Navigation – Plan du site
études & essais

Les chasseurs d’éléphants, les adumu (bourreaux) et le roi des Ndényé à la fin du XIXe siècle (Côte d’Ivoire)

Elephant Hunters, Executioners (adumu) and the King of Ndenye in the Late Nineteenth Century
Claude-Hélène Perrot
p. 155-178

Résumés

Dans les années 1960 en Côte d’Ivoire, les chasseurs d’éléphants brillaient comme des héros dans la mémoire des habitants du Ndényé, alors que les bourreaux inspiraient la terreur et vivaient dans l’ombre. Cependant, ils possédaient plusieurs traits en commun. Ils étaient soudés par l’allégeance à un même bosson (déité), nommé Aboya chez les chasseurs, et Alu chez les bourreaux. Ils formaient des sortes de « corps » autonomes, régis par leurs propres règles et ils se recrutaient en lignée paternelle dans une société dominée par la matrilinéarité. Enfin, ils dépendaient du roi, qui les commandait sans intermédiaire. Sans doute ont-ils joué un rôle dans l’émergence du petit royaume du Ndényé à la fin du XIXe siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les chasseurs d’éléphants dans la mémoire villageoise
Qui devient chasseur d’éléphants ?
Atiamé, un village de chasseurs protégés dans l’invisible par leurs amwã
Les chasseurs et le génie Aboya
La pratique de la chasse
Les chasseurs d’éléphants et le roi

Aperçu du texte

« me ngu me ni, me ku me sui duma » : Je ne tue pas pour manger, je tue pour chercher un nom » (chant de Nda Ettien, chasseur d’éléphants).

Les informations qui alimentent ces pages ont été recueillies dans les villages du Ndényé, principalement entre 1963 et 1970. Compte tenu de l’âge de ceux auxquels nous les devons, elles portent sur la fin du xixe siècle, non sans s’appliquer sans doute à des temps plus anciens.

L’exercice du pouvoir du roi des Ndényé n’était pas alors sans limites. Ce royaume, par sa superficie et sa population, n’égalait pas d’autres royaumes akan voisins, tels le Sanwi ou le royaume abron du Gyaman. Avant la colonisation, dans l’espace territorial qui se nomme aujourd’hui Ndényé (ou Indénié selon l’orthographe coloniale), cohabitaient, outre les Ndényé eux-mêmes, des Alangwa, des Ashüa, des Abradé, auteurs de constructions politiques de même type, sur lesquelles l’autorité du roi des Ndényé était loin d’être assurée. C’est à la fin du siècle que la géographie p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude-Hélène Perrot, « Les chasseurs d’éléphants, les adumu (bourreaux) et le roi des Ndényé à la fin du XIXe siècle (Côte d’Ivoire) », Cahiers d’études africaines [En ligne], 229 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/21861

Haut de page

Auteur

Claude-Hélène Perrot

Institut des mondes africains (IMAF), Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page