Navigation – Plan du site

Hommage à Jacques Lombard (1926-2017)

Une figure de l’africanisme français d’Après-guerre
Gérald Gaillard
p. 7-23

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

J’entendrai le mot génération à la manière de Joan Vincent, comme « a group of men and women with shared life experience ». C’est ainsi que Jacques Lombard, né à Paris en 1926, est de la génération des africanistes éduqués par une école publique sélective d’Avant-guerre. Les élèves portent une blouse et l’image de l’Empire français trône Sur les murs de la classe. C’est une génération qui a connu à peine le Front populaire et pour laquelle le jazz, le surréalisme, Proust ou Gide ne représentent plus des événements. La génération de Jacques Lombard a grandi avec les séries des Thibault de Roger Martin du Gard (1940), des Pasquier de Georges Duhamel (1945), des Hommes de bonne volonté de Jules Romains (1946). Malraux, Céline ou Cendras sont installés au Panthéon littéraire tandis que Sartre et Camus n’y figurent pas encore. Le cinéma de cette génération montre des films très français que balaieront d’autres films, très français, avec la Nouvelle vague à partir de 1960.

Sortant en 1945 ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Gaillard, « Hommage à Jacques Lombard (1926-2017) », Cahiers d’études africaines [En ligne], 229 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/21810

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page