Navigation – Plan du site

Nécrologie

Alain Ricard (1945-2016)
Anthony Mangeon
p. 11-16

Texte intégral

1Alain Ricard est décédé le 27 août 2016, vaincu par une leucémie. À sa mort, nombreux furent les hommages spontanés qui parsemèrent la toile et les listes de diffusion, en particulier celle de l'Association pour l'étude des littératures africaines (apela). Beaucoup de personnes se souviennent avec vivacité de leurs premières ou diverses rencontres avec cet africaniste chevronné, humaniste et généreux.

2Né en 1945, il fit des études de lettres à Bordeaux avant de s'envoler pour la Californie, inaugurant un programme d'échanges entre son université et celle de Los Angeles. Lecteur de français à ucla, il bénéficia d'une bourse de recherches en études africaines et suivit notamment, durant sa formation de maîtrise, les séminaires de Daniel Kunene sur la littérature sud-africaine et ceux de Leo Kuper sur l'anthropologie africaniste. Il participa également au lancement de la revue African Arts, ainsi qu'au Congrès de l'Africana Studies Association (asa) à Montréal, en 1969, qui devait aboutir à une scission avec l'African Heritage Studies Association (ahsa), destinée à promouvoir désormais les Black et bientôt les African Studies.

3Contraint par ses obligations militaires à revenir en France, il effectua son service en qualité de volontaire de la coopération et vint enseigner à l'Université du Bénin, au Togo, où il continua de travailler dans les années 1970 et 1980, en particulier à l'Institut de recherche pour le développement. À partir de Lomé, il effectuait de fréquents séjours au Nigeria voisin, notamment dans les villes de Lagos et d'Ibadan, pour y mener ses recherches sur le théâtre africain et les politiques du livre en Afrique de l'Ouest (Théâtre et nationalisme, 1972 ; Livre et communication au Nigeria, 1975). C'est ainsi qu'il se lia d'amitié avec des écrivains et dramaturges africains comme Nestor Zinsou et Wole Soyinka, auxquels il consacrera plusieurs livres et articles.

4Après une thèse en littérature comparée sous la direction de Robert Escarpit (Texte moyen et texte vulgaire : essai sur l'écriture en situation de diglossie, 1981), Alain Ricard entre au cnrs. Il y lancera (avec entre autres le concours de Bernard Mouralis) une « recherche coopérative sur programme » sur les littératures africaines imprimées, adossées d'abord au Laboratoire des sciences de l'information et de la communication (lasic) puis au Centre d'études sur l'Afrique noire (cean) à Bordeaux. C'est à la même époque qu'il participe, avec Jean-François Bayart et Christian Coulon, au lancement de la revue Politique africaine, dont il deviendra rédacteur en chef et directeur de publication (1993-1996), ainsi qu'à la création de l'apela, qu'il présidera de 2010 à 2013. De 1989 à 1991, Alain Ricard dirige le Centre de recherche, d'échanges et de documentation universitaire (credu, aujourd'hui Institut français d'études africaines) à Nairobi. Son ouvrage de synthèse, Littératures d'Afrique noire : des langues aux livres, paraît en 1995 et s'impose très vite comme une somme incontournable, notamment dans sa traduction anglaise et version augmentée de 2004.

5Directeur de recherches au cnrs, Alain Ricard œuvre désormais au sein du llacan (Langage, langues et cultures d'Afrique noire), unité mixte de recherche avec l'Institut national des langues et civilisations orientales, de 1999 à 2009, avant de rejoindre le laboratoire « Les Afriques dans le monde » à sa création à Bordeaux, dans le sillage du cean. Lauréat du prix Gay-Lussac-Humboldt en 2002, il bénéficiera à nouveau du soutien de la fondation allemande Humboldt Stiftung en 2010 et en 2013, pour des séjours à l'Université de Bayreuth qui lui permettront de mettre la dernière main à ses essais Le Sable de Babel (2011) puis Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l'espace public (2015). Habitué de longue date des colloques et des réunions scientifiques internationales, Alain Ricard jouera de fait un rôle moteur, dans les années 2000, pour le développement de réseaux et de rencontres africanistes en Europe. Un de ses derniers textes, « Vertus de l'in-discipline : langues, textes, traductions », est précisément sa conférence inaugurale aux quatrièmes rencontres des études africaines en France (Paris, juillet 2016), que la détérioration de son état de santé ne lui permit malheureusement pas de délivrer.

6Rapidement survolée, cette longue et brillante carrière appelle plusieurs constats. Le parcours d'Alain Ricard s'est tout d'abord mené à la croisée de nombreuses filiations. Initié aux African Studies aux États-Unis, il fit fond de l'africanisme français, transformé par Georges Balandier et Pierre Alexandre avec la création des Cahiers d'Études africaines, et il s'ouvrit également très tôt à l'Afrikanistik et à la Bantuistik allemandes : à cet égard, il devint rapidement un interlocuteur privilégié autant qu'un passeur incontournable entre divers réseaux africanistes.

7Non content de mettre en dialogue des traditions éparses, il mit également en relation, dans ses travaux, des disciplines habituellement distinctes (si l'on s'en tient aux sections du Conseil national des universités), en articulant constamment les exigences philologiques de la littérature comparée à celles, plus pragmatiques, des études théâtrales et visuelles, sans oublier la pratique de l'enquête de terrain empruntée à l'ethnologie. On lui doit ainsi une méthode originale, qui conjugue efficacement les études linguistiques et littéraires (sur les passages de l'oral à l'écrit, de la performance au texte, puis du texte à la littérature), l'anthropologie sociale et culturelle (avec la collection de données et d'entretiens sur le terrain, et l'observation participante de spectacles vivants), sans oublier les approches plus historiques, par la consultation d'archives et l'édition de textes inédits ou méconnus. Au fil de ses travaux, Alain Ricard a su mobiliser — au double sens d'« employer » et de « mettre en mouvement » — des notions novatrices comme celles de « conscience linguistique », « littérature locale », « chaîne de sens », « traduction dialogique » qui ont nourri et continueront d'alimenter longtemps encore les travaux sur les littératures d'Afrique et d'ailleurs.

8Outre ses affinités clairement revendiquées avec des africanistes américains (Melville Herskovits, Larry Hyman), européens (Karin Barber, Johannes Fabian, Albert Gérard, János Riesz) ou sud-africains (David Coplan, Antjie Krog), Alain Ricard s'est de surcroît engagé dans un dialogue constant avec divers écrivains et penseurs africains comme Daniel Kunene, Wole Soyinka, V.-Y. Mudimbe, Clémentine Nzuji, auxquels il empruntait volontiers des hypothèses de recherche sur les continuités et les interactions profondes entre littératures orales et écrites, africaines et européennes, coloniales et postcoloniales.

9Enfin, choix remarquable dans les études africaines, Alain Ricard fut l'un des rares spécialistes de littérature à travailler et écrire sur plusieurs zones, de l'Afrique de l'Ouest (Togo, Ghana, Nigeria) à l'Afrique du Sud en passant par l'Afrique Centrale et de l'Est (Congo, Rwanda, Kenya, Tanzanie, Ouganda). Après avoir consacré plusieurs années à l'apprentissage de langues tonales comme l'ewe ou le yoruba, il devint un spécialiste des productions en kiswahili et en sesotho, ainsi que de celles en français et en anglais, conférant à son œuvre critique un caractère aussi encyclopédique que comparatiste.

  • 1 A. Rice, « Mémoires du “bled” : entretien avec Alain Ricard », Paroles gelées, 21/1/2004, p. 70 (e (...)
  • 2 A. Ricard, « Classique, africain, local : francophone ? » in C. Coste & D. Lançon (dir.), Perspect (...)
  • 3 A. Ricard, « De l'africanisme aux études africaines : textes et “humanités” », Afrique & Histoire,(...)
  • 4 A. Ricard & J. Riesz, Le Champ littéraire togolais, Bayreuth, Université de Bayreuth (« Bayreuth A (...)
  • 5 Le Sable de Babel, op. cit., p. 379. Alain Ricard a notamment participé à l'édition, en 2006, des (...)

10Il ne concevait pas la critique autrement que « dialogique »1, et de ce fait cédait aussi volontiers à un certain penchant polémiste, notamment à l'égard des études francophones qu'il avait pourtant contribué à développer2. Ces dernières ont finalement acquis une dimension transnationale et interdisciplinaire. Pas plus que les études africaines, les études francophones ne sauraient être enfermées dans la genèse suspecte des logiques politiques et institutionnelles qui ont présidé à leur émergence. Mais Alain Ricard ne s'embarrassait pas toujours de nuances dans ses critiques épistémologiques. Ainsi, quand il déplore la supposée absence, au sein de l'africanisme français, des études éthiopiennes ou de l'égyptologie, longtemps rattachées à la tradition orientaliste3 : il avait assurément raison sur la nécessité d'intégrer toutes les Afriques au sein des études africaines, mais il aurait pu prêcher par l'exemple en embrassant lui-même les productions de l'Afrique du Nord au sein de ses histoires littéraires. De même, quand il juge les notions de littérature et de champ « inopérantes » pour penser les espaces africains, après avoir coordonné un volume sur Le Champ littéraire togolais (1991), il n'évite pas un léger paradoxe4. Car tout en célébrant les initiatives missionnaires qui, au xixe siècle, présidèrent à l'émergence de productions écrites dans les langues africaines, et tout en identifiant dans l'œuvre francophone de Félix Couchoro une « naissance du roman africain », Alain Ricard ne put que constater leurs échecs répétés à transformer les préjugés évolutionnistes de leur époque, ou à faire imprimer sous forme de livres d'abondantes créations et traductions auxquelles lui-même consacra dès lors d'importants efforts de réhabilitation et d'édition5. Ces seuls échecs, suivis d'éditions posthumes dans un autre contexte historique, suffiraient sans doute à corroborer la pertinence de la notion de champ.

  • 6 Voir notamment le chapitre X dans Le Sable de Babel, 2011.
  • 7 A. Ricard, Le Camp des pionniers : de Bordeaux à Bordeaux, par Leningrad, Beersheba, Los Angeles, (...)

11En définitive, par-delà quelques doublons d'un ouvrage ou d'un article à l'autre, on retiendra quatre fils conducteurs qui ont contribué à faire d'Alain Ricard un chercheur aussi constant que novateur. D'abord, la prime importance qu'il accorda toujours au théâtre et aux comédiens en Afrique noire, ainsi qu'à l'articulation féconde des pratiques langagières populaires et de la littérature imprimée. Ensuite, une attention permanente à l'histoire et à l'imbrication, sur plusieurs siècles, des littératures d'Afrique et des littératures sur l'Afrique. À cela s'ajoutait son intérêt pionnier pour la littérature missionnaire et d'édification chrétienne, depuis les récits de voyage et traductions des Français Thomas Arbousset et Victor Ellenberger jusqu'aux « cantates » et « concert parties » ghanéennes et togolaises, en passant par les romans de Félix Couchoro ou de Zamenga Batukezanga6. Enfin, Alain Ricard a consacré de nombreux articles ou chapitres de livres à l'histoire des études africaines, leurs diverses branches, leur devenir. Pour toutes ces raisons, il continuera d'être un passeur et un éclaireur pour les chercheurs africanistes, toutes origines et toutes générations confondues. Et l'on peut d'ores et déjà continuer à le suivre en découvrant son essai posthume, Le Camp des pionniers, qu'il écrivit comme un essai d'ego-histoire et d'auto-analyse, dans les dernières semaines de son existence7.

Haut de page

Bibliographie

Essais sur le théâtre africain

1972 Théâtre et nationalisme : Wole Soyinka et Le Roi Jones, Paris, Présence Africaine.

1986 L'Invention du théâtre : le théâtre et les comédiens en Afrique noire, Lausanne, L'Âge d'Homme.

1997 (avec K. Barber & J. Collins), West African Popular Theatre, Bloomington, Indiana University Press ; Oxford, James Currey.

2015 [1998] Ebrahim Hussein : théâtre swahili et nationalisme tanzanien, Paris, Karthala.

2015 Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l'espace public. Politique et religion, Paris, Karthala (« Lettres du Sud »).

Essais sur les littératures imprimées, monographies

1975 Livre et communication au Nigeria : essai de vue généraliste, Paris, Présence Africaine.

1987 Naissance du roman africain : Félix Couchoro (1900-1968), Paris, Présence Africaine.

1988 Wole Soyinka ou l'Ambition démocratique, Paris, Silex ; Lomé, Nouvelles Éditions Africaines.

1995 Littératures d'Afrique noire : des langues aux livres, Paris, CNRS Éditions, Karthala.

2004 The Languages and Literatures of Africa : The Sands of Babel, Oxford, James Currey ; Trenton, Africa World Press ; Cape Town, Dave Philip.

2006 Histoire des littératures de l'Afrique subsaharienne, Paris, Ellipses.

2009 Le Kiswahili, une langue moderne, Paris, Karthala.

2011 Le Sable de Babel. Traduction et apartheid : esquisse d'une anthropologie de la textualité, Paris, CNRS Éditions.

Essais autobiographiques (et d'épistémologie africaniste)

2004 « De l'africanisme aux études africaines : textes et “humanités” », Afrique & Histoire, 1 (2) : 171-192.

2004 (avec Alison Rice) « Mémoires du “bled” : entretien avec Alain Ricard », Paroles gelées, 21 (1) : 64-72.

2005 La formule Bardey. Voyages africains, Bordeaux, Confluences.

2014 « Classique, africain, local : francophone ? », in C. Coste & D. Lançon (dir.), Perspectives européennes des études littéraires francophones, Paris, Honoré Champion : 123-139.

2015 « Nécessaire retour de l'africanisme ? », Études Littéraires Africaines, 40 : 159-175.

2016 « Vertus de l'in-discipline : langues, textes, traductions », Études Littéraires Africaines, 42 (à paraître).

2017 Le Camp des pionniers : de Bordeaux à Bordeaux, par Leningrad, Beersheba, Los Angeles, San Salvador, Ibadan et Lomé, Bordeaux, Confluences.

Éditions critiques et préfaces

1981 Mister Tameklor, suivi de Francis-le-Parisien, par le Happy Star Concert Band de Lomé, Paris, SELAF.

1999 Au temps des Cannibales, suivi de Dans les Cavernes sombres, de Edouard Motsamai et James Machobane, traduction du sesotho par Victor Ellenberger, Bordeaux, Confluences.

2000 Voyages de découvertes en Afrique, Paris, Robert Laffont (« Bouquins »).

2000 Excursion missionnaire dans les montagnes bleues, suivie de Notice sur les Zoulas, de Thomas Arbousset, Paris, Karthala.

2003 L'Homme qui marchait vers le soleil levant, de Thomas Mofolo, traduction du sesotho par Victor Ellenberger, revue par Paul Ellenberger, Bordeaux, Confluences.

Ouvrage consacré aux travaux d'Alain Ricard

Coulon, V. & Garnier, X. (dir.) 2011 Les Littératures africaines. Textes et terrains : hommage à Alain Ricard, Paris, Karthala.

Haut de page

Notes

1 A. Rice, « Mémoires du “bled” : entretien avec Alain Ricard », Paroles gelées, 21/1/2004, p. 70 (escholarship, University of California : http://escholarship.org/uc/item/8031p7sm). Voir également La Formule Bardey, Bordeaux, Confluences, 2005, pp. 144-145.

2 A. Ricard, « Classique, africain, local : francophone ? » in C. Coste & D. Lançon (dir.), Perspectives européennes des études littéraires francophones, Paris, Honoré Champion, 2014, pp. 123-139.

3 A. Ricard, « De l'africanisme aux études africaines : textes et “humanités” », Afrique & Histoire, 2 (1), 2004, p. 185 ; « Nécessaire retour de l'africanisme ? », Études Littéraires Africaines, 40, 2015, p. 166.

4 A. Ricard & J. Riesz, Le Champ littéraire togolais, Bayreuth, Université de Bayreuth (« Bayreuth African Studies »), 1991 ; A. Ricard, Le Sable de Babel, Paris, CNRS Éditions, 2011, p. 296. Voir également l'article de X. Garnier : « Texte / terrain : la littérature incarnée comme perspective critique », in V. Coulon & X. Garnier (dir.), Les Littératures africaines. Textes et terrains : hommage à Alain Ricard, Paris, Karthala, 2011, p. 370.

5 Le Sable de Babel, op. cit., p. 379. Alain Ricard a notamment participé à l'édition, en 2006, des Œuvres complètes de Félix Couchoro en trois volumes et trois mille huit cents pages aux éditions Mestengo Press (London, Ontario).

6 Voir notamment le chapitre X dans Le Sable de Babel, 2011.

7 A. Ricard, Le Camp des pionniers : de Bordeaux à Bordeaux, par Leningrad, Beersheba, Los Angeles, San Salvador, Ibadan et Lomé, Bordeaux, Confluences,2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Mangeon, « Nécrologie »,  Cahiers d’études africaines, 225 | 2017, 11-16.

Référence électronique

Anthony Mangeon, « Nécrologie »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 225 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/20543

Haut de page

Auteur

Anthony Mangeon

Configurations littéraires, Université de Strasbourg.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page