Navigation – Plan du site
études & essais

Les lavages du quai des esclaves du Valongo

Agencements rituels et patrimoine dans le vieux port de Rio de Janeiro
The Washing Ceremony of the Valongo Slave Wharf. Ritual Agency and Heritage in the Old Port Area of Rio de Janeiro
Jérôme Souty
p. 25-68

Résumés

Au XIXe siècle, Rio de Janeiro fut la plus grande ville esclavagiste des Amériques, et probablement la plus grande ville noire du monde. Mis à jour en 2011, l’ancien débarcadère des esclaves du Valongo a fait depuis lors l’objet de politiques publiques de « mise en patrimoine » (à l’échelle locale, nationale, internationale) jusqu’au classement du site archéologique par l’UNESCO au Patrimoine mondial de l’humanité en 2017. Le quai, ainsi que le petit amphitéâtre et l’esplanade qui le bordent, servent aussi de support à diverses manifestations. Principales organisatrices d’un nouveau rituel annuel de lavage de ce quai, quelques baianas du candomblé carioca sont devenues des intermédiaires privilégiées des pouvoirs publics, des gestionnaires de la mémoire locale de l’esclavage, des gardiennes du patrimoine. Cet article décrit la naissance, la consolidation et l’institutionnalisation de cette cérémonie de lavage rituel. Il analyse les articulations développées entre « mise en rituel » et « mise en patrimoine », entre usages du passé et pratiques religieuses, entre mémoire communautaire afro-brésilienne et enjeux socio-politiques nationaux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Généalogies, sources d’inspiration et naissance du rituel
Candomblé « à ciel ouvert » ou rituel œcuménique et sécularisé ?
Des objets du candomblé ? Une ancienne présence des orixás ?
Acteurs religieux, experts, spécialistes du patrimoine
Des pratiques et des représentations bantoues
« Faitiche »
Une nouvelle géographie sacrée
Les baianas, médiatrices et intermédiaires idéales
Le rituel au service du patrimoine ?

Aperçu du texte

En janvier 2011, à Rio de Janeiro, dans le vieux quartier portuaire de Saúde, lors de travaux de drainage et de voierie liés à l’opération d’urbanisme appelée Porto Maravilha, furent mis à jour les premiers vestiges du quai du Valongo. Il s’agit en fait d’un ensemble constitué des vestiges imbriqués de deux débarcadères. Un premier quai en pierres irrégulières (appelées pé de moleque), dit quai des esclaves, actif de 1811 à 1831 et par lequel débarquèrent plusieurs centaines de milliers de captifs venus du continent africain. Un second quai en pierres rectangulaires et régulières, dit quai de l’Impératrice, construit par-dessus le quai des esclaves en 1843 pour accueillir la princesse napolitaine Tereza Cristina de Bourbon, future épouse de l’empereur Don Pedro ii. Après une rapide campagne de fouilles archéologiques (Lima, de Souza & Sene 2016) puis un aménagement sommaire du site, celui-ci fut ouvert au public en juillet 2012.

Depuis le jour même de cette inauguration, le site du q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Souty, « Les lavages du quai des esclaves du Valongo », Cahiers d’études africaines [En ligne], 229 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/21812

Haut de page

Auteur

Jérôme Souty

Programa de Pós-Graduação em Ciências Sociais da Universidade do Estado do Rio de Janeiro (PPCIS/UERJ/FAPERJ), Rio de Janeiro ; Institut des mondes africains (IMAF), Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page