Navigation – Plan du site
études & essais

Le rôle des associations antillaises et du Parti communiste français dans la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité

The Role of French Caribbean Associations and the French Communist Party in the Recognition of Slavery as a Crime Against Humanity
Johann Michel
p. 103-126

Résumés

L’instrument juridique du crime contre l’humanité a contribué à modifier la mémoire officielle de l’esclavage au titre d’une reconnaissance de la souffrance des victimes. D’une part, l’objectif de cet article est d’analyser les espaces de labellisation et de problématisation de l’esclavage comme crime contre l’humanité au sein de forums littéraires créoles et d’associations antillaises (à partir de 1998). D’autre part, il s’agit d’étudier le rôle équivoque, comme obstacle et comme promoteur, du Parti communiste français dans la mise à l’agenda parlementaire de la loi qui reconnait l’esclavage et la traite négrière comme crime contre l’humanité (1998-2001).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La labellisation de l’esclavage comme crime contre l’humanité
Intermédiaires et médiateurs d’une nouvelle mémoire de l’esclavage
Des résistances du PCF à la reconnaissance juridique de l’esclavage comme crime contre l’humanité
Les coalitions parlementaires des élus ultra-marins et des élus communistes

Aperçu du texte

Du fait de la place dévolue à la mémoire de la Shoah en France depuis les années 1980, l’extension de la reconnaissance juridique du crime contre l’humanité à d’autres causes mémorielles, comme la déportation en esclavage, est loin d’aller de soi. D’une mémoire en partie déniée ou occultée, la Shoah est devenue peu à peu sanctuarisée. Étendre la labellisation juridique du génocide ou du crime contre l’humanité à d’autres tragédies collectives comme l’esclavage pourrait relativiser l’unicité de l’Holocauste.

Deux facteurs principaux ont toutefois permis d’ouvrir des fenêtres d’opportunité pour envisager autrement la mémoire de l’esclavage : d’une part, la mise en œuvre du programme « La route de l’esclave » orchestré par l’unesco en 1994, d’autre part, les commémorations françaises du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage en 1998. Prédomine en effet jusqu’alors une mémoire officielle centrée sur la reconnaissance de la République héroïque qui a libéré les esclaves de leurs c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johann Michel, « Le rôle des associations antillaises et du Parti communiste français dans la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité », Cahiers d’études africaines [En ligne], 229 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/21838

Haut de page

Auteur

Johann Michel

CEMS, IMM, EHESS, Université de Poitiers, Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page