Navigation – Plan du site

Éditorial

Eloi Ficquet et Benoit Hazard
p. 7-10
Traduction(s) :
Masthead Headline Story

Texte intégral

Histoire d'ours

1Georges Balandier est le fondateur des Cahiers d'Études africaines. Ce rappel peut paraître incongru, tant l'affirmation relève de l'évidence pour les auteurs et les lecteurs de la revue. Cependant, pour des raisons qui résident dans l'archéologie de la revue, quelque part entre l'alternance des équipes de rédaction et les transformations de maquettes, quelques membres fondateurs avaient disparu de l'ours de la revue et Balandier apparaissait dans la composition d'un comité de direction dont la fonction ne correspondait plus à aucun rôle. De recomposition en ajustement, ces appartenances à des catégories floues étaient reproduites mécaniquement d'un numéro à l'autre.

2Dans les premières lignes de son introduction au numéro cinquantenaire des Cahiers, Jean-Loup Amselle rend hommage à Georges Balandier en tant que fondateur et se souvient de « l'articulation entre engagement politique et pratique scientifique » qui avait donné l'élan initial à la revue, dans un contexte d'espoirs portés par la fin des régimes coloniaux et la libération des sociétés africaines. En effet, le projet d'une revue dédiée aux études africaines est venu à Balandier après plusieurs tentatives lancées à Dakar pendant les années 1950, d'abord la revue Découvertes, ensuite quelques numéros de la revue des étudiants du « Groupe des étudiants en Sociologie de l'université de Paris 1 » et, plus tard, son active collaboration avec Présence africaine. La mémoire de la revue n'était donc pas défaillante, mais il fallait remonter la piste de l'ours, pris au piège d'un copier/coller défectueux !

3Ce travail de mise à jour de l'ours et de restitution d'une liste de fondateurs correspondant aux membres du comité de direction indiqué dans les deux premiers numéros des Cahiers, a été motivé par plusieurs changements importants faisant suite à la transmission de la direction de la revue à deux nouveaux rédacteurs en chef, redevables à leur prédécesseur d'avoir maintenu la revue au plus haut niveau d'ouverture et d'inventivité scientifiques. Il s'en est suivi la refonte du comité de rédaction et de la rédaction. La modification de la liste des fondateurs aurait pu rester à un niveau technique et se passer d'un édito, mais elle prend ici un caractère d'hommage depuis le décès de Georges Balandier, le 5 octobre 2016.

4En inaugurant la première livraison des Cahiers d'Études africaines en janvier 1960 par un article consacré aux « Structures sociales traditionnelles et changements économiques », Balandier appelait à développer et consolider un programme de travail déjà systématisé dans ses premières thèses. Ce programme associait l'étude des formes et pratiques de conservation des rapports sociaux dans la durée avec l'analyse de la « plasticité des institutions » contemporaines. Cette résolution dynamique de rapports entre masse et énergie se jouait dans un dialogue à la fois ouvert et concurrentiel avec les innovations conceptuelles formulées par la recherche internationale, notamment l'École de Manchester.

5L'hommage appelle la réflexivité. Dans sa présentation déjà citée du triple numéro cinquantenaire, Jean-Loup Amselle se demandait « que sont nos amours africaines devenues ? » concluant au nécessaire dépassement de l'étrangeté attribuée à l'Afrique dans la pensée européenne, pour comprendre la familiarité profonde entre les dispositifs de pouvoir et de savoir qui unissent l'ensemble des cultures du monde.

6L'ambition de la nouvelle équipe rédactionnelle n'est pas de rompre la transmission longue et variée des rédacteurs, auteurs et lecteurs qui ont fait les Cahiers, mais de poursuivre une démarche attentive au renouvellement constant des objets étudiés, des terrains d'enquête, des méthodes de recueil de données, des dispositifs de restitution par l'écriture et des cadres d'interprétation. L'objectif, vers lequel la mise au point est constamment ajustée, est de comprendre et de rendre intelligibles les expressions vécues, imaginées ou remémorées du devenir des sociétés africaines ou liées à l'Afrique, sans exclusivité disciplinaire, sans limitation chronologique ou territoriale, sans répondre à des problèmes prédéfinis qui font de l'Afrique un syndrome, sans négliger ni clore aucun débat. L'Afrique ne peut être enfermée dans l'approche des « aires culturelles ». Pour nous l'Afrique représente un lieu stratégique, à la fois objet et producteur de sens à l'échelle globale, correspondant à l'idée initiale du « système monde » de Fernand Braudel. Le principe central qui guide chaque étape du travail de publication, depuis la sélection des articles reçus, leur évaluation et leur mise en valeur rédactionnelle, privilégie l'originalité et la validité des matériaux d'enquête et leurs appuis argumentatifs.

7Dans ce numéro varia no 225, ainsi que dans les deux prochains numéros thématiques qui porteront sur la formation des élites africaines en ex-URSS (no 226) et sur les monuments publics (no 227), les lecteurs trouveront un témoignage de cette approche et pourront participer aux débats qui s'ouvriront.

8Face aux défis posés par les nouvelles technologies de communication et de diffusion instantanée d'informations, à partir desquelles s'élaborent des régimes désormais qualifiés de « vérité alternative », la responsabilité des Cahiers, en tant que revue scientifique, consiste à maintenir un haut niveau de vérification des faits, de critique des idées, de clarté des énoncés.

9« Il reste une certitude. Le sens ne se formule pas par délégation et ne se quémande pas. Il se crée par l'œuvre de tous, surtout lorsque la puissance des moyens matériels de production et de destruction le met à tout instant en balance. » Georges Balandier, Histoire d'Autres, 1977, p. 242.

10Une nécrologie ne suffirait pas à exprimer toute la reconnaissance que plusieurs générations de chercheurs formés en Afrique et par l'Afrique ont à l'égard de l'œuvre exigeante et lucide de Balandier, de sa personnalité libre et engagée, de son attention portée par angles détournés aux désordres qui se font dans les dédales du monde actuel. C'est pourquoi, en débutant l'année 2017 par un humble rappel du rôle inaugural joué par cette grande figure de la sociologie contemporaine, les Cahiers se préparent à accueillir dans le dernier numéro de l'année plusieurs textes proposant non seulement des souvenirs de l'homme et des relectures de l'œuvre, mais aussi de nouvelles lignes de départ tracées à partir des outils de pensée qu'il avait mis au point.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eloi Ficquet et Benoit Hazard, « Éditorial »,  Cahiers d’études africaines, 225 | 2017, 7-10.

Référence électronique

Eloi Ficquet et Benoit Hazard, « Éditorial »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 225 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/20542

Haut de page

Auteurs

Eloi Ficquet

Du même auteur

Benoit Hazard

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page