Navigation – Plan du site
études & essais

L’organisation du hadj en Côte d’Ivoire

Entre facteur de cohésion et source de rivalités au sein de la communauté musulmane (1993-2010)
The Organization of the Hajj in Côte d’Ivoire: Between Cohesion and Rivalries within the Muslim Community (1993-2010)
Frédérick Madore et Yssoufou Traoré
p. 179-208

Résumés

L’importance du hadj et les sommes d’argent considérables qui y sont consacrées sont sources de convoitises. Il n’est dès lors pas surprenant que les États ouest-africains aient souvent été au centre de cette entreprise. À cet égard, le cas du pèlerinage en Côte d’Ivoire est très intéressant. De la création du Comité national pour l’organisation du pèlerinage à La Mecque (cnopm) en avril 1993 jusqu’à la fin de la présidence de Laurent Gbagbo en 2010, en passant par le retentissant échec du « hadj 2006 bis », la gestion du cinquième pilier de l’islam a été à la fois un vecteur de cohésion et de structuration de la communauté musulmane ivoirienne tout en étant la source de profondes rivalités pour des ressources religieuses, économiques et symboliques. Quant à eux, les différents régimes s’étant succédé au cours de cette période, derrière une volonté d’assistance de la communauté musulmane, utilisèrent différentes stratégies pour chercher à s’assurer de la loyauté de certaines élites musulmanes, à affaiblir la cohésion de la communauté, ou encore à réduire l’influence de certains dirigeants et organisations soupçonnés d’être proches de l’opposition au profit d’autres groupes plus près de leurs intérêts.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Du monopole du CNOPM à la libéralisation partielle du hadj : divergences internes et manipulations politiques (1993-1998)
La mise en place du CNOPM en 1993 : le fruit d’une plus grande cohésion de la communauté musulmane ivoirienne
Les rivalités entre le CNOPM et le CSI : la figure controversée de Moustapha Diaby Koweït et le rôle trouble du président Bédié
La fin d’une structure centralisée : pluralisme associatif et tensions dans l’organisation du hadj (1998-2006)
La libéralisation partielle du hadj en 1998 sous fond de contexte politique trouble : nouveaux acteurs, nouvelles rivalités (1998-2002)
Gbagbo et la libéralisation « totale » du hadj : la politisation accrue du pèlerinage (2002-2006)
L’échec du « hadj 2006 bis » et ses contrecoups : le retour de l’« État organisateur » sur fond de nouvelles rivalités entre figures de l’islam ivoirien (2006-2010)
À qui la faute ? L’irruption des jeunes musulmans dans les débats
Les tensions entre Koudouss et Fofana : d’anciens alliés devenus rivaux dans l’organisation du hadj (2007-2010)

Aperçu du texte

Dès le xviiie siècle, le pèlerinage à La Mecque, un des cinq piliers de l’islam, attira de nombreux croyants d’Afrique de l’Ouest (Van Duc 1993 ; Lecocq 2012). Si l’avènement des moyens de transport modernes facilita et démocratisa grandement sa pratique — jusqu’au milieu du xxe siècle, bon nombre de pèlerins effectuaient une grande partie du trajet à pied, faute de moyens financiers —, la valeur attribuée à l’accomplissement du hadj est tout aussi importante aujourd’hui. L’importance de ce rite a d’ailleurs attiré l’attention de plusieurs chercheurs. Certains ont souligné son rôle dans la diffusion du wahhabisme en Afrique de l’Ouest dans les années 1950 et 1960 (Kaba 1974 : 48-64 ; Triaud 1979). Comme l’a avancé Thayer (1992 : 171-173), un grand nombre de pèlerins, ayant fortement été impressionnés par l’islam dans sa forme « pure » pratiquée par les musulmans des lieux saints, pouvaient être animés d’un ardent désir de réformer l’islam dans leur pays natal, qu’ils considéraient a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérick Madore et Yssoufou Traoré, « L’organisation du hadj en Côte d’Ivoire », Cahiers d’études africaines [En ligne], 229 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/21880

Haut de page

Auteurs

Frédérick Madore

Centre interdisciplinaire de recherche sur l’Afrique et le Moyen-Orient (CIRAM), Université Laval (Canada) ;

Yssoufou Traoré

Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan (Côte d’Ivoire) (CIRAM), Université Laval (Canada) ;

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page