à 500 hommes de la tribu des Kyks (Dinka Cic) s’étant présenté à environ vingt pas de nos haleurs, nous comprîmes, d’après leur manière d’agir, qu’ils étaient dans l’intention de nous attaquer ; alors nous les fîmes prévenir par notre drogman Méhémed qu’ils eussent à nous laisser passer notre chemin, sans quoi il leur arriverait malheur. Cependant ils n’en continuèrent pas moins dans leurs projets hostiles. » Une fusillade est déclenchée. Notons que les Nilotiques cette fois-ci sont des Dinka.

10Dehérain (1898 : 242) déjà vantait le « grand mérite [du récit de Thibaut] d’avoir été écrit par un homme relativement indépendant. Si Thibaut procède parfois par allusion, et s’il garde certaines réticences, il est néanmoins beaucoup plus explicite que Selim ». Nous savons aujourd’hui qu’en fait Thibaut, « écœuré par les atrocités dont il avait été le témoin » (Udal 1998 : 329), a écrit au consul général de France au Caire, Cochelet, pour lui expliquer que son journal était absolument véridique. C’est par peur de ne pouvoir participer à de futures expéditions à cause de sa description des atrocités commises par les « Turcs », qu’il n’avait osé le publier (ibid.). Ce journal ne parut qu’en 1856.

  • 11 « Douglas Johnson met en évidence la version du bimbachi Selim Qapudan, en vertu de cette composant (...)

11Revenons au moment décrit par Johnson comme un « malentendu culturel »11. De manière révélatrice, Thibaut en voyant les Nuer mettre le bœuf à mort réagit de la manière suivante : « Le noir à chevelure perça le bœuf, les autres en firent autant. C’est sans doute leur manière de sacrifier ! Après quoi ils retournent tous au village » (nos italiques). Il comprend donc ce qui se passe. D’après Johnson, le drogman a donné une interprétation bien plus sinistre du sacrifice. Néanmoins, deux heures se passent avant la fusillade pendant laquelle comme le dit Qapudan « [i]ls nous échangèrent du dourah, du semsem contre de la verroterie ». Thibaut (1856 : 49) nous apprend qu’il y eut une conversation avec un Nuer au sujet de la branche du Nil sur laquelle ils se trouvaient. Il fait alors une remarque qui prend tout son sens par la suite : « L’impatience s’emparait de l’un de nos chefs ; il se calma en voyant le principal orateur de ces sauvages se rendre à notre bord. » Le chef en question est vraisemblablement Soliman, qui va déclencher la fusillade sous peu.

  • 12 Tout aussi bizarrement, Rosa (2012 : 9) écrit : « Thibaut, dont les dates de naissance et de mort n (...)
  • 13 Rosa (2012 : 10) certes fait référence à ce passage : « J’avais conseillé la patience, on préféra s (...)

12Curieusement, Rosa affirme qu’à partir du moment où les Nuer firent leurs cadeaux soi-disant empoisonnés, « […] les versions de [Qapudan] et de [Thibaut] coïncident assez »12. En fait, le récit de Thibaut se termine de la manière suivante : « Il n’en fallait point davantage pour réveiller la colère de Soliman Cachef ; nous étions à trente pas de ces malheureux, il prit sa carabine (il est bon tireur) ; les soldats suivirent son exemple, et un instant après, les marins ayant regagné leur poste, un feu de file fut fait sur ces noirs qui tous se jetèrent le ventre à terre et, étonnés de la détonation, s’échappèrent parmi les broussailles et les hautes herbes. Un Nouer resta sur place, un autre eut la jambe cassée et se traînait difficilement la lance à la main et regardait derrière lui ; quelques soldats furent expédiés pour achever ses souffrances, et il reçut la mort sans mot dire. […] Je ne me permettrai point de faire des observations, j’avais conseillé la patience, on préféra semer la terreur ; je me contentai de la croire nécessaire comme les autres »13 (nos italiques). En d’autres termes, Thibaut ne croit absolument pas en la version de Qapudan. Cela ne saurait surprendre car cette violence aveugle caractérisa l’expédition.

13En fait, aucun prétexte n’était nécessaire pour tirer sur ceux qui avaient le malheur de croiser l’expédition. À un autre moment, Thibaut (1856 : 145) écrit : « Mais, à ma grande surprise, des coups de feu partirent de la barque no 4 sur ces malheureux qui nous considéraient comme des prodiges et nous apportaient leur offrande. Il faut semer la terreur, me disait un des chefs ; la route que nous parcourons sera ensuite plus facile » (nos italiques). Même quand des relations amicales sont établies, l’expédition réagit brutalement sous le prétexte que le drogman considère les nilotiques comme hostiles. « Le 4 janvier, […] le drogman donna avis à la barque no 1 que les indigènes ne voulaient point nous livrer passage. Cet avertissement, avant d’être reconnu fondé, fut un ordre de massacre […] » (ibid. : 147-148). Le schéma se reproduit avec monotonie : les nilotiques étant censés nourrir des desseins hostiles, sans le moindre geste agressif de leur part et sans la moindre preuve, on les mitraille.

14Thibaut (ibid. : 150) finit par exprimer ouvertement son indignation : « Notre drogman assura que ces gens avaient de mauvaises intentions : ce fut le signal d’un massacre. […] Ce fut une triste folie que de vouloir punir des gens qui sans doute n’avaient point eu l’idée de nous nuire. Le drogman avait tout fait […]. Cette expédition fut terrible : beaucoup d’indigènes ne pouvant se sauver tombèrent victimes ; un lac où ces malheureux se jetaient fut jonché de cadavres […] » (nos italiques). Plus loin, décrivant une fusillade déclenchée parce que les habitants d’un village refusent de donner des bœufs, il exprime de nouveau son dégoût. « Était-il bien nécessaire d’immoler ces innocents ? […] Ce sont des faits que je ne puis passer sous silence » (ibid. : 173). En 1841, dans une lettre à la Société de Géographie, il parle de « Ma lettre du mois d’octobre dernier », mais malheureusement la note de bas de page précise « Non parvenue ». Cette missive aurait été fort intéressante à lire puisque Thibaut (1841 : 127) y évoque « [les voyages] entrepris sur le Fleuve-Blanc, dont les sources, encore ignorées, le seront probablement toujours si des expéditions d’une pareille importance pour la géographie restent confiées à des gens de guerre, enclins par habitude à des démonstrations hostiles. […] Il est inutile de vous énumérer de nouveau les peines, les contrariétés que j’ai éprouvées l’année dernière […] » (nos italiques).

15En toute vraisemblance, l’intervention malveillante du drogman dinka n’est qu’affabulation ou prétexte. Dans son livre, Dehérain (1898 : 253) cite une lettre de d’Arnaud à Jomard datée du 24 août 1849, dans laquelle il raconte comment pendant la seconde expédition « Suleiman capitan [c’est-à-dire Qapudan] s’amusait à tirer sur les naturels pour voir, comme il le disait naïvement, si la visée de son fusil était toujours juste ».

De la traite des esclaves

« Mais sachant que faire des esclaves était une chose contraire aux intentions de S.A., notre auguste maître, après avoir donné quelques minces présents à ces femmes […] nous les congédiâmes ».(Qapudan 1842 : 93)

  • 14 Une Anuak.

16Une nouvelle fois, Thibaut (1856 : 180) démontre la mauvaise foi de Qapudan. Des esclaves furent pris sans arrêt : « Le 22, on vit au loin un homme et deux femmes qui faisaient route, portant des provisions sur la tête. Les soldats n’attendaient que l’ordre d’aller à la chasse : il fut donné. Quelques-uns rejoignirent les malheureux fugitifs : l’homme fut tué, les deux femmes furent conduites à la barque no 1 […]. » Le passage suivant exprime une nouvelle fois l’indignation de Thibaut (ibid. : 92) qui, cette fois-ci, prend un ton sarcastique : « Le kachef, qui ne craignait point une chaleur de 52 degrés au soleil, voulut aller à la chasse aux pintades dans les broussailles. Une heure après, au lieu de poules du désert, je le vis suivi de quatre femmes dont il avait trouvé les traces. Un homme qui les accompagnait fut sacrifié. Ce furent là les pintades du kachef. » Ici, il s’agit de femmes shilluk. Le caractère systématique de tels comportements est corroboré dans l’extrait suivant. « Une jeune fille14, bien faite, couverte d’un petit tablier de cuir, portant une calebasse d’eau du fleuve, fut surprise par la garde le 25 ; elle fut conduite à la barque no 1. C’était là le dépôt » (Thibault 1856 : 180). Dehérain confirme l’existence de ce dépôt utilisé pour garder les femmes prises durant l’expédition.

17Soulignons ici le glissement qu’opère Rosa par rapport aux textes de Qapudan et Thibaut. Nous l’avons vu, Gray, et après lui Johnson et Rosa, ne portent pas un regard critique sur ces sources. Rosa quant à lui prend clairement pour argent comptant les déclarations des deux membres de l’expédition. Il reprend les propos de Qapudan pour qui l’expédition a été « [t]entée pour l’unique but des découvertes ». Et comme nous l’avons vu, il ajoute aux propos de Thibaut sur l’incident des cadeaux « empoisonnés » l’affirmation suivante : « D’autant plus que l’expédition devait, selon les ordres directs du vice-roi, attirer la bienveillance des “sauvages”. » Dehérain (1898 : 252), pour sa part, était peu convaincu de la véracité de ces instructions : « Thibaut prête à Méhémet Ali une allocution qu’il aurait prononcée devant les officiers de l’expédition » (nos italiques). Il est en effet notoire que Méhémet Ali a longtemps nourri le rêve d’une grande armée égyptienne composée d’esclaves soudanais et a vigoureusement poussé ses troupes à se livrer à des razzias.

18Il est significatif que l’expédition de 1839 devait à l’origine être commandée par le gouverneur général Kurchid Pacha. Celui-ci avait personnellement dirigé entre 1827 et 1833 des razzias le long du Nil Blanc et du Nil Bleu pour s’emparer d’esclaves, dont une grande partie était destinée à venir grossir les rangs de l’armée turco-égyptienne (Collins 2008 : 16). Le cachef Soliman, également appelé Abu Daud, y a sans doute pris part puisque Thibaut (1856 : 21) nous apprend que « Soliman Cachef, qui plusieurs fois avait attaqué les [Shilluk], connaissait ce dont ils étaient capables ». À ce propos, Rosa (2012 : 12) dit du drogman Méhémed qu’il avait exercé « une influence malveillante sur les hommes du Nord qui l’avaient intégré dans leur troupe » (nos italiques). Intégré ? C’était un esclave pris dans l’une de ces razzias.

19L’état d’esprit général ne prêtait guère à confusion. Abu Daud avait son harem personnel avec esclaves et eunuque, et lors de la deuxième expédition, « s’étant saisi d’une femme indigène et l’ayant placée dans le harem de sa dahabié », fut critiqué, sans résultat, par d’Arnaud (Dehérain 1898 : 260). Thibaut (1841 : 131), dans sa lettre de 1841 à la Société de Géographie, parle de la façon dont l’expédition avait été reçue « parfaitement bien de ces gens, appelés par les nôtres des infidèles, des esclaves […] ». Les membres de la deuxième expédition déclaraient à Werne (1848 : 80) sans ambigüité : « Ce sont tous des esclaves. » Gilbert (1884 : 168) le formule parfaitement : « Habitués à mépriser les noirs comme des êtres inférieurs, les Égyptiens saisirent tous les prétextes pour les vexer, les voler et les mitrailler. » Selon Werne (1848 : 225), ses compagnons de bord ne concevaient pas l’objet d’une expédition « où l’on ne pille pas, où l’on ne prend pas d’hommes ». Dehérain (1898 : 259) ajoute que « dès que les Égyptiens eurent pénétré dans ces contrées du Haut Nil, elles leur inspirèrent un sentiment de dégoût, dont ils ne purent jamais se défaire ». Cette mentalité peut expliquer la fusillade qui a suivi l’incident des cadeaux « empoisonnés » au moins aussi bien que l’intervention d’un drogman dinka rancunier.

  • 15 Dans les archives de la Société de Géographie à la Bibliothèque nationale (Colis 21 bis), le manusc (...)

20Revenons à la version de Johnson, selon laquelle l’incident du bœuf sacrifié avait donné naissance au Stéréotype. Vers la fin de la première expédition, Thibaut (1856 : 177) raconte une anecdote pleine de sens. « Nous dépistâmes un noir et trois femmes infirmes ; on leur demanda qui avait engagé les habitants à fuir ; la réputation que vous avez de ne rien laisser sur votre passage ; vous avez pillé, tué les Nouers. Pourquoi n’as-tu pas suivi les tiens ? dit-on au noir. Ma femme est malade, je n’ai pas voulu l’abandonner, et si vous la tuez, du moins nous serons tués ensemble. » Le Nuer clairement ne fait pas allusion à un incident isolé et nous en connaissons plusieurs autres, sans parler de ceux qui ne nous sont pas parvenus. Le 19 octobre 1840, d’Arnaud écrivait : « Vu les coups de fusil que ces pauvres gens ont reçus l’année dernière par l’expédition turque (que prétendait commander le calife Soliman Effendi, […] la majeure partie des habitants a pris la fuite, […] interpellés alors par un soldat de l’expédition de nation denka, qui comprenait leur langage, un [nouèrre] […] nous a répondu qu’il […] craignait de venir nous voir, parce que leurs frères nouèrres du pays du Saubat, leur avaient raconté que nous étions des tourques et non les envoyés de dieu, qu’ils devaient se méfier de nous, attendu que l’année passée nous avions tué de leurs frères »15.

  • 16 « With the expedition’s report of its own fears the Nuer reputation for almost instantaneous hostil (...)
  • 17 Qapudan (1842 : 173) qui décrit aussi comment chez les Dinka Cic « […] nous nous emparâmes de trois (...)

21Les mots « ces pauvres gens » sont révélateurs. Même en supposant que la thèse de Johnson de l’intervention malveillante du drogman dinka soit juste, l’absurdité de son interprétation saute néanmoins aux yeux : il soutient que la réputation des Nuer comme étant « presque immédiatement hostiles aux étrangers a pris naissance quand l’expédition décrivit ses propres peurs »16. Mais en quoi le récit de Qapudan aurait-il pu donner naissance au « Stéréotype » ? Le texte dépeint des Nuer perfides, certes, mais certainement pas des guerriers belliqueux. Enfin, les journaux de Qapudan et de Thibaut mettent également à mal l’idée que la réputation des Nuer belliqueux est née du premier contact avec l’expédition. Qapudan rapporte que des Dinka parlent de « la tribu des Nouvirs, avec lesquels ils ne cessaient d’être en guerre, et qu’ils avaient toujours à redouter »17. Ce que confirme Thibaut (1856 : 174) : « Les Kecqks ou Kyks [Dinka Cic] se plaignaient des excursions des Nouers ; après notre passage, presque tout le pays avait été ruiné. Ils nous firent leurs dévotions en implorant notre protection contre ces cruels ennemis. » En parlant des « Dinka Gadam », Thibaut (ibid. : 185) de même écrit : « Ils tombent souvent sous les coups des Scheylouks, des Nouers. Ces derniers avaient depuis peu tué leur grand cheik et fait une prise considérable de bestiaux. Depuis ce moment, abandonnés à leur propres forces ils vivaient dispersés et sans aucun lien d’autorité. » Deux Dinka Twij « nous dirent que plus haut, bien loin, nous devions trouver le peuple considérable des Nouers, avec lesquels ils étaient en guerre […] » (ibid. : 178). Le même son de cloche se fait entendre chez les Anuak : « Des noirs de la tribu Guinghès-Nouak nous conduisirent de la rive gauche deux bœufs, ne pouvant mieux faire, parce qu’ils étaient à demi ruinés par les prises continuelles des Nouers » (ibid. : 179). Les Shilluk ne disent pas autre chose : « Et en effet, les Nouers avaient été en guerre avec eux ces derniers, et même en étaient craints, comme nous l’avions appris des Scheylouks, qui nous avaient assuré que les Nouers ne nous laisseraient point avancer » (ibid. : 50). Pour résumer, alors que l’incident monté en épingle par Johnson ne peut expliquer le soi-disant Stéréotype du Nuer belliqueux, la première expédition recueille des témoignages de Dinka, Shilluk et Anuak qui décrivent des Nuer agressifs et craints.

Johnson et les sources du XIXesiècle : Das ist le doux commerce !

22Avant d’examiner la position de Johnson sur le fond, il nous faut écarter quelques arguments futiles qu’il développe. Il n’hésite pas dans sa thèse de doctorat à citer un article de Linant de Bellefonds, un voyageur français, écrit en 1832 pour étayer sa critique de ce soi-disant stéréotype. Mais Linant n’est jamais arrivé dans la région des Nuer. Il ne connaît même pas leur nom : « On m’a dit que les indigènes en amont des Shilluk étaient beaucoup moins féroces » (Linant de Bellefonds 1832 : 174), ce qui paraît peu probant pour le moins. Cela n’empêche pas Johnson de poursuivre : « Une impression qui allait être réfutée par les voyageurs européens dix ans plus tard. » Johnson commence donc par émettre une hypothèse pour le moins fragile (pourquoi ces Africains seraient-ils les Nuer et non pas les Anuak ou les Dinka ou les Burun ou les Atuot ?). Mais dans un deuxième temps, cette vague possibilité est traitée comme une affirmation, puisqu’il soutient que dix ans plus tard elle sera contredite. De même, dans Nuer Prophets, il assure que l’image des Nuer militairement invincibles et des Dinka perpétuellement défaits ne peut être acceptée — mais qui pourrait prétendre le contraire ? Enfin, dans « The Fighting Nuer », Johnson (1981a : 515) argumente que les Nuer se sont montrés « de 1905 à 1913 fort réticents à prendre les armes contre le gouvernement, sûrement quelque chose de remarquable pour un peuple aussi guerrier qu’ils étaient supposés l’être ». Sanderson (1984 : 329) explique que dans les premières années du xxe siècle, les Nuer n’étaient pas systématiquement hostiles au gouvernement. Ils l’acceptèrent en fait bien volontiers comme partenaire commercial car certaines des premières expéditions britanniques « semblent avoir eu comme objectif principal l’échange de bétail (certainement des bêtes confisquées aux Dinka) contre de l’ivoire. Mais il n’y avait aucune tentative d’imposer l’administration coloniale par la force sur les Nuer » car le gouvernement manquait des ressources nécessaires pour ce faire.

  • 18 Beaucoup de ses lecteurs, y compris des historiens et des anthropologues, sont restés sur l’impress (...)

23Par ailleurs, Johnson (1981a : 508) se livre à une attaque en règle contre Evans-Pritchard sur le problème des sources. Il écrit : « En examinant les preuves qu’Evans-Pritchard donne pour sa théorie, j’ai découvert qu’il avouait ingénument (“candidly”) s’être appuyé sur les sources écrites d’explorateurs et d’administrateurs pour ses preuves quant aux relations étrangères (sic) des Nuer », et il renvoie à la page 134 de The Nuer. Or si on s’y reporte, on constate que Johnson ne peut que faire référence à la note 3 de cette page. C’est une des occurrences où Evans-Pritchard dresse une liste des ouvrages d’explorateurs et d’administrateurs qu’il a compulsés. Elle commence par les mots suivants : « For abusive references to the Nuer see […] » (nos italiques). En fait, il s’agit donc pour lui des ouvrages qui contiennent des références péjoratives aux Nuer, à la différence des ouvrages répertoriés aux pages 1 et 126-127. À la première page de The Nuer, Evans-Pritchard souligne par ailleurs que les textes d’entre 1840 et 1881 lui ont été peu utiles car superficiels, voire dénués de toute pertinence. Cela dit, Johnson dans une discrète note à la fin de ce même article reconnaît qu’Evans-Pritchard critiquait fréquemment les écrivains du xixe siècle, notamment pour leurs descriptions ethnographiques et la piètre qualité de leurs observations18. D’ailleurs, il cite « Sources with Particular Reference to the Southern Sudan » dans sa bibliographie, un article d’Evans-Pritchard dans lequel celui-ci attaque férocement la plupart des sources du xixe siècle et Johnson d’ailleurs y fait implicitement référence pour s’offusquer des commentaires faits par Evans-Pritchard au sujet de Petherick.

  • 19 « Warlike » peut se traduire par « guerrier » ou « belliqueux ».
  • 20 Johnson cite pourtant ce même passage parmi les quatre extraits placés en exergue du premier chapit (...)
  • 21 « The Nouaer tribes […] frequently war on each other for the sake of cattle ; no prisoners are made (...)

24En fait Johnson (1981a : 510), pour sa part, maintient que les deux sources du xixe siècle les plus perspicaces sont Petherick et les frères Poncet. Il affirmait même dans son célèbre article de 1981 que « Beaucoup des observations de Petherick sur les Nuer soutiennent avec faveur une comparaison avec les analyses d’Evans-Pritchard à propos des mêmes sujets » (ibid. : 536). Cela semble un tant soit peu outrancier. Petherick n’est cité qu’une seule fois dans une note de bas de page de Nuer Prophets, ce qui témoigne du peu de sérieux d’une telle affirmation. Johnson soutient que Petherick a eu des relations commerciales directes avec les Nuer dok, et que la plus grande partie de ses connaissances provient directement d’informateurs nuer. Il était un des rares commerçants, voire le seul, à avoir une opinion favorable des Nuer ajoute Johnson, qui omet incidemment de reproduire les mots de Petherick (1869 II : 6) dans la page qu’il cite : « The Nouaer […] are the most warlike19, noble, and courageous negro race that I know of »20 (nos italiques). Selon Johnson, Petherick a décrit le processus que l’on appellera par la suite « l’opposition segmentaire » et les conflits qui entravaient les efforts des prêtres de la terre pour résoudre les vendettas. Dans cette optique, il cite deux passages (pp. 119-120, 130) de Travels in Central Africa. Mais on ne voit rien page 130 (la description d’un Nuer poursuivi par les parents de l’homme qu’il a tué et obligé de s’enfuir de sa région) qui corresponde à ce qu’en dit Johnson. Les pages 119 et 120 parlent effectivement de vendettas suspendues temporairement mais sans entrer dans le détail, et leur contenu tend à confirmer l’image de Nuer belliqueux21.

  • 22 Ce que personne ne songerait à contredire.
  • 23 « This tribe […] carries on warfare among the neighbouring Dinka tribes, taking off their cattle an (...)

25Selon Johnson, Petherick était aussi le seul commerçant européen à avoir dit que les Nuer ne faisaient pas toujours honneur à leur réputation redoutable et qu’ils n’arrivaient pas toujours à se défendre des razzias lancées par des trafiquants de passage22. Johnson cite encore Travels in Central Africa (ibid. : 138-139). Or Petherick y décrit une embuscade dans laquelle des Nuer surpris par des trafiquants arabes équipés d’armes à feu résistent courageusement mais en vain avec leurs simples lances. Par ailleurs, le 9 janvier 1858, dans son journal, Petherick (1860 : 31) parle des Nuer de la manière suivante : « A very warlike tribe of negroes. » Il poursuit : « Cette tribu [des Nuer] […] pratique la guerre contre les tribus dinka voisines, emportant leur bétail et leurs enfants, et répandant la dévastation où qu’ils pénètrent […] »23.

  • 24 Il ajoute qu’Evans-Pritchard n’a pas su voir l’importance de ce passage — ce qui n’est guère étonna (...)
  • 25 Notons que l’archéologue L. Keeley (1996 : 122) parle de l’intermariage assez fréquent entre les Ki (...)

26Voyons maintenant pourquoi Johnson estime que les frères Poncet appartiennent avec Petherick aux auteurs du xixe siècle les plus perspicaces. La raison principale semble en être un passage de leur ouvrage Le Fleuve Blanc, résumé par Johnson (1981a : 511) dans « The Fighting Nuer », dans lequel ils décrivent « l’effet pacificateur des mariages entre Nuer et Dinka sur la guerre intertribale »24. Dans « Tribal Boundaries and Border Wars », Johnson (1982a) reprend la trame de ce même passage mais l’étoffe d’un nouveau détail : des familles reliées par l’intermariage entre Dinka et Nuer pouvaient communiquer les unes avec les autres et agissaient comme intermédiaires pour mettre fin aux hostilités entre les deux peuples (ibid. : 86, nos italiques). Cette idée que l’intermariage rend impossible les hostilités entre deux communautés est chère à Johnson. Il écrit dans sa thèse de doctorat, par exemple, que « les voisins victimes des razzias des Nuer avaient une perspective différente de ceux qui se mariaient avec eux » (ibid. : 13). Or le passage des Poncet qu’il cite à deux reprises sur « l’effet pacificateur des mariages entre Nuer et Dinka » dit seulement ceci : « Ils ont d’ailleurs pour faciliter leurs communications des mariages mutuels qui les rapprochent les uns des autres de sorte que ces tribus, même en temps de guerre, peuvent, par l’intermédiaire de ces quelques familles, communiquer entre elles généralement sans aucun danger »25 (ibid. : 44). D’une part, les Poncet ne parlent nullement d’effet pacificateur ou d’intermédiaires œuvrant à mettre fin aux hostilités. D’autre part, Johnson ne semble pas s’apercevoir qu’il contredit sa propre thèse : bien qu’il y ait intermariage, il y a aussi guerre.

27Notons, en outre, que les Poncet ne remettent absolument pas en cause le Stéréotype, loin de là. Consignant dans son journal une attaque de Nilotiques, Jules Poncet écrit : « Bientôt, nous fûmes malheureusement trop convaincus que c’étaient des Nouairs » (dans Buet 1945 : 127). Les Nuer étaient pour lui de « farouches ennemis des Blancs » (ibid. : 52) et, dans Le Fleuve Blanc, les Poncet (1864 : 26) ajoutent que « […] les Dinka, comme tous les autres nègres, tremblent au seul nom de Nouair ». Dans un autre passage de son journal, Jules Poncet (cité dans Buet 1887 : 271) continue de la sorte : « Ces Nouair ont aussi détruit peu à peu la tribu d’Angach qui habitait à l’ouest des Faouer, tribu qui, il y a sept ans, était encore puissante et riche. Maintenant elle est réduite à deux cents personnes, dispersées de loin en loin dans des cabanes, vivant de la chasse. […] Un grand nombre d’individus sont aussi esclaves chez les Nouair. » Dans son article « Notice géographique et ethnologique sur la Région du Fleuve Blanc et sur ses Habitants », Jules Poncet (1863a : 42) décrit en détail comment « […] les Faouer (Dinkas) voient quelques nuages paraître à l’horizon, ils se disent : les Nouair vont arriver, et en effet, le jour même ils arrivent de tout le pays […]. Combien de fois et d’années n’avons-nous pas, mon frère et moi, assisté aux désastres de quarante forts parcs à bœufs (morah). Il en est resté cinq qui ont dû finir par émigrer, plus au sud, et tout cela devant nos yeux. Ces cinq parcs qui avaient résisté appartenaient à nos meilleurs amis, car nous avons passé dix ans chez eux. C’étaient eux qui nous conduisirent dans l’intérieur, au commencement de nos expéditions. Les Nouair, vers la fin de la destruction des Faouer, voyant que nous ne prenions pas le parti de ces derniers, s’imaginèrent (comme cela était le cas) que nous avions peur d’eux et, depuis lors, ils vinrent chaque année nous molester et nous empêcher de chasser. Combien de nuits blanches nous ont-ils fait passer ! Et nous en aurions passé davantage si nous n’avions pas eu de zaribba (camp retranché) » (nos italiques). L’image des Nuer dépeinte par les Poncet, basée sur leur longue expérience, dément à l’évidence la thèse du Stéréotype de Johnson.

28Selon Johnson (1981a : 511), les commerçants européens se sont forgé une impression erronée et assez fantaisiste des Nuer parce qu’ils ont été obligés de s’opposer à eux afin de protéger leurs partenaires commerciaux ou parce que les Nuer s’opposaient à leurs entreprises. Il poursuit : « On ne peut en vouloir au marchand sicilien Phillipe (sic) Terranuova d’Antonio, par exemple, d’avoir été moins qu’enthousiaste par rapport aux Nuer quand il apprit qu’ils complotaient avec ses porteurs dinka pour le tuer et s’emparer de son ivoire. » Ceci soulève de nouveau le problème de la manière dont Johnson utilise les sources.

29Pas davantage que Rosa, Johnson ne semble se rendre compte que Terranuova d’Antonio était le lieutenant du trafiquant maltais Debono, non point un paisible chasseur d’éléphants ou marchand, mais un trafiquant d’esclaves qui obtenait son ivoire en pillant et massacrant les nilotiques. Berlioux (1870 : 141) dans La Traite orientale parle de Debono en déclarant que « les soldats du marchand maltais promènent la dévastation dans la haute vallée du Nil ». D’ailleurs, dans son texte, Terranuova (1859 : 17) parle ouvertement à maintes reprises de « mes esclaves ». Comment a-t-il su que les Nuer et les Dinka conspiraient à sa perte ? « Le soir même de cette nuit qui, pour nous devait être la dernière, la sœur du chef qui me trahissait vint me parler […]. Cette noble femme, qui m’était attachée à cause des bienfaits qu’elle avait reçus de moi, me révéla tout le complot […]. » Cela se termine, nous assure Terranuova, par des coups de feu mais sans mort d’homme. Que s’est-il réellement passé ? Ce n’est pas le tissu de mensonges de Terranuova qui nous l’apprendra. Dans la même page, Johnson cite encore une fois Terranuova et parle d’une bataille entre Dinka et Nuer. Rosa (2012 : 11) reprend cette anecdote en faisant de l’esprit : « Le témoignage de Filippo Terranuova d’Antonio, un chasseur d’éléphants sicilien, est particulièrement curieux car il a fait de l’“observation participante” en 1854. Autrement dit, il s’est mêlé à la “guerre” (sic) alors en cours entre les Nuer et les Dinka, ayant pris le parti de ces derniers. »

30Dans une rodomontade typique, Terranuova (1859 : 27) se vante de comment « les noirs du Saubat, Nouers ou Chillouks, garderont longtemps le souvenir de la leçon que je leur ai donnée. J’ai su plus tard qu’au bruit de mon canon accompagné d’une fusillade bien nourrie, à la vue de leurs camarades qui tombaient morts ou blessés, les Nouers avaient été pris de la plus grande terreur, et que plusieurs d’entre eux cherchaient déjà à s’enfuir ; mais voyant que les Denka se sauvaient de leur côté, il paraît que les Nouers avaient repris courage, et s’étaient mis à la poursuite de ces lâches, rassurés qu’ils étaient par l’immobilité que nous gardions. J’avoue en effet que je n’étais pas disposé à secourir les Denka, et que j’étais furieux de voir mes alliés s’enfuir, quand ils pouvaient rendre notre victoire complète ». Jules Poncet (1863a : 27) donne un compte rendu bien moins héroïque de ce fait d’armes : « Les Nouair se ruèrent sur les Dinka, si soudainement, que ceux-ci profitèrent de leurs jambes aquatiques pour s’enfuir au plus vite, laissant Terranova, qui n’avait encore tiré aucun coup de canon, se débrouiller seul, comme il le pourrait, avec les Nouair, qui après avoir chassé les Dinka, s’en retournèrent sans avoir paru faire attention à lui. De son côté, il s’en retourna d’où il était venu. » Le missionnaire Beltrame (1881 : 150) se gausse aussi du « povero Terranova » qui dut revenir sur ses pas avec lassitude et son canon, tout heureux que les Nuer n’aient pas daigné lui accorder la moindre attention. De toute évidence, il s’agissait d’une tentative de razzia qui aurait permis aux Dinka de s’emparer du bétail des Nuer et à Terranuova de prendre des esclaves.

31Par ailleurs, les affirmations d’auteurs du XIXe siècle sont parfois contradictoires. Rosa (2012 : 11) nous en fournit un exemple lorsqu’il cite un passage de Gessi où ce dernier dit des Nuer que « leur seul désir était que leurs familles et leur bétail soient laissés tranquilles », remarquant que « Douglas Johnson n’évoquait pas ce passage tellement utile pour sa thèse […] ». Mais Douin (1941 III, fasc. A : 59, note 2), dans son Histoire du règne du Khédive Ismaïl, cite un rapport de Gessi à Gordon (en français), du 16 août 1874, dans lequel il écrit : « La population, de la race Dinka, est souvent attaquée par les Nouer. » La théorie de Johnson repose sur l’idée que les conflits entre Nuer et Dinka ou Anuak n’étaient que ponctuels. Rosa conclut ainsi : « Néanmoins, nous ne trouvons aucun récit qui parle des Nuer comme de machines à tuer. L’accumulation ethnographique en question met en relief les inimitiés locales persistantes et surtout une aptitude spéciale au combat. » Cependant, une telle analyse bute sur un fait incontestable : durant le xixe siècle, les Nuer ont quasiment quadruplé le territoire qu’ils occupaient, la portant de treize mille à plus de cinquante mille kilomètres carrés (Kelly 1985 ; Goldsmith, Abura & Switzer 2002 ; Hutchinson 2012).

Le Drang Nach Osten des Nuer

32Johnson (1994 : 55) réfute l’idée même que les Nuer aient conquis ces territoires. Dans Nuer Prophets, il affirme qu’il s’agissait simplement d’une occupation. Cependant, grâce à l’intégration sociale et l’intermariage celle-ci permit aux Dinka et Anuak d’avoir accès de nouveau à leurs anciennes terres. Il admet que les Nuer se sont emparé de certaines terres par la force, mais affirme que dans la plupart des cas ils ont simplement occupé des terres auparavant abandonnées par les Anuak ou les Dinka à la suite de sécheresses, d’inondations ou de razzias effectuées par d’autres peuples (ibid. : 46). Indéniablement, ce genre de situation est avéré. Michel (1900 : 297-298), un membre de la mission Marchand, nous en fournit une illustration. Il explique comment l’expédition des derviches [mahdistes] en 1898 mena indirectement à l’établissement des Nuer sur la rive droite du Baro : « En effet, les tribus Yambos [Anuak], qui habitaient auparavant ces régions, avaient été chassées par les hordes impitoyables des Derviches. […] Les Nouers qui, dans leurs incursions, n’avaient encore jamais dépassé le confluent de l’Adjouba profitèrent de la fuite des Yambos pour envahir les territoires abandonnés et s’y installer définitivement. » Nonobstant cette situation et d’autres qui ont pu advenir, cela est loin d’être la règle. Rosa fait une observation fort pertinente à ce sujet. Pour étayer cette thèse, Johnson s’appuie sur les témoignages qu’il a lui-même recueillis dans les années 1970 et 1980, dans le sud du Soudan : « Ce fut à cause des inondations », disait l’un de ses informateurs à propos de l’expansion territoriale de ses aïeux (Rosa 2012 : 14), évoquant donc des événements vieux de plus de quatre-vingts ans.

33Des historiens tels Collins, Gray et Beswick ont étudié l’expansion nuer. Jusqu’aux environs de 1800, les Nuer ont été contenus dans le triangle marécageux entre le Bahr al-Ghazal et le Bahr al-Jabal. Durant le premier quart du xixe siècle, le niveau du Nil a baissé, provoquant sécheresses et famines. On estime que c’est aux alentours de 1820 que se produisit la première invasion des Nuer gaawar. Les Dinka luac furent alors repoussés au-delà du fleuve. Au cours du xixe siècle, les Nuer occidentaux razzièrent sans trêve les Dinka des territoires adjacents aux leurs et les contraignirent à en partir. Le missionnaire Beltrame (cité dans Bocassino 1965 : 338) explorant le Sobat en février 1859 « observa la désolation et la misère qu’avaient causées les Nuer en envahissant ces régions ». Il précise que chaque année au début de la saison des pluies, les Nuer lancent plusieurs expéditions vers le Sud. Il parle d’attaques « d’une audace incroyable » durant lesquelles ils dérobent tout ce dont ils peuvent s’emparer, frappant, blessant et tuant sans merci ceux qui se défendent et qu’ils capturent les hommes et les femmes qui n’ont pu trouver le salut dans la fuite (Beltrame 1881 : 194). Beltrame décrit ainsi le spectacle d’un village de pêcheurs, des Dinka donghiol, autrefois prospère, dévasté par les Nuer et dans lequel ne restent que quelques vieillards et quelques femmes avec leurs nourrissons : « Ô spectacle affligeant ! Et qui n’aurait versé une larme de pitié en voyant ces gens abattus, émaciés, affamés. » Quand il leur demande pourquoi ils n’ont pas fui « comme tant de leurs frères, loin de ces contrées qui étaient trop proches des Nuer ? », ils répondent qu’ils sont de pauvres pêcheurs et ne savent où aller. « Et bientôt [les Nuer] viendront et enlèveront aussi nos petits et les vieux mourront […] et tout sera fini ! » (ibid. : 208). Son témoignage illustre aussi la nature graduelle de l’avancée des Nuer (« guerre cruelle menée depuis longtemps » écrit Beltrame (ibid. : 212).

  • 26 Décrit par Sanderson comme un officier « intelligent et perspicace ».
  • 27 Il écrivait cela deux ans avant la mort de Ngundeng et au sujet de l’une des tribus dinka avec lesq (...)
  • 28 Jal (1987 : 109-110) par exemple écrit : « […] there was a growing common perception among the Dink (...)

34La migration des Jikany aboutit à l’enclave sur le Sobat ; puis la vague emmenée par les Lou et les Gaawar passa à travers le cœur du territoire des Dinka centraux pour s’arrêter à la frontière de l’enclave jikany. Nulle préméditation ne coordonna la poussée nuer, cependant les Dinka centraux furent pris dans un étau. Cela facilita l’avance des deux ailes nuer. Quand ils arrivèrent, les Britanniques découvrirent des situations catastrophiques. L’officier H. H. Wilson26 en mars 1905 signalait que les Dinka ghol vivaient « dans un état de peur horrible des Nuer »27, et voulaient émigrer au nord du Nuerland. L’historien nuer Gabriel Jal, qui a écrit sa thèse de doctorat sur l’histoire des Nuer jikany orientaux, très influencé par Johnson au demeurant et enclin à faire l’apologie de l’expansion des Nuer28, reconnaît que le fait que les Nuer se soient emparé de leur bétail et de leurs terres les plus productives a entraîné « de nombreux inconvénients pour les populations autochtones. Parmi ces désavantages il y eut la famine et le manque de protection qui semblent avoir forcé des Dinka nécessiteux à prendre refuge parmi les Nuer » (Jal 1987 : 82). Crazzolara (1953 : 36) nous donne un exemple de cette absence de protection : toute jeune captive dinka qui cherchait à s’enfuir était abattue à coups de lance. Par ailleurs, la citation de Jal peut se comparer à celle de Johnson (1982a : 187) lui-même : « La saisie par les Nuer du bétail dinka et la conquête des meilleurs pâturages et terrains cultivables causèrent la famine dans les communautés dinka qu’ils avaient vaincues. » Dans la phrase suivante il parle des « conquérants nuer ».

35Comme le fait remarquer Beswick, il n’est guère surprenant que les Nuer et les Dinka aient des opinions différentes sur l’expansion nuer. Les travaux de Dereje Feyissa montrent que les Anuak ne partagent pas non plus ce point de vue idyllique sur la manière dont l’expansionnisme nuer les a frappés. Beswick (2004 : 216) précise que les Dinka ont des « souvenirs très négatifs » de la conquête nuer et de la manière dont les Nuer se sont emparé de « leurs » terres, quand, à l’inverse, les Nuer ont tendance à décrire ces anciens événements comme un arrangement plutôt paisible — exactement ce que soutient Johnson. Notons que Johnson (1982b : 123) cite le journal de l’officier britannique Blewitt, écrit en 1902, alors qu’il cherchait à entrer en contact avec Ngundeng. Il reçut des Dinka qui se plaignaient du fait que beaucoup de leurs femmes et de leurs enfants étaient esclaves des Nuer. En 1898, Gleichen (1898 : 132) rapporte que les Dinka du Sobat se plaignent amèrement du vol de leurs troupeaux par les Nuer et se désolent que beaucoup de leurs enfants, qui désormais arrivent à l’âge adulte chez les Nuer, leur ont été arrachés lors des razzias incessantes des Nuer. Il évoque aussi l’assimilation d’Anuak qui se mariaient fréquemment avec les Nuer et arboraient les six cicatrices typiques des Nuer sur le front. Il observe que « leur position, cependant, ne paraissait pas être très enviable car les hommes étaient plus ou moins esclaves des Nuer qui faisaient appel à eux pour les tâches domestiques et serviles » (ibid.). Bien entendu, le mot « esclave », utilisé aussi par Poncet et d’autres dans ce même contexte, décrit mal une réalité sociale ayant peu à voir avec le concept des Européens. Mais il donne à penser que le statut des Dinka et des Anuak captifs ou assimilés devait être peu brillant, du moins au début. Leur intégration demandait du temps mais, comme l’écrit si bien Piault (1975 : 343), « [le captif] est en quelque sorte le fils de ses enfants qui parviendront souvent à se fondre dans le lignage, et par là même, dans la société ». De toute évidence, néanmoins, la société nuer devait offrir la possibilité d’une intégration assez rapide, sans quoi le grand nombre d’étrangers assimilés l’aurait mise en péril.

  • 29 Archives de Durham, SAD 182/3 : « This morning we passed a length of the left bank which the last t (...)

36Par un effet de dominos, les Nuer jikany furent dans un deuxième temps repoussés plus à l’Est par les Nuer gaawar. Ils progressèrent donc vers l’Est au cours de la seconde moitié du xixe siècle. Les Anuak quant à eux eurent à subir de plus en plus de razzias des Jikany comme des Lou. Michel (1900 : 297), le membre de l’expédition Marchand déjà cité, dépeint le processus de razzias répétées menant à l’occupation de territoires anuak : « Les Nouers, ou Abigars, voisins pillards et audacieux, la plaie, la bête noire des populations riveraines du Baro. Les razzias des Nouers sur les Yambos (Anuak) sont annuelles et généralement supportées patiemment, comme un fléau dont on a depuis longtemps l’habitude résignée. […] Cinq cents Nouers apparaissent soudain, casse-tête à la main et longues lances à la hampe garnie de plumes d’autruche. Ils surprennent un village, vident les greniers, volent les chèvres, emmènent les femmes, les enfants, et ils sont loin avant que les Yambos, disséminés par faibles groupements sur 200 kilomètres le long des rives, aient pu se rassembler en force. […] Quant aux provisions toujours très peu abondantes, elles deviennent trop souvent la part des Nouers. Aussi, quelle haine vivace nourrissent les Yambos contre leurs détestables voisins, voleurs de grains et voleurs de femmes. » Une lettre écrite par un officier britannique à Wingate décrit aussi comment les Nuer mirent à sac le pays anuak et le vidèrent de ses habitants avant de s’y installer29. Cela prouve que la situation décrite par Johnson où les Nuer venaient s’installer dans des terres abandonnées par les Anuak n’était certainement pas la plus fréquente. Dereje Feyissa (2011 : 86) explique ainsi dans son excellent ouvrage Playing Different Games que l’actuelle expansion violente des Nuer lou dans la région d’Akobo représente une continuation du processus par lequel les Nuer occupèrent par la force des territoires anuak au xixe siècle.

37Ce processus culmina pendant la Mahdiya, quand les Nuer envahirent le pays anuak avec des forces très importantes et parvinrent jusqu’à l’extrémité sud-est de l’Anuakland. Ils s’y seraient sans doute installés si leur bétail n’avait pas été décimé par la mouche tsé-tsé. Les Nuer se replièrent donc, mais ils laissaient derrière eux une société anuak quasiment désintégrée. Un grand nombre d’Anuak avait péri au cours de la résistance à l’invasion et de nombreux autres moururent lors de la famine qui s’ensuivit (Jal 1987 : 181). Si les Nuer renoncèrent à occuper tout le territoire anuak, ils ne se privèrent pas d’y lancer de nouvelles razzias en toute impunité. À l’Ouest, les Abyssiniens se livraient également au pillage des Anuak situés près de la frontière éthiopienne. Comme pour les Dinka, l’avancée des Nuer fut donc parfois facilitée par les agressions que leurs victimes subissaient par ailleurs (Collins 1971 : 202-204 ; Evans-Pritchard 1977 : 10-11). À la fin du siècle, les Anuak semblaient au bord de l’extinction (Collins 1971 : 203, 1983 : 21 ; Jal 1987 : 218). Une révolution technologique les sauva in extremis. Peu à peu, ils acquirent des armes à feu en provenance d’Éthiopie. S’étant habitués au maniement de ces armes nouvelles, les Anuak gagnèrent une supériorité militaire sur les Nuer. De surcroît, la fragmentation extrême qui les avait caractérisés auparavant fit place à des structures fédérées qui accrurent leur efficacité militaire. Par conséquent, les Anuak furent dès lors capables de contrattaquer et d’infliger des défaites sévères aux Nuer.

38Enfin, il est intéressant de voir qu’entre 1915 et 1918, les Nuer s’attaquèrent aux Burun. Jal (1987 : 306-307) rapporte que lors des razzias de septembre 1918, le butin des Nuer se chiffra en centaines d’enfants, de femmes, de têtes de bétail et plus d’un millier de chèvres. Des marchands ambulants arabes alertèrent le gouverneur du Haut-Nil : les Nuer gaajak étaient en train de détruire les Burun. Le gouverneur s’inquiéta d’autant plus que les Burun avaient peu de bétail et que les Nuer gaajak enlevaient un nombre important de femmes et d’enfants dans leurs razzias. Il les soupçonnait, probablement à juste titre, de les échanger comme esclaves contre des fusils en Éthiopie (Sanderson 1984 : 331).

Une entente cordiale perturbée par des intrigues malveillantes ?

  • 30 Mathews, 15/3/06, suite de CR/573, SAD.
  • 31 Mathews, 11/12/08, UNP CR S71, SAD.

39Il nous faut étudier d’autres idées fondamentales de Johnson. Rosa (2012 : 14) résume la position de Johnson de manière succincte : « Durant la période du Condominium anglo-égyptien (à partir de 1898), l’image agressive des Nuer provenait surtout des témoignages viciés de leurs voisins dinka. » Cependant, dès 1906, Matthews, le gouverneur du Haut-Nil, menace des chefs dinka des pires conséquences s’ils refusent de rendre du bétail volé aux Nuer30. Deux ans plus tard, il exprime une opinion sans ambiguïté : « J’ai établi de manière incontestable le fait que le Nuer ne lance pas de razzia sans provocation et que le Dinka trop souvent n’est qu’un voleur de bétail »31. De fait, il se trompe car, nous l’avons vu, les Nuer n’avaient pas besoin d’être provoqués pour razzier les Dinka. Matthews raille la tentation de sanctifier les Dinka qui, en fait, ne cherchent qu’à manipuler le gouvernement et lui faire envoyer des patrouilles, c’est-à-dire des colonnes (auxquelles ils participeraient) contre les Nuer. Il y avait aussi une tendance indéniable parmi les officiers britanniques à prendre fait et cause pour « leur tribu ». Mais les administrateurs britanniques ne furent pas toujours de simples dupes bernés par les racontars de fourbes Dinka.

  • 32 Par exemple, Sanderson(1984 : 331) cite un officier britannique parlant des Nuer occidentaux en 191 (...)

40Notons qu’en 1926, dans le rapport qu’il laisse à son successeur, Struvé, le gouverneur de la province du Haut-Nil, lui recommande de se méfier des Dinka. Dans sa thèse, Johnson le cite ainsi : « The Dinkas are decidedly clever at presenting a good case, while the Nuer is a correspondingly damned fool at the game […] », mais dans un article de 1979 il ne s’arrêtait pas là et donnait le reste de la citation : « And prefers the spear as an argument. Consequently he appears to be always the aggressor, and the Dinka uses this fact to the full. » De toute évidence, la deuxième partie n’allait pas dans le sens de sa réfutation de l’image des Nuer agressifs et belliqueux… Percy Coriat (1992 : xxxiii), l’officier britannique que Johnson évoque souvent de manière positive, soulignait l’hostilité dont faisaient preuve les Nuer à l’encontre des Dinka : « Le problème est que mes Nuer […] sont des ennemis mortels des Dinka de l’autre côté (de la frontière tribale établie par les Britanniques en 1909) et doivent être surveillés constamment afin de les empêcher de démolir et terroriser les Dinka. » On pourrait multiplier les exemples de telles affirmations par des officiers britanniques allant dans le sens du Stéréotype32. Au milieu des années 1920, Struvé se plaignait du fait que tout chef nuer qui cherchait à agir au service du gouvernement était promptement tué ou banni par les siens (Sanderson 1984 : 332).

  • 33 Johnson (1982a : 191) en revanche parle des bonnes relations qui existaient entre les Nuer lou et l (...)

41En réalité, les Britanniques cherchèrent initialement à ne pas intervenir et voulurent laisser les Nuer en paix. En septembre 1901, une razzia nuer contre des Anuak résidant du côté éthiopien de la frontière permit aux autorités éthiopiennes de renouveler leurs prétentions sur le Nuerland et força les britanniques à agir (Daly 1986 : 146). Dès 1904, l’administration britannique, incapable d’empêcher les Nuer de razzier les Dinka du Haut-Nil qui s’étaient placés sous leur protection en acceptant de payer l’impôt, reconnut tacitement sa faiblesse en leur fournissant des fusils (ibid. : 148). En octobre 1906 une razzia « dévastatrice » (Collins 1971 : 197) lancée par le fils du grand prophète Diu, Wol Deng Lakka, contre les Dinka nyaraweng33 les força à abandonner leur territoire et à émigrer vers Kongor dans le Sud. Le gouverneur de Mongalla construisit alors un poste militaire à Kongor et fit pression sur les autorités de la province du Haut-Nil pour qu’elles empêchent les Nuer gaawar de lancer des razzias contre les Dinka twi. En juin 1908, Machar Diu, un autre fils de Diu, lança une attaque contre les Dinka twi et tua leur chef (Daly 1986 : 146-147). Dès lors, on comprend mal comment Johnson (1980a : 513) peut écrire au sujet des razzias des Nuer contre les Dinka en 1910 : « Les Nuer commençaient à faire honneur à leur réputation » (nos italiques).

  • 34 « Evans-Pritchard did not see Nuer society, especially Lou society, in its natural state. He found (...)

42La seconde idée-clé de Johnson apparaît en filigrane dans sa critique d’Evans-Pritchard. Celui-ci aurait prêté foi à la « longue généalogie de méprises sur la combativité de ce peuple — une généalogie dont Evans-Pritchard et les anthropologues modernes étaient les héritiers à la fois inconscients et insouciants » (Rosa 2012 : 7). Selon Johnson, Evans-Pritchard se serait laissé abuser suite au Nuer Settlement par « quelques déclarations exagérément hostiles et de violentes prises de position personnelles de certains Nuer ». D’après lui, Evans-Pritchard « n’a pas vu la société nuer, surtout la société lou, dans son état naturel. Il a trouvé ce peuple séparé artificiellement et par la force des Dinka »34 (Johnson 1979 : 18, nos italiques). Ici, il invoque un « état naturel » qui ressemble furieusement aux postulats fonctionnalistes. Mais Johnson lui-même a effectué son premier séjour sur le terrain quand les Dinka et les Nuer occidentaux vivaient une période d’entente et de coopération à la suite des inondations dramatiques des années 1960. Cette concorde n’a malheureusement que peu duré. La guerre entre le gouvernement de Khartoum et le sud du Soudan a dégénéré par la suite en conflits entre sudistes, et en particulier entre Dinka et Nuer aussi bien qu’entre Nuer (ce que Johnson appelle à bon escient les « guerres civiles nuer »).

  • 35 Selon Feyissa (2009 : 644) : « In [1992] hundreds of Highlanders were massacred by armed groups led (...)

43Les hostilités entre Dinka et Nuer ont culminé avec l’attaque lancée en 1991 par les forces de la faction Nasir, essentiellement nuer, du spla (Sudan People’s Liberation Army), soutenues par l’Armée Blanche du prophète Wutnyang, contre les Dinka bor. Au cri de « Nous allons vous obliger les Dinka à boire votre propre sang », ils massacrèrent des Dinka par milliers (Scroggins 2002 : 258-60 ; Beswick 2004 : 217). Des hommes furent émasculés, des femmes éventrées, et il y eut de nombreux cas de victimes brûlées vives, entre autres horreurs. Johnson (1994 : 348) dans Nuer Prophets présente Wutnyang comme un homme de paix notoire (a renowned peacemaker), dans la lignée de Ngundeng, mais admet une « ambiguïté compréhensible ». Sans conteste, Wutnyang (tué dans une tentative de désarmer de jeunes guerriers nuer lou en 2005) joua aussi le rôle de pacificateur. Et c’est là tout le problème : les prophètes nuer étaient à la fois des hommes (ou femmes) de guerre et de paix. Falge (2006 : 162-163) reproduit dans The Global Nuer un entretien avec Wutnyang où il parle de la création de « son armée personnelle », l’Armée Blanche, afin de lutter contre les « milices arabes ». Au passage, notons que Wutnyang en 1992 dirigea aussi le massacre de centaines d’Éthiopiens des hautes terres35. Donc, à part l’époque coloniale où les Nuer durent se résoudre à cesser de razzier les Dinka et leurs autres voisins, et cette période de coopération à la suite d’inondations catastrophiques, « l’état naturel » dont parle Johnson semble être un concept éminemment sujet à caution. Notons que Beswick soutient que les hostilités entre Nuer et Dinka remontent, au moins, au début du xviiie siècle.

44Dans sa critique de Nuer Prophets, Beidelman (1995 : 57) pointe les dérives ethnocentriques de Johnson. Ce dernier explique par exemple que des hommes apparentés entre eux par des femmes, qu’il s’agisse d’une sœur, une fille, une mère ou une grand-mère, vivent « idéalement en amitié et paix ». Des communautés alliées par des mariages mixtes ne sauraient se combattre. Johnson (1982a : 186) avance l’hypothèse selon laquelle le fils nuer d’une mère dinka serait fort réticent à participer à des raids contre les frères de sa mère. Le concept d’intermariage utilisé par Johnson recouvre en réalité deux types de mariage. D’une part, il y a des mariages entre des Nuer et des Dinka ou des Anuak vivant déjà dans une communauté nuer, qui sont souvent en fait des concubinages, et de l’autre des mariages entre membres de sections ou de tribus nuer et membres d’autres ethnies. Jal (1987 : 83) et d’autres, dont Johnson, parlent de femmes et d’enfants dinka abandonnés, trouvés en train d’errer dans la brousse et vivant de la collecte de fruits sauvages et de racines, qui furent intégrés dans la société nuer de plusieurs manières. L’expansion nuer a souvent mené à une désintégration de l’organisation sociale des Dinka ou des Anuak affectés. Dans de tels cas, ces Nuer assimilés auront souvent perdu tout lien avec leur communauté d’origine qui parfois même aura cessé d’exister.

  • 36 Notons que ces circonstances rappellent l’adoption de Nuar Mer, petit garçon dinka errant affamé da (...)
  • 37 Communication personnelle, juin 2007, Université de Wisconcin.

45Le postulat de Johnson quant à l’effet pacificateur des mariages mixtes entre des ethnies différentes n’est guère convaincant — cela peut, et a pu, être vrai mais le contraire certainement aussi. Collins (1983 : 20) observe que l’intermariage entre Dinka et Nuer constitue un phénomène rencontré partout entre des peuples séparés par une frontière mais partageant des cultures, des langues et des religions plutôt similaires. Entre Dinka et Nuer, cela donnait lieu à des échanges de bétail à travers des accords maritaux fort compliqués, qui à leur tour ouvraient la voie à des escroqueries et des récriminations qui n’étaient jamais oubliées jusqu’au moment où elles étaient réglées, fréquemment après que le sang ait coulé. Dans Playing Different Games, Dereje Feyissa (2011) décrit un conflit entre Nuer et Anuak en 1998. Après avoir divorcé de sa femme anuak, un Nuer réclama le remboursement de la dot. Le beau-père refusa, fut tué par son gendre, et la crise se solda par soixante morts et plus de dix villages brûlés. Quatre-vingts ans auparavant, un officier britannique (Jackson 1923 : 74) en pays nuer écrivait : « L’intermariage entre Dinka et Nuer, en dépit des différences tribales, continue malheureusement de se produire et c’est la source de beaucoup de friction. » Evans-Pritchard (1973b : 119) cite un officier britannique en poste en pays nuer qui écrit en 1902 que « le système de mariage des Nuer est la source majeure de leurs querelles et de leurs problèmes ». Et comme le fait remarquer Kelly (1985 : 45), l’alliance d’une section tribale dinka avec le segment d’une tribu nuer la protégeait contre des razzias d’autres Nuer mais uniquement pour la dite section, et seulement si elle vivait parmi leurs parents et affins nuer. Même dans un tel cas, la présence de ces éléments dinka au sein d’une tribu nuer ne l’empêchait nullement de razzier d’autres Dinka, y compris dans certains cas d’autres sections de la même tribu dinka. Il cite le cas évoqué par Johnson (1980a : 214) où certains Dinka twij étaient razziés par des Nuer lou alors que d’autres participaient à des razzias des Lou contre des Dinka bor. Signalons que le plus grand prophète nuer après Ngundeng, Deng Lakka ou Diu, était un Dinka trouvé dans la brousse par des Nuer gaawar, petit garçon fuyant avec sa mère une famine dans la région de Khor Pulluth36. Nous savons, par ailleurs, que cette région avait été dévastée par les invasions nuer. Or Diu livra plusieurs batailles contre des Dinka et les chassa de la crête de Duk. De même, dans sa thèse de doctorat, Johnson (ibid. : 378) écrivait au sujet des partisans de Macar Diu dont au moins deux tiers étaient des Dinka que « les jeunes hommes dinka chez les Gaawar étaient aussi, de manière paradoxale, les plus enclins à razzier les autres Dinka ; et (Macar) devait freiner leurs ardeurs belliqueuses afin d’éviter qu’ils ne déclenchassent des conflits avec le gouvernement » (nos italiques). Sharon Hutchinson suggère que ces Dinka assimilés par les Nuer voulaient peut-être démontrer leur attachement à leur nouveau statut par un tel bellicisme37. Dans sa thèse de doctorat, Christiane Falge (2006 : 329) explique comment l’intégration chez les Nuer fonctionne en amenant des individus assimilés à devenir « plus Nuer » que « l’original ».

46Johnson ne prend pas en considération non plus le fait que fort souvent, dans le cas d’intermariage entre des ethnies différentes, les Nuer occupent la position de « preneurs de femmes » et les Anuak ou autres Dinka celle de « donneurs de femmes », ce qui implique un rapport de force. Lui-même, cependant, nous en donne de multiples exemples. Ainsi, dans les années 1880, les Dinka luac dans la région du Khor Fulluth perdirent énormément de bétail dans des inondations et cherchèrent à reconstituer leurs troupeaux en mariant leurs filles à d’autres Dinka. Mais les Nuer gaawar s’étaient emparé d’une telle quantité de bétail des Dinka du Sud qu’ils pouvaient offrir des dots bien plus importantes, et à partir des années 1890 de nombreuses femmes luac se marièrent à des Nuer gaawar (Johnson 1980a : 186). De même, après une période de razzias et d’hostilité farouche entre 1908 et 1914, les Nuer bar gaawar obligèrent les Dinka ghol et twic (Dinka du Sud) à donner des filles en mariage en échange de bétail. Car la dot qu’ils payaient aux Dinka était moins élevée que ce qui se pratiquait entre Nuer mais dépassait ce que les Dinka pouvaient se permettre. Ici encore nous voyons que l’intermariage et la guerre peuvent coexister (Johnson 1989 : 488). Johnson cite d’ailleurs un vieux Twic qui lui expliqua que s’il n’y avait pas eu les inondations, ils n’auraient jamais marié leurs filles aux Lou (ibid. : 495). Le missionnaire Kohnen (1905 : 136), dans un article ignoré jusqu’ici car paru dans une revue obscure en 1905, donne un exemple qui montre bien comment intermariage et hostilité peuvent coexister :

« Je souhaitais rendre visite au moins une fois au redoutable Nuer sur ses terres, sur l’autre rive du Nil, où Shilluk et Nuer pratiquent un commerce actif. […] Bien évidemment, cet échange se termine souvent par un conflit sanglant, même si ces heurts étaient plus fréquents autrefois. Tout Shilluk connaît quelqu’un de la tribu qui a été massacré par les Nuer. […] Pourtant, beaucoup de Shilluk et de Nuer sont apparentés pour une raison très simple : nombre de femmes shilluk ont épousé des Nuer uniquement parce qu’ils sont en mesure d’offrir beaucoup de vaches en dot. »

47Evans-Pritchard (1971a : 131) est plus convaincant avec sa thèse selon laquelle « les Nuer font d’autant plus facilement la guerre à un peuple et fusionnent d’autant plus aisément avec lui que ce dernier est plus proche de lui ». Il a décrit la manière dont l’intermariage entre Nuer et Dinka se produisait souvent le long des frontières. « Les razzias et l’intermariage occupent les longues pauses entre les vagues d’invasion » (ibid. 1933 : 53). Parlant de la Grèce antique, Vernant (1992 : 34) remarque que « […] si la guerre trouve son terme dans le mariage, le mariage est aussi à l’origine de la guerre qu’il fait renaître et rebondir. Aux yeux des Grecs, on ne saurait, dans le tissu des relations sociales comme dans la texture du monde, isoler les forces de conflit de celles de l’union ». L’archéologue Keeley (1996 : 123) suit un raisonnement semblable et conclut : « […] beaucoup de sociétés ont tendance à combattre les gens qu’ils épousent et épouser ceux qu’ils combattent. » Johnson ne semble pas comprendre que quelque chose ou quelqu’un peut combiner deux aspects apparemment contradictoires ; en d’autres mots, il ne parvient pas à appréhender la dualité ou l’ambiguïté.

Pacifisme ou dualité des prophètes nuer ?

« Mes yeux sont remplis de sang
Mon ami est un vautour, mon ami est un vautour ».(Johnson 1994 : 119)

  • 38 Hutchinson (1996), en particulier, dépeint une réalité tout autre dans Nuer Dilemmas, son ouvrage e (...)

48Comme nous l’avons vu, la prétention de Johnson de déconstruire le soi-disant Stéréotype du Nuer belliqueux est infondée. En réalité, étant données les multiples sources qui contredisent sa thèse, et le fait que personne ayant vécu chez les Nuer ne l’a confirmée38, on peut se demander comment Johnson a pu nier l’évidence avec autant d’entêtement, au risque de se contredire sans arrêt. Par exemple, dans l’article « Ngundeng and the “Turuk” » de 1982, il souligne le dilemme de Ngundeng, un « prophète de paix parmi un peuple habitué à la guerre » (Johnson 1982b : 131). Remarquons que ses travaux eux-mêmes fournissent d’innombrables informations qui réfutent ses propres thèses, entre autres concernant des attaques menées contre des Dinka et autres par des prophètes nuer.

49Soulignons qu’en mars 2012, dans un article publié dans Upper Nile Times, il écrit : « The Nuer have the reputation of being fierce fighters, but they also have a reputation for assimilation, and Nuer society underwent profound changes in the nineteenth century as a result of their contact with and absorption of the peoples in what is now Jonglei State. » Discrètement, donc, il ne remet plus en question la réputation belliqueuse des Nuer. Cependant il réaffirme sa vision des prophètes nuer comme des hommes de paix. Son approche a été clairement énoncée dans « Ngundeng and the “Turuk” » (ibid. 1982b) et reprise dans Nuer Prophets (ibid. 1994). Dans ces textes, Johnson étudie un incident survenu en 1902.

50Le gouverneur de la province du Haut-Nil, Blewitt, reçut une réponse de Ngundeng à un ultimatum qu’il lui avait envoyé. Blewitt exigeait de Ngundeng qu’il se soumette au gouvernement, paie l’impôt et obéisse à tout ordre de façon à « vivre heureux sous le gouvernement comme les Dinka et les Shilluk » (ibid. 1982b : 124). Ngundeng rejeta ces exigences. La Colonne lou (Lou Patrol) de 1902, fut envoyée par le gouverneur pour forcer Ngundeng à le rencontrer. Un Nuer capturé fut mutilé à coups de lance par les Dinka de la patrouille avant que les soldats britanniques ne puissent le sauver afin de l’interroger. Un nouveau message fut envoyé à Ngundeng pour lui faire part des intentions pacifiques du gouvernement qui souhaitait simplement sa soumission. En revanche, si Ngundeng refusait de se soumettre, on lui fit savoir qu’il serait châtié. Dans l’attente d’une réponse et avec un sens exquis de l’à-propos, les Britanniques s’emparèrent de bétail et de moutons. Enfin, comme Ngundeng ne répondait pas et que des Nuer capturés affirmaient qu’il ne se présenterait pas, Blewitt fit brûler plusieurs villages. Kiej, où se trouve la pyramide de Ngundeng, en fit partie. L’ivoire de la pyramide fut emportée et le bétail saisi. Seules quelques escarmouches eurent lieu avec les Lou.

  • 39 Un mot que Johnson traduit par Divinité, à la suite de Lienhardt (1961) dans ses travaux sur les Di (...)
  • 40 Remarquons que dans son article de 2012 dans Upper Niles Times, Johnson modère son interprétation i (...)
  • 41 C. A. Willis a défini la politique tribale du gouvernement comme « une administration par razzias » (...)

51Johnson compare la version de cet événement donnée par les archives coloniales et celle des Nuer qu’il a interrogés en 1975-1976. Il s’appuie principalement sur le témoignage d’un des fils de Ngundeng, Garang Ngundeng, qui avait entre 12 et 15 ans au moment des faits et donc au moins 85 ans quand Johnson s’entretint avec lui. Mais, nous rassure Johnson, « sa mémoire des événements de 1902 était claire et détaillée ». Selon Garang, son père dit aux Nuer qui se préparaient à affronter les troupes coloniales que « Kwoth39 n’est pas ici [avec nous]. […] La guerre fut donc reportée. […] [Le lendemain] Ngundeng dit “Mes enfants, le [Turc] a brûlé notre camp hier”, puis “nous allons maintenant nous battre” ». Johnson voit le refus initial de se battre comme « un exemple de son enseignement de paix » (ibid. : 129). Il ajoute que le succès de cet enseignement est démontré par le fait que les Lou s’attendaient à ce qu’il vainque les Britanniques, tout comme il avait défait les Dinka dans la bataille de Pading 25 ans auparavant (une bataille strictement défensive nous assure Johnson). Ngundeng « dut au moins donner l’impression qu’il était en faveur d’une nouvelle bataille, mais il a peut-être calculé le moment de son changement d’attitude pour qu’il se produise quand il n’était plus possible de se battre » (ibid. : 131). Et pourquoi Ngundeng n’aurait-il pas tout simplement décrit ce qu’il ressentait ? Ou bien, a-t-il agi ainsi parce qu’il savait que militairement les Britanniques bénéficiaient d’une supériorité écrasante, alors qu’il brûlait d’envie d’en découdre40 ? Johnson prête à Ngundeng un pacifisme angélique et le présente comme refusant de se battre contre les troupes coloniales. Or, de nombreux administrateurs britanniques eux-mêmes étaient conscients de l’impossibilité pour les Nuer de faire une distinction, à cette époque, entre le comportement des patrouilles (celle de 1902 en fournit un exemple typique) et les exactions des soldats égyptiens, des mahdistes et des trafiquants d’esclaves41. Le mot Turuk, employé par Ngundeng et les Nuer, montre qu’aucune distinction n’était faite entre ces étrangers qui se comportaient tous de la même manière. Johnson souligne d’ailleurs que rien dans la démarche du gouvernement ne pouvait encourager Ngundeng à faire la paix (ibid. 1982b : 126).

52Enfin le « succès de l’enseignement de paix » de Ngundeng n’est guère convaincant. Johnson (1980a : 295-296) admet que « le message de paix de Ngundeng » ne fut pas toujours bien accueilli ou accepté, y compris de son vivant. Jusqu’à sa mort, certaines factions lou s’opposèrent à lui. Des Lou et des Jikany ne cessèrent de lancer des razzias contre les Dinka ngok malgré les malédictions de Ngundeng qui ne s’accomplirent pas toutes. De plus, les feuds (vendettas) se poursuivirent chez les Lou. En 1907, un an après la mort de Ngundeng, chez les Lou mor presque chaque village se trouvait impliqué dans une vendetta contre au moins un autre village. En même temps, des divisions majeures commençaient à apparaître chez les Gun où Ngundeng résidait. Peu après sa mort, les Lou mor et les Gun s’affrontèrent dans « la guerre où on lâcha les hyènes » dont le nom reflète la sauvagerie épouvantable. L’échec de Ngundeng est donc flagrant. Johnson pense que la perte de pouvoir de Ngundeng vers la fin de sa vie est, en partie, due aux efforts du gouvernement pour se gagner les Lou. Mais la théorie d’un Ngundeng pacifiste empêche Johnson d’envisager une autre explication qui ne semble pas moins vraisemblable.

  • 42 UNP CR S71 (SAD), pp. 4-5.
  • 43 UNP CR S71 (SAD), p. 1.

53Le pouvoir de Ngundeng déclina parce que, contrairement à ses promesses, il fut incapable de vaincre et chasser les étrangers. Il multiplia certes les prophéties dans ce sens à la fin de sa vie, mais certains de ses partisans commençaient certainement à y voir un aveu d’impuissance. Johnson rapporte que les chants composés par Ngundeng et ses bardes après la mise à sac de Kiej célébrèrent la victoire de Kwoth. Johnson (1982b : 132) pense que « ces affirmations n’étaient pas de la bravade », car Kwoth avait protégé les Lou dans leur fuite, tel Jéhovah protégeant les juifs durant l’exode, mais la plupart des Lou ont dû voir les choses sous un autre angle. Coriat (cité dans Johnson 1982b : 139) parle « d’excuses plausibles pour son impuissance à endiguer les ravages des envahisseurs ». D’autant plus que Ngundeng refusait d’entrer en contact avec les « Turcs », jusqu’à ce que le moment de les anéantir arrive. Or, les Dinka n’avaient pas perdu de temps pour se soumettre au gouvernement et pour faire connaître leurs griefs envers les Nuer. Le gouvernement se voyait dans l’obligation d’intervenir pour protéger ses sujets et pour leur restituer les troupeaux que les Nuer avaient dérobés. Tout cela rendait peu cohérente la politique de Ngundeng consistant à éviter d’affronter les Britanniques tout en refusant d’entrer en contact avec eux. D’ailleurs, le récit de Garang l’illustre bien, dans la mesure où Johnson (1982b : 132) reconnaît que la décision de son père de refuser de livrer bataille « ne fut pas très bien accueillie ». Un certain Kuony Gol s’opposa ouvertement à la décision du prophète, lui demandant : « Ces petites fourmis ne sont-elles pas les choses que Kwoth a décrites comme méprisables ? » Avant même la mort de Ngundeng, ce même Kuony Gol entra en contact avec les Britanniques, reçut un fonctionnaire du gouvernement dans son village et accepta de tenter de convaincre Ngundeng de faire de même. Il apprit au représentant du gouvernement colonial que certains des partisans de Ngundeng « s’étaient lassés de ses fuites continuelles » (ibid. 1994 : 119) et l’avaient abandonné. En 1908, le gouverneur Matthews va encore plus loin. Selon lui, « le nom de Ngundeng pue dans les narines de la tribu toute entière et aucun membre de sa famille ne sera plus jamais reconnu comme une puissance »42. Il avait bien entendu tort, et Guek le fils de Ngundeng saura devenir un prophète important. Mais de toute évidence il y avait une forte opposition à Ngundeng, qui s’explique au moins en partie par l’incohérence de son attitude. Par exemple, horrifié par le comportement des troupes irrégulières dinka dans la patrouille de 1902, et voulant amener les Nuer à accepter le gouvernement, Matthews envoya un émissaire chez Ngundeng pour proposer du bétail en compensation. Son envoyé resta six semaines dans la région mais Ngundeng refusa de le recevoir et lui fit savoir qu’il ferait périr tout bétail que le gouvernement essaierait de donner à ses gens43.

  • 44 UNP CR S71 (SAD), pp. 2-3.

54On décèle l’impossibilité de lutter contre les étrangers mieux armés dans l’attitude d’un Ngundeng vieillissant qui refuse d’avoir affaire à ces derniers ou, simplement, de voir les signes de leur présence. On raconte que Ngundeng aurait caché son visage pour ne pas voir les vêtements d’un Dinka revenu du Caire qui rendait visite à des amis sur la rivière Khor Pulluth. Il se serait aussi enfui vers le Sud en 1905 quand une patrouille britannique se mit en mouvement pour rencontrer Deng Lakka. Cette attitude a dû contribuer à sa perte de prestige. Dans Nuer Prophets (ibid. 1994 : 119), nous apprenons que les chants de Ngundeng reflétèrent la diminution du nombre de visiteurs de sa pyramide, puisqu’il se désole que la pyramide ait été construite en vain et qu’elle est maintenant désertée par tous excepté le prophète lui-même. Tout indique cependant que ses sentiments envers les « Turcs » restèrent inchangés jusqu’au bout. Johnson en donne la preuve : l’inspecteur O’Sullivan, qui rencontra la famille de Ngundeng peu après sa mort, se vit demander par un neveu de Ngundeng si ce n’était pas ce même gouvernement qui avait brûlé leurs villages et volé leur ivoire quelques années auparavant. O’Sullivan évoqua la haine de Ngundeng pour les « hommes rouges », et rapporta que le jour même où il tomba mortellement malade, Ngundeng prêchait la revanche contre le « Turc ». Il expliquait cette haine par la perte d’une fille tombée aux mains des esclavagistes (ibid. 1980a : 326-327). Mais, nous dit Johnson (1980b : 329), « il décrivit cette haine comme une haine personnelle, résultant de ses expériences dans le siècle précédent quand l’une des filles de Ngundeng fut capturée ». On comprend mal comment une haine peut ne pas être personnelle. Matthews, en mars 1906, regrette de devoir dire que jusqu’à cette année les « vils ouvriers » de Ngundeng égorgeaient le bétail dont les propriétaires étaient soupçonnés de sympathie envers le gouvernement44.

  • 45 Sudan Intelligence Report 767/10/8 (SAD).

55Le pacifisme même de Ngundeng prête à débat. Certains exemples de Johnson ne convainquent guère. Prenons l’incident où un garçon particulièrement agressif voulut se battre avec le futur prophète, encore enfant, et mourut soudainement. Plus tard, un parent mâle refusa de la viande à Ngundeng en le traitant de fou. Ce dernier le fixa du regard sans dire un mot et l’infortuné décéda peu après (ibid. 1980a : 245). Nous apprenons dans Nuer Prophets que Ngundeng était célèbre pour sa capacité à tuer ses ennemis et tous ceux qui refusaient ses exigences (ibid. 1994 : 86). Dans sa réponse au premier message de Blewitt, le prophète refusait d’avoir affaire aux hommes blancs et « promettait de tuer ceux qui, dans sa tribu, se montreraient amicaux envers des hommes blancs qui s’approcheraient de son village » (ibid. 1980a : 314). Notons que Blewitt envoya son premier message à Ngundeng à la suite de plaintes reçues de Dinka twi au sujet de razzias effectuées par les Nuer45. Par la suite, les Britanniques reçurent des informations selon lesquelles Ngundeng s’était livré à des razzias contre les Dinka qui avaient envoyé des auxiliaires pour la patrouille. Johnson (ibid. : 318) écrit qu’« il est possible et même compréhensible que des Lou se soient livrés à des représailles contre les auxiliaires dinka, mais il n’y a aucune preuve que Ngundeng ait ordonné ou approuvé de telles razzias ». Certes, mais il n’y en a aucune pour affirmer le contraire. Hawkins, le commandant de la garnison de Nasir en 1902, expliquait la popularité de Ngundeng par le succès de ses razzias contre les Dinka. Johnson relève que Hawkins ne fournit aucune preuve pour étayer cette affirmation — et on est en droit de se demander s’il émettrait une telle réserve si Hawkins avait écrit quelque chose qui aille dans son sens. Coriat (1992 : 227) décrit Ngundeng après le départ des mahdistes comme « trop vieux ou trop las pour faire autre chose qu’organiser des razzias contre les Dinka ». Johnson (1994 : 111-112) lui-même admet que Ngundeng a donné son aval à Deng Lakka pour mener des razzias contre des Dinka mais soutient qu’il a agi ainsi uniquement pour éviter que le prophète Thijok Dul qui y participa ne l’abandonne et rejoigne définitivement Deng Lakka. Le même postulat du pacifisme du prophète fait écrire à Johnson (1980a : 315) que « Ngundeng chantait des hymnes contre les Turuk, […] mais il espérait les éviter et non se battre contre eux ». Les hymnes de Ngundeng que Svoboda et lui ont recueillis chez les Lou expriment cependant une haine farouche du Turuk à qui la destruction est promise. Ainsi, Svoboda a traduit des hymnes se rapportant à la patrouille de 1902. Dans l’un, après s’être vanté de les avoir vaincus sans avoir parlementé avec eux, Ngundeng menace les Britanniques « qui n’ont pas montré de pitié » de la manière suivante :

« Je me tiendrai à l’affût dans la grange de Ngundeng
Le tonnerre de Kwoth résonnera d’en dessous de la pyramide
Tant de sang coulera en ruisseaux de l’étable de Deng pour venger le village [Kiej] que le drapeau en sera recouvert ».(Svoboda 1985 : 91)

56Un autre pleure le pillage de Kiej avant de promettre la victoire :

  • 46 Dans une autre version (Svoboda 1977 : 109), encore plus explicite, la chanson dit : « Je me bats c (...)

« Aie, eeh, mon village, Deng
Mon village a été mis à feu.
Oh, mon village fut rasé.
On ne peut s’asseoir nulle part.
[…]
Qui peut arrêter l’homme de Lie [Ngundeng] ?
Je combats les étrangers à dents
Ils s’enfuiront chez les Ngok » (ibid.)46.

Du problème des sources orales

« […] Si on doit retrouver la perception et la compréhension qu’ont les Nuer de leur propre passé, tout en dépassant les mythifications produites par des générations successives d’administrateurs coloniaux, il faut surtout que les témoignages des Nuer eux-mêmes soient rigoureusement rapportés. La mémoire des Nuer peut d’ailleurs être plus fiable que celle des administrateurs étrangers ».(Johnson 1994 : 33)

  • 47 « Deng Bor Ngundeng, le neveu du prophète, commence par dire que Guek avait fait appel aux guerrier (...)

57Johnson (ibid. : 130) observe que la version de l’incident du pillage de Kiej lui fut racontée par Garang Ngundeng « en partie pour prouver que Ngundeng n’avait jamais combattu les Turuk » et que les « Turuk avaient eu tort de combattre Guek ». Il commente que Garang n’a pas simplement raconté ce qu’il avait vu, il l’a aussi interprété pour une génération ultérieure. Le fond du problème est abordé quelques lignes plus loin quand Johnson parle de la « claire distinction faite par les Lou entre les étrangers qui menaient simplement des razzias contre eux et les étrangers qui restaient pour les gouverner ». Cette distinction ne peut être que le fait de Nuer contemporains ayant vécu la période coloniale. Francis Madang Deng (1995) dans War of Visions a souligné le paradoxe à l’œuvre. Les Nilotiques ont une vision nostalgique de l’époque coloniale qu’ils opposent à l’oppression des nordistes qui l’a suivie. Les Britanniques, quant à eux, après avoir envisagé une union du Sud du Soudan avec l’Ouganda, ont cédé aux revendications de Khartoum et permis la création d’un Soudan unifié, dans lequel les sudistes ne pouvaient espérer bénéficier d’un traitement équitable à cause du sous-développement du Sud — une conséquence des politiques de l’ère coloniale. L’idée de Britanniques justes et bienveillants s’oppose à celle des « Arabes », cruels oppresseurs. Falge (2006 : 113-114) a décrit plusieurs fois sa surprise de voir que les Nuer n’avaient aucun grief contre le gouvernement colonial et ne retenaient de cette période que des aspects positifs, quitte à prêter aux Britanniques des comportements idéalisés (Burton 1981 : 129-130). Cette vision idyllique de la pax britannica façonne de toute évidence la mémoire collective des Nuer. Elle sous-tend la version selon laquelle non seulement Ngundeng ne s’est pas battu contre les Anglais mais qu’en plus il n’en a jamais eu l’intention. Des Dinka soutiennent aussi, contre toute évidence, que leur plus grand prophète, Ariendit, voulait de même éviter l’affrontement avec les troupes coloniales (Sanderson 1984 : 328). De nombreux Nuer consultés par Johnson affirment également que son fils Guek ne souhaitait pas non plus se battre contre les Britanniques47. Johnson rejette cette affirmation car les documents coloniaux sont bien trop nombreux et explicites. Rosa (2012 : 22) a bien vu le problème : « Guek a donc fait l’objet d’une relecture, en rapport avec le processus postérieur d’acceptation de la domination britannique. » La grande différence du point de vue qui nous intéresse consiste en ce que Ngundeng a connu son apogée entre 1875 et 1902 environ. Pendant la plus grande partie de cette période, à cause de la Mahdiya, les Nuer étaient coupés du reste du monde et en conséquence les sources orales sont à peu près les seules auxquelles on peut avoir accès. Il est donc impossible de savoir à quel point la mémoire collective nuer est fiable quand elle parle de Ngundeng.

  • 48 En fait, Coriat n’était pas le seul, et Jackson, entre autres, a donné sa version des faits (il a a (...)

58À cette réserve près, Rosa soutient avec enthousiasme l’approche de Johnson : « Alors qu’on croyait qu’il serait impossible d’accéder à d’autres informations que celles directement consignées par Coriat48, la recherche de Douglas Johnson a bouleversé la problématique en donnant la version des Nuer, notamment des anciens qui non seulement gardaient des souvenirs de ce temps éloigné, mais avaient eux-mêmes participé aux événements. » À ce sujet, André Mary (1998 : 14) formule une critique fort pertinente : « Ce qui est troublant, c’est moins le souci d’accorder autant de crédibilité, sinon plus, aux témoignages des Nuer d’aujourd’hui sur leur passé légendaire qu’aux archives coloniales, que ce postulat d’une essence de la parole prophétique et d’un noyau de vérité de la tradition qui est, somme toute, le propre de tout traditionalisme. » De façon aussi troublante, Johnson a sévèrement et injustement critiqué l’ouvrage de J. P. Crazzolara (1953), Zur Gesellschaft und Religion der Nueer. Ce missionnaire autrichien a vécu sept ans chez les Nuer leek. Evans-Pritchard (1955 : 476) disait de Zur Gesellschaft (malgré les mauvais rapports entre les deux hommes) que « ce livre comptera certainement parmi les rares bons ouvrages sur la religion africaine ». En fait, on peut penser que cet ouvrage passionnant qui comporte de longs passages détaillés sur les prophètes a été négligé avant tout parce qu’il est écrit en allemand. Néanmoins Johnson (1982c : 245) dénigre les travaux de Crazzolara : « Il est clair que Crazzolara s’en remettait plus à des informations indirectes qu’à l’observation directe. » Dans sa thèse de doctorat, Johnson nous informe qu’il a passé huit mois chez les Nuer et les Dinka en 1975-1976, dont de toute évidence une bonne partie dans les archives de l’époque coloniale, et que son nuer était « rudimentaire » à la fin de cette période. On peine donc à comprendre pourquoi les informations recueillies par Crazzolara de la bouche de contemporains des prophètes ne méritent pas notre attention, tandis que les propos de Nuer interrogés par Johnson par l’intermédiaire d’interprètes au moins 73 ans après les faits constituent un témoignage incontournable. D’ailleurs à la différence de Petherick, Johnson cite fort souvent Crazzolara dans ses travaux.

59De plus, qui pourrait nier que la mémoire est un travail de réinvention permanente d’événements passés ? Dans les écrits de Johnson, il apparaît que la mémoire collective des Nuer produit aussi des mystifications. Par exemple, il est dit que Ngundeng a secouru Haïlé Sélassié errant perdu et affamé et lui a prédit un avenir glorieux (Johnson 1980b : 242-243), qu’il a défait les Britanniques à Kiej en 1902, que Guek a abattu un avion de la Royal Air Force avec son bâtonnet rituel lors de la bataille où il a trouvé la mort (ibid. 2012). Parfois Johnson lui-même se montre sceptique, faisant remarquer à Deborah Scroggins (2002 : 376), par exemple, que « comme par hasard » les Nuer « s’étaient rappelé » une prophétie de Ngundeng lors d’une vendetta entre Jikany et Lou dont il n’avait jamais entendu parler auparavant. Johnson lui-même montre que la mémoire collective s’adapte à de nouvelles circonstances. Ainsi il explique que la version de la bataille de Pading recueillie par Evans-Pritchard 50 ans auparavant témoigne de la faveur de Kwoth dont jouissent les Lou au détriment des Dinka ; la version qu’il a lui-même recueillie reflète quant à elle l’atténuation du sentiment anti-Dinka en 1975-1976 (Johnson 1980a : 207).

60

  • 49 Evans-Pritchard est mort en 1976.

« Le monde anthropologique anglophone a été, ces dernières années, le théâtre de bien tristes spectacles : des chercheurs, jeunes ou moins jeunes, sont allés refaire du “terrain” là où s’illustrèrent d’éminents aînés ou aînées, ou ont réinterprété leurs données avec pour résultat des publications auto-glorifiantes tendant à démontrer l’incurie du grand prédécesseur — le plus souvent mort49, d’ailleurs — et le génie du nouveau venu ».(Muller 1987 : 167)

61Toute polémique est déplaisante. Cela dit, étant donné l’écho des écrits de Johnson, y compris parmi les Nuer eux-mêmes, une critique s’impose. Lui-même, attaquant à juste titre des historiens qui avaient décrit le Soudan du Sud pendant la Mahdiya comme une région plongée dans l’anarchie, admet qu’il peut sembler injuste de se focaliser sur des erreurs anciennes. Tout en admettant que bien des auteurs reconnaîtraient sans doute volontiers les imperfections de leurs travaux passés, Johnson (1981c : 42) assène : « Ces défauts doivent être corrigés de toute urgence. »

62Rosa semble avoir pressenti, de manière intuitive, le lien entre la dénonciation absurde du soi-disant Stéréotype du Nuer belliqueux et l’entêtement à voir exclusivement dans les prophètes nuer des hommes de paix. Cependant, empêtré dans les partis pris, pirouettes et postulats de Johnson, il ne perçoit pas la logique sous-jacente. Johnson explique dans sa thèse que dans un premier temps il pensait s’inscrire dans la lignée d’historiens et d’anthropologues tels T. O. Ranger, Latternari ou Worsley, et analyser les prophètes nuer en tant que leaders d’une révolte anticoloniale. À bon escient, il a rejeté cette approche, et par là même l’explication d’Evans-Pritchard fondée sur l’influence du mahdisme et l’impact des conquérants étrangers. Malheureusement, pour reprendre les mots de Mary (1998 : 12), « En voulant absolument tordre le bâton dans l’autre sens, sa thèse finirait elle-même par mettre sous le boisseau la profonde dualité ou ambiguïté, sinon la violence, du personnage prophétique qui transparaissent dans les récits recueillis et notamment dans les chants inspirés des prophètes ». Johnson a visiblement cherché à se démarquer à tout prix d’Evans-Pritchard et à proposer une analyse radicalement neuve. Son point de départ a été le prétendu pacifisme des prophètes nuer qu’il a tenté de renforcer par l’affirmation extravagante de l’existence d’un stéréotype fantasmé du Nuer belliqueux. Pour ce faire, il a puisé à droite et à gauche des éléments pris de sources diverses, sans les analyser de manière critique, tels que Qapudan ou les vieillards nuer qu’il a interrogés. En même temps, il a ignoré ou rejeté les travaux d’anthropologues comme Beidelman qui mettent l’accent sur la dynamique interne de la société nuer et sur l’existence de partisans comme d’opposants des prophètes. Chez Johnson, de fait, les prophètes semblent tomber du ciel comme des messagers de paix, prêchant la bonne parole pour des raisons exclusivement morales.

  • 50 Il y a eu et il y a encore beaucoup de femmes prophètes chez les Nuer.

63Allons plus loin. Hutchinson (2005a : 133, 2005b : 33 ; Hutchinson & Jok 1999 : 131) a longuement évoqué les conséquences désastreuses des guerres récentes entre sudistes et entre Nuer. Elle dénonce le fait que les tabous séculaires qui interdisaient aux combattants de s’en prendre aux femmes, aux vieillards et aux enfants ont disparu et elle y voit bien entendu une évolution catastrophique. Or, dans The Nuer, Evans-Pritchard (1971a : 128) explique comment, après le succès d’une razzia menée par un prophète contre des Dinka, on mettait à mort les nourrissons et les vieilles femmes à coups de massue et on jetait leurs cadavres sur les feux allumés pour incendier le village. L’altérité radicale des prophètes nuer pouvait ainsi s’exprimer dans une férocité sans précédent. À l’opposé, Hutchinson (2005b : 47) cite le cas d’un prophète nuer qui a abrité et donc sauvé une cinquantaine d’orphelins dinka à la fin des années 1990 et beaucoup de prophètes nuer ont œuvré en faveur d’une réconciliation entre Dinka et Nuer. Dans ses travaux et dans ceux de Falge, cependant, on retrouve des comportements guerriers similaires à ceux des prophètes nuer décrits par Evans-Pritchard et Crazzolara. Dans un passé très récent, en décembre 2011, le prophète nuer Dak Kueth a participé à l’attaque menée par des Nuer lou sur des Murle dans la région de Pibor. Six à huit mille Lou se sont livrés à toutes sortes d’atrocités, une répétition à bien des égards du « Massacre de Bor » de 1992. En conclusion, les prophètes nuer sont/étaient des hommes ou des femmes50 de paix et/ou de guerre.

64Il est certain que Douglas H. Johnson, tout comme Sharon Hutchinson, s’est beaucoup engagé dans des œuvres humanitaires en faveur des Nuer et des autres sudistes. Dans le cas de Johnson, Rosa a raison de « […] soupçonner que, par moments, Johnson construit le passé des Nuer avec des motivations humanitaires, en rapport avec les conséquences tragiques des conflits interethniques de l’actualité ». Son insistance à refuser l’aspect « ethnique » peut se comprendre étant donnée la manière dont certains Dinka, Anuak et Nuer ont précisément attisé de tels conflits au service de leurs ambitions et profit personnels. Les tragiques événements au Soudan du Sud depuis décembre 2013, avec de multiples massacres de Dinka par des Nuer et vice versa, montrent malheureusement que les thèses de Johnson divergent de la réalité. Mais, alors que le ministère de la Culture et de l’Héritage sud-soudanais annonce vouloir construire un musée pour célébrer le pacifisme de Ngundeng (Jok 2011 : 6), peut-on accepter de passer sous silence la dimension guerrière des prophètes nuer ? Il est certes méritoire de lutter contre les haines « ethniques » manipulées par des personnages opportunistes, mais cela ne saurait justifier une falsification de l’histoire.

Haut de page

Bibliographie

Abbas, I. M. A., 1972, The British, the Slave Trade, and Slavery in the Sudan, 1820-1881, Khartoum, Khartoum Uni Press.

Arens, W., 1983, « Evans-Pritchard and the Prophets », Anthropos, 78 : 1-16.

Beidelman, T. O., 1971, « Nuer Priests and Prophets », The Translation of Culture, London, Tavistock : 375-415.

1995

« Review of Nuer Prophets », Ethnohistory, 42 (4) : 693-695.

Beltrame, G., 1881, Il Fiume Bianco e i Denka, Memoria, Verona, R. Insituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti.

Berlioux, É.-F., 1870, La Traite orientale. Histoire des Chasses à l’Homme Organisées en Afrique, Paris, Guillaumain.

Beswick, S. F., 1998, Violence, Ethnicity and Political Consolidation in South Sudan : A History of the Dinka and their Relations with their Neighbours, Thèse de doctorat, East Lansing, Michigan State University.

Beswick, S. F., 2004, Sudan’s Blood Memory, The Legacy of War, Ethnicity and Slavery in South Sudan, Rochester, University of Rochester Press.

Bocassino, R., 1965, « Schiavitù tra i Niloti e Nilo-Camiti », Ann. Pont. Museo Miss. Etnol., XXIX : 329-348.

Brun-Rollet, A., 1855, Le Nil Blanc et le Soudan : études sur l’Afrique centrale, mœurs et coutumes des sauvages, Paris, L. Maison.

Buet, C., 1887, Les Premiers Explorateurs Français du Soudan Equatorial, Paris, Letouzey et Airé éditeurs.

Buet, C., 1945, Les Poncet. Explorateurs à 13 et 15 ans, Paris, Éditions des Loisirs.

Buet, P., 2007 [1945], Deux Explorateurs savoyards, Ambroise et Jules Poncet, 13 et 15 ans, Montmélian, La Fontaine de Siloé.

Burton, J. W., 1981, « Pastoral Nilotes and British Colonialism », Ethnohistory, 28 (2) : 125-131.

Burton, J. W., 1983, « The Ghost of Malinowski in the Southern Sudan : Evans-Pritchard and Ethnographic Fieldwork », Proceedings of the American Philosophical Society, 127 (4) : 278-289.

Burton, J. W., 1992, An Introduction to Evans-Pritchard, Freiburg, Univ.-Verl. (« Studia Institut Anthropos », 45).

Carnochan, W. B., 2006, The Sad Story of Burton, Speke, and the Nile, Stanford, Stanford University Press.

Collins, R. O., 1971, Land beyond the Rivers, The Southern Sudan 1898-1918, Yale, Yale University Press.

Collins, R. O., 1972, « The Sudan Political Service : A Portrait of the Imperialists », African Affairs, 71 (284) : 293-303.

Collins, R. O., 1983, Shadows in the Grass, New Haven-London, Yale University Press.

Collins, R. O., 2008, A History of Modern Sudan, Cambridge, Cambridge University Press.

Coriat, P., 1992, « Governing the Nuer, Documents in Nuer History and Ethnography, 1922-1931 », Journal of the Anthropological Society of Oxford, Occasional Paper no 9, Oxford, D. H. Johnson.

Crazzolara, J. P., 1953, Zur Gesellschaft und Religion der Nueer, Wien-Mödling, St Gabriel Verlag.

Daly, M. W., 1986, Empire on the Nile : The Anglo-Egyptian Sudan, 1898-1934, Cambridge, Cambridge University Press.

Dehérain, H., 1898, Le Soudan Égyptien sous Mehemet Ali, Paris, Carré et Naudet.

Deng, F. M., 1995, War of Visions, Conflict of Identities in the Sudan, Washington D.C., The Brookings Institution.

Deng, F. M., 12003, Green is the Color of the Masters, The Legacy of Slavery and the Crisis of National Identity in Modern Sudan, Yale, Yale University Press.

Douin, G., 1941, Histoire du règne du Khédive Ismaïl, t. III, fasc. A, Le Caire, Société royale de géographie.

Dumont, L., 1968, « Préface à l’édition française de Les Nuer d’Evans-Pritchard », Paris, Gallimard.

Dumont, L., 1971, Introduction à Deux Théories d’Anthropologie Sociale, Paris, Mouton.

Evans-Pritchard, E., 1933, « The Nuer : Tribe and Clan », Sudan Notes and Reports, 16 : 1-54.

Evans-Pritchard, E.,1955, « Review of Crazzolara’s Zur Gesellschaft und Religion der Nueer », Anthropos, 50 : 476-477.

Evans-Pritchard, E.,1956, Nuer Religion, Oxford, Oxford University Press.

Evans-Pritchard, E.,1971a [1940], The Nuer. A Description of the Modes of Livelihood and Political Institutions of a Nilotic People, Oxford, Oxford University Press.

Evans-Pritchard, E.,1971b, « Sources with Particular Reference to the Southern Sudan », Cahiers d’Études africaines, XI, 41 (1) : 129-179.

Evans-Pritchard, E.,1973a, « Some Recollections on Fieldwork in the Twenties », Anthropological Quarterly, 46 (4) : 235-242.

Evans-Pritchard, E.,1973b, Parenté et Mariage chez les Nuer, Paris, Payot (traduction française de Kinship and Marriage among the Nuer).

Evans-Pritchard, E.,1977, « The Political System of the Anuak of the Anglo-Egyptian Sudan », New York, AMS Press.

Falge, C., 2006, The Global Nuer, Modes of Transnational Livelihoods, Thèse de doctorat, Halle-Wittenberg, Martin Luther Universität.

Fawzy-Rossano, D., 2002, Le Soudan en Question, Paris, La Table Ronde.

Feyissa, D., 2009, « A National Perspective on the Conflict in Gambella », in S. Ege, H. Aspen, B. Teferra & S. Bekele (eds.), Proceedings of the 16th International Conference of Ethiopian Studies, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag : 418-431.

Feyissa, D., 2011, Playing Different Games, the Paradox of Anywaa and Nuer Identification Strategies in the Gambella Region, Ethiopia, New York, Berghan Books.

Gilbert, P.-L., 1862, « Les Négriers et les missions catholiques dans l’Afrique orientale », Louvain, Revue Catholique, 20 : 317-329.

Gilbert, P.-L., 1884, L’Afrique Inconnue, récits et aventures des voyageurs modernes au Soudan oriental, Tours, A. Marne.

Gleichen, E., 1898, Handbook of the Sudan, London, H. M. Stationery Office.

Goldsmith, P., Abura, L. A. & Switzer, J., 2002, « Oil and Water in Sudan », in J. Lind & K. Sturman (eds.), Scarcity and Surfeit The Ecology of Africa’s Conflicts, Pretoria, African Centre for Technology Studies And Institute for Security Studies : 187-242.

Gray, R., 1961, History of the Southern Sudan, 1839-1889, London, Oxford University Press.

Hartmann, R., 1861, « Die Katholischen Missionen und der Menschen Handel am weissen Flusse », Zeitschrift für allgemeine Erdkunde, 11 : 447-461.

Hill, R., 1967, A Biographical Dictionary of the Sudan, London, Frank Cass.

Hutchinson, S., 1995, « Review of Douglas H. Johnson’s Nuer Prophets », Times Literary Supplement, 06/02 : 8.

Hutchinson, S., 1996, Nuer Dilemmas, Coping with Money, War and the State, Berkeley, California University Press.

Hutchinson, S., 2005a, « Food Itself is Fighting with Us », in V. Broch-Due (ed.), Violence and Belonging, New York-London, Routledge : 133-152.

Hutchinson, S., 2005b, « Spiritual Fragments of an Unfinished War », in N. Rastett (ed.), Religion and African Civil Wars, New York, Palgrave : 28-53.

Hutchinson, S., 2012, « A Guide to the Nuer of Jonglei State », avril, <http://www.cmi.no/sudan/resources.cfm?id=920-a-guide-to-the-nuer-of-jonglei-state>.

Hutchinson, S. & Jok, M. J., 1999, « Sudan’s Prolonged Second Civil War and the Militarization of Nuer and Dinka Ethnic Identities », African Studies Review, 42 (2) : 125-145.

Jackson, H. C., 1923, « Nuer of Upper Nile Province », Sudan Notes and Records, VI (2) : 123-189.

Jal, G. G., 1987, The History of the Jikany Nuer Before 1920, Thèse de doctorat, London, School of Oriental and African Studies, University of London.

Jeal, T., 2011, Explorers of the Nile, Yale, Yale University Press.

Johnson, D. H., 1979, « Colonial Policy and Prophets. The Nuer Settlement (1929-30) », Journal of the Anthropology Society of Oxford, 10 (1) : 1-20.

Johnson, D. H., 1980a, History and Prophecy among the Nuer of the Southern Sudan, Thèse de doctorat, Los Angeles, University of California.

Johnson, D. H., 1980b, « On the Nilotic Frontier : Imperial Ethiopia in the Southern Sudan », in D. Donham & W. James (eds.), Working Papers on Society and History in Ethiopia : The Southern Periphery from the 1880s to 1974, Cambridge, African Studies Centre : 219-245.

Johnson, D. H., 1981a, « The Fighting Nuer : Primary Sources and the Origins of a Stereotype », Africa, 51 (1) : 508-527.

Johnson, D. H., 1981b, « Percy Coriat on the Nuer », Journal of the Anthropology Society of Oxford, 12 : 199-206.

Johnson, D. H., 1981c, « The Future of Southern Sudan’s Past », Africa Today, 28 (2) : 33-41.

Johnson, D. H., 1982a, « Tribal Boundaries and Border Wars : Nuer-Dinka Relations in the Sobat and Zaraf Valleys, c. 1860-1976 », Journal of African History, 23 : 183-203.

Johnson, D. H., 1982b, « Ngundeng and the “Turuk” : Two Negatives Compared », History in Africa, 9 : 119-139.

Johnson, D. H., 1982c, « Evans-Pritchard, the Nuer, and the Sudan Political Service », African Affairs, 81 (323) : 231-246.

Johnson, D. H., 1983, « Judicial Regulation and Administrative Control : Customary Law and the Nuer, 1898-1954 », Journal of African History, 27 : 59-78.

Johnson, D. H., 1989, « Political Ecology in the Upper Nile : The Twentieth Century Expansion of the Pastoral “Common Economy” », Journal of African History, 30 (3) : 463-496.

Johnson, D. H., 1994, Nuer Prophets, Oxford, Clarendon Press.

Johnson, D. H., 2012, « What Did Ngundeng (Nuer Prophet) Really Do ? », Upper Nile Times, 22 March, <http://www.upperniletimes.net/details/262>.

Jok, M. J., 2011, « Diversity, Unity, and Nation Building in South Sudan », Special Report no 267, Washington D.C., U.S. Institute of Peace.

Kalck, P., 1992, Histoire Centraficaine des Origines à nos Jours, Paris, L’Harmattan.

Keeley, L. H., 1996, War Before Civilization : The Myth of the Peaceful Savage, Oxford, Oxford University Press.

Kelly, R., 1985, The Nuer Conquest. The Structure and Development of an Expansionist System, Ann Arbor, The University of Michigan Press.

Kohnen, B., 1905, « Mein Erster Besuch bei den Nuer », Stern der Neger, Cologne, LIII : 136-137, 155-157.

Lejean, G., 1860, Sur la carte du Haut Fleuve Blanc de M. G. Lejean », Bulletin de la Société de Géographie, 4e série, XX : 225-233.

Lejean, G., 1862a, « Les NyamNyam », Nouvelles Annales des Voyages, 4 : 5-12.

Lejean, G., 1862b, « Le Haut Nil et le Soudan », Revue des Deux Mondes, 1er février : 854-882.

Lejean, G., 1862c, « Le Haut Nil et le Soudan », Revue des Deux Mondes, 1er avril : 735-764.

Lejean, G., 1863, « Notice Géographique et Ethnologique sur la région du fleuve Blanc et sur ses Habitants », Nouvelles Annales des Voyages, 6e série, IV : 5-62.

Lejean, G., 1865a, « Observations sur les Pays et Peuples à l’Ouest du Lac No et du Fleuve Blanc », Nouvelles Annales des Voyages, VI, 42 : 5-23.

Lejean, G., 1865b, Voyage aux Deux Nils, Paris, Hachette.

Lejean, G., 1868, « Les Pays Situés à l’Ouest du Haut-Fleuve-Blanc », Bulletin de la Société de Géographie, 5e série, XV : 445-453.

Lejean, G., 1870a, « Analyse de “La Traite Orientale” de F. Berlioux », Bulletin de la Société de Géographie, 5e série, XX : 213-217.

Lejean, G., 1870b, « La Traite des Esclaves en Égypte et en Turquie », Revue des Deux Mondes, 88 : 893-913.

Lienhardt, G., 1961, « Divinity and Experience. The Religion of the Dinka », London, Oxford University Press.

Linant De Bellefonds, P., 1832, Journal of the Royal Geographical Society, 2 : 171-190.

Mary, A., 1998, « Prophètes de Paix et de Guerre. Traditions Prophétiques de l’Afrique de l’Est », Archives de Sciences Sociales des Religions, 104 : 5-17.

Médard, H., 1997, « Les protecteurs d’une mission au XIXe siècle, Pères autrichiens et pouvoirs politiques au Soudan égyptien », Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, 4e trimestre, t. 84, 317 : 31-56.

Michel, C., 1900, Vers Fachoda à la rencontre de la mission Marchand, Paris, Plon.

Mire, L., 1985, « The Zariba System in the Bahr-al-Gazal from 1855 to 1879 », in W. J. Ralph (ed.), Slaves and Slavery in Muslim Africa, vol. 2, London, Frank Cass : 101-122.

Mowafi, R., 1981, Slavery, Slave Trade and Abolition Attempts in Egypt and Sudan, 1820-82, Stockholm, Esselte.

Muller, J.-C., 1987, « Compte rendu de The Nuer Conquest », L’Homme, 27 : 166-167.

Petherick, J., 1860, « Report of Expedition upon the White Nile », Proceedings of the Royal Geographical Society, V (2) : 27-39.

Petherick, J., 1869, Travels in Central Africa, London, Tinsley Brothers.

Piault, M.-H., 1975, « Captifs du pouvoir et pouvoir des captifs », in C. Meillassoux (dir.), L’Esclavage en Afrique pré-coloniale, Paris, Maspero : 321-350.

Poncet, J., 1862, « Sur une carte du Nil », Bulletin de la Société de Géographie, XII : 45-ff.

Poncet, J., 1863a, « Notice géographique et ethnologique sur la Région du Fleuve Blanc et sur ses habitants », Nouvelles Annales des Voyages, t. IV : 5-62.

Poncet, J., 1863b, Notice géographique et ethnologique sur la Région du Fleuve Blanc et sur ses habitants », Nouvelles Annales des Voyages, t. V : 202-265.

Poncet, A. & Poncet, J., 1864, Le Fleuve Blanc : notes géographiques et ethnologiques et les chasses à l’éléphant dans le Pays des Dinka et des Djour, Paris, Arthus Bertrand Librairie.

Poncet, A. & Poncet, J., 1868, « Les Pays Situés à l’Ouest du Fleuve Blanc », Bulletin de la Société de Géographie, XV : 445-ff.

Qapudan, S., 1842, « Premier Voyage à la Recherche des Sources du Nil Blanc Ordonné par Mohammed-Aly, Vice-Roi d’Égypte », Bulletin de la Société de Géographie, XVIII : 5-30, 81-106, 161-186.

Rosa, F. D., 2012, « Les bœufs de paix, Douglas H. Johnson et la violence nuer (Soudan) », Cahiers d’Études africaines, LII (1), 205 : 5-28.

Sanderson, G. N., 1984, « Aspects of Resistance to British Rule in the Southern Sudan, 1900-1928 », in Études Africaines, « Mélanges Offerts à Henri Brunschwig », Paris, Éditions de l’EHESS.

Scroggins, D., 2002, Emma’s War, London, Harper Collins.

Shukri, M. F., 1938, The Khedive Ismael and Slavery in the Sudan, Le Caire, Librairie de la Renaissance d’Égypte.

Southworth, A. S., 1874, « The Soudan and the Valley of the White Nile », Journal of the American Geographical Society, 5 : 95-111.

Svoboda, T., 1977, « Nuer Songs and Chants », Translation, IV : 106-109.

Svoboda, T., 1985, Cleaned the Crocodile’s Teeth. Nuer Songs, New York, Greenfield Review Press.

Terranuova D’antonio, F., 1859, « Relation d’un voyage au fleuve blanc », Nouvelles Annales des Voyages, 6e série, IV : 5-53.

Thibaut, G., 1841, « Extrait d’une lettre de M. Thibault, voyageur français, écrite d’El-Khartoum (Sennâr) le 28 avril », Bulletin de la Société de Géographie de Paris, XVI, 36 : 127-132.

Thibaut, G., 1856, « Voyage de M. Thibaut au Nil Blanc. Journal inédit », Nouvelles Annales des Voyages, I : 5-53, 141-191.

Udal, J. O., 1998, The Nile in Darkness, Norwich, Michael Russell.

Verdon, M., 1982, « Where Have All Their Lineages Gone ? Cattle and Descent among the Nuer », American Anthropologist, 82 : 566-579.

Vernant, J.-P., 1992 [1974], Mythe et Société en Grèce Ancienne, Paris, Points.

Warburg, G., 1971, The Sudan under Wingate, London, Frank Cass & Co. Ltd.

Werne, F., 1848, Expedition zur Entdeckung der Quellen des Weissen Nil, 1840-1841, Berlin, Reimer.

Haut de page

Notes

1 F. D. Rosa (2012 : 6) écrit : « [t]entée pour l’unique but des découvertes. »

2 Parlant des explorateurs du XIXe siècle, Evans-Pritchard (1971b : 145), ainsi écrit : « But if not just liars, the travellers were often not innocent in respect of naivety, ignorance, self-justification, and a tendency to sensationalism and to say what their nineteenth-century readers expected them to say and what sentiments to express in doing so. »

3 D. H. Johnson (1981a : 509) écrit au sujet des sources sur les Nuer : « More can and should be said about the merits of the nineteenth and twentieth century sources. It is also a warning that an examination of the reliability and historical context of the sources on the Nuer is essential before theories can be credibly developed » (nos italiques).

4 « D’après l’interprétation de Johnson, c’était le début d’une longue généalogie de méprise sur la combativité de ce peuple — une généalogie dont Evans-Pritchard et les anthropologues modernes étaient les descendants à la fois inconscients et insouciants » (Rosa 2012 : 7).

5 « The Nuer have been merging with the Eastern Dinka and have come more and more to resemble them » (Johnson 1994 : 55).

6 Bimbachi (bimbashi en anglais) était un rang militaire équivalent à capitaine ou commandant.

7 Dans sa thèse, D. H. Johnson (1980a : 14) allait encore plus loin : « It is with this incident that the Nuer reputation for almost irrational hostility to foreigners begins » (nos italiques).

8 « Obviously I had to read what had been written about the [Zande], and this was in English, French, German, Italian and Dutch, so I had to master these languages, at any rate up to a point, if I did not already know them » (Evans-Pritchard 1973a : 236).

9 « It must be remembered that these early voyages up the Nile, one of which Werne accompanied, were intended to explore its upper regions to discover wealth for Muhammad Ali and that if the explorers had any ethnographical interest at all it was incidental to their purpose, and it was in any case difficult to reconcile with their plundering of the natives whenever they were able to do so without risk to themselves » (Evans-Pritchard 1971b : 131).

10 C’est-à-dire, le chef des troupes embarquées, Soliman Abu Daud, kachef de Kerreri. Un kachef était un leader militaire qui jouissait d’une grande autonomie.

11 « Douglas Johnson met en évidence la version du bimbachi Selim Qapudan, en vertu de cette composante cruciale : la méprise sur le sacrifice du bœuf » (nos italiques) (Rosa 2012 : 10).

12 Tout aussi bizarrement, Rosa (2012 : 9) écrit : « Thibaut, dont les dates de naissance et de mort n’ont pas été découvertes […]. » Il est né en 1795 et mort en 1865, voir par exemple Hill (1967 : 357).

13 Rosa (2012 : 10) certes fait référence à ce passage : « J’avais conseillé la patience, on préféra semer la terreur », suivi par le commentaire critique de Thibaut, « d’autant plus que l’expédition devait, selon les ordres directs du vice-roi, attirer la bienveillance des “sauvages” » (nos italiques). Le lecteur conviendra que cela atténue le sens des propos de Thibaut.

14 Une Anuak.

15 Dans les archives de la Société de Géographie à la Bibliothèque nationale (Colis 21 bis), le manuscrit de d’Abadie intitulé « Description des entrevues que nous avons eues avec les indigènes pendant notre expédition sur le Fleuve Blanc, 1840 » (écrit lors de la deuxième expédition).

16 « With the expedition’s report of its own fears the Nuer reputation for almost instantaneous hostility to foreigners began » (Johnson 1981a : 509).

17 Qapudan (1842 : 173) qui décrit aussi comment chez les Dinka Cic « […] nous nous emparâmes de trois femmes que nous interrogeâmes convenablement. Tout ce qu’elles purent dire fut qu’elles étaient les femmes d’individus qu’un parti de Nouvirs avait assassinés ».

18 Beaucoup de ses lecteurs, y compris des historiens et des anthropologues, sont restés sur l’impression que Johnson avait démontré qu’Evans-Pritchard avait « malheureusement perpétué ce qu’un historien récent considère être le mythe du Nuer agressif et bagarreur [Johnson 1981] » (Verdon 1982 : 568) alors que Burton (1983 : 285) parle du « ill-conceived and misinformed stereotype of “the fighting Nuer” ». Johnson n’a jamais contredit de telles interprétations de son article qu’il ne pouvait ignorer.

19 « Warlike » peut se traduire par « guerrier » ou « belliqueux ».

20 Johnson cite pourtant ce même passage parmi les quatre extraits placés en exergue du premier chapitre de sa thèse.

21 « The Nouaer tribes […] frequently war on each other for the sake of cattle ; no prisoners are made, but men’s lives taken without scruple ; whilst the women and children are ever respected. If threatened by enemies not of their tribes, feuds between themselves are suspended temporarily, and they fight in common against the invaders. »

22 Ce que personne ne songerait à contredire.

23 « This tribe […] carries on warfare among the neighbouring Dinka tribes, taking off their cattle and children, and spreading devastation wherever they penetrate […] » (Petherick 1860 : 31).

24 Il ajoute qu’Evans-Pritchard n’a pas su voir l’importance de ce passage — ce qui n’est guère étonnant.

25 Notons que l’archéologue L. Keeley (1996 : 122) parle de l’intermariage assez fréquent entre les Kikuyu et les Masai malgré leurs conflits et signale que « des femmes commerçaient avec leurs parents de l’autre côté, même durant les périodes de guerre ».

26 Décrit par Sanderson comme un officier « intelligent et perspicace ».

27 Il écrivait cela deux ans avant la mort de Ngundeng et au sujet de l’une des tribus dinka avec lesquelles Ngundeng voulait vivre en paix selon Johnson.

28 Jal (1987 : 109-110) par exemple écrit : « […] there was a growing common perception among the Dinka returnees that the decadent and passive despairing old order of the Padang (Dinka) should give way to the new, caring, determined and promising Nuer social organization, which gives equal rights to all its members. »

29 Archives de Durham, SAD 182/3 : « This morning we passed a length of the left bank which the last time I was here was covered with prosperous looking villages. I refer to the Annuak country below Itang. It is now a wilderness. » SAD : Sudan Archives in Durham, une collection importante de l’Université de Durham de documents et de photos, dont notamment les Sudan Intelligence Reports (SIR).

30 Mathews, 15/3/06, suite de CR/573, SAD.

31 Mathews, 11/12/08, UNP CR S71, SAD.

32 Par exemple, Sanderson(1984 : 331) cite un officier britannique parlant des Nuer occidentaux en 1917 : « The most truculent natives I have up till now come across. »

33 Johnson (1982a : 191) en revanche parle des bonnes relations qui existaient entre les Nuer lou et les Dinka ngok et nyaraweng. Selon lui, on l’a vu, les Nyaraweng étaient une des tribus dinka avec lesquelles Ngundeng voulait vivre en paix.

34 « Evans-Pritchard did not see Nuer society, especially Lou society, in its natural state. He found the people artificially and forcibly separated from the Dinka. »

35 Selon Feyissa (2009 : 644) : « In [1992] hundreds of Highlanders were massacred by armed groups led by the Nuer prophet Wutnyang. » Johnson d’ailleurs est forcé de reconnaître que Wutnyang mena une attaque sur Malakal en 1992 mais cherche à minimiser sa responsabilité dans les autres incidents alors que Scroggins donne une interprétation radicalement opposée de son rôle dans l’attaque des Dinka bor. Notons, au passage, que Wutnyang était un commandant militaire de la faction Nasir et plus tard un colonel de l’armée du SPLA.

36 Notons que ces circonstances rappellent l’adoption de Nuar Mer, petit garçon dinka errant affamé dans la brousse, qui fut son ennemi acharné.

37 Communication personnelle, juin 2007, Université de Wisconcin.

38 Hutchinson (1996), en particulier, dépeint une réalité tout autre dans Nuer Dilemmas, son ouvrage excellent que l’on ne saurait assez louer.

39 Un mot que Johnson traduit par Divinité, à la suite de Lienhardt (1961) dans ses travaux sur les Dinka, et non Dieu comme Evans-Pritchard (1956 : vi) (voir sa discussion de comment traduire le mot « Kwoth ») ou Crazzolara (1953 : vi).

40 Remarquons que dans son article de 2012 dans Upper Niles Times, Johnson modère son interprétation initiale d’un Ngundeng déterminé à ne pas faire la guerre : « Whether Ngundeng acted through divine inspiration, or he made a shrewd assessment of the chances of the spear-armed Nuer against the rifle-armed soldiers of the Anglo-Egyptian army, we will never know for sure. » Certains Nuer enlevés comme esclaves par les trafiquants, égyptiens ou mahdistes, étaient revenus du Nord. Un d’entre eux jouait un rôle important auprès de Diu, pour ne donner qu’un exemple. À travers eux, les Nuer ont pu avoir connaissance de la puissance militaire britannique.

41 C. A. Willis a défini la politique tribale du gouvernement comme « une administration par razzias » et admit qu’il n’était pas surprenant que « les indigènes ne pouvaient détecter que peu de différence entre les anciens Turques, les derviches et le gouvernement soudanais » (Warburg 1971 : 153).

42 UNP CR S71 (SAD), pp. 4-5.

43 UNP CR S71 (SAD), p. 1.

44 UNP CR S71 (SAD), pp. 2-3.

45 Sudan Intelligence Report 767/10/8 (SAD).

46 Dans une autre version (Svoboda 1977 : 109), encore plus explicite, la chanson dit : « Je me bats contre les Britanniques qui ont des dents. »

47 « Deng Bor Ngundeng, le neveu du prophète, commence par dire que Guek avait fait appel aux guerriers pour qu’ils ne combattent pas contre les “Turuk” et pour qu’ils quittent le lieu, mais ils s’y sont tous refusé. Il affirme ensuite que les Britanniques, voyant Guek avancer avec un bœuf, ont compris qu’il voulait la réconciliation. Or, à ce moment-là, ils ont été influencés par les soldats noirs sous leur commandement. Avec malveillance, ces ennemis des Nuer sont allés dire aux officiers anglais que Guek voulait les tuer et que l’animal n’était pas un signe de paix, mais de guerre » (Rosa 2012 : 22). De nouveau, on retrouve le mythe des ennemis malveillants qui déforment les intentions pacifiques des Nuer.

48 En fait, Coriat n’était pas le seul, et Jackson, entre autres, a donné sa version des faits (il a aussi participé à la bataille).

49 Evans-Pritchard est mort en 1976.

50 Il y a eu et il y a encore beaucoup de femmes prophètes chez les Nuer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philip Macdonald, « Tant de sang coulera en ruisseaux. Sources orales et écrites et le Stéréotype du Nuer belliqueux (Soudan) », Cahiers d’études africaines [En ligne], 215 | 2014, mis en ligne le 02 octobre 2016, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/17774

Haut de page

Auteur

Philip Macdonald

Institut des mondes africains (IMAF), EHESS, Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page